Chapelle Sainte-Marguerite de Beaumont-du-Ventoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle Sainte-Marguerite
de Beaumont-du-Ventoux
Image illustrative de l'article Chapelle Sainte-Marguerite de Beaumont-du-Ventoux
Présentation
Culte Catholique romain
Type chapelle
Rattachement Diocèse de Vaison-la-Romaine
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant art roman provençal
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Ville Beaumont-du-Ventoux
Coordonnées 44° 11′ 01″ nord, 5° 09′ 59″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Sainte-Margueritede Beaumont-du-Ventoux

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Chapelle Sainte-Margueritede Beaumont-du-Ventoux

La chapelle Sainte-Marguerite est une chapelle romane située dans les prés à proximité du hameau de Sainte-Marguerite, près de Beaumont-du-Ventoux dans le département français de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Marguerite est une chapelle du XIIe siècle[1] caractérisée par plusieurs éléments antérieurs utilisés en remploi.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le chevet[modifier | modifier le code]

Le chevet est constitué d'une abside semi-circulaire unique bâtie en moellons. Il est percé d'une fenêtre absidiale encadrée de pierre de taille et est recouvert de tuiles.

La nef[modifier | modifier le code]

La nef unique est bâtie principalement en moellons, la pierre de taille se cantonnant à l'encadrement de la porte, à l'encadrement des baies situées en hauteur et aux chaînages d'angle, réalisés en grand appareil.

La nef est recouverte de tuiles et surmontée d'un clocheton en pierre de taille disposé parallèlement à la façade méridionale.

À l'intérieur, on trouve en remploi une stèle anépigraphique servant de support à un bénitier ainsi qu'un autel paléo-chrétien[2].

La porte et son arbre de vie[modifier | modifier le code]

La porte est encadrée de pierre de taille en grand appareil. Dans le piédroit de la porte est encastrée une pierre de remploi gravée d'un arbre de vie carolingien[3].

Les fragments de linteau[modifier | modifier le code]

Devant la porte sont disposés trois fragments d'un énorme linteau d'origine inconnue (romaine ?) gravé d'une inscription en latin.

L'arbre de vie carolingien.
Le linteau.
Fragment du linteau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie Quid
  2. Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux. Origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, Éditions A. Barthélemy, Avignon, 2000, p. 144.
  3. Serge Panarotto, Chapelles de Provence, Édisud, 2007, p.25