Chapelle Saint-They

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle Saint-They
Image illustrative de l'article Chapelle Saint-They
Chapelle Saint-They
Présentation
Culte Catholique
Protection Logo monument historique Classé MH (1914)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Coordonnées 48° 03′ 37″ nord, 4° 42′ 43″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Chapelle Saint-They

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Saint-They

Entre la baie des Trépassés et la pointe du Van, la chapelle de Saint-They, la plus vaste des chapelles de Cléden, surplombe le raz de Sein au bord de la falaise.

Cette chapelle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1914[1].

Description[modifier | modifier le code]

À l'origine, la chapelle Saint-They a été construit au XVIIe siècle à l'emplacement d'une chapelle plus ancienne qui tombait en ruine, trace des civilisations qui se sont succédé sur ce rivage. Cette chapelle est dédiée à saint They, un saint peu connu du début du IVe siècle qui aurait été un disciple de saint Guénolé à l'abbaye de Landévennec[2].

À l'extérieur, on trouve des murs de l'enclos entourant l'église ainsi qu'une croix monumentale tronquée de 1772 exposant deux statues géminées dédiées à Saint Jacques.

À l’intérieur, le maître-autel en bois sculpté provient de l'église paroissiale et le clocher a supporté de nombreuses cloches dont une provenant d'un échange avec la chapelle de Langroas (près du village de Brézoulous dans la même commune). On prétend, d'ailleurs, que la cloche de la chapelle sonne d'elle-même pour avertir les bateaux du danger approchant et de la nécessité de se mettre sous la protection du saint.

Un couplet d'un vieux cantique à Saint-They exprime bien souhait de voir tenir la chapelle contre les éléments qui la menacent :

« Ra jomo pell c'hoaz en e za

Ar chapelig var ribl ar mor

Ma c'hello sant They divar e zor

welet ar bageier o treiza... »

« Que demeure longtemps encore debout

La petite chapelle au bord de la mer

Afin que puisse St They depuis sa porte

Voir les bateaux passer... »

Le 1er octobre 2013, peu avant 13h15, la foudre s’est abattue sur la chapelle. Trois des cinq clochetons, au-dessus du clocher ont été touchés et sont tombés au sol. Quelques ardoises de la toiture nord et sud ont également été endommagées. Les services techniques de la commune sont intervenus et les trois clochetons ont été mis à l'abri à l'intérieur de la chapelle.

Les pardons à Saint-They[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-They

Autrefois, quatre pardons avaient lieu à Saint-They :

  • Le dimanche qui suivait la fête de Saint Roch
  • Le dimanche qui précédait la fête de Saint Mathieu
  • Le deuxième dimanche du moi de mai
  • Le premier dimanche du moi de juillet, le grand pardon

Au jour du grand pardon, seul qui subsiste à ce jour, les processions de l'Île-de-Sein (qui débarquait au Vorlen) et celle de Cleden se rencontrait le long de la falaise et, après accolade des croix, elles revenaient de concert à la chapelle et, la nuit tombant, la foule campait autour de la chapelle.

Rénovations[modifier | modifier le code]

La municipalité, en collaboration étroite avec l'association Sant They Ar Van (dont un membre est présent chaque jour pour tenir l’accueil), a démarré un processus de restauration de la chapelle en 1997 : toiture, enduits, maître autel, peinture, vitrine sécurisée pour le Christ en Albâtre, vitraux, etc.

Fontaine de dévotion dédiée à saint They[modifier | modifier le code]

Plus loin, en direction de la baie des Trépassés, se trouve la fontaine de dévotion construite au XVIIe siècle où la croix surmontant la fontaine et le Saint furent volées vers 1975.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]