Chapelle Notre-Dame de Cran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle Notre-Dame et Cran.
Chapelle Notre-Dame de Cran
Chapelle Cran.JPG
Présentation
Destination initiale
Culte
Destination actuelle
Culte (Pardon 1er dimanche suivant le 15 août), concerts
Construction
XVe siècle
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours (dite « chapelle Notre-Dame-de-Cran » ou encore « chapelle des Templiers ») est une chapelle du hameau de Cran, sur la commune de Treffléan (Morbihan)[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Cran (Crann en breton) est un hameau situé à 3 km au sud-est du bourg de Treffléan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Bon Secours aurait été construite en 1182 par les Templiers, avec la commanderie fortifiée de Treffléan[2].

« On ne sait rien de précis sur les origines de ce sanctuaire très vénéré par les habitants du voisinage ; les traditions relatives à sa fondation relèvent du folklore. Suivant l'une d'elles, celle-ci serait due à une apparition de la Vierge ; suivant une autre, elle serait due à l'accomplissement du vœu d'un seigneur »

— René Couffon, « CHAPELLE NOTRE-DAME-DU-CRANN » dans Congrès archéologique de France, Société française d'archéologie, éd. A. Picard et fils, 1956, volumes 114-115, p. 214.

Lieu de pèlerinage dès le XIVe siècle en raison des miracles qui y auraient eu lieu[3], elle a été reconstruite au XVIe siècle sur ses bases romanes.

Si son origine templière n'est pas absolument sûre, cette chapelle semble bien avoir appartenu à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, comme cela fut la norme après la dissolution de l'ordre du Temple[4].

Dans les années 1920, faute d'entretien, la chapelle menaçait ruine. En 1924, le toit de la nef s'est effondré lors d'une tempête et le processus d'inscription est déclenché (IMH 1925)[5]. Elle est restaurée, mais son décor peint du XVIe siècle a irrémédiablement souffert et présente d'importantes lacunes[6].

Elle fait l'objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [7].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le plan est en croix latine, orientée est-ouest.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'édifice est voûté de charpente. La nef rectangulaire à vaisseau unique est dallée en damier noir et blanc.

La croisée de transept est portée d'arcs en tiers point qui retombent sur des supports complexes à multiples colonnes engagées d'un effet plastique puissant. Marc Déceneux y voit une parenté d’inspiration avec les églises romanes de Locquénolé, à Ploërdut, Langonnet, Sulniac, Calan[8]... Roger Gand voyait dans les masques jumelés supportant les tailloirs des sculptures romanes, mais Anne Autissier les date pour sa part des XVe-XVIe siècle. Mais selon elle, une des corbeilles portant l'arc triomphal pourrait être un réemploi et dater du XIIe siècle : elle est sculpté de trois personnages alignés très stylisés, celui du milieu en position d'orant.[5].

Le chœur à chevet plat est éclairé par une fenêtre gothique à remplages.

L'intérieur de la chapelle présente une série d'éléments de grande valeur, notamment des fresques, des sablières, des statues et un autel en bois.

Fresques

Les murs sud et ouest de la chapelle sont couverts par une fresque datée de 1594 représentant la Crucifixion et plusieurs saints. Le décor peint couvrait originellement l'entièreté des murs de la nef. Il se trouve en très mauvais état.

Sablières

Les sablières sont des poutres horizontales placées le long des murs porteurs. Dans la chapelle de Cran, ces poutres en bois sont sculptées et datées de 1524 à 1556. On peut notamment y voir un renard soufflant dans une cornemuse[9].

Statues

La chapelle possède plusieurs statues en bois polychrome, représentant la Trinité (XVIe siècle), le Christ (XVIe siècle) et une Vierge à l'Enfant (XVe siècle)[10].

Autel

L'autel en bois sculpté, signé et daté de 1788, est de style baroque et comprend un tabernacle en bois peint du XVIIe siècle.

Bénitier

Le bénitier de la chapelle est un ancien lec'h creusé.

Activités[modifier | modifier le code]

Un pardon est organisé à Cran chaque année le premier dimanche suivant le . Des concerts y sont aussi organisés pendant l'été.

Autour de la chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle est à replacer dans son contexte : les éléments qui l’entourent sont les vestiges de la commanderie[réf. souhaitée].

Le manoir de Cran a été construit en 1671 derrière la chapelle, à la place d'une ancienne commanderie du Temple. Il présente une ancienne stèle gauloise provenant du hameau de Bénerlin[réf. souhaitée].

Le hameau de Cran possède plusieurs autres éléments architecturaux d'intérêt, notamment une fontaine de 1740[réf. souhaitée], un four à pain et un calvaire constitué d'une croix bannière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chapelle Notre-Dame-de-Cran », notice no PA00091759, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Jean-Luc Aubarbier, La France des Templiers, éd. Sud ouest, 2007, p. 136. (ISBN 2879017009). Le qualificatif « fortifiée » n'inspire pas confiance pour une commanderie bretonne.
  3. « En 1319, le pape Jean XXII enrichit d'indulgences Notre-Dame de Crann en Treffléan parce que, dès cette époque, les pèlerins y accouraient en foule et les miracles s'y multipliaient. » Henri-François Buffet, En Bretagne morbihannaise: coutumes et traditions Vannetais bretonnant au XIXe siècle, Laffitte Reprints, 1980, p.197.
  4. M. Rosenzweig, « Mémoire sur les ordres religieux militaires du Temple et de l'Hôpital, leurs établissements et leurs églises observés dans le département du Morbihan », dans Mémoires lus a la Sorbonne dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes tenues les 21, 22 et 23 novembre 1861 - tenues les l4, l5, et l7 avril 1868 : Archéologie, Imprimerie Impériale, 1863, Volume 1, p.191-201. Le nom de Treffléan apparaît comme propriété de l'ordre des hospitaliers p. 196. Document disponible en ligne.
  5. a et b Anne Autissier, La sculpture romane en Bretagne, XIe-XIIe siècles, Presses Universitaires de Rennes, , p 352-353
  6. « Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne »,
  7. Notice no PA00091759, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Marc Déceneux, La Bretagne romane, Éditions Ouest-France, , p 102
  9. Photo d'une sablière sculptée
  10. « Chapelle de Cran », sur Mairie de Treffléan

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]