Chapelle-lez-Herlaimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chapelle-lez-herlaimont)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle-lez-Herlaimont (en wallon El Tchapele) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne, dans la province de Hainaut, à l’ouest de la ville de Charleroi et qui fait partie de Charleroi Métropole.

Chapelle-lez-Herlaimont
Chapelle-lez-Herlaimont
La place communale de Chapelle-lez-Herlaimont.
Blason de Chapelle-lez-Herlaimont
Héraldique
Drapeau de Chapelle-lez-Herlaimont
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Bourgmestre Karl De Vos (PS)
Majorité PS
Sièges
PS
Go!Chapelle (MR/cdH)
Action Citoyenne (AC)
Ecolo
23
17
4
1
1
Section Code postal
Chapelle-lez-Herlaimont
Godarville
Piéton
7160 (avant 6168)
7160 (avant 6168)
7160 (avant 6158)
Code INS 52010
Zone téléphonique 064
071
Démographie
Gentilé Chapellois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
14 900 ()
48,11 %
51,89 %
823 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
21,83 %
61,83 %
16,34 %
Étrangers 17,13 % ()
Taux de chômage 20,35 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 206 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 28′ nord, 4° 17′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
18,10 km2 (2005)
59,04 %
4,25 %
29,70 %
7,02 %
Localisation
Localisation de Chapelle-lez-Herlaimont
Situation de la commune dans l'arrondissement de Charleroi et la province de Hainaut
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Chapelle-lez-Herlaimont
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Chapelle-lez-Herlaimont
Liens
Site officiel www.chapelle-lez-herlaimont.be

Village[modifier | modifier le code]

Chapelle est un village à moitié-urbanisé mais assez développé. Deux autres villages font partie de la commune, Piéton et Godarville.

Le village en lui-même a une forte notoriété malgré sa taille, par le biais de son carnaval populaire, de ses écoles avoisinantes (Athénée Warocqué) et de son ancienne activité ferroviaire assez importante.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

  • Entité située entre deux villes : Charleroi et La Louvière
  • Communication - Autoroute (E42-E19), R3 (gd. ring de Charleroi), gares de Piéton et Godarville

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chapelle-lez-Herlaimont
Seneffe
Manage
Courcelles Courcelles
Manage
Morlanwelz
Chapelle-lez-Herlaimont Courcelles
Morlanwelz Anderlues
Fontaine-l'Évêque
Fontaine-l'Évêque


Histoire[modifier | modifier le code]

Au commencement[modifier | modifier le code]

Le village est à la base pendant l'antiquité une Forêt Charbonnière. Après la conquête de la gaule une chaussé romaine traverse le territoire de l'actuel Commune.

En l'an 1000 PCN, une supposition voudrait que la commune se soit formée à cette époque. Cependant au XIIème siècle un document de la seigneurie de trazegnie atteste l'existence du village[1]

Le prieuré et l'histoire féodale[modifier | modifier le code]

En 1136, le Seigneur de Trazegnies fit abandon à l'Abbaye de Floreffe de la terre située entre la Chaussée romaine et la rivière le Piéton au lieu-dit "Herlaymon". Un prieuré, sous la direction des Prémontrés y fut érigé et l'Evêque de Liège ( Raoul de Zähringen ) assista à l'inauguration de l'Eglise en 1184.

En 1140 l’évêque de Cambrai ( Nicolas Ier de Chièvres ) donna le prieuré à l'abbaye de Floreffe

En 1222, le Seignieur de Trazegnies ( Othon de Trazegnies ) donna à Chapelle une charte d’affranchissement qui fît de chapelle une commune à part entière. Cette dernière stipule que les corvées seront remplacé par des redevances Fixes. De plus, l'abbaye de Floreffe possède le droit seignieurial de nommer le Maïeur, les échevins et les forestier[2].

En 1770 Le prieuré est nommé : "Prieuré et Chapelle d'herlaymon". Quelque petite rue relie le prieuré au village[3].

Le pays Mineur[modifier | modifier le code]

En 1766, sous le règne de Marie-Thérèse et de Charles de Lorraine, des concessions sont accordées à certains exploitant de houille. Peu après, une société charbonnière se constitue sous la dénomination "Mariemont-Bascoup-Chaud-Buisson" Deux siège miniers s’installent à Chapelle : Sainte-Catherine et Sainte-Victoire. L'exploitations du charbon fera de chapelle un centre industrielle non négligeable. L'exploitation de cedit charbon cessera en 1961[1]


La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Chapelle connaît un triste épisode de son histoire. En effet, François Lamarche, alors bourgmestre de Chapelle depuis 1921, est démis de ses fonctions par les Allemands, lesquels imposent un bourgmestre rexiste, Alexandre Want, en 1943. Cela malgré une opposition farouche du Collège et du Secrétaire communal.

La résistance fut active dans la commune jusque la libération [1]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville be Chapelle-lez-Herlaimont.svg
Blason de Chapelle-lez-Herlaimont. Ces armoiries lui ont été octroyées le 20 décembre 1904 et à nouveau le 14 mai 1982. Ce sont les armoiries des Marquis de Trazegnies, seigneurs de Chapelle-lez-Herlaimont jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.
Blasonnement : Bandé d'or et d'azur à l'ombre de lion brochant sur le tout et à la bordure engrêlée de gueules.




Démographie[modifier | modifier le code]

Elle comptait, au , 14 831 habitants (7 103 hommes et 7 728 femmes), soit une densité de 819,39 habitants/km²[4] pour une superficie de 18,10 km².

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année[5]

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[6]

Économie[modifier | modifier le code]

  • « La Valériane » (ensemble de PME),
  • « Le Chêne au bois » (complexe commercial)

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • 4 écoles communales sur 11 sites
  • 1 école libre sur 3 sites
  • 1 école provinciale sur 1 site

Culture et sport[modifier | modifier le code]

  • centre culturel
  • salle des fêtes
  • bibliothèques
  • troupe théâtrale
  • chorale
  • multiples associations
  • halls omnisports
  • terrains de foot
  • piscine
  • mini-stade
  • salles privées pour arts martiaux et affinitaires.

Santé/sécurité/social[modifier | modifier le code]

CPAS, asbl Symbiose, police, crèche, services sociaux, polyclinique, maisons de repos, ONE, Maison de la Solidarité, Comité Solidarité, Proxemia

Emploi[modifier | modifier le code]

  • Maison de l'emploi
  • Agence locale pour l'emploi
  • Agence de développement local

Logement[modifier | modifier le code]

Société d'habitations sociales La Ruche, Agence Immobilière Sociale Prologer

Tourisme et folklore[modifier | modifier le code]

  • Centre de délassement de Claire Fontaine (Godarville).
  • Le terril n°7 des charbonnages de Mariemont-Bascoup: On y planta, au début des années 1970, un authentique vignoble exploité jusqu'en 2014 par la société Tervigne. Poussant dans le schiste de résidus de charbon. Ce vignoble était situé rue de l'abbaye, entre Chapelle et Piéton; On y cultivait un vin labellisé « château de Trazegnies ». Aujourd'hui cependant, le site est gravement menacé de disparition après sa vente en 2016.
  • Le Carnaval de Laetare: en 25 ans, le carnaval de Chapelle s'est forgé une réputation dépassant largement les frontières de la région. Chaque année, ces festivités carnavalesques attirent plusieurs dizaines de milliers de personnes qui aiment venir se plonger dans son ambiance particulière, ce qui en fait, d'après les autorités communales, le deuxième carnaval le plus populaire du Hainaut, après Binche. Il est l'un des seuls à inviter des sociétés étrangères et son célèbre feu d'artifice (Prestige des Tchats), tiré par les Maîtres Artificiers Van Cleemput (artificiers du Roi), attire plusieurs dizaines de milliers de personnes venant des quatre coins de la Belgique mais aussi de l'étranger.
  • Les premiers géants: Inconnus avant 1940 dans nos carnavals[Lesquels ?], les géants éclosent après 1950; ce sont d'abord cinq petits qui se présentent en 1951 et puis 16 en 1953. En 1958, deux géants, Djan d'l'Abî et Fine du P'tit Gowy, représentatifs d'une population essentiellement ouvrière, sont créés. Au fil des ans, la structure des géants s'est fragilisée et a fini par se casser.
  • Les nouveaux géants : L'idée de créer de nouveaux êtres mythiques à Chapelle provient avant tout d'une rencontre avec Xavier Pourbaix.

Après avoir mis en place l'Ordre des Tchats, le Collège des Bourgmestre et Echevins approuva le projet de mise en valeur du patrimoine et des traditions et c'est ainsi que débuta la mission de Xavier Pourbaix. Il a ainsi donné vie à Batisse du Sec Pachy et à Philomène du Bos des Més. Leur mariage fut célébré à la Laetare de l'an 1997. Amoureux des Tchats, les géants ont reçu l'édilité communale du Grand Conseil de l'Ordre des Tchats solennellement invité pour la circonstance. Lors de cette cérémonie, leur animal fétiche, le gros Poupous est venu ronronner de bonheur. Ils prirent la tête du cortège sous la direction de Pierre Champenois en étant accompagnés par une fanfare hollandaise.

  • Chapelle Festival: le Chapelle Festival, organisé par l'asbl Solidarité, créée dans la foulée de la révolution[non neutre] roumaine afin de venir en aide à la population roumaine (et qui a aujourd'hui "diversifié" ses activités dans tout ce qui a trait à l'entraide aux populations en difficultés (exemple: tremblement de terre en Turquie, en Iran, ...), a lieu chaque année aux alentours du 15 août. Lors des deux premières éditions, sous l'égide de Monsieur Robert Deligne, il était nommé Chapelle Celtic Festival, mais il a ensuite été renommé Chapelle Festival. Pour la première fois en 2006, il durera deux jours et drainera plusieurs milliers de festivaliers, appréciant la qualité de son organisation et son caractère familial et convivial (dès le matin, le public peut profiter des activités de loisirs et détentes du Domaine de Claire Fontaine et des différentes animations organisées à cette occasion (marché artisanal, fanfares, théâtre de rue, ...).

Historique du Festival :

  • 2003: Perry Rose, Urban Trad, Cré Tonnerre, Tri Yann (6 000 personnes)
  • 2004: Carlos Nuñez, Alka Celtes Airs, Merzhin, Dan Ar Braz (officieusement 3 000 personnes)
  • 2005: Bernard Lavilliers, Jimmy Cliff, Sinsemilia, Urban Trad, Renzo Gotto, Gang of Love (nombre de personnes non communiqué, mais record dépassé)
  • 2006 :
    • Jour 1: Les Gauff' (ex-Gauff' au Suc'), Kraj, Melchior, Gang of Love, R. Calvin
    • Jour 2: Michel Fugain, La Grande Sophie, Eté 67, Aldo Granato, Cré Tonnerre et leurs invités.

Chapelle, cité des Tchats[modifier | modifier le code]

Connue comme « cité des Tchats », Chapelle-lez-Herlaimont se revendique d'une forte référence identitaire héritée de son passé de terre franche tour à tour revendiquée et partagée entre le duché de Brabant et le comté de Hainaut. Ce statut « d'entre deux » s'est maintenu jusqu'à nos jours puisque l'entité se trouve à la fois dans la zone d'influence du pays de Charleroi et la région du Centre. Cette situation se répercute d'ailleurs très concrètement dans la vie quotidienne: partage du réseau TEC, de la zone téléphonique, du territoire des intercommunales.

Cette situation particulière présente donc à la fois des avantages et des inconvénients, mais elle ne semble en tous cas pas avoir altéré l'identité locale, bien au contraire, puisque d'aucun prétendent qu'elle a favorisé l'éclosion d'un certain esprit frondeur et indépendant. Quoi qu'il en soit, à l'origine, le terme Tcha est l'abréviation de Tchaploû, habitant de èl Tchapèl, traduction de Chapelle en wallon local. Le surnom de Tcha a été transformé en Tchat (« chat » en wallon local) par la volonté de l'ancien député-bourgmestre, Patrick Moriau, d'associer ce petit félin réputé pour son indépendance, à l'image et à la symbolique de la localité. Très concrètement, cette nouvelle forme identitaire se traduit dans la désignation de l'espace puisque le site de l'ancien terril n°7, en voie de réaffectation, a été rebaptisé « zoning de la Valériane », du nom de cette herbe très prisée des chats.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]