Chaosdorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chaos Computer Club Düsseldorf / Chaosdorf e.V.
Logo de l'organisation
Logo de Chaosdorf
Situation
Création 24 avril 2001[1]
Siège Hüttenstrasse 25, Düsseldorf, Allemagne
Coordonnées 51° 13′ 00″ N, 6° 47′ 01″ E
Organisation
Organisations affiliées Chaos Computer Club, Free Software Foundation Europe, Freifunk Rheinland e.V.

Site web chaosdorf.de

Chaosdorf (littéralement "le village du chaos" en langue allemande) est un hackerspace opéré par l'association sans but lucratif Chaos Computer Club Düsseldorf / Chaosdorf e.V. dans la ville de Düsseldorf, en Allemagne. C'est l'antenne locale du Chaos Computer Club[2].

L'association[modifier | modifier le code]

Chaosdorf est principalement financé par les cotisations des membres et par les dons. L'appartenance à l'association n'est en général pas nécessaire pour prendre part aux ateliers et rencontres, qui sont pour la plupart gratuits.

Le but de l'association est la création d'un environnement pour la formation des adultes, la protection des données personnelles dans le monde moderne et la socialisation entre communautés.

L'association organise des rencontres, des CryptoParties[3],[4],[5], du développement logiciel, ainsi qu'à l'occasion, des manifestations[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Chaosdorf a été fondé le 24 avril 2001[1]. Ses premiers espaces étaient situés au Fürstenwall 232, à Düsseldorf-Friedrichstadt[7].

Second hackerspace[modifier | modifier le code]

Plan du hackerspace Chaosdorf

Après un long processus de rénovation[8], Chaosdorf a déménagé dans son nouvel immeuble sur la Hüttenstrasse[9], qui était en 2011 un "nightclub plutôt peu recommandable" (“rather sketchy nightclub”) in 2011[2].

Le hackerspace est composé de quatre salles : un lounge (espace de hacking), une cuisine, une salle multimedia, et un atelier[2],[10]. Chaosdorf possède différentes sortes d'équipements qui servent aux membres dans la réalisation de leurs projets et afin qu'ils puissent proposer des services[11].

Réputation nationale[modifier | modifier le code]

Chaosdorf est connu, dans la culture des hackerspaces allemande, pour l'organisation du Easterhegg 2002 – le premier évènement Easterhegg en dehors d'Hambourg[12] et pour OpenChaos: Hackerspace Design Patterns[13].

Il a reçu une attention de la part des médias en 2013, pour l'organisation d'une grande manifestation à Cologne qui demandait la neutralité du net après que Deutsche Telekom a annoncé réduire les débits du web[6].

Chaosdorf a reçu une attention plus large encore après que Der Spiegel a publié un article à propos de sa microbrasserie in-house non commerciale OwnBeer[14],[2].

Le 30 décembre 2013, le Rheinische Post, un grand quotidien régional allemand, a publié un reportage double page à propos de Chaosdorf[9].

Le hackerspace soutient également des organisations proches comme le Forum Freies Theater[4], la Free Software Foundation Europe[15], Freifunk Rheinland e.V[16], et Sub-Etha[17] en leur fournissant des espaces de réunion, de stockage de matériel, ou de l'infrastructure.

Réputation internationale[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, des membres du magazine technologique en ligne Hack a Day ont publié un article à propos du Chaosdorf – leur première visite dans un hackerspace allemand[2].

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) « Protokoll der Gründungsversammlung », Chaosdorf, (consulté le 30 juillet 2013)
  2. a b c d et e « Hackerspacing in Europe: The Chaosdorf in Düsseldorf », Hack A Day, (consulté le 20 octobre 2013)
  3. (de) « Düsseldorf (D): CryptoParty », unwatched.org, (consulté le 22 octobre 2013)
  4. a et b (de) « Nachbarschaften », Forum-freies-theater.de (consulté le 22 octobre 2013)
  5. (de) « CryptoParty in der GarageBilk », Coworking Space GarageBilk, (consulté le 22 octobre 2013)
  6. a et b (de) « Bündnis ruft zur Demo gegen Drosselpläne der Telekom », Heise.de, (consulté le 30 juillet 2013)
  7. http://dasalte.ccc.de/regional/erfa/duesseldorf.de
  8. https://www.chaosdorf.de/projekte/raum2011/tagebuch/
  9. a et b (de) Sebastian Dalkowski et Andreas Bretz, « In Düsseldorf liegt Nerdistan an der Hüttenstrasse (online version) », Rheinische Post, Rheinische Post Verlagsgesellschaft,‎ (lire en ligne)
  10. (de) « Clubraum », Chaosdorf, (consulté le 30 juillet 2013)
  11. (de) « Resources », Chaosdorf, (consulté le 30 juillet 2013)
  12. (de) Torsten Kleinz, « Familientreffen unter Hackern », Telepolis, Heise.de (consulté le 30 juillet 2013)
  13. (de) « OpenChaos: Hackerspace Design Patterns », Heise.de (consulté le 30 juillet 2013)
  14. (de) Von Judith Horchert, Düsseldorf, « Hackerspace Chaosdorf in Düsseldorf braut sein eigenes Bier », Spiegel.de, (consulté le 30 juillet 2013)
  15. « FSFE Fellowship Meeting », Chaosdorf (consulté le 30 juillet 2013)
  16. (de) SkaveRat, « Freifunkertreffen Düsseldorf », Freifunk-Rheinland.net, (consulté le 30 juillet 2013)
  17. « Sub-Etha », Chaosdorf, (consulté le 30 juillet 2013)