Chantal Safu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chantal Safu
Illustration.
Chantal Safu en mars 2018
Fonctions
Ministre du Genre, des Enfants et de la Famille

(2 ans, 3 mois et 22 jours)
Président Joseph Kabila
Premier ministre Bruno Tshibala
Gouvernement Tshibala
Prédécesseur Marie-Louise Mwange
Successeur Béatrice Lomeya Atilite
Ministre des Affaires sociales
(intérim)

(6 mois et 4 jours)
Président Félix Tshisekedi
Premier ministre Bruno Tshibala
Gouvernement Tshibala
Prédécesseur Eugène Serufuli Ngayabaseka
Successeur Rose Boyata Monkaju
Biographie
Nationalité Congolaise
Parti politique PPRD

Chantal Safu, de son nom complet Chantal Safu Lopusa (parfois orthographié Chantal Safou) est une femme politique congolaise. Elle fut ministre du Genre, des Enfants et de la Famille dans le gouvernement Tshibala de 2017 à 2019, et assura l'intérim du Ministère des Affaires sociales de mars à septembre 2019.

Membre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), elle fut également questeur à l'Assemblée nationale, ainsi que conseillère du Président Joseph Kabila dans le domaine socio-culturel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chantal Safu a travaillé au sein de la rédaction du journal Demain le Congo, dont l'éditeur fut Albert Kisonga Mazakala (1943-2016), ancien ambassadeur de la RDC en Belgique[1].

Au début des années 2000, elle occupe le poste de deuxième questeur à l'Assemblée nationale[2].

En 2007, elle fait son entrée au cabinet du Chef de l'État, en étant nommée par Joseph Kabila conseillère au collège chargé des questions sociales et culturelles[3],[4].

Le 9 mai 2017, Chantal Safu est nommée Ministre du genre, enfant et famille dans le gouvernement de Bruno Tshibala[5]. Elle prend officiellement ses fonctions le 18 mai, succédant à Marie-Louise Mwange. Le jour d'après, elle lance des travaux pour créer un atelier de formation sur l'autonomisation de la femme et de la jeune fille, ainsi que sur le leadership féminin[6].

Le 30 juillet 2018, elle lance une campagne de vulgarisation du Protocole de Maputo, accord international garantissant les droits des femmes : ratifié en 2008 par la RDC, il n'avait cependant été publié au Journal Officiel que le 14 mars 2018. Chantal Safu rappelle que le Protocole prévoit un accompagnement des femmes souhaitant recourir à un avortement médicalisé en cas de viol. La Ministre encourage également les femmes à dénoncer les agressions sexistes qu'elles subissent, qu'il s'agisse de mutilations génitales, de harcèlement sexuel ou de violences domestiques[7],[8].

Lors de l'élection présidentielle de 2018, elle s'engage pour Emmanuel Ramazani Shadary, candidat soutenu par le président sortant Joseph Kabila[9],[10]. Puis, sous la présidence de Félix Tshisekedi, elle assure à partir du 5 mars 2019 l'intérim du Ministère des Affaires sociales à la place d'Eugène Serufuli Ngayabaseka, contraint de démissionner après avoir été élu député[11]. Le 9 septembre, suite à la prise de fonction du gouvernement de Sylvestre Ilunga, elle laisse sa place de ministre du Genre, des Enfants et de la Famille à Béatrice Lomeya Atilite[12], et celle de ministre des Affaires sociales à Rose Boyata Monkaju[13].

Controverse[modifier | modifier le code]

Du 12 au 23 mars 2018, Chantal Safu se rend à la 62e Commission de la condition de la femme, organisée par l'ONU Femmes à New York. Ce voyage fait cependant polémique au Congo : la délégation était composée de 52 personnes, dont plusieurs avaient des fonctions éloignées de la thématique de l'évènement. Le manque de transparence sur le financement du voyage soulève également des questionnements. Le 15 mai, le Premier ministre Bruno Tshibala aurait demandé à la Ministre, dans une lettre[N 1], de régler sa note auprès de l'agence de voyage Sardoine Travel le plus rapidement possible, et ce afin de « sauvegarder la crédibilité du gouvernement »[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Primature dément être à l'origine de la lettre, mais le Ministère du Genre a transmis au journal Jeune Afrique une lettre de l'agence de voyage remerciant le Premier ministre pour son intervention (source)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chantal Safu tient à redynamiser le domaine du Genre, de l’enfant et de la famille », sur kinshasatimes.cd,
  2. Germain Kadima, « Congo-Kinshasa: ACL-PT: Sébastien N'Landu a tiré sa révérence », sur fr.allafrica.com,
  3. « Le Président Joseph Kabila nomme les nouveaux membres de son Cabinet », sur congoplanete.com,
  4. Jeannot Ne Nzau Diop, « Congo-Kinshasa: Construction d'un studio d'enregistrement ultra-moderne », sur fr.allafrica.com,
  5. Pierre Boisselet et Trésor Kibangula, « RDC : Bruno Tshibala dévoile la liste de son gouvernement », sur jeuneafrique.com,
  6. Bernetel Makambo, « Ministère du Genre : Chantal Safou Lopusa prend le bâton de commande », sur digitalcongo.cd,
  7. « Kinshasa : lancement de la campagne de vulgarisation du Protocole de Maputo sur les droits des femmes », sur congoactuel.com,
  8. Alphonse Muderwa, « Protocole de Maputo sur les droits de la femme : Chantal Safou lance la campagne de vulgarisation en RDC », sur 7sur7.cd,
  9. Peter Ngoyi, « Front Commun : les femmes et enfants des militaires et policiers soutiennent Shadary et la machine à voter », sur laprosperiteonline.net,
  10. Sylvie Meta, « La ministre Chantal Safou poursuit la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences sexuelles faites à la femme », sur digitalcongo.net,
  11. Merveilles Kiro, « Bruno Tshibala a remplacé les ministres et vice-ministres élus députés ce mardi », sur politico.cd,
  12. « Ministère Genre : Béatrice Lomeya ATILITE s’installe et promet de bien mener les missions lui confiées », sur pourelle.info,
  13. Prince Mayiro, « RDC : Rose Boyata (ministre des affaires sociales) promet de "tout mettre en œuvre pour que le congolais retrouve son sourire" », sur 7sur7.cd,
  14. Olivier Liffran, « RDC : la ministre Chantal Safou rappelée à l’ordre par la Primature après son voyage polémique à New York », sur jeuneafrique.com,
  15. Eric Wemba, « Tshibala somme la ministre Chantal Safu de payer la créance d’une agence de voyage », sur lephareonline.net,

Sur les autres projets Wikimedia :