Chantal Guittet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guittet.
Chantal Guittet
Chantal Guittet lors des Tonnerres de Brest 2012
Chantal Guittet lors des Tonnerres de Brest 2012
Fonctions
Députée du Finistère
Élue dans la 5e circonscription

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Jacques Le Guen
Successeur Graziella Melchior
Conseillère municipale du Relecq-Kerhuon
En fonction depuis le
(9 ans, 3 mois et 5 jours)
Élection 16 mars 2008
Maire Yohann Nedelec
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Oran (Algérie)
Parti politique PS

Chantal Guittet, née le (62 ans) à Oran (Algérie), est députée du Finistère de 2012 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et emploi[modifier | modifier le code]

Diplômée en économie-gestion et en science politique, elle travaille dans l’Éducation nationale, d’abord dans le secondaire, puis dans le supérieur. Enseignante à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, elle rejoint, en 1992, l'université de Bretagne occidentale[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Militante au parti socialiste depuis 1983, elle a exercé les fonctions de secrétaire de la section des Abers (Nord Finistère) puis déléguée de la 5e circonscription du Finistère. Elle se présente pour la première fois comme candidate aux élections législatives de 2007 dans la cinquième circonscription du Finistère. Dans ces terres traditionnellement ancrées à droite, elle réussit à contraindre le député sortant Jacques Le Guen à un second tour.

En 2008, elle est élue conseillère municipale sur la liste « l’Union pour Le Relecq-Kerhuon ». Elle exerce également les fonctions de conseillère communautaire de Brest Métropole Océane chargée de la formation. Elle devient, en cours de mandat, adjointe au maire chargée des affaires sociales.

Élue avec 57,10 % des voix au second tour le 17 juin 2012[2], elle est la première femme et députée de gauche élue dans cette cinquième circonscription du Finistère depuis les débuts de la Ve République. Opposée au cumul des mandats, elle met fin à ses fonctions d’adjointe du Relecq-Kerhuon peu après son élection au Palais-Bourbon. Elle reste cependant conseillère municipale et est réélue en 2014.

Députée[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale, Chantal Guittet est membre du groupe SRC (socialiste, radical et citoyen) et siège à la Commission des Affaires étrangères. Elle est présidente du groupe d'amitié France-Russie.

En 2013, face à la menace d'une fermeture des abattoirs de l'entreprise GAD, elle s'engage aux côtés des salariés pour lutter contre la fermeture du site[3]. Face à la décision du tribunal de commerce de Rennes qui conduit à la fermeture du site de Lampaul-Guimiliau, elle poursuit son engagement pour accompagner les salariés et obtenir des garanties quant à leur reclassement[4],[5]. Suite aux déclarations d'Emmanuel Macron qualifiant les salariés de GAD d'"illettrés" Chantal Guittet demande des excuses au Ministre de l'Économie aux côtés d'Olivier Le Bras[6].

Avec son collègue Gilles Savary, elle formule une proposition de loi visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale et en particulier sur la fraude au détachement des travailleurs[7],[8]. Elle obtient un durcissement de la législation lors de l'adoption de la proposition le 10 juillet 2014[9].

En décembre 2015, elle se prononce en faveur d'un amendement sur la lutte contre l'évasion fiscale des entreprises, contre l'avis du gouvernement[10].

En janvier 2016, Chantal Guittet s'oppose à l'inscription de la déchéance de nationalité pour les binationaux dans la Constitution[11]. Lors du débat sur la Loi Travail, opposée à l'inversion de la hiérarchie des normes notamment, elle critique fortement le projet du gouvernement évoquant de "graves régression". Interrogée sur la chaîne Tébéo, elle dénonce un "passage en force" lorsque le Premier Ministre, Manuel Valls utilise l'article 49 alinéa 3 de la Constitution pour imposer le texte sans vote[12].

Le 29 janvier 2016, Chantal Guittet est chargée par le Premier Ministre d'une mission sur la pérennisation du financement de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM)[13]. Le 7 juillet 2016, elle remet son rapport à Alain Vidalies, Secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche[14]. Le rapport préconise notamment une augmentation des financements de l'État[15]. Il est salué par le Président de la SNSM, Xavier de la Gorce[16].

Elle est également l'auteure d'une proposition de loi visant à instaurer une dérogation aux délais de paiement interentreprises pour les activités de « grand export », en cours de discussion au Parlement. Ce texte a été adopté à l'unanimité en première lecture à l'Assemblée nationale.

Le 28 septembre 2016, elle défend un amendement visant à instaurer l'obligation de fournir un casier judiciaire vierge pour se porter candidat à une élection[17]. Suite au rejet de cet amendement, elle cosigne le 7 décembre 2016, une proposition de loi dans ce sens[18].

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, elle est nommée responsable thématique « Biodiversité » de sa campagne présidentielle[19],[20].

Lors des élections législatives de 2017, elle est battue au premier tour avec 14,97% des voix et ne peut se maintenir pour le second tour[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chantal Guittet (PS) à Landerneau : « Gommer les inégalités » », dans Le Télégramme, le 6 juin 2007, consulté sur legislatives2007.blogs.letelegramme.com le 4 mai 2015
  2. Résultats de la 5e circonscription du Finistère
  3. « GAD. Chantal Guittet à l'écoute des salariés », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  4. « Gad. Les politiquesen soutien des salariés », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  5. « Chantal Guittet rencontre des ex-salariés de Gad », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Ces «illettrés» de Gad qui ne pardonnent pas à Macron », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  7. LOI n° 2014-790 du 10 juillet 2014 visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale
  8. « Travail détaché : dépôt d'une proposition de loi pour « lutter contre la concurrence déloyale » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  9. « Assemblée nationale - Travail : lutte contre la concurrence sociale déloyale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  10. « Évasion fiscale. Eckert couvre les fraudeurs », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  11. Tudi Crequer, « Révision constitutionnelle : les clivages politiques éclatent en Bretagne », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  12. tebeo, « Adoption de l'article 49.3 : La réaction de Chantal Guittet », (consulté le 9 janvier 2017)
  13. « Chantal Guittet cherche des pistes pour la SNSM », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  14. BFM BUSINESS, « Sauvetage en mer: des pistes pour éviter le naufrage de la SNSM », BFM BUSINESS,‎ (lire en ligne)
  15. Mikaël Roparz, « Les propositions de la députée du Finistère Chantal Guittet pour sauver la SNSM », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  16. « Financement de la SNSM : La Gorce salue le rapport Guittet », sur www.lemarin.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  17. « Assemblée nationale ~ Deuxième séance du mercredi 28 septembre 2016 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  18. « N° 4289 - Proposition de loi de M. Bruno Le Roux visant à instaurer une obligation de casier judiciaire vierge pour les candidats à une élection locale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 janvier 2017)
  19. Marie-Pierre Haddad , « Présidentielle 2017 : ce que traduit le nouvel organigramme de l'équipe de Hamon », rtl.fr, 26 février 2017.
  20. Organigramme de campagne de Benoît Hamon
  21. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 19 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]