Chantal Dupille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chantal Dupille
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
OiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Chantal Eva DupilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Eva R-sistonsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Française
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinction

Chantal Dupille (née le 10 janvier 1944[1]), est une écrivaine, journaliste et blogueuse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

À 20 ans, elle collabore bénévolement à Études tsiganes (articles, documents photographiques et conférences) après avoir vécu un mois avec les Gitans de Grenade[2]. Elle fait des piges pour le magazine Noir et Blanc. Aidée par le consulat de France de la Nouvelle-Orléans, elle réalise un premier document en 16 mm, Napoléon à La Nouvelle-Orléans.

Elle fait son cursus à l'université de Paris, où elle obtient une licence ès lettres modernes, puis est diplômée de l’École supérieure de journalisme de Paris[3]

Elle commence un mémoire sur « La Cour des miracles dans la littérature française » sous la direction de Pierre-Georges Castex. Inachevé, le mémoire est transformé en ouvrage publié chez Hachette Littérature sous le titre Histoire de la Cour des Miracles[4]. L'historien Roger Chartier juge le livre « plus que médiocre[5]. »

Journalisme[modifier | modifier le code]

Chantal Dupille est pigiste à 20 ans pour l’hebdomadaire Noir et Blanc, tout en poursuivant ses études. Dès 1968, elle travaille pour divers organes de presse (Détective, revue médicale…), notamment à partir de 1979,[réf. nécessaire] une dizaine d'années comme pigiste régulière pour les Dernières Nouvelles d’Alsace[6], où elle est chargée de la « page jeunes » dans laquelle est créée la rubrique « Passions de jeunes », tout en collaborant régulièrement au mensuel local, Objectif Alsace, catholique-social, jusqu’en 1991.

En 1975, elle est candidate à l'Académie française[7].

De 1979 à 1984, elle fait également carrière simultanément :

  • à Radio-France-Strasbourg, comme présentatrice du Journal, animatrice (Libre à vous) et chroniqueuse ;
  • à FR3, où elle collabore au Journal du soir, qui diffuse plusieurs de ses documentaires tels Les Compagnons du Tour de France (26 min, juin 1983), Les Motards en colère (moto-club d’Ostwald, en Alsace) et Mulhouse, ville en pentes douces (en faveur de l’accessibilité des villes aux personnes handicapées).

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Chantal Dupille poursuit son engagement politique par le biais de ses blogs, notamment sur les sites Oulala.net, Alterinfo ou encore Dazibaoueb[8], les deux derniers étant considérés selon Article 11 comme des « sites d’extrême droite faussement altermondialistes »[6]. Le site Rue89, ainsi que Article 11 la considèrent comme « conspirationniste »[6] et soulignent ses « sympathies » pour Roger Garaudy[9].

Elle écrit le 19 septembre 2009 dans le webzine altermondialiste Le Grand Soir un article[10] souligné par Article 11 dans son enquête sur les dérives supposées du journal[6].

En 2011, elle promeut la démosophie[Quoi ?]. En mars 2015, elle annonce son départ de la France « dirigée par une horde de fanatiques néo-sionistes », en ajoutant qu'elle voit « cette France radicalement sioniste et franc-maçonne, nauséabonde, ériger en symbole une femen hystérique (sur ses timbres) ou un Charlie Hebdo qui sans cesse crache sur Dieu, le sacré, la famille..., ou encore interdire la traditionnelle crèche de Noël, laisser les Chrétiens se faire massacrer un peu partout dans le monde, et surtout préparer pas après pas le Nouvel Ordre Mondial qui imposera une religion unique satanique ainsi qu'un seul genre humain procréant avec la PMA ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'esprit au féminin, p.154 sur Google Livres
  2. http://fnasat.centredoc.fr/opac/index.php?lvl=author_see&id=5361
  3. Sa fiche sur le site internet de l'association des Anciens de l'ESJ Paris.
  4. Voir sur theses.univ-lyon2.fr.
  5. Roger Chartier, « La « Monarchie d'argot » entre le mythe et l'histoire », dans Les marginaux et les exclus dans l'histoire : Cahiers Jussieu no 5, Paris, Union générale d'éditions, coll. « 10/18 » (no 1290), , 439 p. (ISBN 2-264-00971-3), p. 275-311.
  6. a b c et d Marie-Anne Boutoleau, Joe Rashkounine, « Le Grand Soir : analyse des dérives droitières d'un site alter », sur Article 11,
  7. « Une candidate à l'Académie française », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. « François Hollande dans le collimateur des conspirationnistes », sur Conspiracy Watch,
  9. Ornella Guyet, « Législatives : une tache rouge-brune dans la campagne du front de gauche », sur Rue89, (consulté le 1er juin 2012)
  10. Article d'Eva R-sistons sur le site internet du Grand Soir
  11. Fiche des enragés sur le site de l'éditeur
  12. Crime et châtiment au moyen âge sur Google Livres
  13. http://www.prix-litteraires.net/prix/1430,prix-broquette-gonin.html

Liens externes[modifier | modifier le code]