Chantal Arens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chantal Arens
Madame Chantal Arens, Première Présidente de la Cour de cassation - image libre de droits.jpg
Chantal Arens à la Cour de cassation en 2019.
Fonctions
Première présidente de la Cour de cassation
depuis le
Première présidente de la cour d'appel de Paris
-
Présidente du tribunal de grande instance de Paris
-
Présidente
Tribunal de grande instance de Nanterre (d)
-
Présidente
Tribunal de grande instance d'Evreux (d)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
LaxouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Chantal Marie Anne ArensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
signature de Chantal Arens
signature

Chantal Arens, née le à Laxou (Meurthe-et-Moselle), est une magistrate française, première présidente de la Cour de cassation depuis le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Chantal Arens est titulaire d'un diplôme d'études approfondies en droit public (option droit communautaire) et du certificat d'aptitude à la profession d'avocat[2]. Elle est issue de l'École nationale de la magistrature (ENM).

Carrière[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'ENM en 1979, Chantal Arens est nommée juge d'instance à Saint-Avold et Metz jusqu'en 1984[2]. Entre 1984 et 1989, elle est vice-présidente des tribunaux de grande instance de Thionville, Chartres puis Versailles[2]. Chantal Arens est ensuite détachée en qualité de chef du bureau du droit communautaire au ministère des Postes et des Télécommunications jusqu'en 1993. Seule exception à son parcours de magistrate du siège, elle prend la tête de la section de la délinquance astucieuse au sein du pôle financier du parquet de Paris en 1993[3], avant d'être nommée inspectrice des services judiciaires en 1999.

Par la suite, Chantal Arens est successivement présidente des tribunaux de grande instance d'Évreux, de 2002 à 2007, puis de Nanterre, de 2008 à 2010[2]. Elle est ensuite nommée présidente du tribunal de grande instance de Paris le [4], en remplacement de Jacques Degrandi, avant d'être finalement nommée première présidente de la cour d'appel de Paris le [3],[5]. Ces deux derniers postes correspondent aux deux plus importantes juridictions du pays[4],[6].

En , le Conseil supérieur de la magistrature la choisit pour succéder à Bertrand Louvel en tant que présidente de la Cour de cassation. Elle est la deuxième femme à exercer cette fonction, après Simone Rozès. Le décret de nomination est signé le 22 juillet[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Chantal Arens, Muriel Chagny et Jean-Louis Fourgoux, Le droit français de la concurrence, trente ans après : L'ordonnance du 1er décembre 1986 : rétrospectives et perspectives, Issy-les-Moulineaux, LGDJ, , 317 p. (ISBN 978-2-275-05753-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret du 22 juillet 2019 portant nomination de la première présidente de la Cour de cassation - Mme ARENS (Chantal)
  2. a b c et d «Chantal Arens Premier président de la cour d'appel de Paris», Service de documentation, des études et du rapport (SDER) de la Cour de cassation, 2016, [lire en ligne] [PDF]
  3. a et b Julie Brafman, « Chantal Arens, une magistrate réformiste à la tête de la Cour de cassation », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Jean-Baptiste Jacquin, « Chantal Arens, une femme première magistrate de France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2019).
  5. AFP, « La présidente du TGI de Paris retenue pour présider la cour d'appel de Paris », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  6. Paule Gonzalès, « Chantal Arens devient la première magistrate de France », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]