Chant liturgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Le chant liturgique est un chant chrétien qui accompagne la célébration de la liturgie de la messe, la liturgie des heures et la liturgie des sacrements.

Il consiste à mettre en musique la Parole de Dieu[1] et les prières, comme à ponctuer et accompagner la méditation et les différentes phases de la célébration liturgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Christianisme primitif[modifier | modifier le code]

Dans les trois premiers siècles, le chant liturgique de l'Église est d'abord le psaume chanté en grec par le soliste qui succède à la tradition juive[2].

Chant grégorien[modifier | modifier le code]

Durant le Haut Moyen Âge, les communautés monastiques, puis la totalité de l'Église, adoptent peu à peu le chant grégorien. Ce dernier est chanté a cappella et à l'unisson.

Réforme protestante[modifier | modifier le code]

La Réforme luthérienne s'accompagne d'un renouveau du chant avec l'apparition du choral protestant. Trois différences majeures le distinguent du grégorien. La première est l'utilisation systématique de la langue vernaculaire, en particulier l'allemand lors de la Réforme, Luther ayant lui-même composé un certain nombre de chorals. La seconde différence est la polyphonie, la plupart de ces chorals étant à quatre voix. Enfin, la grande différence d'exécution de ces chants est qu'il n'est plus chanté par un chœur mais par l'ensemble de l'assemblée.

Liturgie post conciliaire[modifier | modifier le code]

Le concile Vatican II promeut, dans l'Église catholique, la liturgie en langue vernaculaire. Dès lors, le latin et le chant grégorien restent une possibilité ouverte aux communautés catholiques, mais la liturgie privilégie en général la forme vernaculaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • [Sacrosanctum Concilium 1963] Paul VI, Sacrosanctum Concilium, Rome, Vatican II, coll. « constitution conciliaire » (no 4), (lire en ligne)
  • [Aimé-Georges Martimort 1989] Aimé-Georges Martimort, « La constitution liturgique et sa place dans l'œuvre de Vatican II », dans Le deuxième Concile du Vatican (1959-1965) : Actes du colloque organisé par l'École française de Rome en collaboration avec l'Université de Lille III, l'Istituto per le scienze religiose de Bologne et le Dipartimento di studi storici del Medioevo e dell'età contemporanea de l'Università di Roma-La Sapienza (Rome 28-30 mai 1986), Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome » (no 113), , 867 p. (ISBN 9782728301881, OCLC 499727219, www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1989_act_113_1_3388), p. 497-509
  • [Olivier Manaud 2013] Olivier Manaud (préf. André Dupleix), La musique liturgique édifie l'Église, Paris, Téqui, coll. « Croire et savoir » (no 63), , 583 p. (ISBN 9782740317884, OCLC 873473191)
  • [Académie catholique de France 2016] L'art de célébrer la liturgie de Vatican II : cinquante ans après la constitution “Sacrosanctum concilium” [Textes issus du colloque “Célébrer la liturgie de Vatican II”, Aix-en-Provence, 3-4 octobre 2013], Paris, Académie catholique de France, coll. « Parole et silence », , 200 p. (ISBN 9782889186884, notice BnF no FRBNF45242290)
  • [Hélène Bricout 2020] Hélène Bricout (dir.), Du bon usage des normes en liturgie : approche théologique et spirituelle après Vatican II, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Lex orandi » (no 9), , 421 p. (ISBN 9782204137331, notice BnF no FRBNF46501024)

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]