Chanira Bajracharya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chanira Bajracharya
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
100 Women ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Chanira Bajracharya (née en 1995 au Népal) est une ancienne Kumari, une divinité vivante dans la tradition népalaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

A l'âge de 5 ans, elle est désignée pour devenir la Kumari de la ville de Patan, où elle réside avec sa famille[1]. Pendant dix ans, elle vit cloîtrée avec des professeurs particuliers, ne posant jamais les pieds par terre[2]. Elle est autorisée à 13 sorties par an, correspondant à des fêtes religieuses[3]. Pendant sa réclusion divine, elle réfléchit à son avenir et se voit travailler dans la banque ou le commerce[4]. Elle apprend aussi l'anglais, qu'elle parle couramment[2]. Sa vie divine prend fin lors de ses premières règles, à l'âge de 15 ans[1]. Elle est remplacée par Samita Bajracharya[5].

Elle est la nièce de Dhana Kumari Bajracharya, la plus vieille Kumari, qui le resta pendant trois décennies[6].

En 2016, elle fait partie des 100 Women de la BBC, qui récompense les femmes les plus influentes de l'année[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-GB) Sonia Narang, « The goddess who still has to do homework », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)
  2. a b et c Kristina Shperlik, « A lonely goddess | Nepali Times Buzz | Nepali Times », sur archive.nepalitimes.com (consulté le 20 mai 2018)
  3. Prisma Média, « Népal Le destin incroyable de cette fillette de 3 ans - Vsd », Vsd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)
  4. https://www.reuters.com/article/us-nepal-goddess/nepals-living-goddess-eyes-banking-career-idUSTRE6360WM20100407
  5. (en) « The Very Strange Life Of Nepal's Child Goddess », NPR.org,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)
  6. « Népal: la plus ancienne "déesse vivante" relate son règne et ses premiers pas », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)