Change (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Change.

Change
Change (Saône-et-Loire)
Vue du village.
Blason de Change
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement d'Autun (pour l'INSEE)
Arrondissement de Chalon-sur-Saône (depuis 2017)
Canton Chagny
Intercommunalité Communauté d'agglomération Beaune, Côte et Sud - Communauté Beaune-Chagny-Nolay
Maire
Mandat
Danielle Pelizzoni
2014-2020
Code postal 21340
Code commune 71085
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2016 en diminution de 6,36 % par rapport à 2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 50″ nord, 4° 38′ 06″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 513 m
Superficie 6,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Change

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Change

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Change

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Change

Change est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Épertully Nolay (Côte-d'Or) La Rochepot
(Côte-d'Or)
Rose des vents
Saint-Gervais-sur-Couches N Dezize-lès-Maranges
O    Change    E
S
Créot Paris-l'Hôpital

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chaanges (1250) ; Changes (1283/84) ; Cheanges (1285) ; Change (1343) ; Chainges (1391) ; Changey (1400) ; Changes soubz Noulay (1450) ; Change près Paris l'Hôpital (1535) ; Change proche Nolay (1663) ; Change-près-Nolay (1783) ; Change (1790).

Histoire[modifier | modifier le code]

Change dépendait autrefois de Nolay. C'est seulement en 1730 qu'une paroisse y fut créée, les habitants s'engageant à continuer d'assurer en partie les réparations de l'église de Nolay. Le 5 septembre 1731, le vicaire général d'Autun autorisait dans la nouvelle chapelle « les bénédictions et l'exposition du Saint-Sacrement aux jours désignés, à la charge de tenir l'autel décent, avec 6 cierges pour le moins, et à la condition qu'es dits jours il n'y aura ni fêtes baladoires ni jeux publics »[1].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du siècle suivant, il y eut une activité d'extraction de minerai de fer (par puits de mine) sur le territoire de la commune, en rapport avec la société Schneider pour ses usines du Creusot[2]. Les ruines des bâtiments des puits Saint-Charles et Saint-Pierre subsistent au début du XXIe siècle[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Change a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[4].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Dominique Lafouge    
mars 2008 En cours Danielle Pelizzoni    

Au 1er janvier 2015, la commune de Change ainsi que sa voisine de Saint-Loup-Géanges ne sont pas intégrées à une intercommunalité alors que la réforme des collectivités territoriales l'y obligeait. Ces deux communes devaient rejoindre Le Grand Chalon mais un recours a été porté sur l’adhésion de la commune de Chaudenay à cette dernière[5]; compte tenu de ce contentieux, la communauté d'agglomération a stoppé le projet d'intégration en attendant le règlement du litige.

En 2016, avec la mise en place du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, la commune est appelée à intégrer finalement la communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 221 habitants[Note 1], en diminution de 6,36 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
366444520473493558556573564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519519655600602630591643568
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543521502351301267230231232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
215231179201204213236235221
2016 - - - - - - - -
221--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Moulin à eau.
  • Église Saint-Roch (XIXe).
  • Le hameau de Marcheseuil, érigé en commune en 1790 (avec François Cas, marchand, pour maire) avant de redevenir hameau et d'être rattaché, successivement, à la commune de Nolay (Côte-d'Or) puis, définitivement, à celle de Change (1802)[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Change (Saône-et-Loire) Blason D'or au pairle de gueules accompagné de cinq merlettes d'argent, une en chef et deux sur chaque flanc l'une au-dessus l'autre.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nos frontaliers », article de Lucien Taupenot (alias Luc Hopneau) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 65 (printemps 1986), page 15.
  2. Le puits Saint-Charles fut le plus profond de ces puits : 38 mètres. Source : Alain Dessertenne et Françoise Geoffray, Les mines de fer du Couchois, 2e partie : sites miniers, revue Images de Saône-et-Loire n° 193 (mars 2018), pp. 4-7.
  3. « Les ruines des puits St-Charles et St-Pierre ».
  4. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  5. [PDF] Procès-verbal de la réunion de la commission départementale de coopération intercommunale de Saône-et-Loire du 4 octobre 2013
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Marcheseuil, un hameau qui refusa d'intégrer la Saône-et-Loire », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 153 de mars 2008, pages 15 et 16.
  11. Voir livre: Gaspard Taupenot Curé de Change par Eugène Meunier édité par Imprimerie Dejussieu et Demasy Autun 1914 (563 pages)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :