Chang Dsu Yao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chang Dsu Yao
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
TaipeiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Sport
Maître
Liu Baojun (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Chang Dsu Yao ou Zhang Zuyao (chinois traditionnel : 张祖堯 ; pinyin : zhāng zǔyáo ; Wade : Chang Tsu-Yao), est un maître d'arts martiaux chinois né le à Peixan et mort le à Taipei. Il enseigna notamment le meihuaquan et le taijiquan.

Son second prénom () est Zhang Chengxun (张成勳, zhāng chéngxūn, Wade : Chang Ch'eng Hsün)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Chang Dsu Yao est né dans le village Chaijicun (柴集村), dans la région administrative de Zhuzhaixiang (朱寨乡), district de Peixian, en 1918.

À six ans[2], il commence à pratiquer le meihuaquan comme disciple de Liu Baojun. En 1938, il entre dans le Junxiao diliu fenxiao (军校第六分校), une branche de l’Académie Wampoa, en Kuei Lin. Il y fait la connaissance de différents maîtres qui lui enseignent le bajiquan, le xingyi quan, le baguazhang, le liangyiquan et le shuaijiao[3]. Il rencontre en particulier Chang Dongsheng et Zhang Qingpo[4], lequel entretenait probablement des liens avec Fu Zhensong[5].

Après l'obtention de son diplôme, il participe à la Seconde Guerre sino-japonaise et à la guerre civile chinoise.

En 1949, il se réfugie à Taïwan où il travaille pour l’armée et la police[6]. Il se lie d'amitié avec Zheng Manqing et Liu Yunqiao, deux maîtres d'arts martiaux renommés. Dans un article écrit pour le Wutan magazine, dirigé par Liu Yunqiao, il décrit comment il conçoit la transmission des arts martiaux:

« Toute ma vie j'ai aimé les arts martiaux chinois et je voulais réveiller chez tous mes compatriotes un intérêt particulier d'un important développement de l'esprit national, pour encourager dans ce but les activités d'arts martiaux chinois, la promotion de la culture traditionnelle chinoise ; je voudrais passer ma vie à étudier la pratique de Meihuaquan et avec l'aide du magazine Wutan, je vais présenter un rapport de cette passion commune, afin de la faire connaître partout dans le monde, ainsi que dans de futures publications.[7] »

— Chang Dsu Yao, Xi Wu Xinde

Parmi ses élèves Meihuaquan à Taiwan, outre le fils Chang Wei Shin, il se souvient de Xu Wenli (徐文理)[8].

Retraité de l’armée en 1975, il s'installe en Italie à Bologna où il ouvre une école d’arts martiaux. En 1977, il part à Milan. Grâce au travail des premiers étudiants de cette ville, il entre dans le FE.S.I.KA, où il dirige la section Kung Fu. Les années suivantes, grâce à la renommée de son école, le maître Chang peut fonder sa propre association, la Feik, affiliée à KFROC, ainsi que le CKWPA. Aujourd'hui, en Italie, l'école singulière des arts martiaux chinois enseignés par Chang Dsu Yao, est connue sous le nom de Kung Fu Chang ou d'École Chang,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. L'enciclopedia del Kung Fu Shaolin, Volume 1°.
  2. Selon les biographies officielles, qui apparaissent dans les livres signés par lui en Italie, il a commencé à pratiquer à cet âge le Shaolinquan et le Taijiquan. De l'article Zhang Zuyao in Peixian, in [1], nous savons que dans Peixian a été publié un Quanpu droit Liupai Meihuaquan, l'école de Liu Baojun. ... Le Quanpu dit qu'il a appris de son Xiongshi兄师 le Meihuaquan, le maître Zhou Houfu, une sorte de frère-capitaine et pas un vrai professeur.
  3. Chang Qing P'o ... enseignés différents styles de Kung Fu (Hsing I Chuan, Pa Kua Chang, Liang I Chuan ...) Ignazio Cuturello, Giuseppe Ghezzi. Kung Fu Shaolin. Milano, De Vecchi Editore, 1996, pag. 8
  4. Dans l'Académie des cadets a reçu instruction d'autres enseignants, et en particulier par Chang Qing P'o. Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. Il Tai Chi Chuan, il segreto dell'energia vitale. Milano, De Vecchi Editore, 1996 (ris.) pag.6
  5. Cela est possible parce que Fu a souvent enseigné aux zones militaires du Guangdong et du Guangxi. Aussi, nous pouvons lire que avec un autre enseignant, dont le nom était Fu, il a étudié la boxe des quatre points cardinaux ou Szu Chuan Hsiang, in Ignazio Cuturello, Giuseppe Ghezzi. Kung Fu Shaolin. Milano, De Vecchi Editore, 1996, pag. 8
  6. Les Biographies italiens sont très vague sur le rôle réel joué par Chang et les institutions dans lesquelles il a dissimulé ces rôles, en fait il y a plusieurs écoles et académies des forces armées, comme il y a différentes écoles de police et les policiers eux-mêmes, vous pouvez également lire que, après la mort de Chang Ching Po, qui a eu lieu au début des années soixante, prend la place de ce dernier, et devient également l'instructeur en chef de la police de Taipei, Ignazio Cuturello, Giuseppe Ghezzi. Kung Fu Shaolin. Milano, De Vecchi Editore, 1996, pag. 8. Actuellement sur Chang Ch'ing Po il ne se trouve pas informations en chinois et le seul élève de Yang Cheng Fu avec un nom semblable assez décédé en 1947 en Chine continentale
  7. Librement traduit d'un essai de Chang Dsu Yao, Xi Wu Xinde (Zhuan) 習武心得(轉), article initialement publié dans la revue Wutan Zazhi
  8. Dans la biographie de Cai Zhengshang, in [2] vous pouvez lire ce que Xu Wenli a été l'élève de Chang Dsu Yao

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. L'enciclopedia del Kung Fu Shaolin, Volume 1°. Roma, Edizioni Mediterranee, 1986-1989 (Trois tomes). (ISBN 88-272-0016-9), (ISBN 88-272-0211-0), (ISBN 88-272-0356-7)
  • (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. Tai Chi Chuan. Milano, De Vecchi Editore, 1989. (ISBN 88-412-8026-3)
  • (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. Il Kung Fu, le tecniche fisiche e mentali per l'autodifesa. Milano, De Vecchi Editore, 1990. (ISBN 88-412-8033-6)
  • (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. Il Tai Chi Chuan, il segreto dell'energia vitale. Milano, De Vecchi Editore, 1996 (ris.). (ISBN 88-412-2013-9)
  • (it) Chang Dsu Yao, Roberto Fassi. Corso pratico di Tai Chi Chuan. Milano, De Vecchi Editore, 1993. (ISBN 88-412-1364-7) (ISBN 88-412-2019-8)
  • (it) Ignazio Cuturello, Giuseppe Ghezzi. Kung Fu Shaolin. Milano, De Vecchi Editore, 1996. (ISBN 88-412-2003-1)
  • (it) Giuseppe Ghezzi. Io e il Maestro. 2004.
  • (zh) Liu Pai Meihuaquan 刘派梅花拳, quanpu (registre genealogique) de l'ecole de Liu Baojun a Peixian
  • (zh) Peixian Wushu Zhi 沛县武术志, Peixian, 2000.
  • (it) Luigi Caforio. Il capostipite. Il figlio di Chang Dsu Yao ne racconta la storia e la formazione. Publié sur Samurai, mensil d'Arts Martiaux.

Liens externes[modifier | modifier le code]