Chandra Wickramasinghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chandra Wickramasinghe
Image dans Infobox.
Chandra Wickramasinghe à l'Université de Buckingham (2012)
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Royal College de Colombo (en)
Trinity College
Université de Ceylan (en)
Université de CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université de Cambridge, université de Buckingham, National Institute of Fundamental Studies (en), University of Ruhuna (en), université de Cardiff, General Sir John Kotelawala Defence University (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Directeur de thèse
Distinction

Nalin Chandra Wickramasinghe (né à Colombo, Sri Lanka, le ) est professeur de mathématiques appliquées et d'astronomie à l'université de Buckingham depuis 2011, directeur du Cardiff Centre for Astrobiology.

Étudiant puis collaborateur de sir Fred Hoyle, leurs travaux conjoints les amènent à remettre au goût du jour une forme de la théorie de la panspermie, proposant que la poussière cosmique présente dans l'espace interstellaire et dans les comètes est partiellement organique et que la vie évolue à partir de cette source plutôt que depuis la soupe primitive. La contrepartie de cette théorie, le pathospermie expliquerait l'apparition subite pour les mêmes raisons de nouvelles pathologies. Chandra Wickramasinghe travaille au développement de méthodes permettant de détecter la vie dans l'espace. Il est expert dans l'utilisation de l'astronomie infrarouge pour l'étude de la matière interstellaire.

Il est Fellow de la Royal Society of Arts et de la Royal Astronomical Society. Son mentor Fred Hoyle est titulaire en 1997 du Crafoord Prize décerné par l'Académie royale des sciences de Suède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C. A. Gunarwardena, « Nalin Chandra Wickramasinghe », in Encyclopedia of Sri Lanka, New Dawn Press, New Delhi, 2006 (2e éd.), p. 385-386 (ISBN 978-1932705485)

Liens externes[modifier | modifier le code]