Chanac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanac (homonymie).
Chanac
Vue générale du village.
Vue générale du village.
Blason de Chanac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton La Canourgue
Intercommunalité CC Aubrac Lot Causse et Pays de Chanac
Maire
Mandat
Philippe Rochoux (MoDem)
2014-2020
Code postal 48230
Code commune 48039
Démographie
Gentilé Chanacois
Population
municipale
1 461 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 02″ nord, 3° 20′ 37″ est
Altitude Min. 612 m – Max. 1 004 m
Superficie 71,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Chanac

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Chanac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chanac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chanac

Chanac est une commune française située dans le département de la Lozère et la région Occitanie.

Les habitants de Chanac se nomment les Chanacois

Climat[modifier | modifier le code]

C'est un climat méditerranéen avec quelques influences océaniques. Le village est surnommé le "petit Nice" par les anciens, le taux d'ensoleillement est le même que la ville de Toulouse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située dans l'aire linguistique de l'occitan languedocien. Le bourg principal est situé sur un éperon rocheux qui domine la vallée d'Olt. Il est situé à une altitude de 650 m. La rivière principale est le Lot (Olt). Une partie de la commune est située sur le causse de Sauveterre à une altitude voisine de 1 000 m.

La commune a une superficie importante de 71 km2 à comparer aux 79 km2 de la commune de Valleraugue (qui comprend la face sud-est du mont Aigoual)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Cannaco en 1109.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Chanac

Son blasonnement est : écartelé : au premier et au quatrième de gueules à trois roses d'or, au deuxième et au troisième fascés d'or et d'azur de six pièces ; sur le tout d'argent à l'aigle de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 Jean Barbut   aubergiste
1795 1796 Jean Bonnefoux    
1796 1799 Alexis Pascal   négociant
1799 1801 Jean Barbut   aubergiste
1801 1801 Jean-Antoine Coulomb    
1809 1809 Alexis Pascal   négociant
1809 1815 Pierre Malafosse   notaire
1815 1825 Nègre   notaire
1825 1830 Jean-Antoine Coulomb   négociant
1830 1848 Jean-Baptiste Cordesse   notaire
1848 1854 Léopold Rimbaud    
1854 1862 Achille Nègre    
1862 1889 Albert Rouffiac    
1889 1905 Amans Rouffiac    
1905 1906 Oswald Cordesse   notaire
1907 1925 Gabriel Rouffiac    
1925 1929 Bernard Dupont de Ligonnès    
1929 1942 Émilien Palmier    
1944 1945 Albert Cordesse    
1945 1947 Émilien Palmier    
1947 1972 Abel Palmier   Médecin - conseiller général
1972 1973 Pierre Valentin    
1973 1995 Janine Bardou UDF Sénatrice - conseillère générale
1995 en cours Philippe Rochoux UDF puis MoDem Conseiller général

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes du Pays de Chanac est créé en 2004. Elle possède 5 communes et son siège se trouve à Chanac. Le , la communauté de communes est dissoute et Chanac appartient désormais à la Communauté de communes Aubrac Lot Causse et Pays de Chanac, dont le siège est situé à La Canourgue.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 461 habitants, en augmentation de 6,18 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 900 1 693 1 770 1 596 1 881 1 834 1 753 1 802 1 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 657 1 704 1 732 1 664 1 661 1 732 1 611 1 517 1 506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 380 1 266 1 165 1 004 970 956 976 955 826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
892 866 988 1 019 1 035 1 153 1 330 1 421 1 461
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Chanac dépend de l'académie de Montpellier qui fait partie de la zone A. La commune possède deux écoles, une publique et une privée.

Les monuments de Chanac[modifier | modifier le code]

Le château de Chanac[modifier | modifier le code]

Article connexe : Château de Chanac.

Le donjon est un vestige d'une forteresse. Il y a deux hypothèses pour sa construction :

  • soit une première forteresse construite en 1194 par Béranger IV, roi d'Aragon ;
  • soit un château édifié par l'évêque Guillaume IV de Peyre en 1220.

La tour de Chanac est un édifice fini au XIIIe siècle et à moitié démoli au XVIIIe siècle.

Il se trouve en haut de la colline de Chanac et à une vue imprenable sur le sacrée coeur . En synthése, il est probable que la construction de la forteresse fut commencée entre 1194 et 1213 pour le roi d'Aragon puis continuée pour l'évêque de Mende propriétaire du lieu à partir de 1213. Âprement disputée pendant les guerres de religion, la forteresse deviendra propriété et résidence d'été des évêques de Mende ce qui conduira à un aménagement en « château de plaisance ».

Le château de Ressouches[modifier | modifier le code]

Article connexe : Château de Ressouches.

Construit entre le XIVe et le XIXe siècle, le château de Ressouches est une propriété de la famille Dupont de Ligonnès, dont les armes sont visibles dans la chapelle du château. Il s'agit de nos jours d'une propriété privée, toujours entre les mains des Ligonnès.

L'église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Construite au XVIIIe siècle, l'église Saint-Jean-Baptiste est le lieu traditionnel de la messe, chaque dimanche. C'est également dans ce lieu que sont célébrés les offices religieux telles que les obsèques et les communions.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chanac comptait parmi ses habitants de prestigieuses personnalités. Ainsi, la famille Dupont de Ligonnès est originaire de Chanac. Elle possédait à ce titre le château de Ressouches. Plusieurs membres de la famille sont enterrées au cimetière de Chanac.

Chanac est également le fief de quelques personnalités politiques renommées. Ainsi, Janine Bardou, maire de la commune de 1973 à 1995, fut sénatrice et présidente du conseil général de la Lozère de 1985 à 1994.

Au milieu des années 80, la famille de l'humoriste Claudia Tagbo, arrivant de Côte d'ivoire, s'est installée et a vécu pendant deux ans à Chanac [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]