Champs sauvages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les champs sauvages en 1200 étaient gouvernés par les Coumans.
La carte de 1648 sur laquelle Guillaume Levasseur de Beauplan a marqué pour la première fois cette steppe.

Champs sauvages (Дике Поле, Дикое Поле, Dzikie pola, Dykra, Loca deserta, sive campi deserti inhabitati) est un terme historique désignant les steppes pontiques au nord de la mer Noire et de la mer d'Azov. Guillaume Levasseur de Beauplan, ingénieur et cartographe militaire français, a utilisé ce nom pour la première fois en 1648 pour désigner une grande partie de l'Europe[1].

Jusqu'au XVIIe siècle, les champs sauvages étaient extrêmement peu peuplés de Nogaï et de nomades cosaques, notamment de cosaques zaporogues[2]. C'est la Nouvelle Russie depuis le XVIIIe siècle. Au Moyen Âge, les champs sauvages s'étendaient au sud-ouest jusqu'à la forêt de Valachie ; à l'est jusqu'à Saraï Batu, et au nord les terres russes.

Hérodote a été le premier à décrire la région comme faisant partie des limites de circonscription des Scythes. À la fin de l'Antiquité et tout au long du Moyen Âge, la route de centaines de clans et de tribus tombés dans la Grande Migration passait par les Champs Sauvages.

Références[modifier | modifier le code]