Champniers (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champniers.

Champniers
Champniers (Vienne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes du Civraisien en Poitou
Maire
Mandat
Jean-Olivier Geoffroy
2014-2020
Code postal 86400
Code commune 86054
Démographie
Gentilé Camponégriens
Population
municipale
350 hab. (2016 en diminution de 2,23 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 07″ nord, 0° 20′ 16″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 157 m
Superficie 20,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Champniers

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Champniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champniers

Champniers est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Camponégriens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Champniers est entouré par les communes de Saint-Romain, de La Chapelle-Bâton, et Romagne. Champniers est située à 40 km au sud-est de Poitiers.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Champniers présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées. Le terroir se compose [2]

  • pour 78 % de Terres Rouges plus ou moins profondes situées sur les plateaux. Ce sont des sols acajou, siliceux, dérivés d’argiles ferrugineuses à silex provenant d’épandages superficiels du Massif Central,
  • pour 17 % de terres de brandes sur les plateaux du Seuil du Poitou,
  • pour 4 % de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) situées aussi sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • pour 1 % de groies profondes dans les plaines. Les groies sont des terres du Sud-Ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière.

La lande est, ici, de type atlantique: elle est souvent dominée par la Bruyère arborescente et l’Ajonc d’Europe qui constituent un couvert difficilement pénétrable pouvant atteindre 3 m de hauteur. Dans ce cas, la lande prend le nom régional de « brandes ». C’est un espace issu de la dégradation et de l’exploitation intensive de la forêt originelle. La lande couvrait jusqu’à la fin du XIXe siècle plusieurs dizaines de milliers d’hectares (90 000 hectares pour le département de la Vienne vers 1877). Cette terre a été largement mise en culture à la suite de défrichements ou boisées avec du Pin maritime. Il s’agit maintenant d’espaces marginaux et menacés car considérés comme « improductifs ». Pourtant, la lande joue un rôle majeur pour une biodiversité qui s’est adaptée et a survécu en leur sein et il s’agit également d’un espace refuge pour de nombreuses espèces de mammifères.

En 2006, 88,8 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 9,2 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 1,7 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d’eau n'a été recensé sur le territoire de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares et les haltes ferroviaires proches de la commune :

Les aéroports les plus proches de Champniers sont :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg avant 1801 était Champiner.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Champniers est dans le canton de Civray (no 6) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Champniers était dans le canton no 5 de Civray dans la 3e circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Jean-Olivier Geoffroy   Conseiller départemental du Canton de Civray
Président de la Communauté de communes

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 350 habitants[Note 1], en diminution de 2,23 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636620631672704707796776825
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
822804857777816830870876864
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
893889845798750732684712658
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
606502400398400348364357348
2016 - - - - - - - -
350--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, la densité de population de la commune était de 18 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La population s'est accrue entre 1999 et 2004 de 6,6 %.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune de Champniers ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie de Champniers administre une population totale de 367 personnes. À cela, il faut soustraire les résidences secondaires (10 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 357 habitants.

Selon l'Insee, La répartition par sexe de la population est la suivante :

  • en 1999 : 51,7 % d'hommes et 48,3 % de femmes.
  • en 2004 : le nombre d'hommes était de 50,3 % et le nombre de femmes de 49,7 %.
  • en 2010 : 49,4 % d'hommes pour 50,6 % de femmes.

En 2004 :

  • Le nombre de célibataires était de : 24,9 % dans la population,
  • Les couples mariés représentaient 58,2 % de la population et les divorcés 3,4 %,
  • Le nombre de veuves et veufs était de 13,5 %.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Champniers dépend de l'académie de Poitiers (rectorat de Poitiers) et son école primaire publique dépend de l'inspection académique de la Vienne. Les communes de Blanzay et Champniers ont mis en place un regroupement pédagogique intercommunal. La commune de Blanzay accueille trois classes (maternelle et primaire) et la 4e classe (primaire) du regroupement pédagogique est située à Champniers.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Cultures près d'Erveux, au nord de la commune

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 24 exploitations agricoles en 2010 contre 31 en 2000[9].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 2 078 hectares en 2000 à 1 902 hectares en 2010. 55 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre,orges et maïs), 30 % pour les oléagineux (colza et tournesol) , 11 % pour le fourrage et moins de 1 % reste en herbes[9].

Six exploitations en 2010 (contre 10 en 2000) abritent un élevage de bovins (385 têtes en 2010 contre 440 têtes en 2000). 5 exploitations en 2010 (contre 11 en 2000) abritent un élevage d'ovins (182 têtes en 2010 contre 399 têtes en 2000). L'élevage de chèvres est dominant: 840 têtes en 2000 répartis sur 6 fermes contre 1 101 têtes en 2010 répartis sur 3 fermes. C’est un des troupeaux importants de caprins du département de la Vienne (74 500 têtes en 2011) qui est le deuxième département pour l’élevage des chèvres derrière le département des Deux-Sèvres[10]. La vocation laitière du troupeau est très forte. Moins de 2 % des élevages caprins sont non laitiers en 2000. La quasi-totalité de la production laitière, en constante augmentation (de 2000 à 2011 : + 44 %[11]) est livrée à l’industrie agro-alimentaire soit 96 % des 485 000 hectolitres récoltés dans l’ensemble du département de la Vienne en 2004. La production de fromage à la ferme reste très marginale et ne représente que 1 % de la production de lait et 6 % des fermes. 75 % des élevages sont basés sur un système de production de type hors sol, la surface agricole étant destinée essentiellement dans ce cas, à la production de fourrage. 75 % de ces exploitations n’élèvent que des chèvres[12].

L'élevage de volailles a disparu en 2010 (292 têtes sur 17 fermes en 2000)[9]

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Chabichou du Poitou (AOC)
  • Beurre Charente-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charente (AOC)
  • Beurre des Deux-Sèvres (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Porc du Limousin (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)

Commerce et service[modifier | modifier le code]

En 2012, il ne reste plus qu'un seul commerce à savoir une boulangerie.

Les marchés les plus proches sont organisés un à Chaunay, le lundi matin, place du Marché (30 exposants) et deux à Civray (Vienne), place Leclerc : l'un a lieu le mardi matin (75 exposants), et l'autre le vendredi matin (25 exposants).

Activité et emplois[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 60,7 % en 2004 et 63,7 % en 1999.

Le taux de chômage était :

  • en 1999 : 7,8 %,
  • en 2004 : 8,5 %,
  • en 2011 : 7,5 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 40,4 % de la population en 2004 et 34,8 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La place des Tilleuls et le monument aux morts.
La croix hosannière du cimetière.
  • Le musée rural du Vieux Cormenier. Il propose de remonter le temps et de plonger dans la vie rurale d'autrefois au travers de 16 scènes : de la naissance à la dernière moisson, au début du XXe siècle. Le musée présente une belle collection d'outils et de nombreuses machines agricoles anciennes dont des tracteurs aux roues en fer, un pressoir de 1741, un vieil alambic. Toutes ces machines sont en état de fonctionnement. De nombreuses animations y sont organisées permettant de voir les anciennes machines agricoles en action, de déguster du pain sortant d'un ancien four...
  • Belle croix hosannière au cimetière. C'est une croix supportée par un fut constitué d'un faisceau de quatre colonnes cylindriques engagées dans un noyau central. Chacune de ces colonnes repose sur une base circulaire moulurée, qui a pour assise une base carrée. La croix hosannière tire son nom de l'hébreu Hosanna, premier mot d'un hymne chantée le jour des Rameaux. Les villageois se rendaient en procession jusqu'au cimetière ce jour-là. Une fois arrivés au pied de la croix, ils entonnaient l'Hosanna.
  • Quelques forêts à visiter proches de Champniers :
* Bois de Charroux à 16,9 km,
* Forêt de Ruffec à 20,8 km,
* Bois de Coussières à 17 km,
* Bois des Cartes à 22,5 km,
* Forêt de Saint-Sauvant à 22,7 km.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  3. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  4. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013
  11. Panorama de l’Agriculture en Vienne – juin 2012 – Chambre d’Agriculture de la Vienne
  12. Agreste – Bulletin no 11 de décembre 2005
  13. Poitou-Charentes Nature, 2000