Championnats du monde d'aviron 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Championnats du monde d'aviron 2015
Description de l'image Logo aviron 2015.jpg.
Généralités
Sport Aviron
Organisateur(s) Fédération internationale des sociétés d'aviron
Édition 45e
Lieu(x) Aiguebelette-le-Lac
Drapeau de la France France
Date Du 30 août au
Nations 77[1]
Participants 1300
Épreuves 27
Site(s) Lac d'Aiguebelette

Navigation

Les championnats du monde d'aviron 2015, quarante-cinquième édition des championnats du monde d'aviron, ont lieu du 30 août au à Aiguebelette-le-Lac, en France.

Ce lac a déjà accueilli les championnats du monde d'aviron en 1997 et une épreuve de la coupe du monde en 2014.

Cette édition des championnats du monde permet aux meilleurs bateaux de se qualifier pour les Jeux olympiques de 2016 qui auront lieu à Rio de Janeiro.

En deux de couple poids légers masculins, les favoris Stany Delayre et Jérémie Azou remportent le titre mondial pour la première fois. En deux de pointe masculin, les « invincibles » Eric Murray et Hamish Bond remportent leur sixième titre mondial consécutif. Lors du huit féminin, les Américaines ont décrochés leur 10e titre consécutif (jeux olympiques et championnats du monde confondus).

La Grande Bretagne termine première au classement des médailles avec cinq titres. Elle devance la Nouvelle-Zélande et l'Allemagne.

Organisation[modifier | modifier le code]

Sélection de la ville organisatrice[modifier | modifier le code]

La candidature française est déposée en 2009[Dossier 1],[2]. Cinq fédérations étaient candidates avec des compétitions prévues à Aiguebelette, Varèse, Strathclyde Country Park, Brest (Biélorussie) et Brandebourg-sur-la-Havel[3],[4].

Brest (Biélorussie) et Brandebourg-sur-la-Havel ont renoncé juste avant la présentation officielle devant le Conseil d’administration de la Fédération internationale des sociétés d'aviron (FISA), en juin 2011 à Hambourg[3]. Le conseil de la FISA a désigné Aiguebelette comme candidat lors du Congrès de la FISA du 5 septembre 2011[3],[5]. Le congrès de la FISA a voté en majorité pour la candidature française (110 voix sur 143)[3],[6]. La candidature française s'est imposée aux dépens des candidatures de Varèse et Strathclyde Country Park[3].

Site de la compétition[modifier | modifier le code]

Un lac vu depuis le ciel
Le lac d'Aiguebelette
Article détaillé : Lac d'Aiguebelette.

Il s'agit du troisième lac naturel de France[Dossier 2],[7]. Le lac est classé Réserve naturelle régionale en 2015 afin de préserver la diversité de la faune et de la flore[7].

Le site a déjà accueilli les championnats du monde juniors d'aviron en 1990, les championnats du monde d'aviron en 1997 et une épreuve de la coupe du monde en 2014 ainsi que sept fois les championnats de France (1995, 1997, 1999, 2002, 2006, 2009 et 2011)[8]. Chaque année depuis 1984, la régate internationale Savoie Mont Blanc s'y dispute et accueille plus de 2 000 rameurs[8].

Par rapport aux championnats du monde d'aviron 1997, le départ et l'arrivée du bassin changent afin de respecter le cahier des charges de la FISA[Dossier 3],[2]. Ce changement, présent dès le début de la candidature[9], est très contesté par les riverains et des associations locales[10],[11],[12],[13].

L'installation de la tribune provisoire (2 700 places[14]) et des lignes d'eaux a eu lieu du 16 au 24 août[15]. Un centre de presse de 400 m² a été installé[16].

Comité d'organisation[modifier | modifier le code]

trois personnes debout devant un lac
Discours d'Hervé Gaymard, en compagnie de Denis Guillermard (CC du Lac d'Aiguebelette) et de Jean-Christophe Rolland (FISA).

Le comité d'organisation est organisé sous la forme d'une association composée de la Fédération française d'aviron et du conseil départemental de la Savoie[Dossier 4]. La communauté de communes du Lac d'Aiguebelette, l'Assemblée des pays de Savoie, la région Rhône-Alpes et le Centre national pour le développement du sport sont également parties prenantes[Dossier 4]. Hervé Gaymard en est le président[Dossier 4].

L'organisation a un budget de 8,4 millions d'euros[17]. 600 « équipiers » aident l'organisation[18],[19].

La Fédération française d'aviron espère que ces championnats vont permettre d'augmenter l'éclairage médiatique de la discipline et augmenter le nombre de ses licenciés[20].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Une foule regardant un spectacle
Cérémonie d'ouverture au Sougey.

Le compétitions se déroulent du 30 août au 6 septembre 2015[Dossier 5]. La cérémonie d'ouverture est prévue le 29 août sur la plage du Sougey et 3 000 spectateurs y sont attendus[Dossier 5],[21]. 255 musiciens, 200 choristes, 49 comédiens et 6 circassiens participent à cette cérémonie d'ouverture[22].

Les entraînements sur le lac ont débuté le 26 août[23].

Le calendrier des épreuves est le suivant[24] :

Q Qualifications R Repêchages ¼ Quart de finales ½ Demi-finales F Finales
Hommes
Date → Dim 30 Lun 31 Mar 1 Mer 2 Jeu 3 Ven 4 Sam 5 Dim 6
M1x Q R ¼ ½ F
LM1x Q R ¼ ½ F
M2x Q R ¼ ½ F
M2− Q R ¼ ½ F
M2+ Q F
LM2x Q R ¼ ½ F
LM2− Q R ½ F
M4x Q ½ F
M4− Q R ½ F
LM4x Q ½ F
LM4− Q ¼ ½ F
M8+ Q R ½ F
LM8+ Q F
Femmes
Date → Dim 30 Lun 31 Mar 1 Mer 2 Jeu 3 Ven 4 Sam 5 Dim 6
W1x Q R ½ ½ ½ F
LW1x Q R ½ F
W2x Q R ¼ ½ F
W2− Q R ½ F
LW2x Q R ¼ ½ F
W4x Q ½ F
W4− Q F
LW4x Q ½ F
W8+ Q R F
Handisport
Date → Dim 30 Lun 31 Mar 1 Mer 2 Jeu 3 Ven 4 Sam 5 Dim 6
ASM1x Q R ½ F
ASW1x Q R ½ F
TAMix2x Q R ½ F
LTAMix2x Q R ½ F
LTAMix4+ Q R ½ F

Participants[modifier | modifier le code]

Participants par pays[modifier | modifier le code]

1 300 athlètes représentant 77 pays participent à cette édition des championnats du monde ce qui constitue un nouveau record[25]. L'année dernière, 1 168 rameurs de 60 pays différents avaient participé à la compétition[26].

Les États-Unis est le pays qui a engagé le plus de bateaux et de rameurs[27].

Des petites délégations comme la Lituanie, la Tunisie ou le Vanuatu ont préparé cette compétition au lac de Paladru[28]. L'équipe de France a préparé cette compétition au lac de Vouglans[29].

18 athlètes avaient participé au Championnats du monde d'aviron 1997 également organisé à Aiguebelette, 18 ans plus tôt[30]. On retrouve parmi ses onze athlètes Olaf Tufte et Ekaterina Karsten, doubles champions olympiques, ou encore Marcel Hacker[30]

Voilà un tableau montrant le nombre de bateaux et de rameurs engagés par pays[31].

Enjeux et objectifs[modifier | modifier le code]

Ces championnats du monde sont le premier événement qualificatif pour les Jeux olympiques de 2016 qui auront lieu à Rio de Janeiro[Dossier 6]. De nombreux athlètes font de la qualification olympique leurs objectifs[32],[33],[34],[35].

La France qui engage 18 bateaux vise cinq médailles dont deux titres[36],[37] ainsi que la qualification olympique d'un maximum de bateaux[37]. L'objectif est le titre en deux de couple poids léger (LM2x) avec Stany Delayre et Jérémie Azou ainsi que des médailles en deux sans barreur avec Germain Chardin et Dorian Mortelette, en deux de couple avec Hugo Boucheron et Matthieu Androdias et en Quatre sans barreur avec Thibault Colard, Guillaume Raineau, Thomas Baroukh et Franck Solforosi[38]. Le 8 français vise une qualification olympique pour la première fois depuis 2004[38],[35].

British Rowing (en) engage 23 bateaux sur ces championnats[34]. En quatre de pointe, les Britanniques, tenants du titre, viseront l'or avec Alan Sinclair, Stewart Innes, Tom Ransley et Scott Durant[34]. Les Britanniques visent une dizaine de médailles comme lors des précédents championnats du monde[35].

Rowing New Zealand (en) engage un bateau dans les quatorze épreuves olympiques pour la première fois[39]. La Fédération souhaite remporter six médailles lors de ces championnats[39] et que tous les bateaux engagés dans des épreuves olympiques se qualifient pour les Jeux olympiques[40]. Les Néo-Zélandais visent au minimum six médailles[35].

Rowing Australia (en) engage des bateaux dans 12 des 14 épreuves olympiques, dans trois épreuves paralympiques et trois épreuves non olympiques[41]. La Fédération vise la qualification olympique des 12 bateaux engagés dans les épreuves olympiques ainsi que des trois bateaux engagés dans les épreuves paralympiques[41],[35]. Kim Crow vise le titre en skiff[41],[35].

Deutscher Ruderverband engage un bateau dans chaque épreuve olympique et non olympique[42]. Dans les épreuves paralympiques, la fédération engage trois bateaux[42].

L'Italie (it) est représenté par 77 athlètes qui sont engagées dans 23 courses (13 masculines, 6 femmes, 4 para-aviron)[43],[44].

La Fédération américaine d'aviron (en) amène 87 athlètes lors de ces championnats et engagent 27 bateaux[45]. La Fédération américaine espère un record de médailles lors de cette édition[45].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Résumés[modifier | modifier le code]

Premier jour – dimanche 30 août[modifier | modifier le code]

quatre hommes pratiquant l'aviron
Premières courses.

La température est comprise entre 25 et 30 °C pour cette première journée de course[46]. En skiff poids légers messieurs, l’Italien Marcello Miani, champion du monde en titre, a facilement remporté sa série[46]. En deux sans barreur messieurs, les Néo-Zélandais Hamish Bond et Eric Murray, champions du monde en titre et invaincus depuis 2009[47], se qualifient pour les quarts de finale[46]. En deux de couple poids léger (LM2x), les Français Stany Delayre et Jérémie Azou, grands favoris de l'épreuve[46], ont remporté leur série avec près de trois secondes d'avances sur leur poursuivant[48]. En skiff masculin, les trois médaillés des précédents championnats du monde, Mahé Drysdale, Ondřej Synek et Ángel Fournier, remportent leur série[46]. Le quatre sans barreur britannique, champion du monde en titre, a été battu par l'Italie en séries et doit donc passer par les repêchages[49].

Deuxième jour – lundi 31 août[modifier | modifier le code]

En deux de couple messieurs, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias ont réalisé le meilleur des séries en min 8 s 8 à neuf secondes du record du monde. Dans cette épreuve, sont également qualifiés pour les quarts, les champions du monde croates, l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne et la Pologne[50]. Dans le huit, l'Allemagne et la Grande Bretagne sont qualifiées pour la finale[50],[51]. La France, l'Italie, la Russie, la Pologne et la Chine disputeront les repêchages mercredi[50]. Dans le quatre sans barreur poids légers messieurs, la France, le Danemark, la Nouvelle-Zélande et la Suisse se qualifient directement pour les demi-finales[50].

Troisième jour – mardi 1er septembre[modifier | modifier le code]

Cette journée est consacrée aux repêchages[52],[53]. Lors de cette journée, les conditions météorologiques sont moins bonnes que les jours précédents[53]. En effet, le temps est couvert et par moment pluvieux avec du vent[53]. En deux sans barreur, la Finlande, l'Ukraine, la Chine et le Brésil se qualifient pour les quarts de finale[52]. Dans la série du huit poids légers messieurs, l'Allemagne s'impose devant la France et la Turquie[53]. Le seul enjeu de cette série était l'attribution des couloirs pour la finale[53]. L'objectif des français est d'être champions du monde[53]. Le quatre sans barreur britannique, champion du monde en titre, remporte sa course devant l'Espagne et la France et se qualifie pour les demi-finale[53]. La France échoue à sept centièmes de seconde de l'Espagne et ne se qualifie pas pour les jeux olympiques[52]. En quatre de couple, le Canada passe en demi-finale[53]. Ce bateau est notamment composé de Julien Bahain, médaillé olympique avec la France en 2008[53].

Quatrième jour – mercredi 2 septembre[modifier | modifier le code]

des bateaux à l'entraînement
Entrainements au soir du quatrième jour.

Des demi-finales de classement, des quarts de finale et des repêchages sont au programme de cette quatrième journée[54]. En deux de pointe avec barreur, la Biélorussie domine le repêchage[55]. En deux sans barreur, les Néo-zélandais Eric Murray et Hamish Bond se qualifient facilement pour les demi-finales[56]. En deux sans barreur hommes, Germain Chardin et Dorian Mortelette, vice-champions olympiques en 2012, domine leur quart de finales et se qualifient donc pour les demi-finales[55]. En deux de couple hommes poids léger, les champions du monde en titre sud-africains James Thompson et John Smith remportent leur quart de finales[57]. Jérémie Azou et Stany Delayre, vice-champions du monde en 2014 remportent leur course devant l'Allemagne et l'Autriche et se qualifient pour les demi-finales[55],[56]. Lors du huit, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Russie et l'Italie ont rejoignent les Britanniques et les Allemands en finale[56]. La Pologne et la France sont éliminés[56]. En deux de couple féminin, l’Australie remporte son quart de finales devant la France et le Canada[55],[58].

Cinquième jour – jeudi 3 septembre[modifier | modifier le code]

Des quarts de finale, des demi-finales et les finales handisports sont au programme de cette cinquième journée[59]. 900 collégiens, 600 invités du Comité d’organisation et plus de 2 000 spectateurs assistent aux courses de cette journée[60]. En deux sans barreur dames, les Américaines remportent leur demi-finale devant l'Afrique du Sud et le Canada[59]. Dans l'autre demi-finale, les Britanniques tenantes du titre l'ont emporté devant la Nouvelle Zélande et le Danemark[59]. Ces six pays sont qualifiés pour la finale[59]. En deux de pointe poids-légers masculin, la Grande Bretagne, l'Italie, L'Australie, la France, l'Allemagne et les États-Unis se qualifient pour la finale[59]. Lors des demi-finales du skiff masculins, l’Italien Marcello Miani, tenant du titre, est éliminé[59]. En skiff dames poids-léger, la Néo-zélandaise, Zoe McBride et l'Américaine Kathleen Bertko remportent les demi-finales[59]. En deux sans barreur masculin, les multiples champions du monde et champions olympiques Néo-Zélandais, Eric Murray et Hamish Bond, s'impose dans leur demi-finale devant les serbes et les italiens[59]. Dans la seconde demi-finale, les britanniques s'imposent devant les australiens et les néerlandais[59]. Les français Germain Chardin et Dorian Mortelette termine quatrième de la seconde demi-finale et sont par conséquent éliminés[59]. En deux de couple poids légers masculins, Stany Delayre et Jérémie Azou ont mené de bout en bout leur demi-finale et se qualifie pour la finale[59]. En demi-finale du deux de couple poids-léger féminin, les championnes du monde néo-zélandaises Sophie Mackenzie et Julia Edward s’imposent devant les Britanniques et les Allemandes[59]. Dans l'autre demi-finale, le Canada l'emporte devant l’Afrique du Sud et le Danemark[59]. En quatre de pointe, les Italiens devancent les champions du monde britanniques et les Canadiens dans la première demi-finale[59]. Dans la seconde course, les Pays-Bas ont devancé l’Australie et l'Allemagne[59]. En handisport, les français Perle Bouge et Stéphane Tardieu, vice-champions du monde en 2014, termine 3e de la finale derrière l’Australie, tenant du titre, et la Grande-Bretagne[59],[61]. En skiff masculin, Erik Horrie (en) a remporté le titre pour la troisième fois[61]. Il a devancé le britannique, Tom Aggar (en), champion paralympique en 2008 et Igor Bondar[61]. En skiff féminin, l'Israélienne, Moran Samuel, deuxième en 2014, a remporté le titre[61]. Elle a devancé la Britannique Rachel Morris et la Norvégienne Birgit Skarstein, championne du monde en titre[61]. Dans le quatre avec barreur, la Grande Bretagne, tenante du titre, l'a emportée devant les États-Unis et le Canada[61]. Les Britanniques ont remporté une médaille dans chaque course handisport[61].

Sixième jour – vendredi 4 septembre[modifier | modifier le code]

Trois athlètes vue de faces
Podium du skiff poids légers féminin.

Cinq demi-finales, des finales de classement et les finales des bateaux non olympiques sont au programme de cette sixième journée[62]. En deux de couple féminin, les championnes du monde Néo-zélandaises,Eve MacFarlane et Zoe Stevenson, se sont imposés de justesse devant les Lituaniennes, championnes du monde en 2013[63]. Les six bateaux étaient regroupés en moins de 2 s à la mi-course[63]. Dans la seconde demi-finale, les Grecques ont bataillé toute la course avec les Polonaises, championnes d'Europe en 2015, et se sont finalement imposés[63]. Les Allemandes prennent la dernière place qualificative pour la finale[63]. En deux de couple masculin, les frères Sinkovic, champions du monde en titre, ont mené la course de bout en bout[63]. Il y avait trois pays (Australie, Nouvelle-Zélande et l'Italie) pour deux places[63]. Finalement, l'Australie termine devant la Nouvelle Zélande et l'Italie termine 4e[62],[63]. Dans la seconde demi-finale, l’Allemagne s'impose devant la Lituanie et la France[62],[63]. En demi-finale du quatre sans barreur poids légers masculins, le Danemark s'est imposé devant les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande[62],[63]. Dans l’autre course, la Suisse remporte la course devant la France et l'Italie[62]. La Grande-Bretagne, championne olympique en 2012, termine 4e et est éliminé[63]. Lors du skiff masculin, Mindaugas Griskonis remporte la première demi-finale après avoir mené durant toute la course devant le Tchèque Ondrej Synek et le Cubain Angel Fournier Rodriguez[63]. Dans la seconde demi-finale, Mahé Drysdale, champion olympique en 2012, s'est imposé devant Damir Martin et Olaf Tufte, 39 ans, champion olympique en 2004 et 2008[63]. En skiff féminin, Jungli Duan a remporté la première demi-finale[63]. Elle s'est imposé devant Mirka Knapkova, championne olympique en 2012, et l'Américaine Genevra Stone (en)[63]. L'Autrichienne, Magdalena Lobnig, en tête en début de course termine finalement 4e[63]. Dans la seconde demi-finale, Kim Crow, la favorite, qui n'a pas perdu une seule course de la saison[64], s'est imposé aisément[63]. Derrière trois athlètes (la Lituanienne Lina Saltyte, la Suissesse Jeannine Gmelin et la Biélorusse Tatsiana Kukhta) se battent pour la qualification[63]. Jeannine Gmelin parvient à terminer deuxième devant la Canadienne Carleen Zeeman qui a remonté les autres concurrentes en fin de course[63].

Lors de la finale du quatre sans barreur féminin, les Américaines l'emportent devant la Grande-Bretagne et la Chine[62]. Lors de la finale du deux barré masculin, les Anglais s’imposent devant les Allemands et les Serbes[62]. L'équipage français Jean-Baptiste Macquet et Romain Delachaume barrés par Benjamin Manceau terminent 6e[62]. En deux sans barreur poids légers, la Grande-Bretagne l'emporte devant La France et l'Italie[62],[65]. Le Néo-zélandais Adam Ling l'emporte en skiff poids légers[62],[66]. En skiff poids légers féminin, la favorite Néo-zélandaise Zoe McBride, 19 ans, l'emporte devant la Britannique Imogen Walsh et l'Américaine Kathleen Bertko[62],[66]. Le quatre de couple poids légers masculin est remporté de justesse par la France devant l'Allemagne[62],[65]. En huit poids légers masculins, l'Allemagne l'emporte devant la France[62]. Fabrice Moreau termine sa carrière sur une médaille d'argent remporté avec le huit poids léger[62].

Septième jour – samedi 5 septembre[modifier | modifier le code]

Deux hommes se congratulent sur un ponton
Stany Delayre et Jérémie Azou à l'arrivée.

Des finales de classement et des finales de bateaux olympiques sont au programme de cette septième journée[67]. Il fait très beau et le public est nombreux[67]. Bernard Lapasset, président de la Fédération Internationale de Rugby et Denis Masseglia, président du Comité National Olympique et Sportif Français et ancien président de la Fédération française d'aviron assistent aux courses de cette journée[67]. Lors de la finale du deux sans barreur féminin, la paire britannique composé d'Helen Glover et de Heather Stanning, sacrés en 2013 et 2014 et invaincus en 2015[68], remportent le titre devant les Néo-zélandaises[69] qui étaient troisième en 2014 et les américaines, vice-championnes l'an dernier[67]. Les Néo-Zélandais Eric Murray et Hamish Bond ont remporté un sixième titre mondial en deux de pointe[67],[69]. Ils sont qualifiés d'« invincibles » car il s'agit de leur 61e victoire consécutive dans des régates internationales[69]. Ils ont devancé de trois longueurs les britanniques et les serbes[67]. En deux de couple poids-légers, les favoris français Stany Delayre et Jérémie Azou l'emportent[Aviron 1],[70],[67]. Il s’agit de leur 36e victoire en 37 courses[Aviron 1]. Leur seule défaite est la finale des championnats du monde 2014[Aviron 1]. Ils ont devancé d'un bateau les Britanniques et les Norvégiens qui avaient déjà terminé 3e en 2014[67]. Les Sud-Africains, tenants du titre, terminent 4e[67]. Les Néo-zélandaises Sophie Mackenzie et Julia Edward ont conservé leur titre en deux sans barreur poids léger dames[69],[67]. Elles ont devancé de plus d'1 s les Britanniques et l’Afrique du Sud[69],[67]. En quatre sans barreur masculin, la course est indécise[71]. Les Italiens, deuxièmes des étapes de coupe du Monde à Varese et Lucerne, ont remporté le titre mondial devant les Australiens et les Britanniques[67]. En quatre de couple féminin, les Américaines, troisièmes en 2014, ont dominé les Allemandes, pourtant victorieuses des trois manches de Coupe du Monde, et les Néerlandaises[67]. Il s'agit de la première victoire des États-Unis dans cette course[72]. Dans le quatre de couple masculin, l'Allemagne, troisième en 2014, a remporté le titre devant les Australiens et les Estoniens[67]. Les champions en titre, les Ukrainiens, avaient été éliminés en demi-finales[69],[67].

Huitième jour – dimanche 6 septembre[modifier | modifier le code]

Neuf hommes se félicitent à l'arrivée de leur course dans leur bateau
Le 8 britannique à l'arrivée.

Les dernières finales sont au programme de cette huitième et dernière journée[73]. Lors de cette journée, cinq membres du CIO (Denis Oswald, Anita DeFrantz, John Coates, Tony Estanguet et Thomas Bach) sont présents ainsi que Thierry Braillard[73],[Aviron 2]. Lors du deux de couple féminin, ce sont les Néo-zélandaises, Eve MacFarlane (en) et Zoe Stevenson (en), qui conservent leur titre de justesse devant la Grèce et l’Allemagne[73]. Les champions du monde en titre les frères Martin et Valent Sinkovic s'imposent sur le deux de couple[73]. Ils ont battus la Lituanie et la Nouvelle–Zélande qui est championne olympique en titre[73],[74]. L'Allemagne termine 4e devant l’Australie, médaillée de bronze en 2014, et la France[73]. Dans le quatre de pointe poids légers, la Suisse l'emporte devant le Danemark et la France[73]. Absent des podiums en coupe du monde lors de la saison 2015, le Tchèque, Ondřej Synek, réussit à conserver son titre dans le skiff[73]. Il a devancé de justesse[75] le Néo-zélandais, Mahé Drysdale, et le Lituanien, Mindaugas Griškonis[73]. En skiff féminin, la logique a été respectée avec la victoire de l’Australienne Kim Crow, vice-championne du monde en 2014, qui s'impose une marge confortable devant la Tchèque Knapkova et la Chinoise Duan[73]. La tenante du titre, Emma Twigg (en) était absente car en raison de ses études elle n'a pas pu s’entraîner avec l'équipe nationale[76]. Dans le huit, les champions du monde en titre, les britanniques, l'ont emporté d'« une pointe » devant les champions olympique allemands[73]. Pour la troisième place, les Pays-Bas ont pris le meilleur à la photo-finish sur les Néo-Zélandais double champions du monde moins de 23 ans[73]. Lors du huit féminin, les Américaines ont décrochés leur 10e titre consécutif (jeux olympiques et championnats du monde confondus)[77].

Résultats[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Trois drapeaux au dessus d'un podium
Podium Skiff M1x : CZE-NZL-LTU.
Deux hommes dans un bateau
Deux de couple M2x : Croates médaillés d'or.
Quatre hommes debouts
Quatre de pointe poids légers LM4- : Français médaillés de bronze.
Trois drapeaux au dessus d'un podium
Podium Huit poids légers LM8+ : GBR-GER-NED.
Épreuves Or Argent Bronze
Skiff
M1x
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Ondřej Synek
6 min 54 s 76 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Mahé Drysdale
6 min 55 s 10 Drapeau de la Lituanie Lituanie
Mindaugas Griškonis
6 min 57 s 64
Skiff poids légers
LM1x
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Adam Ling
6 min 53 s 80 Drapeau de la Slovénie Slovénie
Rajko Hrvat
6 min 54 s 59 Serbie Serbie
Miloš Stanojević
6 min 55 s 88
Deux de couple
M2x
Drapeau de la Croatie Croatie
Martin Sinković
Valent Sinković
6 min 03 s 33 Drapeau de la Lituanie Lituanie
Rolandas Maščinskas
Saulius Ritter
6 min 05 s 31 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Robert Manson (en)
Christopher Harris
6 min 06 s 73
Deux de pointe
M2−
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Eric Murray
Hamish Bond
6 min 15 s 83 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
James Foad
Matthew Langridge
6 min 22 s 35 Serbie Serbie
Miloš Vasić
Nenad Beđik
6 min 25 s 36
Deux de pointe avec barreur
M2+
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nathaniel Reilly-O'Donnell
Matthew Tarrant
Henry Fieldman
6 min 51 s 31 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Jakob Schneider
Clemens Ernsting
Jonas Wiesen
6 min 57 s 36 Serbie Serbie
Viktor Pivač
Martin Mačković
Luka Mladenović
6 min 59 s 53
Deux de couple poids légers
LM2x
Drapeau de la France France
Stany Delayre
Jérémie Azou
6 min 13 s 38 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
William Fletcher
Richard Chambers
6 min 15 s 15 Drapeau de la Norvège Norvège
Kristoffer Brun
Are Strandli
6 min 15 s 22
Deux de pointe poids légers
LM2−
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Joel Cassells
Sam Scrimgeour
6 min 29 s 40 Drapeau de la France France
Augustin Mouterde
Théophile Onfroy
6 min 32 s 02 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Jonas Kilthau
Matthias Arnold
6 min 34 s 53
Quatre de couple
M4x
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Philipp Wende
Karl Schulze
Lauritz Schoof
Hans Gruhne
5 min 53 s 22 Drapeau de l'Australie Australie
David Crawshay
Karsten Forsterling
Cameron Girdlestone
David Watts
5 min 54 s 75 Drapeau de l'Estonie Estonie
Andrei Jämsä
Allar Raja
Tõnu Endrekson
Kaspar Taimsoo
5 min 56 s 34
Quatre de pointe
M4−
Drapeau de l'Italie Italie
Marco Di Costanzo
Matteo Castaldo
Matteo Lodo
Giuseppe Vicino
5 min 46 s 78 Drapeau de l'Australie Australie
Will Lockwood
Spencer Turrin
Joshua Dunkley-Smith
Alexander Hill
5 min 48 s 74 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Scott Durant
Alan Sinclair
Tom Ransley
Stewart Innes
5 min 49 s 00
Quatre de couple poids légers
LM4x
Drapeau de la France France
Maxime Demontfaucon
Damien Piqueras
Pierre Houin
Morgan Maunoir
5 min 48 s 50 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Roman Acht
Daniel Lawitzke
Philipp Grebner
Jonathan Rommelmann
5 min 48 s 81 Drapeau du Danemark Danemark
Emil Espensen
Andrej Bendtsen
Mathias Larsen
Oscar Petersen
5 min 50 s 41
Quatre de pointe poids légers
LM4−
Drapeau de la Suisse Suisse
Lucas Tramer
Simon Schürch
Simon Niepmann
Mario Gyr
5 min 55 31 Drapeau du Danemark Danemark
Kasper Winther
Jens Vilhelmsen
Jacob Barsøe
Jacob Larsen
5 min 57 s 58 Drapeau de la France France
Franck Solforosi
Thomas Baroukh
Thibault Colard
Guillaume Raineau
5 min 58 s 22
Huit
M8+
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Matthew Gotrel
Constantine Louloudis
Pete Reed
Paul Bennett
Mohamed Sbihi
Alex Gregory
George Nash
William Satch
Phelan Hill
5 min 36 s 18 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Maximilian Munski
Malte Jakschik
Maximilian Reinelt
Eric Johannesen
Anton Braun
Felix Drahotta
Richard Schmidt
Hannes Ocik
Martin Sauer
5 min 36 s 36 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Dirk Uittenbogaard
Boaz Meylink
Kaj Hendriks
Boudewijn Roell
Olivier Siegelaar
Tone Wieten
Mechiel Versluis
Robert Luecken
Peter Wiersum
5 min 38 s 09
Huit poids légers
LM8+
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Tobias Schad
Simon Barr
Torben Neumann
Florian Roller
Tobias Franzmann
Stefan Wallat
Claas Mertens
Can Temel
Felix Heinemann
5 min 38 s 92 Drapeau de la France France
Gaël Chocheyras
Alexis Guerinot
Clément Duret
Thibault Lecomte
Clément Fonta
Vincent Cavard
Clément Roulet-Dubonnet
Fabrice Moreau
Thibaut Hacot
5 min 40 s 14 Drapeau des États-Unis États-Unis
Tobin McGee
John Devlin
Christopher Lambert
Peter Schmidt
Phillip Henson
Alex Twist
David Smith
Matthew Lenhart
John Carlson
5 min 40 s 41

Femmes[modifier | modifier le code]

Deux femmes marchant un ponton
Deux de pointe W2- : Kerri Gowler et Grace Prendergast médaillées d'argent.
Trois drapeaux au dessus d'un podium
Podium Deux de couple poids légers LW2x : NZL-GBR-ZAF.
Des groupes se félicitent
Huit W8+ : les médaillées se félicitent.
Épreuves Or Argent Bronze
Skiff
W1x
Drapeau de l'Australie Australie
Kim Crow
7 min 38 s 92 Drapeau de la République tchèque République tchèque
Miroslava Knapková
7 min 41 s 88 Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Duan Jingli (de)
7 min 43 s 21
Skiff poids légers
LW1x
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Zoe McBride
7 min 32 s 45 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Imogen Walsh
7 min 33 s 99 Drapeau des États-Unis États-Unis
Kathleen Bertko
7 min 34 s 58
Deux de couple
W2x
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Eve MacFarlane (en)
Zoe Stevenson (en)
6 min 45 s 09 Drapeau de la Grèce Grèce
Aikaterini Nikolaidou
Sofia Asoumanaki
6 min 46 s 51 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Julia Lier
Mareike Adams
6 min 47 s 19
Deux de pointe
W2−
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Helen Glover
Heather Stanning
6 min 52 s 99 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Grace Prendergast
Kerri Gowler
6 min 56 s 75 Drapeau des États-Unis États-Unis
Felice Mueller
Eleanor Logan
7 min 00 s 55
Deux de couple poids légers
LW2x
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Sophie Mackenzie
Julia Edward
6 min 53 s 01 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Katherine Copeland
Charlotte Taylor
6 min 54 s 22 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Ursula Grobler
Kirsten McCann
6 min 55 s 79
Quatre de couple
W4x
Drapeau des États-Unis États-Unis
Amanda Elmore
Tracy Eisser
Megan Kalmoe
Olivia Coffey
6 min 27 s 07 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Annekatrin Thiele
Carina Baer
Marie-Catherine Arnold
Lisa Schmidla
6 min 28 s 41 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Nicole Beukers
Chantal Achterberg
Inge Janssen
Carline Bouw
6 min 29 s 69
Quatre de pointe
W4−
Drapeau des États-Unis États-Unis
Kristina O'Brien
Grace Latz
Adrienne Martelli
Grace Luczak
6 min 25 s 22 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Rebecca Chin
Karen Bennett
Lucinda Gooderham
Holly Norton
6 min 31 s 52 Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Yin Dameng
Cheng Wenjing
Yi Liqin
Yu Jing
6 min 35 s 56
Quatre de couple poids légers
LW4x
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Katrin Thoma
Leonie Pieper
Lena Müller
Anja Noske (de)
6 min 25 s 10 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Brianna Stubbs
Ruth Walczak
Emily Craig
Eleanor Piggott
6 min 27 s 07 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Anne Marie Schonk
Mirte Kraaijkamp
Elisabeth Woerner
Marie-Anne Frenken
6 min 28 s 27
Huit
W8+
Drapeau des États-Unis États-Unis
Victoria Opitz
Meghan Musnicki
Amanda Polk
Lauren Schmetterling
Emily Regan
Kerry Simmonds
Tessa Gobbo
Heidi Robbins
Katelin Snyder
6 min 05 s 65 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Kayla Pratt
Emma Dyke
Ruby Tew
Kelsey Bevan
Grace Prendergast
Kerri Gowler
Genevieve Behrent
Rebecca Scown
Frances Turner (en)
6 min 08 s 52 Drapeau du Canada Canada
Lisa Roman
Cristy Nurse
Jennifer Martins
Ashley Brzozowicz
Christine Roper
Susanne Grainger
Natalie Mastracci
Lauren Wilkinson
Lesley Thompson-Willie
6 min 09 s 05

Handisport[modifier | modifier le code]

Épreuves Or Argent Bronze
ASM1x Drapeau de l'Australie Australie
Erik Horrie
4:45.55 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Tom Aggar
4:51.09 Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Ihor Bondar
4:51.70
ASW1x Drapeau d’Israël Israël
Moran Samuel
5:25.92 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Rachel Morris
5:27.02 Drapeau de la Norvège Norvège
Birgit Skarstein
5:31.94
TAMix2x Drapeau de l'Australie Australie
Gavin Bellis
Kathryn Ross
4:03.51 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Laurence Whiteley
Lauren Rowles
4:04.03 Drapeau de la France France
Perle Bouge
Stéphane Tardieu
4:06.08
LTAMix2x Annulée par manque d'engagements
LTAMix4+ Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Grace Clough
Pamela Relph
Daniel Brown
James Fox
Oliver James
3:19.56 Drapeau des États-Unis États-Unis
Jaclyn Smith
Danielle Hansen
Zachary Burns
Richard Vandegrift
Jennifer Sichel
3:19.82 Drapeau du Canada Canada
Victoria Nolan
Veronique Boucher
Curtis Halladay
Andrew Todd
Kristen Kit
3:27.38

Bilan de la compétition[modifier | modifier le code]

Thomas Bach, président du Comité international olympique, a déclaré que « Ces championnats, parfaitement organisés, nous ont offert des compétitions passionnantes dans un cadre magnifique.Tous les athlètes avec lesquels j'ai discuté ont été extrêmement satisfaits de l'organisation et de l'ambiance chaleureuse qui régnait. »[78].

80 % des quotas olympiques ont été attribués lors de la compétition[79]. Des places restent à prendre lors de courses continentales et lors de l'épreuve de coupe du monde de Lucerne[79].

Le bilan sportif de l'équipe de France est jugé correct[80]. Jean Jacques Mulot, le président de la Fédération française d'aviron, juge le bilan satisfaisant notamment en termes de médailles (6 alors que l'objectif était de 5) et de qualifications olympiques et paralympiques (8 bateaux sont qualifiés : six pour les jeux olympiques et deux pour les paralympiques)[Aviron 3]. De plus, il estime que la France est aujourd'hui la première nation mondiale dans les poids légers[Aviron 3],[68]. Des athlètes français jugent que ce bilan n'est pas satisfaisant et que la Fédération et le directeur technique national n'ont pas mis en place une bonne stratégie[67].

La Nouvelle-Zélande a qualifié 9 bateaux (33 athlètes) pour les Jeux olympiques alors que l'objectif était de qualifier les 14 bateaux[75]. Cependant, la Fédération est heureuse des résultats[75]. Elle espère réussir à qualifier les cinq autres bateaux à Lucerne[81]. L'objectif de la Fédération est de remporter trois médailles d'or à Rio[75].

L'Australie a remporté un titre grâce à Kim Crow et qualifié 7 bateaux pour les Jeux olympiques sur les 12 espérés[82]. L'Australie espère qualifier à Lucerne ses deux huit[83]. Ces deux bateaux ont participé à toutes les éditions des jeux olympiques depuis 1952[83].

Les États-Unis n'ont remporté aucune médaille dans les catégories olympiques chez les hommes[77].

La Grande Bretagne a terminé en tête du tableau des médailles avec cinq médailles d'or[84]. De plus, 12 bateaux sont qualifiés pour les jeux olympiques et 4 pour les jeux paralympiques[84]. Le bilan est jugé très bon par David Tanner (en) qui est le directeur de la performance de la fédération britannique[84].

Marcus Schwarzrock (de) juge très bon le bilan de l'Allemagne lors des championnats du monde[85]. L'objectif fixé était trois à quatre médailles dans les bateaux olympiques[85]. L'Allemagne dispose de 9 bateaux qui sont qualifiés pour les Jeux olympiques[85].

Retombées[modifier | modifier le code]

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Les organisateurs espèrent accueillir 400 journalistes et techniciens des médias[Dossier 7]. En France, la compétition est diffusée par le groupe France Télévisions sur France 3 et sur France Ô[Dossier 8]. En Grande-Bretagne, la BBC diffusera les finales[86]. La compétition est également diffusée sur la ZDF[42], sur Rai Sport 1[87] et sur Eurosport[42],[87].

Au final, il y a eu 264 journalistes accrédités et 66 photographes professionnels[Aviron 1].

Affluence[modifier | modifier le code]

Des personnes assises regardent une course
Spectateurs au bord du lac à Pré Argent.

Le dossier de candidature prévoyait 10 000 spectateurs par jour dont 5 000 en tribune[9]. Finalement, les organisateurs espèrent 3 000 spectateurs lors de la cérémonie d'ouverture[Dossier 5] et 32 000 spectateurs sur l'ensemble de la semaine[Dossier 7].

Le bilan de l'affluence est plutôt positif[80]. En effet, 35 000 spectateurs ont assisté à la compétition[Aviron 2]. Il y a eu 4 000 spectateurs pour les premières finales du vendredi, 7 500 spectateurs le samedi et 12 000 spectateurs le dimanche[Aviron 2].

Retombées économiques[modifier | modifier le code]

L'office du tourisme estime que les « 6 000 lits marchands autour du lac sont pleins à 90% pendant la semaine des championnats[17] ».

Les athlètes ont été logés dans 18 hôtels de Chambéry et Aix-les-Bains ce qui représenterait 2,8 millions d'euros[88]. Les autres hôtels de la région ont également bénéficié de l'évènement avec des réservations de la part des familles des athlètes, des accompagnants ou des familles[88]. Des restaurants situés à proximité du lac ont également profité de l'événement pour augmenter leurs recettes[88].

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

  •      Pays organisateur (France)
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 9 1 15
2 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 5 3 1 9
3 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 4 2 9
4 Drapeau de l'Australie Australie 3 2 0 5
5 Drapeau des États-Unis États-Unis 3 1 3 7
6 Drapeau de la France France 2 2 2 6
7 Drapeau de la République tchèque République tchèque 1 1 0 2
8 Drapeau de la Croatie Croatie 1 0 0 1
Drapeau d’Israël Israël 1 0 0 1
Drapeau de l'Italie Italie 1 0 0 1
Drapeau de la Suisse Suisse 1 0 0 1
12 Drapeau du Danemark Danemark 0 1 1 2
Drapeau de la Lituanie Lituanie 0 1 1 2
14 Drapeau de la Grèce Grèce 0 1 0 1
Drapeau de la Slovénie Slovénie 0 1 0 1
16 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 0 0 3 3
Serbie Serbie 0 0 3 3
18 Drapeau du Canada Canada 0 0 2 2
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 0 0 2 2
Drapeau de la Norvège Norvège 0 0 2 2
21 Drapeau de l'Estonie Estonie 0 0 1 1
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 0 0 1 1
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 0 0 1 1
Total 26 26 26 78

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Dossier de presse
  1. FFA 2015, p. 21.
  2. FFA 2015, p. 20.
  3. FFA 2015, p. 10.
  4. a, b et c FFA 2015, p. 8.
  5. a, b et c FFA 2015, p. 5.
  6. FFA 2015, p. 17.
  7. a et b FFA 2015, p. 8.
  8. FFA 2015, p. 31.
  • Aviron 2015
  1. a, b, c et d FFA 2015, p. 43.
  2. a, b et c FFA 2015, p. 42.
  3. a et b FFA 2015, p. 39.
  • Autres références
  1. « Les petites nations aux Mondiaux d'Aviron d'Aiguebelette », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 27 janvier 2016).
  2. a et b « DOSSIER D’ENQUETE PUBLIQUE », sur savoie.fr (consulté le 7 août 2015).
  3. a, b, c, d et e « Aiguebelette 2015, une « victoire d'équipe » », sur franceolympique.com (consulté le 6 août 2015).
  4. (en) « The FISA Council’s Proposal to the Congress for the Attribution of the 2015 World Rowing Championships », sur worldrowing.com (consulté le 6 août 2015).
  5. « Aiguebelette 2015 retenu par le Conseil de la FISA ! », sur avironaiguebelette.fr (consulté le 6 août 2015).
  6. « Victoire à Bled », sur wrch2015.com (consulté le 6 août 2015).
  7. a et b « Zoom sur la nouvelle Réserve naturelle régionale du lac d'Aiguebelette, en Savoie », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 11 août 2015).
  8. a et b « Le lac d’Aiguebelette », sur wrch2015.com (consulté le 7 août 2015).
  9. a et b « Candidature du Lac d’Aiguebelette Savoie Mont Blanc - France », sur aviron-lac-aiguebelette.com (consulté le 11 août 2015).
  10. « Avant les championnats du monde 2015, le déplacement du bassin d'aviron divise à Aiguebelette (Savoie) », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 12 août 2015).
  11. « Bras de fer autour d'un projet de construction sur les rives du lac d'Aiguebelette en Savoie », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 12 août 2015).
  12. « Inauguration du nouveau bassin d'aviron et manifestation des opposants à Aiguebelette (Savoie) », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 12 août 2015).
  13. « Un accouchement douloureux », sur ledauphine.com (consulté le 26 août 2015).
  14. « Le grand nettoyage autour du lac d'Aiguebelette après les Mondiaux d'aviron », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 2 février 2016).
  15. « Derniers préparatifs pour les Championnats du monde d’aviron organisés sur le lac d’Aiguebelette en Savoie », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 24 août 2015).
  16. (en) « Getting the World Championships running », sur worldrowing.com (consulté le 29 janvier 2016).
  17. a et b « "Aviron, invasion"... les Championnats du monde d'Aiguebelette ne font pas que des heureux! », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 27 août 2015).
  18. « 600 personnes mobilisées pour transformer Aiguebelette en paradis de l'aviron », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 31 août 2015).
  19. « Aiguebelette 2015 : Inoubliable », sur youtube.com (consulté le 31 décembre 2015).
  20. « Le lac d'Aiguebelette capitale mondiale de l'aviron », sur francebleu.fr (consulté le 30 août 2015).
  21. « Aiguebelette 2015 : cérémonie d'ouverture sur la plage du Sougey », sur youtube.com (consulté le 13 août 2015).
  22. « Tout le monde sur le pont pour les championnats du monde d’aviron », sur ledauphine.com (consulté le 26 août 2015).
  23. « Mondiaux d'aviron : les entraînements ont commencé sous le soleil », sur ledauphine.com (consulté le 26 août 2015).
  24. « Calendrier des épreuves », sur wrch2015.com (consulté le 21 août 2015)
  25. « Record pour l'aviron », sur lequipe.fr (consulté le 22 août 2015).
  26. (nl) « 445 boten uit 60 landen op WK », sur amsterdamrowing.com (consulté le 22 août 2015).
  27. (en) « Record number of entries for 2015 World Rowing Championships », sur worldrowing.com (consulté le 22 août 2015).
  28. « Des athlètes du monde entier attendent les Mondiaux d'aviron d'Aiguebelette au lac de Paladru », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 24 août 2015).
  29. « Bellecin : l'équipe de France d'aviron se prépare pour les Mondiaux », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 26 août 2015).
  30. a et b (en) « Rowing on - from 1997 World Champs and again in 2015 », sur worldrowing.com (consulté le 2 février 2016).
  31. (en) « Entry List by Country », sur worldrowing.com (consulté le 22 août 2015).
  32. (en) « From Latvia to Cork… to Rio? The42′s day on the water with Olympic rower Sanita Puspure », sur the42.ie (consulté le 8 août 2015).
  33. (en) « Determined Sinéad Jennings pursuing her Olympic dream », sur irishtimes.com (consulté le 8 août 2015).
  34. a, b et c (en) « Finishing touches are put to strong GB Rowing Team World Championships squad », sur britishrowing.org (consulté le 8 août 2015).
  35. a, b, c, d, e et f « Mondiaux d'Aviron à Aiguebelette: un ticket pour Rio! », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 29 août 2015).
  36. « Directives techniques nationales 2013-2016 », sur avironfrance.fr (consulté le 22 août 2015).
  37. a et b « Mondiaux d'aviron: un avant-goût de JO à Aiguebelette », sur rmcsport.bfmtv.com (consulté le 30 août 2015).
  38. a et b « 18 bateaux français engagés pour les Mondiaux d'aviron à Aiguebelette », sur lequipe.fr (consulté le 7 août 2015).
  39. a et b (en) « New Zealand sending 14 crews to Rowing World Champs », sur tvnz.co.nz (consulté le 22 août 2015).
  40. (en) « World Cup campaign commences for NZ Rowing Team », sur rowingnz.kiwi (consulté le 22 août 2015).
  41. a, b et c (en) « Rowing Australia confirms crews for the 2015 World Rowing Championships », sur rowingaustralia.com.au (consulté le 22 août 2015).
  42. a, b, c et d (de) « WM 2015: Informationen/Übersicht », sur rudern.de (consulté le 29 août 2015).
  43. (it) « Domani inizieranno i Mondiali Assoluti con l'Italia impegnata in 10 specialità », sur canottaggio.org (consulté le 29 août 2015).
  44. (it) « Mondiale assoluto di Aiguebelette. Varata la Nazionale Olimpica e Paralimpica », sur canottaggio.org (consulté le 29 août 2015).
  45. a et b (en) « USRowing Announces 2015 World Championships Roster », sur row2k.com (consulté le 8 janvier 2016).
  46. a, b, c, d et e « Championnats du monde d'aviron : retour sur la première journée », sur ledauphine.com (consulté le 30 août 2015).
  47. Jean Christophe Collin, « Envoyé très spécial », L'Equipe,‎ .
  48. « Aiguebelette 2015: J1 - Les leaders montrent la voie », sur avironfrance.fr (consulté le 30 août 2015).
  49. « Mondiaux d'aviron à Aiguebelette: ça tangue pour les Britanniques! », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 31 août 2015).
  50. a, b, c et d « Championnats du Monde d'aviron à Aiguebelette: qualifications à tout-va dans le camp tricolore », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 31 août 2015).
  51. « Championnats du monde : 4 victoires pour les Français », sur ledauphine.com (consulté le 31 août 2015).
  52. a, b et c « Baisse de forme dans le camp des Bleus aux Mondiaux d'aviron à Aiguebelette », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 20 janvier 2016).
  53. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Mondiaux d'aviron : retour sur la troisième journée », sur ledauphine.com (consulté le 20 janvier 2016).
  54. « Mondiaux d'aviron : le programme du jour », sur ledauphine.com (consulté le 20 janvier 2016).
  55. a, b, c et d « 4e journée des mondiaux d'aviron : le huit français en échec » (consulté le 20 janvier 2016).
  56. a, b, c et d « Mondiaux d'aviron: les favoris passent les étapes haut la main, les Français piétinent », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 27 janvier 2016).
  57. (en) « Three SA crews reach semis at rowing championships », sur timeslive.co.za (consulté le 27 janvier 2016).
  58. (en) « Canadian crews in good shape at world rowing championships », sur olympic.ca (consulté le 27 janvier 2016).
  59. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Mondiaux d'aviron : retour sur la cinquième journée », sur ledauphine.com (consulté le 29 janvier 2016).
  60. « Chronique avironnementale – J+5 », sur wrch2015.com (consulté le 8 février 2016).
  61. a, b, c, d, e, f et g (en) « Medals for para-rowers at 2015 World Rowing Championships », sur worldrowing.com (consulté le 2 février 2016).
  62. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Mondiaux d'aviron : une troisième médaille pour les Bleus ! », sur ledauphine.com (consulté le 30 janvier 2016).
  63. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) « Top three the goal in Aiguebelette semifinals », sur worldrowing.com (consulté le 2 février 2016).
  64. (en) « Second day of finals at the 2015 World Rowing Championships », sur worldrowing.com (consulté le 3 février 2016).
  65. a et b « Mondiaux d'Aiguebelette: une médaille d'or et une médaille d'argent pour les Français », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 30 janvier 2016).
  66. a et b (en) « Kiwi lightweight rowers grab sensational double gold at world champs », sur stuff.co.nz (consulté le 5 février 2016).
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Mondiaux d'aviron : Azou – Delayre, champions du monde », sur ledauphine.com (consulté le 30 janvier 2016).
  68. a et b (en) « The 2015 RoRy Awards, Part Three: Celebrating the Best in Rowing at the Elite Level », sur rowingrelated.com (consulté le 5 février 2016).
  69. a, b, c, d, e et f (en) « Unbeaten Kiwi pair Hamish Bond and Eric Murray claim another world championship gold », sur stuff.co.nz (consulté le 30 janvier 2016).
  70. « Jérémie Azou et Stany Delayre enfin titrés aux Mondiaux d'Aiguebelette! », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  71. (en) « No favourites for men's four », sur worldrowing.com (consulté le 3 février 2016).
  72. (en) « Team USA Wins Its First-Ever Women's Quadruple Sculls World Rowing Title », sur teamusa.org (consulté le 5 février 2016).
  73. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Revivez la dernière journée des Mondiaux », sur ledauphine.com (consulté le 1er février 2016).
  74. (en) « Manson, Harris claim bronze medal », sur stuff.co.nz (consulté le 5 février 2016).
  75. a, b, c et d (en) « Medal flurry for kiwi rowers and 9 boats qualified for Rio so far », sur olympic.org.nz (consulté le 5 février 2016).
  76. (en) « Emma Twigg now has Rio Olympics as her single-minded goal », sur stuff.co.nz (consulté le 1er février 2016).
  77. a et b (en) « U.S. women’s eight cap World Rowing Championships with 10th straight global title », sur olympics.nbcsports.com (consulté le 5 février 2016).
  78. « Présent aux Championnats du monde d'aviron 2015, le président Thomas Bach assiste à la qualification de rameurs pour les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro », sur olympic.org (consulté le 5 février 2016).
  79. a et b « J-C Rolland: «L’aviron est encore en plein développement en Afrique» », sur rfi.fr (consulté le 5 février 2016).
  80. a et b « Mondiaux d'Aviron: un grand succès populaire, mais un bilan sportif mitigé pour les Bleus », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 8 janvier 2016).
  81. (en) « Rowing NZ coaches confirmed for Rio crews », sur msn.com (consulté le 5 février 2016).
  82. (en) « 2015 World Rowing Championships wrap », sur rio2016.olympics.com.au (consulté le 5 février 2016).
  83. a et b (en) « Australia hopeful of rowing eights in Rio », sur rio2016.olympics.com.au (consulté le 5 février 2016).
  84. a, b et c (en) « Great Britain’s men’s eights pip Germany to gold at world championships », sur theguardian.com (consulté le 5 février 2016).
  85. a, b et c (de) « WM 2015: DRV-Flotte gewinnt neun Medaillen », sur rudern.de (consulté le 5 février 2016).
  86. (en) « World Rowing Championships: Great Britain name men's four », sur bbc.com (consulté le 8 août 2015).
  87. a et b (it) « I Mondiali Assoluti di Aiguebelette in TV », sur canottaggio.org (consulté le 29 août 2015).
  88. a, b et c « Championnats du monde d'aviron : Quelles retombées économiques pour Aiguebelette et ses environs? », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 8 janvier 2016).