Championnats de France de triathlon courte distance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Championnats de France de triathlon courte distance
Généralités
Sport Triathlon
Création 1985
Organisateur(s) Fédération Française de Triathlon
Périodicité annuelle

Palmarès
Plus titré(s) masculin Philippe Méthion (7)[n 1]
féminin Isabelle Mouthon (8)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Championnats de France de triathlon 2018

Les championnats de France de triathlon courte distance sont une compétition annuelle décernant les titres individuels masculin et féminin de champion de France sur courte distance (distances S et M). Ils sont organisés par la Fédération française de triathlon (FFTri). Au cours de leur histoire, les formats (distances) des courses ont changé à plusieurs reprises, jusqu'au choix de la distance S, en 2011 pour les femmes et en 2013 pour les hommes (auparavant, l'épreuve était disputée sur la distance olympique).

Historique[modifier | modifier le code]

Constitution d'un circuit à l'échelle nationale (1985-1989)[modifier | modifier le code]

La première édition du championnat de France de triathlon a lieu en 1985, sous la direction de l'ancêtre de la FFTri, le CONADET, qui en a gardé la charge jusqu'à sa dissolution en 1989. Les cinq premières éditions comptent trois catégories : A pour la courte distance, B et C pour les longues distances. Les hommes et les femmes sont séparés dans le palmarès mais courent les épreuves ensemble. Le titre de champion de France est attribué suivant les résultats du triathlète sur toutes les épreuves de l'année, qui distribuaient un nombre de point relatif à leur renommée. Mais ce nombre d'épreuves dépasse la centaine en 1989, rendant la classification très compliquée[1].

Réorganisations sous l'égide de la FFTri (1990-1997)[modifier | modifier le code]

Professionnalisation des athlètes[modifier | modifier le code]

Après la création de la FFTri en 1990, le système est modifié. La catégorie A est scindée en deux groupes. Le premier regroupe les sept épreuves les plus prestigieuses et décerne le titre de champion de France catégorie 1, le plus élevé dans la hiérarchie. À partir de l'année suivante, le titre est attribué non plus sur un ensemble d'épreuves, mais sur une course sèche. Cette course est organisée le 29 juin 1991 à Versailles, sur la distance olympique (DO) : 1 500 m de natation, 40 km de cyclisme et 10 km de course à pied. Le 11 août 1991, la première épreuve nationale en catégorie sprint (correspondant à la moitié de la distance olympique) est disputée sur le même principe à Pont-à-Mousson.

Professionnalisation de l'encadrement[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts, le triathlon est considéré comme un effort individuel. Bien que les départs soient groupés, il est formellement interdit de pratiquer le « drafting » durant la partie cycliste, qui consiste à profiter de l'aspiration créée par le concurrent précédant. Lors des premiers triathlons, les écarts entre participants sont assez importants, mais l'absence de contrôles durant la course pousse certains à de premières tricheries. La règle généralement acceptée par les triathlètes est celle du « pas vu, pas pris ». L'arrivée d'officiels chargés de l'arbitrage se fait difficilement, même parmi les compétitions élites. Le championnat de France masculin sur distance olympique à Quimper le 7 août 1994 marque un tournant[2]. Sortis en tête après la transition entre natation et cyclisme, Philippe Méthion et Olivier Marceau creusent un peu plus l'écart en se relayant et usant du drafting. Ils ne seront pas rejoints après la course à pied, grâce à laquelle Méthion s'impose. Derrière, Sylvain Dafflon attaque sur son vélo. Jamais rejoint par ses poursuivants, il le doit autant à son incroyable performance qu'à l'intervention des commissaires. En effet, Vincent Bavay et Patrick Girard, entre autres, font l'effort dans la principale difficulté du parcours pour se détacher d'un peloton d'une vingtaine de coureurs et revenir sur Dafflon. Mais en haut de la côte, les arbitres forment un barrage pour leur infliger un stop-and-go. Dix kilomètres plus loin, la sanction est répétée alors que le peloton de trente coureurs est toujours présent, ceux-ci ne pouvant se départager. Pour protester, ils finissent par un « jogging collectif » sur l'épreuve de course à pied dans les rues de Quimper. Si la Fédération menace les coureurs de sanctions, celles-ci n'ont pas été données au niveau fédéral, mais au niveau des Ligues régionales. En Île-de-France, six triathlètes (parmi lesquels Bavay et Girard) sont condamnés à un stage d'arbitrage et à officier comme arbitres en courses. Le point final au dossier est apporté indirectement par le CIO, qui accorde le statut de sport olympique au triathlon le 3 septembre 1994 mais impose la suppression de l'interdiction du drafting. Cette règle est définitivement abandonnée sur les épreuves élites le 4 août 1996, pour les championnats de France courte distance à Bessines, avant de concerner aussi les autres championnats la saison suivante.

Ouverture aux catégories de jeunes (2002)[modifier | modifier le code]

Alors qu'à sa création le triathlon en France est réservé aux personnes majeures, en raison de la difficulté de l'enchainement des trois épreuves, il faut attendre 2002 pour voir se dérouler le premier championnat de France jeunes, tandis que depuis 1987 se déroule des championnats de France UNSS et universitaires sur des distances adaptées. L'épreuve, disputée sous le nom de « challenge », est organisée le 15 juin 2002 à Yzeure, pour les catégories minimes, cadets et juniors, garçons et filles. Le premier titre officiel de champion de France dans ces catégories est attribué à Montluçon le 1er juin 2003. Depuis, la catégorie junior a évolué en U23 (moins de 23 ans)[3].

Distances[modifier | modifier le code]

Les distances parcourues, de même que leur dénomination, ont changé à plusieurs reprises depuis la première édition du championnat de France. Mais deux formats seulement ont été retenus[4],[5] :

  • La distance S[6] anciennement appelée catégorie sprint, correspond à 750 m de natation, 20 km de cyclisme et 5 km de course à pied.
  • La distance M[6] anciennement nommée catégorie A, CD 51.5 puis DO (pour « distance olympique »), correspond à 1 500 m de natation, 40 km de cyclisme et 10 km de course à pied.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du championnat de France courte distance élite[7]
Année Lieu Catégorie Hommes Catégorie Femmes
Gold medal icon.svg Silver medal icon.svg Bronze medal icon.svg Gold medal icon.svg Silver medal icon.svg Bronze medal icon.svg
1985 La Grande-Motte[n 2] A Georges Belaubre A Odile Lagarde Chantal Malherbe Valérie Bayle
1986 A Grégoire Millet Serge Lecrique Georges Belaubre A Chantal Malherbe Anne-Marie Rouchon Lydie Reuzé
1987 A Philippe Méthion (2) Patrick Girard Michel Gavet A Chantal Malherbe (2) Anne-Marie Rouchon Élisabeth Poncelet
1988 A Patrick Girard Yves Lossouarn Christophe Hervieu A Sylvie Muguet Anne-Marie Rouchon Sophie Delemer
1989 A Philippe Méthion (3) Patrick Girard Thierry Henri A Anne-Marie Rouchon Catherine Jay Sophie Delemer
1990 Mâcon[n 2] A Philippe Méthion (4) Patrick Girard Pascal Choisel A Isabelle Mouthon Sylvie Muguet Béatrice Mouthon
1991 Versailles A Philippe Méthion (5) Yves Cordier Patrick Girard A Isabelle Mouthon (2) Béatrice Mouthon Anne-Marie Rouchon
Pont-à-Mousson Sprint Philippe Méthion (6) Pierre Houseaux Rémi Rampteau Sprint Karen Gresset Armelle Caillet Laurence Macherey
1992 Toulouse A Philippe Méthion (7) Christophe Le Luherne Patrick Girard A Isabelle Mouthon (3) Anne-Marie Rouchon Béatrice Mouthon
Choisy-le-Roi Sprint Philippe Méthion (8) Pierre Houseaux Stéphan Bignet Sprint Sophie Delemer Maud Martin Béatrice Mouthon
1993 Mur-de-Barrez DO Philippe Méthion (9) Philippe Fattori Olivier Marceau DO Isabelle Mouthon (4) Lydie Reuzé Sophie Delemer
Fontainebleau Sprint Stéphan Bignet Sylvain Dafflon Stéphane Poulat Sprint Lydie Reuzé Béatrice Mouthon Anne-Marie Rouchon
1994 Quimper DO Philippe Méthion (10) Olivier Marceau Sylvain Dafflon DO Lydie Reuzé (2) Anne-Marie Rouchon Véronique Chastel
Mur-de-Barrez Sprint Patrick Girard (2) Carl Blasco Alain Vigné Sprint Isabelle Mouthon (5) Béatrice Mouthon Lydie Reuzé
1995 Mauzac DO Olivier Marceau Samuel Pierreclaud Carl Blasco DO Lydie Reuzé (3) Hélène Salomon Béatrice Mouthon
1996 Bessines CD 51.5 Philippe Fattori Jean-Christophe Guincard Olivier Marceau CD 51.5 Sophie Delemer (2) Magali Robin Béatrice Mouthon
1997 Larmor-Plage CD 51.5 Stéphane Poulat Laurent Jeanselme Philippe Fattori CD 51.5 Isabelle Mouthon (6) Christine Hocq Sophie Delemer
1998 Mulhouse CD 51.5 Stéphane Poulat (2) Sébastien Berlier Olivier Marceau CD 51.5 Isabelle Mouthon (7) Béatrice Mouthon Christine Hocq
1999 Lac de Vassivière CD 51.5 Sébastien Berlier Olivier Marceau Sylvain Dodet CD 51.5 Isabelle Mouthon (8) Sophie Delemer Christine Hocq
2000 Lac de Vassivière DO Stéphan Bignet (2) Sylvain Dodet Samuel Pierreclaud DO Isabelle Mouthon (9) Christine Hocq Nathalie Daumas
2001 Lac de Vassivière DO Sylvain Dodet Stéphane Poulat Stéphan Bignet DO Nathalie Daumas Christine Hocq Sophie Delemer
2002 Autun DO Frédéric Belaubre Sylvain Dodet Carl Blasco DO Delphine Pelletier Stéphanie Gros Carole Péon
2003 Autun DO Frank Bignet Sylvain Dodet Olivier Marceau DO Delphine Pelletier (2) Marion Lorblanchet Jessica Harrison
2004 Charleville-Mézières DO Frédéric Belaubre (2) Stéphane Poulat Sylvain Dodet DO Virginie Jouve Camille Cierpik Delphine Pelletier
2005 Charleville-Mézières DO Sylvain Dodet (2) Cédric Fleureton Frank Bignet DO Virginie Jouve (2) Camille Cierpik Delphine Py
2006 Rennes DO Frédéric Belaubre (3) Stéphane Poulat Stéphan Bignet DO Carole Péon Marion Lorblanchet Delphine Pelletier
2007 Charleville-Mézières DO Frédéric Belaubre (4) David Hauss Stéphane Poulat DO Marion Lorblanchet Charlotte Morel Delphine Pelletier
2008 Belfort DO Yohann Vincent Nicolas Becker Sylvain Sudrie DO Delphine Pelletier (3) Jeanne Collonge Julie Gigault
2009 Belfort DO Laurent Vidal Tony Moulai Gregory Rouault DO Jessica Harrison Carole Péon Charlotte Morel
2010 Charleville-Mézières DO Frédéric Belaubre (5) Vincent Luis Sylvain Sudrie DO Jessica Harrison (2) Carole Péon Charlotte Morel
2011 Villiers-sur-Loir DO Laurent Vidal (2) Aurélien Lescure Pierre Le Corre S Jessica Harrison (3) Charlotte Morel Emmie Charayron
2012 Saint-Cyr DO Laurent Vidal (3) Tony Moulai Gregory Rouault S Jessica Harrison (4) Anne Tabarant Charlotte Morel
2013 Nice S Vincent Luis Pierre Le Corre Aurélien Raphaël S Jessica Harrison (5) Emmie Charayron Léonie Périault
2014 Nice S Pierre Le Corre David Hauss Vincent Luis S Cassandre Beaugrand (1) Alexandra Cassan-Ferrier Anne Tabarant
2015 Nice S Pierre Le Corre (2) Vincent Luis Tom Richard S Emmie Charayron Léonie Périault Cassandre Beaugrand
2016 Dunkerque S Anthony Pujades Pierre Le Corre Aurélien Raphaël S Emmie Charayron (2) Léonie Périault Justine Guérard
2017 Quiberon S Dorian Coninx Pierre Le Corre Aurélien Raphaël S Cassandre Beaugrand (2) Léonie Périault Émilie Morier
2018 Gray S Vincent Luis (2) Dorian Coninx Aurélien Raphaël S Cassandre Beaugrand (3) Léonie Périault Emmie Charayron

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ne prend pas en compte les victoires en distance sprint entre 1991 et 1994.
  2. a et b Étape finale du circuit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 1991 - Le 1er Championnat de France de Triathlon Distance Olympique », sur fftri.com, FFTri (consulté le 8 octobre 2015).
  2. « 1994 - Jour de Révolte « pour le Drafting » », sur fftri.com, FFTri (consulté le 9 octobre 2015).
  3. « 2002 - Les 1er Championnats de France Jeunes », sur fftri.com, FFTri (consulté le 8 octobre 2015).
  4. « Le triathlon - Catégories de triathlon », sur users.skynet.be/lgm, Liège Grivegnée Monopalme (consulté le 8 octobre 2015).
  5. « Histoire du triathlon - Chapitre 6 - La fin de l'orage (1993-1997) » [PDF], sur fftri.com, FFTri (consulté le 8 octobre 2015).
  6. a et b « 2012 - Nouvelles appellations de distances », sur fftri.com, FFTri (consulté le 8 octobre 2015).
  7. « Individuel Distance S / Distance M », sur fftri.com (consulté le 8 octobre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]