Championnat de RDA de football D3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bezirksliga (DDR)
Description de l'image defaut.svg.
Généralités
Sport Football
Création
Disparition
Autre(s) nom(s) Landesliga (ou Landesklasse), II. DDR-Liga
Organisateur(s) DFV
Éditions 37
Périodicité Annuelle
Lieu(x) Flag of East Germany RDA
Hiérarchie
Hiérarchie DDR-Liga
Niveau inférieur Berziksklasse

La troisième division du championnat est-allemand de football a été organisé de 1952 jusqu'en 1991. Il a connu trois appellations distinctes : "Landesliga" (ou "Landesklasse"), "II. DDR-Liga" et "Bezirksliga" qui fut la plus longtemps employée.

Lors de la dernière saison du football est-allemand en tant que tel (1990-1991), le 3e niveau porta le nom de Landesliga des DDR.

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préambule[modifier | modifier le code]

Texte au choix
les Zones d’occupation en Allemagne en 1945

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, tous les clubs allemands furent interdits et dissous par les Alliés (voir Directive no 23). Après accords des autorités militaires de la zone d'occupation concernée, des entités appelées Sportgruppe ou Sportgemeinschaft (SG) furent reconstituées. Dans toutes la partie occidentale de l'Allemagne, ils retrouvèrent rapidement indépendance et liberté d'action et/ou de mouvement, mais dans la zone soviétique, ces SG restèrent sous un contrôle strict et sévère.

En 1948, le Osterzonemeisterchaft (championnat de la zone Est), fit sécession des autres zones. Cette individualismee était clairement la suite logique des tensions politiques entre les Soviétiques et les trois autres nations victorieuses des nazis. Tensions qui débouchèrent en octobre 1949 à la création de la RDA.

En 1949, une première ligue de football fut officiellement créée. Elle reçut le nom de DDR-Oberliga. Un an plus tard, la DDR-Liga vit le jour comme 2e niveau.

Directement sous ces deux ligues, se trouvaient des séries régionales portant le nom de Landesliga (certaines sources parlent de Landesklasse, les termes sont homonymes, à l'époque). Il s'agissait de la ligue supérieure de chacun des Länder composant la zone soviétique (et donc ensuite la RDA).

Il y avait:

À partir de 1949 s'ajouta

Il y avait donc 6 Landesligen.

Changements administratifs[modifier | modifier le code]

Texte au choix
Localisation des 15 Bezirksligen du football est-allemand.

Le , les autorités politiques d'Allemagne de l’Est proclamèrent une refonte administrative de l'État (Verwaltungsreform)[1]. Les cinq Länder furent supprimés en tant que subdivisions administratives[2]. Ils furent remplacés par 15 Berzirken (districts). Ceux-ci étaient, par ordre alphabétique, les Districts de Berlin-Est, Cottbus, Dresde, Erfurt, Francfort/Oder, Gera, Halle, Chemnitz/Karl-Marx-Stadt, Leipzig, Magdebourg, Neubrandenbourg, Potsdam, Rostock, Schwerin, Suhl.

Chaque "Bezirk" eut sa propre Bezirksliga directement subalterne à la DDR-Liga et qui étaient directement supérieure à des Bezirksklasse dont le nombre varia selon le District.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

En RDA, une Bezirksliga se situait donc hiérachiquement entre la DDR-Liga et les Bezirklasse du même district.

Cependant, entre la fin de la saison et la fin de celle de, la Bezirksliga correspondit dans la pratique au 4e niveau hiérarchie. Les responsables du Deutschen Sportauschusses avait partagée le 2e niveau en deux "sous-niveaux" nommés: I. DDR-Liga et II. DDR-Liga. Cette notion de sous-niveaux resta purement théorique car dans les faits concrets, la II. DDR-Liga permit de monter à la I. DDR-Liga ou de descendre en Berzirksliga. il y eut donc bien un niveau supplémentaire.

Ligue unique[modifier | modifier le code]

La plupart du temps, durant sa période d'existence, la Bezirksliga est-allemande fut disputée en une ligue unique. En certaines occasions toutefois, une Bezirksliga fut partagée en deux groupes (en allemand : staffel).

Ainsi, la Berziksliga Rostock fut celle qui fut la plus longtemps partagée en 2 groupes (16 saisons). À l'opposé la Berzirksliga Berlin (1956) et Berzirksliga Dresde ne le furent que lors d'une seule saison (1956 pour Berlin, 1961-1962 pour Dresde).

Dans le cas où une Bezirksliga était scindée en deux groupes, une finale désignait le champion (Bezirksmeister).

Montée / Descente[modifier | modifier le code]

En règle générale, chaque année, les 15 Bezirksmeisters accédaient au niveau supérieur. Toutefois, lors de certaines saisons, un tour final fut organisé pour désigner les clubs qui montaient. Ce fut le cas en 1953, 1956, 1962, puis de 1963 à 1970 et de 1984 à 1990.

Lorsqu'en 1963, la II. DDR-Liga fut supprimée, 64 équipes redescendirent vers la Bezirksliga qui les concernait. Le même phénomène se produisit en 1984 lorsque la DDR-Liga fut réduite de 5 à 2 groupes. À cette occasion, 29 équipes redescendirent en Bezirksliga.

Ingérence politique[modifier | modifier le code]

La RDA, malgré les grands principes idéologiques martelés sans cesse par les personnes au pouvoir, fut durant toute son existence un régime totalitaire d'obédience communiste. Tous les pouvoirs furent concentrés entre les mains du seul parti politique autorisé: le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands).

Ce SED instaura une dictature qui géra et contrôla le déroulement de toutes les activités y compris celles ayant trait aux sports.

Sport très populaire, le football fit l'objet d'une attention permanente et toute particulière de la part des responsables est-allemands. La gestion des sports fut confiée jusqu'en 1957 au Deutschen Sportauschusses (DS) puis à la Deutschen Turn-und Sportbundes (DTSB) qui le remplaça. En 1958, la DTSB fonda la Deutscher Fussball Verband (DFV).

Article détaillé : Gestion des clubs sportifs en RDA.
Article détaillé : Football en RDA.

Modèle soviétique[modifier | modifier le code]

Au terme de la saison 1954-1955, les dirigeants politiques de la RDA, par l'intermédiaire du Deutschen Sportauschusses, décidèrent de calquer le déroulement des championnats de football sur le modèle soviétique, c'est-à-dire sur une année civile (début des championnats au printemps d'une année jusqu'à la fin de l'automne suivante, suivit d'une longue trêve hivernale).

Durant l'automne 1955, les équipes de toutes les divisions jouèrent un "Tour de transition" (en allemand : Übergangsrunde) au terme duquel aucun champion ne fut désigné. Il n'y eut aucune montée et aucune relégation à la fin de cette Übergangsrunde. La saison suivante débuta à la fin février et fut donc millésimée 1956. Le principe fut appliqué durant quatre ans, jusqu'au terme de la "saison" 1960.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le club le plus titré en Bezirksliga fut le BSG Motor Eberswalde dans la Bezirksliga Francfort/Oder. Ce club remporta 18 fois le titre de Bezirksmeister.

Plus grand nombre de titres en Berzirksliga[modifier | modifier le code]

Dans le tableau ci-dessous, les Bezirksligen sont classées géographiquement du Nord au Sud.

Bezirksligen Clubs Titres
Bezirksliga Rostock Motor Stralsund 6
Bezirksliga Schwerin C/M Veritas Wittenberge 9
Bezirksliga Neubrandenburg Empor/TSG Neustrelitz 10
Bezirksliga Potsdam Motor Hennigsdorf 8
Bezirksliga Frankfurt/Oder Motor Eberswalde 18
Bezirksliga Cottbus Aktivist Brieske-Senftenberg 7
Bezirksliga Magdeburg Lokomotive Halberstadt 7
Bezirksliga Halle Chemie Wolfen 6
Bezirksliga Erfurt Motor Rudisleben
Motor/Robotron Sömmerda
6
Bezirksliga Gera Wismut Gera II 6
Bezirksliga Suhl Empor/Chemie Ilmenau 8
Bezirksliga Dresden TSG Gröditz 6
Bezirksliga Leipzig Motor Altenburg 5
Bezirksliga Chemnitz/K-M-Stadt FC Karl-Marx-Stadt II 6
Bezirksliga Ost-Berlin Lichtenberg 47 8

Voir aussi...[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'État est-allemand s'appuya davantage encore sur le modèle soviétique afin d'obtenir un meilleur contrôle. Le SED appliqua une politique de "centralisme démocratique" (Demokratischer Zentralismus). Bien que les "Ministres-Présidents" des Länder soient choisis par le SED, celui-ci ne voulut plus laissé autant d'indépendance aux Régions.
  2. Ils existèrent encore mais furent réduits au rang de région géographique car n'ayant plus aucune valeur dans la structure de gestion de l'État est-allemand.

Sources & Liens externes[modifier | modifier le code]

Pages ad hoc sur Wikipédia en Allemand et en Anglais.