Championnat d'Argentine de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article traite uniquement de la compétition masculine. Pour la compétition féminine, voir Championnat d'Argentine de football féminin.
Primera división
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo actuel du Championnat d'Argentine de football
Généralités
Sport Football
Création 1891 (1931 : professionnel)
Autre(s) nom(s) Superliga Argentina de fútbol
Organisateur(s) AFA puis Superliga Argentina (es)(depuis 2017)
Éditions 187e en 2017-2018
(133e professionnelle)
Catégorie Championnat national
Périodicité Annuelle
Lieu(x) Drapeau de l'Argentine Argentine
Participants 28 équipes
Statut des participants Professionnel depuis 1931
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie Division 1
Niveau inférieur Primera B Nacional
Palmarès
Tenant du titre Boca Juniors (2017)
Plus titré(s) River Plate (36)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Paraguay Arsenio Erico (295)
Plus d'apparitions Drapeau : Argentine Hugo Gatti (817)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Championnat d'Argentine de football 2017-2018

Le Championnat d'Argentine de football (en espagnol : Primera División), est la plus importante compétition de football organisée en Argentine. Lancée en 1891, il devient professionnel en 1931. Son format évolue largement depuis sa création. Il est organisé par la Fédération d'Argentine de football depuis sa création jusqu'à la saison 2016-2017, avant que la Superliga Argentina (es) le gère de manière autonome et avec son propre statut à partir de 2017-2018, bien que contractuellement lié à l'AFA. Il représente le plus haut niveau du football argentin.

Le championnat de première division est l'un des meilleurs au monde selon l'IFFHS. Dans le classement de 2016, il occupe la cinquième place dans le classement annuel de ladite institution, élaboré depuis 1991. La première division d'Argentine, à l'exception de 1993, est toujours dans le top dix. Sa meilleure place dans ce classement est atteinte en 2008, avec la troisième place, derrière la Premier League d'Angleterre et la Serie A de l'Italie. Il alimente en joueurs de nombreux championnats mondiaux et notamment européens, avec la Liga espagnole, la Serie A ou la Premier League. Les clubs argentins obtiennent 68 titres internationaux, un record mondial.

Depuis 1893, le championnat argentin se joue en continu, et est le seul qui est restée ininterrompue pendant 124 ans, en plus de trois éditions de six mois, puisque deux titres sont accordés par période dans plusieurs saisons, et même trois en 1936 et en 2012-2013. Avec 187 éditions (54 amateures et 133 professionnelles), la Primera División est la ligue avec le plus de champions sacré dans l'histoire du football mondial.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quarante années amateures (1891-1931)[modifier | modifier le code]

Le premier match de football joué en Argentine a lieu le 20 juin 1867 au Buenos Aires Cricket Club, limitant sa pratique aux écoles anglaises. De l'élan donné par Alexander Watson Hutton (en), immigrant écossais arrivé en 1882 et considéré comme le père du football argentin, l'activité commence à se développer.

C'est ainsi que la première Ligue de football d'Argentine est organisée en 1891, mais elle est dissoute à la fin de l'année. Après une interruption en 1892, le 21 février 1893, l'Association du football argentin définitive est fondée, présidée par Hutton. La même année, il organise le tournoi dans un cadre qui dure depuis lors, en tant que la deuxième ligue la plus ancienne du monde, en dehors des îles britanniques.

Le Lomas AC domine les six premiers championnats avant que l'Alumni AC, club de l'English High School, ne cumule dix titres sur douze possibles de 1900 à 1911, seul le Belgrano AC arrive à remporter la compétition (en 1899, 1904 et 1908)[1].

Plus tard, en raison de la forte croissance des clubs de football, il se produit une infinité de controverses entre les clubs et les associations. C'est ainsi que, avec la création d'entités dissidentes, se disputent des tournois parallèles entre 1912 et 1914 puis entre 1919 et 1926. À la fin des années 1920, les organisateurs sont submergés par la taille des tournois et la participation de jusqu'à 36 équipes. Cela impliquerait que les compétitions se poursuivent pendant la saison estivale et se terminent l'année suivante, avec le désintérêt conséquent des fans. Le 10 avril 1931, les joueurs déclenchent une grève afin de faire reconnaître leur statut professionnel et de régulariser les transferts entre équipes[note 1].

Professionnalisme à Buenos Aires (1931-1965)[modifier | modifier le code]

Après des disputes longues et âpres avec l'Association du football argentin, le 10 mai 1931, des représentants de 17 clubs[note 2] se rencontrent. Ils décident de fonder la « Ligue d'Argentine de football », qui permet le professionnalisme, et de quitter l'Association. Le 31 mai commence l'ère du championnat professionnel avec 18 équipes. Trois ans et demi plus tard, fin 1934, la Ligue fusionne avec l'Association, dont elle est dissidente pour former la seule organisation du football argentin, qui organise son premier tournoi en 1935 et ainsi jusqu'en 2016-2017.

Dans un premier temps, la compétition n'est ouverte qu'aux clubs de l’intérieur de la province de Buenos Aires et aux villes de Rosario y Santa Fe, de la même province, avant de s'ouvrir progressivement aux clubs de l'intérieur du pays.

Ouverture progressive vers l'intérieur du pays (1966-1985)[modifier | modifier le code]

En 1967, le tournoi annuel passe en deux phases : « Metropolitano » et « Nacional ». La première reste semblable et la seconde permet d'intégrer les équipes de l'intérieur du pays. Dès lors, la concurrence est accrue. Le changement est évident avec le sacre d'équipes non habituées au succès depuis le début du professionnalisme : Estudiantes de La Plata en 1967, Vélez Sarsfield en 1968, Chacarita Juniors en 1969 et Huracán en 1973, contrairement à la période précédente où seulement cinq clubs différents sont sacrés en une trentaines d'années : Boca Juniors, Independiente, Racing Club, River Plate et San Lorenzo. Une autre étape importante est la victoire des équipes de l'intérieur : Rosario Central en 1971 et 1973 et Newell's Old Boys en 1974.

En 1980, le « tournoi métropolitain » est rebaptisé « championnat de première division ». Les clubs de la province de Córdoba intègrent la compétition. De plus, les clubs indirectement affilié à l'AFA et qualifiés dans deux des trois tournois nationaux consécutifs, obtiennent le droit de participer à la compétition métropolitaine. Grâce à cette règle, deux équipes de cette province sont admises : Instituto en 1981 et Racing en 1982. Cette année-là, l'ordre des deux championnats est inversé : le National est joué dans la première moitié de l'année et le Métropolitain la seconde.

Sur le modèle européen (depuis 1985)[modifier | modifier le code]

À partir de la saison 1985-1986, la compétition retourne au seul tournoi annuel mais, cette fois, en correspondance avec le calendrier européen ; c'est-à-dire en deux semestres d'années différentes. Afin de maintenir la possibilité d'accéder au plus haut niveau pour les équipes de l'intérieur, non directement affiliées à l'Association argentine de football, elles sont incluses dans National B, nouvelle deuxième division. Bien que la structure permette une participation croissante des équipes de l'intérieur du pays, aucune en dehors de Buenos Aires-Rosario-La Plata ne réussie à devenir champion.

À partir de la saison 1991-1992, les deux moitié du championnat deviennent des tournois indépendants, nommés Ouverture et Clôture. Ceux-ci déterminent deux vainqueurs.

Format de compétition[modifier | modifier le code]

Évolution du format[modifier | modifier le code]

Évolution du format depuis 1931
Période Format NP
1931-1966 un championnat sur année civile 18-16
1967-1985 deux phases sur année civile 16-32
1985-1990 un championnat sur calendrier européen 20
1990-2014 deux championnats sur calendrier européen 20
2015-2016 un championnat sur année civile 30
depuis 2017 un championnat sur calendrier européen 28

Entre les années 1931 et 1966, un seul tournoi est joué par année civile où chaque équipe s’affronte en match aller puis retour. Les seules exceptions sont le championnat 1934, où chaque club se joue trois fois, et en 1936, quand trois titres sont décernés : Copa de Honor (Coupe de l'honneur), Copa Campeonato (Coupe championnat) puis la Copa de Oroau (Coupe d'or) entre les deux premiers. Dix-huit clubs (sauf trois éditions à moins) s'affrontent jusqu'en 1940, avant que le nombre de participants ne passent à seize, pour la plupart des années.

Jusqu'à la création du tournoi national en 1967, les matches de première division de l'ère professionnelle, bien qu'ils soient considérés comme nationaux, sont limités à la participation des clubs dans la ville de Buenos Aires, Grand Buenos Aires et La Plata. À partir de 1939, les équipes de Rosario, Santa Fe et de l'intérieur de la province de Buenos Aires sont autorisées. Cette limite est en vigueur dans les championnats métropolitains jusqu'en 1979. À partir de 1980, des clubs affiliés indirectement à l'AFA qui se qualifieraient ou se seraient qualifiés pour le tour final dans deux des trois tournois nationaux consécutifs. Entre 1967 et 1985, le système des championnats est donc changé, se jouant en deux tournois par saison. L'un est le « Métropolitain » - qui à partir de 1980 est officiellement appelé le Championnat de Première Division - réservé initialement aux clubs directement affiliés ; et l'autre le « National », comprenant les meilleurs du premier tournoi ainsi que les équipes qualifiées suite aux championnats régionaux. Le nombre d'équipes participantes oscillent beaucoup (entre 16 et 32) durant ces années et s'inverse au fil du temps entre le Métropolitain et le National (respectivement 22 et 16 en 1967 contre 18 et 28 en 1981) avant de retomber dans un ordre d'idées initial au début des années 1980 (32-19).

Le système de moyennes, courant en Amérique latine, est utilisé en Argentine pour la première fois en 1981. Il est l'objet de critiques, l'accusant notamment de protéger les « grands » et de porter préjudice aux promus. La qualification pour les deux tournois continentaux se fait à l'aide d'un classement annuel, additionnant les points obtenus en championnat lors des deux tournois précédents. Il est toutefois très courant que les modalités de qualification varient d'une année à l'autre.

Pour la saison 1985-1986, le format revient à l'ancienne version avec un championnat par saison sur un calendrier européen. Un système de promotions et de relégation est établi pour les clubs atteignant la catégorie la plus élevée, à travers la nouvelle deuxième division, la First National B. Vingt équipes prennent part à chaque édition.

À partir de 1990, chaque championnat devient divisé en deux phases, avec un calendrier européen (inter-saison l'été). Au deuxième semestre de la première année, le tournoi d'« Apertura » (ouverture) est joué et, au premier semestre de l'année suivante, le tournoi de clôture. Chacun détermine un champion en match simple, à l'exception de la première édition (1990-1991), où les deux premiers s'affrontent lors d'une finale. En 2012-2013, les deux phases sont renommées « Inicial » et « Final » et une rencontre entre les deux premiers détermine une troisième champion (doublé pour l'un des deux premiers donc). En 2013-2014, la finale n'est pas jouée et on garde les deux champions. La relégation se calcule avec un classement spécifique prenant en compte la moyenne de points obtenue par les clubs sur les trois dernières années. À la fin du tournoi Final, les trois équipes ayant la plus mauvaise moyenne sont reléguées en Nacional B.

À partir de la saison 2015, le championnat argentin abandonne ses tournois d'ouverture et de clôture et passe à une poule unique simple. Un court championnat est organisé au second semestre 2014, similaire aux précédents, dans le but de servir de transition et la perspective de la réalisation d'un tournoi unique au cours de l'année civile 2015[2]. Cette réforme vise à calquer le championnat argentin sur les championnats européens et à lui donner une dimension plus nationale, alors que l'ancienne formule se concentrait essentiellement sur Buenos Aires et sa grande région[2]. Celui-ci a lieu avec trente équipes, alors que vingt participent depuis 1986.

Afin de revenir au calendrier européen avec des tournois biannuels, qui ont lieu au second semestre et dans la première moitié de l'année suivante, un nouveau court championnat est organisé dans la première partie de 2016. Celui-ci est divisé en deux zones géographiques et le champion déterminé après une finale. Pour la saison 2016-2017, un tournoi s'étendant sur deux semestres commence, avec un retour au calendrier de l'hémisphère nord et les compétitions européennes.

Les clubs de l'édition 2016-2017[modifier | modifier le code]

Légende des couleurs
Club Entraîneur Stade Capacité
théorique
Ville
Boca Juniors Drapeau : Argentine Guillermo Barros Schelotto La Bombonera 49 000 Buenos Aires
Rosario Central Drapeau : Uruguay Pablo Montero Estadio Gigante de Arroyito 43 500 Rosario
San Lorenzo Drapeau : Uruguay Diego Aguirre Estadio Pedro Bidegain 44 000 Buenos Aires
River Plate Drapeau : Argentine Marcelo Gallardo Estadio Monumental 61 000 Buenos Aires
Belgrano Drapeau : Argentine Leonardo Madelon Estadio Mario Alberto Kempes 46 000 Córdoba
Tigre Drapeau : Argentine Pedro Troglio Estadio José Dellagiovanna 28 000 Buenos Aires (Victoria)
Racing Club Drapeau : Argentine Diego Cocca Estadio Juan Domingo Perón 51 000 Buenos Aires (Avellaneda)
Aldosivi Drapeau : Argentine Darío Franco Estadio José Maria Minella 35 000 Mar del Plata
Newell's Old Boys Drapeau : Argentine Diego Osella Estadio Marcelo Bielsa 42 000 Rosario
Banfield Drapeau : Argentine Julio César Falcioni Estadio Florencio Sola 34 000 Buenos Aires (Banfield)
San Martín Drapeau : Argentine Hugo Gareli Estadio del Bicentenario 25 000 San Juan
Independiente Drapeau : Argentine Ariel Holam Estadio Libertadores de América 52 777 Buenos Aires (Avellaneda)
Sarmiento Drapeau : Argentine Jorge Burruchaga Estadio Eva Perón 25 000 Junín
Unión Santa Fe Drapeau : Argentine Juan Pablo Pumpido Estadio 15 de Abril 22 500 Santa Fe
Lanús Drapeau : Argentine Diego Almirón Estadio Ciudad de Lanús 47 000 Buenos Aires (Lanús)
Talleres de Córdoba Drapeau : Argentine Frank Darío Kudelka Estadio Mario Alberto Kempes 57 000 Córdoba
Gimnasia LP Drapeau : Argentine Gustavo Alfaro Estadio Juan Carmelo Zerillo 33 000 La Plata
Estudiantes Drapeau : Argentine Nelson Vivas Estadio Ciudad de La Plata 53 000 La Plata
Vélez Sarsfield Drapeau : Argentine Omar De Felippe Estadio José Amalfitani 50 000 Buenos Aires
Temperley Drapeau : Argentine Gustavo Álvarez Estadio Alfredo Beranger 13 500 Buenos Aires (Temperley)
Quilmes Drapeau : Argentine Alfredo Grelak Estadio Dr. José Luis Meiszner 30 000 Buenos Aires (Quilmes)
Godoy Cruz Drapeau : Argentine Lucas Bernardi Estadio Malvinas Argentinas 48 000 Mendoza (Godoy Cruz)
Colón Drapeau : Argentine Eduardo Domínguez Estadio Estanislao López 47 000 Santa Fe
Defensa y Justicia Drapeau : Argentine Sebastián Beccacece Estadio Norberto Tomaghello 12 000 Buenos Aires (Florencio Varela)
Atlético Huracán Drapeau : Argentine Juan Manuel Azconzábal Estadio Tomás Adolfo Ducó 48 000 Buenos Aires
Atlético de Rafaela Drapeau : Argentine Juan Manuel Llop Estadio Nuevo Monumental 16 000 Rafaela
Atlético Tucumán Drapeau : Argentine Pablo Lavallén Estadio Monumental José Fierro 35 200 San Miguel de Tucumán
Olimpo Drapeau : Argentine Mario Sciacqua Estadio Roberto Natalio Carminatti 15 000 Bahía Blanca
Arsenal de Sarandi Drapeau : Argentine Humberto Grondona Estadio Julio Humberto Grondona 18 000 Buenos Aires (Sarandí)
Patronato Drapeau : Argentine Rubén Darío Forestello Estadio Presbítero Bartolomé Grella 23 500 Paraná

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club Titres de champion Professionnels Amateurs
River Plate 36 35 1
Boca Juniors 32 26 6
Racing Club 17 8 9
Independiente 16 14 2
San Lorenzo 15 12 3
Vélez Sarsfield 10 10 -
Alumni Athletic Club 10 - 10
Newell's Old Boys 6 6 -
Estudiantes LP 6 5 1
Huracán 5 1 4
Lomas Athletic Club 5 - 5
Rosario Central 4 4 -
Argentinos Juniors 3 3 -
Belgrano Athletic 3 - 3
Lanús et Ferro Carril Oeste 2 2 -
Quilmes Atlético Club 2 1 1
Club Atlético Porteño et Estudiantil Porteño 2 - 2
Banfield, Arsenal et Chacarita Juniors 1 1 -
GE La Plata, Lomas Academy, Barracas, Dock Sud, Old Caledonians et Saint Andrew´s 1 - 1

Saisons amateures[modifier | modifier le code]

Saisons professionnelles[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneurs les plus titrés
Nom Titres Années
Drapeau : Argentine Ángel Labruna
7
1971-N, 1975-M, 1975-N, 1977-M, 1979-M, 1979-N, 1980-M
Drapeau : Argentine Carlos Bianchi
7
1993-C, 1995-A, 1996-C, 1998-A, 1999-C, 2000-A, 2003-A
Drapeau : Argentine Ramón Díaz
7
1996-A, 1997-C, 1997-A, 1999-A, 2002-C, 2007-C, 2014-F
Drapeau : Argentine José María Minella
6
1947, 1952, 1953, 1955, 1956, 1957
Drapeau : Argentine Juan Carlos Lorenzo
4
1972-M, 1972-N, 1976-M, 1976-N
Drapeau : Argentine Américo Gallego
4
1994-A, 2000-C, 2002-A, 2004-A
Drapeau : Argentine Ricardo Gareca
4
2009-C, 2011-C, 2012-I, 2012-13

Luis Martín Castellano est le premier entraîneur de l'histoire du football argentin. En 1928, il prend la direction de Vélez Sarsfield et reste en fonction jusqu'en 1932. Guillermo Stabile, avec le Racing Club, est le premier entraîneur à remporter trois fois consécutives le tournoi, de 1949 à 1951.

Ángel Labruna, Carlos Bianchi et Ramón Díaz sont les entraîneurs ayant remporté le plus le championnat argentin (sept chacun). Labruna en obtient six avec River Plate et une avec Rosario Central, Bianchi quatre avec Boca Juniors et trois avec Velez Sarsfield et Diaz en avait six avec River Plate et une avec San Lorenzo.

José Yudica et Américo Gallego sont les seuls techniciens de l'ère professionnelle à être sacrés champions avec trois clubs différents. Yudica est champion avec Quilmes (Metropolitan 1978), Argentinos Juniors (National 1985) et Newell's Old Boys (1987-1988), alors que Gallego fait la même chose avec River Plate (Ouverture 1994 et Clôture 2000), Independiente (Apertura 2002) et Newell's Old Boys (Ouverture 2004).

Joueurs[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs historique[4]
# Nom Matchs Buts Ratio
1 Drapeau : Paraguay Arsenio Erico 332 295 0.88
2 Drapeau : Argentine Angel Labruna 515 293 0.57
3 Drapeau : Argentine Herminio Masantonio 358 256 0.72
4 Drapeau : Argentine Manuel Pelegrina 490 231 0.47
5 Drapeau : Argentine Martín Palermo 358 226 0.58
5 Drapeau : Argentine José Sanfilippo 330 226 0.68
7 Drapeau : Argentine Ricardo Infante 439 217 0.49
8 Drapeau : Argentine Oscar Más 429 215 0.50
9 Drapeau : Argentine Bernabé Ferreyra 197 206 1.04
10 Drapeau : Argentine Carlos Bianchi 324 206 0.64

Hugo Gatti est le joueur avec le plus de matches joués en Championnat d'Argentine, avec 817 apparitions. Ricardo Bochini, d'Independiente, est le joueur avec le plus grand nombre de matches joués pour la même équipe, avec 638. Il est également le joueur de terrain (hors gardien de but) avec le plus de présentations. L'Uruguayen José Jorge González est le joueur étranger avec le plus de parties jouées (565). Pedro Catalano a le record de 333 matchs consécutifs, joués entre le 7 juin 1986 et le 29 novembre 1994.

Le paraguayen Arsenio Erico détient le record de buts inscrit dans le Championnat argentin avec 295 réalisations en 332 rencontres[4]. Erico est aussi le meilleur buteur sur une édition annuelle avec 47 buts en 34 matchs en 1937, obtenant la meilleure moyenne sur une édition avec 1,38 réalisation par partie. Bernabé Ferreyra a la meilleure moyenne de but inscrit par match avec 206 inscrits en 197 parties[4], soit 1,04 marqué par match. Diego Maradona est le joueur terminant le plus de fois meilleur buteur avec cinq récompenses (1978-M, 1979-M, 1979-N, 1980-M et 1980-M avec Argentinos Juniors). Il devance Luis Artime (1962 et 1963 avec River Plate et 1966 et 1967-N avec Independiente) et José Sanfilippo (1958 à 1961 avec San Lorenzo), quatre fois meilleurs réalisateurs[5].

Carlos Barisio est le gardien détenant le record du temps d'invincibilité en une seule saison. En 1981, il reste 1 075 minutes (11 matchs et 65 minutes) sans encaisser de but.

Nationalité[modifier | modifier le code]

Dans ses premières années, le championnat est dominé par les équipes et les joueurs britanniques, avec la prédominance des Écossais. Cette domination diminue dans les années 1910, quand la population créole est adoptée et domine les matchs. Alumni, multiple champion du début du XXe siècle est démantelé après avoir remporté le tournoi de 1911, mettant fin à la domination britannique du football argentin. Mais beaucoup de joueurs anglo-saxons jouent en Argentine jusqu'en 1920 et bon nombre de leurs descendants ont également l'occasion de jouer des matches de première division.

Depuis 1906, l'espagnol est utilisé à la place de l'anglais pour la compétition[1].

Autour de la compétition[modifier | modifier le code]

Couverture des médias[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Football et télévision.

En 1987, l'Association de football argentin signe un contrat exclusif avec la société Torneos y Competencias (TyC, Tournois et compétitions), par lequel les droits de retransmission télévisée de la saison 1987-1988 de la première division, de la First B, en échange d'un million d'australes. En 1996, un nouvel accord est établi jusqu'en 2014 mais l'AFA partage l'exclusivité des droits de transmission entre TyC et Grupo Clarín. À partir de la saison 2007-2008, les dix matches de première division sont transmis par câble, la moitié d'entre eux par le biais d'un système PPV.

En août 2009, l'AFA, par décision unanime des clubs, décide un changement radical dans le système de retransmission télévisée et annule son contrat avec Grupo Clarin, pour signer un nouvel accord avec le gouvernement national, assurant la transmission de tous les rencontres par la télévision gratuite et sans frais pour les téléspectateurs.

Pour la saison 2017-2018, le gouvernement argentin annule unilatéralement l'accord. Par la suite, l'AFA fait un appel d'offre auquel répondent Fox Networks Group et Turner Broadcasting System.

Stades[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les « cinq grands du football argentin »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinq grands du football argentin.

Cette expression est utilisée pour se référer à Boca Juniors, River Plate, Independiente, Racing et San Lorenzo. Mobilisant à eux cinq l'immense majorité des supporters du pays, ils ont longtemps dominé sans partage le championnat. Malgré un effritement de leur domination dans les dernières décennies, ils sont toujours de très loin les clubs les plus populaires d'Argentine. En plus des matchs précisés dans la section précédente, tout match entre deux des cinq grands est considéré comme un clásico.

Les clásicos[modifier | modifier le code]

Clásico est le nom que l'on donne en Argentine aux matchs opposant deux clubs rivaux, généralement proches géographiquement. Ce sont, pour les supporters de chaque équipe, de grands moments marquant parfois l'histoire des clubs.

  • Le Clásico opposant San Lorenzo et Huracán.
  • Le Clásico santafesino opposant Colón à Unión.

D'autres équipes entretiennent également des rivalités plus mineures. Ainsi, les rencontres San Lorenzo-Vélez, Argentinos-All Boys ou San Lorenzo-Boca sont parfois considérées comme des clásicos mineurs.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les joueurs veulent obtenir la liberté contractuelle, car un pacte existe entre les clubs de ne pas engager un joueur sans le consentement de son précédent club. Ils souhaitent aussi une régularisation de leur salaire, sans règles jusqu'à présent.
  2. Atlanta, Argentinos Juniors, Boca Juniors, Chacarita Juniors, Estudiantes de La Plata, Ferro Carril Oeste, Gimnasia y Esgrima La Plata, Huracán, Independiente, Lanús, Platense, Quilmes, Racing Club, River Plate, San Lorenzo de Almagro, Talleres, Tigre et Vélez Sarsfield
  3. Lomas Academy était l'équipe B de Lomas Athletic Club. Ainsi on considère que ce titre fait partie des six championnats obtenues par le club.
  4. Le Club Atlético English High School fut renommé Alumni Athletic Club en 1901, à la suite de l'interdiction prononcée par l'AFA de donner le nom d'une institution scolaire pour nommer un club de football.
  5. a, b, c et d Organisée par la Liga Argentina de Football.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Argentina - List of Champions and Runners-Up », sur rsssf.com (consulté le 7 décembre 2017)
  2. a et b « Argentine: un championnat unique à 30 clubs, vers un format à l'européenne », sur Eurosport, (consulté le 7 mai 2015)
  3. a et b Site officiel de la Asociación del Fútbol Argentino, champions
  4. a, b et c (en) « Argentina - All-Time Topscorers », sur rsssf.com (consulté le 6 décembre 2017)
  5. (en) « Argentina - List of Topscorers », sur rsssf.com (consulté le 6 décembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]