Championnat d'Algérie de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligue 1
Généralités
Création
Autre(s) nom(s) Critérium Honneur (1962-1963)
Division Honneur (1963-1964)
National (1964-1966)
National I (1966-1977)
Division 1 (1977-1998)
Super Division (1998-2002)
Division 1 (2002-2010)
Ligue 1 (depuis 2010)
Organisateur(s) LFP
Périodicité Annuelle
Lieu Drapeau de l'Algérie Algérie
Participants 16
Statut des participants Professionnel (depuis 2010)
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie Premier niveau
Niveau inférieur Ligue 2
Palmarès
Tenant du titre ES Sétif (7)
Plus titré(s) JS Kabylie (14)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Algérie Hacène Lalmas (+150 buts)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Championnat 2015-2016

Le championnat d'Algérie de football, rebaptisé depuis 2014 Ligue 1 mobilis est une compétition de football qui représente en Algérie le plus haut niveau de football du pays, bienque lancée dès l'idépendance du pays en 1962 sous forme de tournois régionaux qualificatifs pour un playoff national, la compétition n'a réelement pris la forme classique d'un championnat d'élites nationales qu'à partir de la saison 1964-1965, le championnat en est donc à cinquante et une éditions à ce jour. La compétition connut durant son histoire plusieurs formules. Actuellement, elle met aux prises seize clubs professionnels.

Le club de La Jeunesse sportive de Kabylie, basé à Tizi Ouzou, détient le record dans cette compétition avec quatorze titres de champion d'Algérie. Le record de participations dans le championnat est détenu par deux clubs: le club Algérois du Chabab Riadhi de Belouizdad (6 fois vainqueur) et le Mouloudia Club d'Oran club de la ville d'Oran (4 fois vainqueur), avec cinquante participations, chacune des deux équipes ayant connu une seule fois la relégation en division inférieure.

L'actuel tenant du titre en 2015 est l'Entente sportive de Sétif, basé à Sétif qui, avec sept titres de champion d'Algérie, rejoint le Mouloudia Club d'Alger à la 2ème place du club le plus titré dans la compétition.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux origines du championnat (1897-1962)[modifier | modifier le code]

Le football algérien descend d'une grande tradition du football français qui fut présent pendant près d'un demi-siècle dans l' Algérie coloniale (jusqu'en 1962). Il y fait son apparition vers la fin du XIXe siècle, précisément à Oran avec la création du Club Athlétique Liberté Oranais, un club colon, le . Il s'agit du premier club de football créée en Algérie mais aussi en Afrique. Néanmoins il faudra attendre le début du XXe siècle pour voir apparaître les premières instances du football en France comme en Afrique du Nord, qui réglementeront les premières compétitions de football.

Les différentes compétitions (1912-1962)[modifier | modifier le code]

La fin du football colon[modifier | modifier le code]

À l'indépendance[modifier | modifier le code]

De nombreux tournois de football ont lieu un peu partout dans le pays pour fêter l'indépendance du pays. Dans les coulisses, on s'active comme on peut pour organiser ce qui deviendra le premier championnat de football du pays. Il s'agissait encore d'un championnat régional appelé "Critérium". Soixante équipes réparties en cinq groupes de dix s'affrontent pour terminer premier champion de ces groupes. Puis les vainqueurs s'affrontent dans une seconde phase en "play-off" afin d'en désigner le premier champion d'Algérie. Tout le système footballistique en Algérie doit être repensé cependant. On garde les principales Ligues de Région et on les renomme Région Ouest (ex-Ligue d'Oran), Région Centre (ex-Ligue d'Alger) et Région Est (ex-Ligue de Constantine); comme en témoigne le document ci-dessous :

Le nom officiel du championnat est "Championnat d'Algérie de football Nationale I" (dit "championnat nationale une"). Cependant, il est communément appelé "championnat de D1", en référence à la tradition française ancrée dans la culture populaire quand le championnat colonial était appelé ainsi.

Création du Championnat d'Algérie de football[modifier | modifier le code]

Palmarès (1962-1964)
1962-1963 : USM Alger (1)
1963-1964 : USM Annaba (1)

Après plusieurs mois de démarches administratives et d'affiliations des clubs aux différents organismes régionaux régissant le football en Algérie, les compétitions de football reprennent vie dans le pays. Compte tenu de la répartition géographique des clubs à travers le pays jadis divisé en trois départements sous l'administration coloniale française, chaque ligue prit en charge l'organisation des compétitions de manière autonome encouragée par le ministère des sports et de la jeunesse. Lors des premières années, les compétitions redémarrent donc sous forme de critériums régionaux à l'issue desquels furent sacrés les champions départementaux qui devaient ensuite s'affronter sous forme de tournois "play off" pour en désigner le Champion d'Algérie.

Le Critérium Honneur 1962-1963, 1re édition du championnat[modifier | modifier le code]

Dans la région Centre, soixante clubs sont répartis dans cinq groupes de chacun dix participants. Les vainqueurs de ces groupes furent connus en général au cours de la dernière journée de championnat avec pour résultats:

Groupe I Centre: Le MC Alger premier ex æquo avec la JS Kabylie avec 47 points au compteur mais qui est sacré vainqueur de ce groupe grâce à un meilleur goal averrage.
Groupe II Centre: Le NA Hussein Dey premier et vainqueur de ce groupe avec 50 points au compteur.
Groupe III Centre: L'OM Saint-Eugène premier ex æquo avec le Stade Guyoville avec 45 points au compteur mais qui est sacrée vainqueur de ce groupe grâce à un meilleur goal average.
Groupe IV Centre: l'AS Orléanvilles (futur ASO Chlef) premier ex æquo avec le WA Boufarik avec 47 points au compteur mais qui est sacrée vainqueur de ce groupe grâce à un meilleur goal averrage.
Groupe V Centre: l'USM Alger premier et vainqueur de ce groupe avec 51 points au compteur.
Bentifour, entraîneur de l'USM Alger reçoit des mains de Ben Bella président de la république, le 1er trophée du championnat d'Algérie de football, sous le regard du Président de la FAF le Dr Maouche (à gauche) et du ministre de la défense Houari Boumédiène (à droite), le [2]

Un mini tournoi est organisé entre ces clubs pour désigner le champion départemental. Finalement l'USM Alger l'emportera en finale deux buts à un face au MC Alger et accédera au tournoi final avec les vainqueurs des autres régions. Son dauphin l'accompagnera car il a été décider que la région centre pour ce premier critérium qualifiera deux équipes.

Dans la région Est, seulement trois groupes de neuf équipes chacun sont constitués. Après une lutte acharnée en poule finale de ce critérium régional entre les ténors que sont le MO Constantine, l'USM Sétif ou le MSP Batna ; c'est finalement l'USM Bône (futur USM Annaba) qui est sacrée championne départementale de la région Est et représentera cette région au tournoi final avec les vainqueurs des autres régions.

Dans la région Ouest, soixante-dix clubs furent engagés, mais aussitôt la compétition commencée neuf forfaits furent enregistrés. Il aura fallu toute l'expérience et le savoir-faire des deux conseillers techniques, messieurs Bir (ex-président de la Ligue d'Oranie de football association durant la période coloniale) et Gay (ex-président du Football Club Oran et membre du bureau de la Ligue) pour remettre de l'ordre. Toutefois au terme de la saison, le SCM Oran remportera le titre départemental de l'Oranie devant le MC Oran et représentera cette région au tournoi final avec les vainqueurs des autres régions.

Un tournoi est organisé entre les vainqueurs de ces critériums régionaux, sorte de "play-off" dont le but est de désigner le premier "Champion d'Algérie de football". En demi-finale le tirage au sort donne pour match l'USM Alger face à l'USM Bône et le MC Alger face au SCM Oran. Dans la première rencontre, les bônois s'inclinent de peu face aux algérois par la règle du plus grand nombre de corners obtenus dans le match après un score nul d'un but partout. Dans l'autre rencontre, le mouloudia s'impose face aux Oranais sur le score sans appel de quatre buts à zéro. À l'issue de ce tournoi, le premier titre fut décerné à l'USM Alger, vainqueur du MC Alger par trois buts à zéro. Les deux vaincus des demi-finales s'affrontèrent pour la troisième place, et c'est l'USM Bône qui s'imposa face au SCM Oran par quatre buts à un.

La Division Honneur 1963-1964, 2e édition du championnat[modifier | modifier le code]

Le championnat est une nouvelle fois modifié lors de la saison 1963-1964. Après une saison de compétition très complexe organisée sur un système de critériums régionaux comportant plusieurs groupes, avec pour certains cas une finale régionale, et un tournoi final désignant le premier champion d'Algérie ; les dirigeants du football algérien réussirent à dégager une certaine élite. La plupart des équipes ayant participé à la compétition la saison passée sont regroupés autour de trois divisions régionales. Le championnat prit alors le nom éphémère de DH, la "Division Honneur". Contrairement à la saison précédente, au lieu des nombreux groupes composés chacun des trois régions ou ligues régionales de football, seulement un groupe par région fut mis en place.

Équipe de l'USM Annaba (actuel Hamra Annaba, vainqueur du 2e championnat d'Algérie de football à l'issue de la saison 1963-1964[3]

Au terme de ces championnats régionaux, pour la région Ouest ou Division Honneur Ouest, l'ASM Oran fut sacré champion régional après une dernière victoire deux buts à un face à son rival d'Oran, le MC Oran et se qualifia pour le tournoi national grâce à son buteur Abdelkader Reguig surnommé Pons. Pour la région Centre ou Division Honneur Centre, le NA Hussein Dey coiffe sur le poteau lors de l'ultime journée son rival direct, le CR Belcourt grâce à son gardien de but Amirat, principal contributeur de la qualification de son équipe au tournoi national, en annihilant les tentatives du meneur de jeu chabibiste Hassen Lalmas. Quant à la région Est ou Division Honneur Est, c'est encore l'USM Annaba ex USM Bône vainqueur du groupe I se qualifia pour la deuxième année consécutive au tournoi final avec son entraîneur joueur Mohamed Boufermès. Elle bat en finale départementale le MSP Batna vainqueur du groupe II.

Cette fois-ci les trois champions régionaux furent réunis à Constantine pour déterminer qui remportera le deuxième titre. Comme l'édition se déroule dans cette ville, il a été décider que la quatrième équipe qui accompagnerait les trois champions, serait le dauphin de la Division d'honneur de la Ligue de Constantine, le MSP Batna. Au terme de la compétition, l'USM Annaba 'vainqueur en demi-finale de l'ASM Oran), s'imposera en finale face au NA Hussein Dey (vainqueur lui du MSP Batna), sur le score d'un but à zéro. C'est à ce jour le premier et seul titre de champion des usmistes d'Annaba.

Nationale Une ou Division Une, l'élite nationale.[modifier | modifier le code]

Après deux saisons de compétitions sous la forme de critériums régionaux avec un tournoi final national, la Fédération algérienne de football réorganisa une fois de plus le championnat. Cette fois-ci elle opta durant la saison 1964-1965 pour la création d'un championnat national à confrontation directe entre les seize meilleurs équipes des trois ligues régionales du football algérien. Pour cela, elle se référa aux résultats de la saison passée en incluant les cinq premiers régionaux de chacune des ligues régionales en plus du champion de la saison.

Ainsi nous avions pour la région Ouest ou Ligue d'Oranie les cinq premières équipes (l'ASM Oran, le MC Oran, l'ES Mostaganem, le MC Saïda et la JSM Tiaret), pour la région centre ou Ligue d'Alger là aussi les cinq premières équipes (le CR Belouizdad, le NA Hussein Dey, l'USM Blida, le MC Alger et l'USM Alger et pour la région Est ou Ligue de Constantine le champion de la saison passée l'USM Annaba et les cinq suivants du classement de cette région (le MSP Batna, l'ES Guelma, l'ES Sétif, l'USM Sétif et le MO Constantine).

  • Différentes formules de la première division.

Depuis cette saison, le système des critériums régionaux est définitivement abandonné. Toutefois, différentes formules furent adoptées au cours des saisons suivantes. La plupart du temps, ce furent des poules uniques, c'est-à-dire à confrontations directes et en phases aller et retour. Néanmoins, deux saisons l'ont été lors de deux poules avec une finale nationale entre les deux vainqueurs. Signalons également le cas particulier d'une saison où il n'y eut aucune relégation.

Années Formules Commentaires
saisons 1964-1965 à 1968-1969 cinq saisons à seize clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1969-1970 à 1970-1971 deux saisons à douze clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1971-1972 à 1975-1976 cinq saisons à seize clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1976-1977 à 1978-1979 trois saisons à quatorze clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1979-1980 à 1983-1984 cinq saisons à seize clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1984-1985 à 1986-1987 trois saisons à vingt clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1987-1988 à 1988-1989 une saison à dix-huit clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1989-1990 à 1996-1997 neuf saisons à seize clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 1997-1998 à 1998-1999 deux saisons à deux poules Avec deux poules (Centre-Ouest et Centre-Est) de huit équipes, puis de quatorze la saison suivante.
saisons 1998-1999 à 1999-2000 une saison, la Super Division Appelé Super Division avec douze clubs sans relégations.
saisons 1999-2000 à 2002-2003 trois saisons à seize clubs Toujours en Super Division avec deux relégations trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 2002-2003 à 2007-2008 cinq saisons à seize clubs Avec trois relégations et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 2007-2008 à 2008-2009 une saison à dix-sept clubs Après réintégration du RC Kouba, et l'intervention du TAS de Lausanne.
saisons 2008-2009 à 2009-2010 une saison à dix-huit clubs Avec seulement deux relégables mais trois promus de la Deuxième division en fin de saison.
saisons 2010-2011 à 2013-2014 quatre saison à seize clubs Avec trois relégables et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.

Si l'on ne tient pas compte des deux premières saisons qui se déroulèrent sous la forme de critériums régionaux et en excluant également les saisons à deux poules, on se rend compte que les clubs de l'élite furent réunis quarante-quatre saisons dans une même division. Si l'on regarde attentivement les différentes formules, durant trois saisons douze équipes constituaient la première division, quatorze équipes durant trois éditions, seize équipes lors de trente-deux éditions, dix-sept équipes durant une édition, dix-huit équipes lors de deux éditions et vingt équipes en trois éditions.

Il apparaît clairement, à la vue de ce tableau récapitulatif, que la formule la plus utilisée et donc la mieux adaptée fut celle d'un championnat en poule unique, c'est-à-dire à confrontations directes en matchs aller et retour, mais pas n'importe lequel. C'est celle d'une poule composée de seize équipes avec au terme de l’exercice un club désigné champion sans play off et trois relégués en deuxième division.

Domination du CR Belouizdad (4 titres) - [1965 à 1971][modifier | modifier le code]

Palmarès (1964-1971)
1964-1965 : CR Belcourt (1)
1965-1966 : CR Belcourt (2)
1966-1967 : NA Hussein Dey (1)
1967-1968 : ES Sétif (1)
1968-1969 : CR Belcourt(3)
1969-1970 : CR Belcourt (4)
1970-1971 : MC Oran (1)

Le CR Belcourt (futur CR Belouizdad) est un club récent à cette époque, originaire du quartier de Belcourt à Alger, qui sera renommé Belouizdad. Ce club naquit de la fusion de deux anciens clubs issus de ce même quartier, le WRB (Widad Riadhi de Belcourt) et le CAB (Club Athéltique de Belcourt).

Le footballeur Hassen Lalmas qui fit les beaux jours du CR Belouizdad entre les saisons 1962-1963 et 1972-1973.

Ces deux anciens clubs étaient réputés pour avoir joué les compétitions de football à l'époque coloniale française, car affiliés à la fois à la FFFA (Fédération Française de Football Association) et à la LAFA (Ligue d'Alger de Football Association). Dans les années soixante, cette équipe a dominé le football national en remportant pas moins de quatre titres entre les saisons 1964-1965 et 1970-1971. Elle réalisa la performance d'effectuer deux doublés de championnats lors des saisons 1964-1965 - 1965-1966, puis lors des saisons 1968-1969 - 1969-1970. Cette équipe, dirigée par Yahia Saadi et Ahmed Arab puis Zitoun, était composée des meilleurs joueurs représentant l'ossature de la sélection algérienne en dehors de ceux issus des clubs français de l'époque coloniale tels Hamiti du Racing Universitaire d'Alger ou Djemaâ du Gallia Sport d'Alger. Cette talentueuse équipe se distingua dans toutes les compétitions tant en Algérie qu'au Maghreb (avec le gain de trois Coupe du Maghreb des clubs champions gagnés consécutivement).Ses deux principaux rivaux furent l'ES Sétif des frères Salhi, qui réussit à rafler le titre de la saison 1967-1968, et le MC Oran qui obtint son premier trophée lors de la saison 1970-1971, avec la génération Fréha - Hadefi, après avoir manqué de peu celui de la saison 1968-1969; et surtout celui de la saison 1967-1968 (dauphin de l'ES Sétif mais devançant le CR Belouizdad troisième au classement).

Rivalité : MC Alger (5 titres) - JS Kabylie (4 titres) - [1972-1980][modifier | modifier le code]

Palmarès (1971-1980)
1971-1972 : MC Alger (1)
1972-1973 : JS Kawkabi (1)
1973-1974 : JS Kawkabi (2)
1974-1975 : MC Alger (2)
1975-1976 : MC Alger (3)
1976-1977 : JS Kawkabi (3)
1977-1978 : MP Alger (4)
1978-1979 : MP Alger (5)
1979-1980 : JE Tizi-Ouzou (4)

Les années soixante-dix marquèrent la prise de pouvoir du MC Alger, cependant tout ne fut pas simple. Le club connut avant cela sa première relégation, due en partie à de graves évènements qui se sont produits lors de la saison 1964-1965 contre le MC Oran. Il aura fallu trois ans au club pour retrouver la première division et un bon effectif; mais cette absence fut peut-être bénéfique, avec le gain de cinq titres de champion d'Algérie. L'équipe, managée par le duo d'entraîneurs Khabatou et Zouba, réussira même l'exploit de réaliser un doublé de championnat lors des saisons 1974-1975 et 1975-1976. Toutefois l'exploit le plus retentissant de cette décennie pour cette équipe s'est produit lors de la saison 1975-1976. En effet cette saison-là, le MC Alger réussit le triplé Championnat d'Algérie - Coupe d'Algérie de football - Coupe d'Afrique des clubs champions, fait unique dans le football algérien.

Équipe du MC Alger qui remporta le triplé de Coupe d'Afrique - Championnat - Coupe d'Algérie à l'issue de la saison 1975-1976

La domination de cette équipe du MC Alger sera tout de même contestée par la JS Kabylie qui réussira au cours de cette décennie à glaner quatre titres de champion d'Algérie. Cette équipe qui connut la génération de Mouloud Iboud, capitaine durant près de neuf ans, était surnommée "le rouleau compresseur" tant elle remportait de victoires. Ce club sera également le deuxième après le CR Belouizdad et juste avant le MC Alger à réaliser un doublé de championnat lors des saisons 1972-1973 et 1973-1974, de même qu'un doublé Coupe d'Algérie - Championnat d'Algérie de football lors de la saison 1976-1977. Contrairement aux autres équipes du championnat, ce sera l'une des premières formations à expérimenter, après le passage de l'ex-gardien de l'équipe du FLN de football, Abderrahmane Boubekeur, plusieurs entraîneurs étrangers. L'équipe fut managée par les Français Jean Lemaître (saison 1970-1971), Christian Banjou (mi-saison 1974-1975 et mi-saison 1975-1976), mais aussi par le yougoslave Joùan Cestic (saison 1973-1974), le hongrois André Nagy (mi-saison 1976-1977) et les Roumains avec d'abord le duo Virgil Popescu et Petre Mindru (saison 1972-1973 année du premier titre), ensuite Bazil Marian (au cours de la saison 1973-1974). Le plus célèbre de ces premiers entraîneurs étrangers est sans doute le polonais Stefan Zywotko, qui forma à la fin de cette décennie un duo avec Mahieddine Khalef qui durera près de douze ans.

Au cours de cette décennie, une réforme sportive eut lieu par le ministère de la jeunesse et des sports, précisément lors de la saison 1975-1976, pour donner aux clubs de l'élite une bonne assise financière afin de leur donner les moyens de se structurer de manière professionnelle (ASP Association Sportive de Performances). Le but était donc qu'ils aient une autonomie totale de gestion avec la création de leur propre centre de formation. Pour cela beaucoup de clubs durent sacrifier leurs noms et les renommer suivant le principal sponsor. On a ainsi pu voir apparaître dans certains noms de clubs la lettre P des pétroliers de la Sonatrach sponsoriser le MC Alger, le MC Oran et l'ES Sétif, renommés MP Alger, MP Oran et EP Sétif. De même la Sonelgaz, avec le K de Kahraba (gaz), sponsorisa la JS Kabylie, qui abandonna son nom de Jeunesse sportive de Kabylie en Jamiat Sari' Kawkabi, ou l'USM Alger, renommée USK Alger. Mais aussi la CNAN (Compagnie National Algérienne de Navigation) avec le M de Milaha (navigateur) qui sponsorisa le Nasr Athlétique Hussein Dey devenu Milaha Athlétique de Hussein Dey, et bien d'autre encore. Même si pendant un certain temps cela aura permis à ces clubs de se constituer en véritables clubs omnisports indépendants avec l'exemple du mouloudia d'Alger, qui survola et continue de dominer les compétitions sportives dans les autres disciplines que le football, ce sera un échec car les clubs reprendront progressivement au cours des années suivantes leurs noms d'origine et démarcheront eux-mêmes plusieurs sponsors à la fois.

Domination de la JS Kabylie (6 titres) - [1981-1990][modifier | modifier le code]

Palmarès (1980-1990)
1980-1981 : RS Kouba (1)
1981-1982 : JE Tizi-Ouzou (5)
1982-1983 : JE Tizi-Ouzou (6)
1983-1984 : GCR Mascara (1)
1984-1985 : JE Tizi-Ouzou (7)
1985-1986 : JE Tizi-Ouzou (8)
1986-1987 : EP Sétif (2)
1987-1988 : MP Oran (2)
1988-1989 : JE Tizi-Ouzou (9)
1989-1990 : JE Tizi-Ouzou (10)

Les années quatre-vingt sont des années fastes pour le football algérien, qui connut deux qualifications de son équipe nationale en Coupe du monde de football, mais aussi plusieurs bons résultats de ses clubs à l'échelle internationale. Sur le plan national, un club se détache du lot : la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK), renommée Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou (JET), managée par le duo d'entraîneurs Stefan Zywotko le polonais et Mahieddine Khalef l'algérien, elle domina le football de son époque, à la fois sur le plan national et international, incarnant la réussite du football algérien.

Elle ne cessa de battre des records, en engrangeant en dix ans pas moins de six titres de "Champion d'Algérie", glanant également au passage trois coupes d'Algérie et remportant deux titres de champion d'Afrique, d'où son surnom de "Jumbo JET" caractérisant la grandeur de cette équipe.

Équipe de la Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou, le fameux Djumbo JET lors de la saison 1985-1986
De Gauche à Droite :
Debout : Larbes - Adghigh - Amara - Heffaf - Sadmi - Belahcène
Assis : Bahbouh - Menad - Fergani - Abdeslam - Bouiche

Son emprise sur le championnat était telle qu'elle atteignit en dehors de ces six titres, deux fois la deuxième place du classement lors des saisons 1980-1981 et 1987-1988 ainsi qu'une troisième place lors de la saison 1983-1984, soit neuf fois en dix ans sur le podium. La particularité de ces titres est qu'ils furent remportés trois fois deux fois de suite, autrement dit en réalisant des doublés en championnat et obtenant donc le statut de "double champion" lors des saisons 1981-1982 - 1982-1983, puis 1984-1985 - 1985-1986, et enfin 1988-1989 - 1989-1990. Lors de ses victoires durant cette

décennie, la JE Tizi-Ouzou réalise deux doublées Coupe d'Afrique - Championnat d'Algérie, lors des saisons 1980-1981 et 1989-1990, ainsi que son deuxième doublé Coupe d'Algérie - Championnat d'Algérie lors de la saison 1985-1986. C'est également au cours de cette saison que l'équipe réalise un record en totalisant au terme de l'exercice quatre-vingt-dix-huit points au compteur, en trente-huit rencontres (à l'époque on attribuait 3 points pour une victoire 2 pour le nul et 1 seul pour la défaite , dans un championnat constitué de vingt équipes ).

Cette domination était tout de même légèrement contestée par des valeurs sûres du championnat Algérien telles que l'ES Sétif et le MC Oran.

La brillante équipe de l'entente sportive de Sétif championne d'Algérie 1987 et championne d'Afrique 1988 avec De Gauche à Droite :
Debout : Serrar - Boulehdjilet - Osmani - Nabti - Zorgane - Bernaoui
Assis : Bendjabellah - Rahmani - Adjissa - Gharib - Adjass

L'équipe de Sétif qui portait alors le nom d'EP Sétif et qui comptait dans ses rangs cinq futurs champions d'Afrique des nations (avec L'Algérie en 1990) enchaina sur sa belle saison 1985-1986 lorsqu'elle termina dauphin du champion en remportant le titre de la saison suivante 1986-1987 son deuxième de son histoire, la belle équipe de l'entente conduite par son milieu de terrain emblématique Nacir Adjissa a remporté la saison suivante la Coupe d'Afrique des clubs champions face aux nigérians de l'Iwuanyanwu National devenant la troisième équipe Algérienne au palmarès des vainqueurs de la C1 Africaine, et cela malgré le fait que le club ait été relégué en division inférieure à la fin de la saison 1987-1988, un fait unique en son genre dans les annales du football mondial, puisque aucun club n'avait réussi jusque là à gagner la C1 de son continent tout en jouant en seconde division de son pays.

Le mouloudia club d'Oran champion d'algérie 1988 et finaliste malheureux de la coupe d'Afrique des clubs champions 1989 De Gauche à Droite :
Debout : Benmimoun - Belatoui - Bott - Meziane - Belabbès - Drid
Assis : Mecheri - Sebbah - Belloumi - Foussi - Chérif El-Ouazzani

Le MC Oran pour sa part réussit sous son appellation de l'époque le MP Oran à remporter le titre de champion lors de la saison 1987-1988. C'est avec ce titre qu'elle se distinguera la saison suivante en Coupe d'Afrique des clubs champions, en perdant la finale face aux marocains du WA Casablanca. Outre ce haut fait d'armes africain, le mouloudia d'Oran terminera deuxième du championnat à trois reprises lors des saisons 1984-1985, 1986-1987 et 1989-1990.

On peut également souligner la belle consécration du GC Mascara, club pionnier du football algérien, l'un des rares à avoir remporté unchampionnat à l'époque coloniale française (car affilié à la LOFA Ligue d'Oranie de Football Association), qui remporta le championnat au terme de la saison 1983-1984. Signalons également la performance du RC Kouba, nommé à cette époque RS Kouba qui remporta enfin son premier titre de champion (le seul à ce jour) lors de la saison 1980-1981, après avoir fini deuxième lors des saisons 1966-1967 et 1974-1975.

L'ère du MC Oran (2 titres) et les autres - [1991-1999][modifier | modifier le code]

Palmarès (1990-1999)
1990-1991 : MO Constantine (1)
1991-1992 : MC Oran (3)
1992-1993 : MC Oran (4)
1993-1994 : US Chaouia (1)
1994-1995 : JS Kabylie (11)
1995-1996 : USM Alger (2)
1996-1997 : CS Constantine (1)
1997-1998 : USM El Harrach (1)
1998-1999 : MC Alger (6)

Le football algérien connaît à cette époque la consécration de son équipe nationale avec le gain de deux titres majeurs, la Coupe d'Afrique des nations durant l'année 1990, organisée sur son territoire, et une coupe intercontinentale l'année suivante, la défunte Coupe afro-asiatique des nations. Au niveau national aucune domination sans partage ne se dégage de cette décennie comme ce fut le cas lors des décennies précédentes pour le CR Belouizdad, le MC Alger ou la JS Kabylie.

Toutefois si nous devions retenir une équipe ce serait sans contestation possible celle du MC Oran. Les "Hamroua" comme on les surnomme sont les seuls durant cette décennie à remporter le plus grand nombre de titres, soit deux acquis lors des saisons 1991-1992 et 1992-1993. c'est l'un des six clubs Algériens à avoir réussi deux championnats consécutifs avec le CR Belouizdad, la JS Kabylie et le MC Alger, l'USM Alger et l'ES Sétif.

Équipe du MC Oran, l'équipe qui remporta le doublé Coupe / Coupe de la Ligue après avoir été vice champion lors de la saison 1995-1996
De Gauche à Droite :
Debout : Benabdellah - Raho - Haddou - Goual - Osmane - Belatoui
Assis : Cherif El-Ouazzani - Meçabih - Boukessassa - Meziane - Benzerga

Ce qui marque une nette différence entre les autres concurrents à cette époque c'est qu'outre ses deux titres de champion, le MC Oran termine à la deuxième place du championnat trois fois consécutivement lors des saisons 1994-1995, 1995-1996 et 1996-1997. Signalons tout de même la belle performance de cette équipe en compétition arabe car elle participa à la défunte Coupe Arabe des vainqueurs de coupe. En effet après sa victoire en finale de la Coupe d'Algérie face à l'USM Blida au terme de l'édition 1996, le MC Oran choisit de participer à la compétition arabe qu'elle remporta deux fois consécutivement en 1997 et 1998, et remportera même la Supercoupe arabe l'année suivante.

Hormis les victoires des habitués du championnat comme la JS Kabylie qui se distingua lors de la saison 1994-1995 par un troisième doublée Coupe d'Afrique - Championnat avec l'obtention de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe; de l'USM Alger qui remporta enfin son deuxième titre de champion (attendu depuis la saison 1962-1963) l'année suivante lors de la saison 1995-1996 ainsi que du MC Alger qui obtint son sixième titre de champion lors de la saison 1994-1995; cette décennie marque une première consécration pour plusieurs équipes.

Ainsi le club de Constantine, le MO Constantine, lui aussi club pionnier du championnat d'Algérie, qui fut l'un des rares durant l'époque coloniale française à gagner un championnat (car affilié à la LCFA, la Ligue de Constantine de Football Association), remporta enfin lui aussi son premier championnat d'Algérie lors de la saison 1991-1992, après avoir terminé deuxième lors des saisons 1971-1972 et 1973-1974. Son rival de Constantine, le CS Constantine fera de même lors de la saison 1996-1997. Signalons la belle performance de l'US Chaouia qui remporta un championnat, il s'agit de son premier et dernier titre à ce jour. Et enfin l'USM El Harrach, autre club algérois, qui lui aussi remporte enfin un titre de champion lors de la saison 1997-1998, après avoir terminé deuxième lors des saisons 1983-1984 et 1991-1992. Durant cette décennie, la réforme du MJS (Ministère de la Jeunesse et des Sports), adoptée lors de la saison 1976-1977, est finalement abandonnée, laissant les clubs reprendre leurs noms précédents. Autre fait important, le championnat fut réorganisé en deux groupes de huit clubs lors de la saison 1997-1998, puis en deux poules de quatorze participants lors de la saison 1998-1999. Cette formule comportait donc des play off où les deux leaders de ces groupes au terme de la compétition s'affrontèrent pour le gain du titre de champion. L'édition 1998-1999 connut même des prolongations entre le MC Alger et la JS Kabylie qui vit les Mouloudéens s'imposer un but à zéro.

Les années d'alternance: CR Belouizdad (2 titres) USM Alger (3 titres), JS Kabylie (2 titres) - [2000-2006][modifier | modifier le code]

Équipe de l'USM Alger, championne d'Algérie 2013-2014
Palmarès (2000-2006)
1999-2000 : CR Belouizdad (5)
2000-2001 : CR Belouizdad (6)
2001-2002 : USM Alger (3)
2002-2003 : USM Alger (4)
2003-2004 : JS Kabylie (12)
2004-2005 : USM Alger (5)
2005-2006 : JS Kabylie (13)

Le championnat n'a pas connu de véritable domination d'une équipe en particulier au cours des années deux mille. On observe cependant une période d'alternance où trois équipes dominent chacune à son tour. C'est le cas au début de cette décennie du CR Belouizdad qui remporta des championnats. Le titre de champion échappait au club depuis près de trente ans, soit depuis la saison 1969-1970. L'équipe algéroise du quartier de Belouizdad engrangea donc deux titres de plus à son palmarès. Ils furent gagnés lors d'un doublée de championnat c'est-à-dire consécutivement, à l'issue des saisons 1999-2000 et 2000-2001. Si au début de cette période nous constatons l'emprise du championnat du CR Belouizdad. Ce fut ensuite le tour de l'équipe de l'USM Alger qui connut une génération dorée autour de l'emblématique milieu de terrain Billel Dziri. Les usmistes remporterent le championnat à trois reprises, dont deux consécutivement lors des saisons 2001-2002 et 2002-2003 puis 2004-2005. Il s'agit du sixième club à réaliser un doublé de championnat avec le CR Belouizdad, la JS Kabylie, le MC Alger et le MC Oran et l'ES Sétif. L'équipe réalise aussi trois deuxième place lors des saisons 2000-2001 (dauphin du CR Belouizdad), 2003-2004 et 2005-2006 (dauphin de la JS Kabylie) et trois coupes d'Algérie dont l'une remportée lors d'un doublée Coupe d'Algérie - Championnat d'Algérie, durant la saison 2002-2003. Avec six titres toutes compétitions confondues en cette période l'USM Alger était l'équipe à battre du début des années 2000 mais à partir de la saison 2003-2004 une rivalité s'installe avec la JS Kabylie qui parvint à freiner le rouleau compresseur usmiste en le détrônant de son titre de champion, la JSK venait par la même occasion de terminer 10 années de disette sans un titre de champion d'Algérie . La JSK ne conserva pas son titre l'année suivante mais termina dauphin des usmistes, la rivalité était plus que jamais soutenue, les canaries remportèrent enfin le dernier épisode de la rivalité USMA-JSK lors de la saison suivante 2005-2006 cette année marquera le début du declin de l'USM Alger mais aussi la fin d'une époque qui a duré dix ans pendant laquelle le titre de championnat ne se jouait qu'entre deux villes du centre de L'Algérie: Alger et Tizi-Ouzou.

Domination de l'ES Sétif (5 titres) [2007-2015][modifier | modifier le code]

le champion d'Algérie 2014-2015 de gauche à droite debout: Mellouli - Ziaya - Ze ondo - Meguateli - Demmou - Khedairia Assis: Djahnit - Zerara - Younes - Legraa - Belameiri

Cette période qui connut deux participations de l'équipe nationale en Coupe du monde de football, avec une qualification historique en huitièmes de finale lors de la coupe de monde de 2014, est aussi celle du retour de l'Entente sportive de Sétif sur le plan national et international, Avec 5 titres en 9 saisons, 9 podiums sur 9 possibles (une deuxième place et trois fois troisième) et une participation inédite pour un club Algérien en coupe du monde des clubs, l'Entente sportive de Sétif est de loin la meilleure équipe de la dernière décennie en championnat d'Algérie, pourtant avant 2007, bien que le club de la ville de Sétif était considéré comme étant l'un des meilleurs en Algérie, mais avec un palmarès qui n'affichait que deux consécrations en championnat contre 8 en coupe d'Algérie et coupes Africaines réunies, le club était étiqueté "équipe de coupe", les Sétifiens semblaient avoir une préférence pour les coupes. Depuis 2007, l'ES Sétif domine largement le championnat Algérien, l'équipe de coupe n'est donc qu'un lointain souvenir, en effet, hormis la JS Kabylie qui réussit 11 podiums consécutifs avec 6 consécrations entre 1976 et 1986, aucune autre équipe n'a autant dominé la compétition, la domination de l'ES Sétif est d'autant plus concrète que le club remporta en plus des 5 titres de champion d'Algérie, deux Coupes d'Algérie avec le doublé coupe/championnat en 2011-2012 (le deuxième de l'histoire du club après celui réalisé lors de la saison 1967-1968), et deux titres consécutifs de champion avec le titre de la saison 2012-2013 après celui de 2011-2012, l'équipe brilla aussi sur le plan régional, continental et même mondial en devenant le premier club Algérien de l'histoire à accéder à la coupe du monde des clubs lors de l'édition 2014 après avoir remporté la ligue des champions de la CAF 2014, le club enchaina en remportant la supercoupe africaine en 2015. l'ES Sétif remporta en tout 14 titres toutes compétitions confondues en seulement 9 ans (un record).

Palmarès (2007-2015)
2006-2007 : ES Sétif(3)
2007-2008 : JS Kabylie (14)
2008-2009 : ES Sétif(4)
2009-2010 : MC Alger (7)
2010-2011 : ASO Chlef (1)
2011-2012 : ES Sétif(5)
2012-2013 : ES Sétif(6)
2013-2014 : USM Alger (6)
2014-2015 : ES Sétif(7)

Face à la domination de l'ES Sétif aucun autre club n'a pu maintenir la rivalité avec les Sétifiens pendant plusieurs saisons, en effet, chaque saison amenait son nouveau lot de concurrents qui contestaient l'emprise de l'aigle noir des hauts plateaux sur le championnat, voilà pourquoi le championnat a eu 4 vainqueurs différents en plus de ES Sétif en neuf saisons, ces mêmes clubs jouaient systématiquement la relégation deux ou trois saisons voir même une seule saison après leur sacre, c'était le cas du MC Alger sacré en 2010 et l'USM Aleger en 2014, tous deux sauvés de justesse la saison d'après, la JS Kabylie de son président emblématique mohand chérif Hannachi qui a réussi le sacre en 2008 s'est sauvé de la relégation à une seule journée de la la fin de la saison 2010-2011 cela dit, le club le plus titré en Algérie réussit quand même trois podiums en plus de son sacre lors de cette période, Le club de l'ASO Chlef sacré en 2011 et dauphin en 2008 n'a quant à lui pas réussi à se maintenir lors de la saison 2014-2015, c'est aussi le cas du club de la JSM Béjaia double vice champion d'Algérie en 2011 et 2012 qui connut le même sort lors de la saison 2013-20014. Le phénomène s'explique entre autres par le fait que le champion d'Algérie et son dauphin sont appelés la saison suivante à représenter l'Algérie en champions league Africaine, cette compétition qui se déroule en majeure partie pendant la période estivale, est très coûteuse en énergie, en temps et en argent du fait de la nature du continent Africain dont le climat et les longues distances entre les pays, ainsi que le manque d'infrastructures sportives et hôtelières dans certains pays d'Afrique noire, ne sont pas toujours à l'avantage des équipes algériennes. l'ES Sétif est la seule équipe non concernée par le phénomène

La professionnalisation[modifier | modifier le code]

Il a été décidé par la ligue nationale de football algérien et la fédération algérienne de football, de professionnaliser le championnat d'Algérie de football, à partir de la saison 2010-2011. Ainsi tous les clubs algériens de football qui bénéficiaient jusque-là du statut de club semi-professionnel, vont acquérir la nomination professionnel dès cette saison.

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, ne cesse de parler depuis son investiture à la tête de Fédération en avril 2009 du professionnalisme[4], promettant un nouveau mode de gestion basé sur la rigueur et le sérieux, surtout que le football a touché le fond ces dernières saisons, à cause des gestions catastrophiques des clubs qui n’ont pu aller de l’avant et restaient à la traîne par rapport aux clubs des pays voisins qui ont connu une avancée extraordinaire, devenant des clubs professionnels à part entière, ce qui leur permettra d’ailleurs, d’accroître leur domination sur le contient africain.

C’est le cas des clubs tunisiens de l’Espérance sportive de Tunis, de l’Etoile sportive du Sahel, en plus du CS sfaxien, qui est également devenu ces dernières années un des clubs les plus en vue, grâce à victoire finale en Ligue des champions arabes et en Coupe de la CAF. Il ne faut pas oublier aussi les Égyptiens qui disposent des clubs les plus structurés et cela a eu son effet pour des clubs comme Al Ahly SC et le Zamalek, qui à eux deux disposent du plus gros des titres africains.

Raouraoua veut donc arriver à créer cette élite qui regroupera uniquement les clubs capables, selon un cahier des charges dûment établi, de jouer dans ce championnat professionnel. Le président de la FAF a souligné qu’il est prêt à lancer ce championnat professionnel quitte à ce que cela soit avec un nombre réduit de clubs qui ne dépasserait pas les douze. Pour lui, il est important que les clubs qui disposent des moyens adéquats seulement soient triés et sélectionnés pour faire partie de cette ligue professionnelle. Tout club doit disposer d’un stade qui serait homologué par la FAF, mais aussi par la CAF, pour qu’il puisse abriter les rencontres internationales et notamment les matchs de C1 ou C3 africaine[5]. Le club professionnel devrait disposer aussi de certains moyens financiers qui lui permettront de faire ses déplacements, en Afrique notamment.

Il y a aussi la nécessité de mettre à la disposition des clubs visiteurs, et surtout en coupes africaines, un hôtel de haute facture et qui serait au moins un quatre-étoiles. Tout cela est fait pour permettre une bonne organisation à l’occasion de compétitions internationales. La FIFA a donné 2011 comme dernier délai pour que les clubs deviennent professionnels, sans quoi ils ne pourront plus participer aux compétitions internationales. En Algérie, la FAF fait pression sur les clubs afin de concrétiser le projet du football professionnel avant la date butoir fixée par la FIFA.

Depuis 2011, le football algérien de club évolue donc avec la création deux divisions professionnelles: la Ligue 1 et la Ligue 2, appelés respectivement Nedjema Ligue 1 et Nedjema Ligue 2.

La formule décidée pour cette première année de professionialisme serait la suivante:

Années Formules Commentaires
Depuis la saison 2010-2011 une saison à seize clubs Avec trois reléguables et trois promus de la Deuxième division en fin de saison.

Il semblerait qu'elle serait définitive, car par le passé la formule la plus usitée et qui fonctionnait le mieux était celle-ci.

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]

Palmarès depuis l'indépendance de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Depuis le premier championnat d'Algérie en 1962-1963 jusqu'à la saison 2013-2014, 52 titres ont été mis en jeu. Sur les quinze clubs qui sont parvenus à remporter le championnat, le plus titré est la JS Kabylie avec quatorze titres.

Le tableau suivant liste les clubs vainqueurs du championnat d'Algérie et, pour chaque club, la division dans laquelle ils évoluent lors de la saison 2013-2014, le nombre de titre(s) remporté(s) et les années correspondantes par ordre chronologique.

Palmarès des clubs champions d'Algérie
Rang Clubs 2013-2014 Titre(s) Année(s)
1 JS Kabylie Ligue 1 14 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008
2 ES Sétif Ligue 1 7 1968, 1987, 2007, 2009, 2012, 2013, 2015
MC Alger Ligue 1 7 1972, 1975, 1976, 1978, 1979, 1999, 2010
4 CR Belouizdad Ligue 1 6 1965, 1966, 1970, 1971, 2000, 2001
USM Alger Ligue 1 6 1963, 1996, 2002, 2003, 2005, 2014
6 MC Oran Ligue 1 4 1971, 1988, 1992, 1993
7 NA Hussein Dey Ligue 1 1 1967
RC Kouba DNA 1 1981
MO Constantine DNA 1 1991
USM El Harrach Ligue 1 1 1998
ASO Chlef Ligue 1 1 2011
CS Constantine Ligue 1 1 1997
US Chaouia Ligue 2 1 1994
GC Mascara DNA 1 1984
Hamra Annaba DNA 1 1964


Par ville[modifier | modifier le code]

Ville Titres Clubs vainqueurs
Alger 22 MC Alger (7), CR Belouizdad (6), USM Alger (6),
NA Hussein Dey (1), RC Kouba (1), USM El Harrach (1)
Tizi Ouzou 14 JS Kabylie (14)
Sétif 7 ES Sétif (7)
Oran 4 MC Oran (4)
Constantine 2 MO Constantine (1), CS Constantine (1)
Annaba 1 Hamra Annaba (1)
Oum El Bouaghi 1 US Chaouia (1)
Mascara 1 GC Mascara (1)
Chlef 1 ASO Chlef (1)

Statistiques et records[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Les dix clubs ayant joué le plus de saisons en première division à l'été 2014
Club Saisons MJ
1 MC Oran 49 1420
2 CR Belouizdad 49 1422
3 ES Sétif 46 1332
4 JS Kabylie 45 1327
5 MC Alger 45 1311
6 NA Hussein Dey 37 1074
7 USM Alger 34 975
8 USM El Harrach 31 930
9 ASM Oran 30 894
10 WA Tlemcen 28 844

En Cinquante-trois éditions du championnat d'Algérie, de nombreux records ont été établis par les différents clubs participant à cette compétition.

le record d'affluence pour un match est détenu par la confrontation entre le MC Alger et l'USM Alger du 13 octobre 2004 au Stade du 5-Juillet-1962, avec 100,000 spectateurs

Le record de buts sur une saison est de 786 buts inscrits (2,68 par match), lors de la saison 1985-1986 pour un championnat à vingt clubs 567 buts inscrits (1,67 par match) lors de la saison 2008-2009 pour un championnat à dix-huit clubs 382 buts inscrits (1,36 par match) lors de la saison 1966-1967 pour un championnat à douze clubs et 607 buts inscrits (2,23 par match) lors de la saison 1972-1973 pour un championnat à seize clubs.

Le club ayant disputé le plus grand nombre de saisons en première division depuis la création du championnat est le MC Oran et CR Belouizdad, avec cinquante participations au plus haut niveau depuis 1964, alors que le club ayant disputé le plus de saisons d’affilée en première division est le JS Kabylie, avec Quarante-six saisons entre 1969 et 2014.

Le plus grand nombre de points récoltés lors d'une même saison est détenu par le JS Kabylie , avec 98 points en 1985-1986 (une victoire vaut 3 points, un match nul 2 points et une défaite 1 point). Le plus grand nombre de victoires consécutives est détenu par le CR Belouizdad avec dix victoires entre la saison 2000-2001. Le record d'invincibilité d'un club en première division est détenu par le CS Constantine avec 26 matches sans défaite entre la 15e journée de la saison 2012-2013 à la 10e journée de la saison 2013-2014.

Le record du plus grand nombre de buts marqués sur une saison est détenu par le JS Kabylie avec 89 buts lors de la saison 1985-1986 tandis que le record du plus petit nombre de buts encaissés sur une saison est détenu par le MC Alger et l'AS Aïn M'lila avec 8 buts lors de la saison 1998-1999. Le record de la plus grande différence de buts sur une saison est détenu par le JS Kabylie avec 89 buts marqués pour 22 buts encaissés (soit une différence positive de 67) lors de la saison 1985-1986. La plus large victoire enregistrée lors d'un match de première division est celle du L'USM Alger face à l'ASM Oran lors de la saison 1975-1976 (11-0).

Joueurs[modifier | modifier le code]

Bilan par club (1964-2015) – Les dix premiers clubs[modifier | modifier le code]

Le championnat d'Algérie a débuté lors de la saison 62-63. Les deux premières saisons furent des critériums régionaux avec un tournoi final pour le gain du titre. Ce classement cumule tous les points et buts de chaque équipe qui a joué dans le championnat d'Algérie depuis sa création en 1964 jusqu'à l'issue de la saison 2013-2014.

  •      Club actuellement en Ligue 1
P. Club Saisons J G N P bp bc Diff. % G % P Dern. saison Champ. actuel Creation
1 MC Oran 50 1450 577 410 463 1840 1561 279 39.79% 31.93% 1946
2 CR Belouizdad 50 1452 574 420 458 1780 1454 326 39.53% 31.54% 1962
3 ES Sétif 46 1362 565 397 400 1720 1427 293 41.48% 29.37% 1958
4 JS Kabylie 45 1357 633 378 346 1833 1122 711 46.65% 25.50% 1946
5 MC Alger 45 1341 533 427 381 1666 1371 295 39.75% 28.41% 1921
6 NA Hussein Dey 38 1104 410 330 364 1270 1108 162 37.14% 28.41% 1947
7 USM Alger 35 1005 408 274 323 1271 992 279 40.60% 32.14% 1937
8 ASM Oran 31 924 294 274 356 946 1075 -129 31.82% 38.53% 1933
9 USM El Harrach 32 960 346 299 314 965 904 61 36.08% 32.74% 1935
10 WA Tlemcen 28 844 297 224 323 907 921 -14 35.19% 38.27% 2013-2014 Ligue 2 1962

Bilan par année et liste des meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Meilleur Buteur de tout les temps : Ahcene Siad (198 buts)

Organisation[modifier | modifier le code]

Format de la compétition[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation des clubs engagés dans le championnat.
Voir l’image vierge
Localisation des clubs algérois engagés en championnat.


Actuellement, le championnat oppose seiz clubs algerien en une série de trente rencontres jouées durant la saison de football. Les trois premières places de ce championnat sont qualificatives pour les compétitions africains que sont la Ligue des champions et la Coupe de la confédération.

Les treize premiers du championnat d'Algérie de Ligue 1 2013-2014 ainsi que les trois premiers du championnat de Ligue 2 2013-2014 (appelés les promus) participent à la compétition. Le classement est calculé avec le barème de points suivant : une victoire vaut trois points et le match nul un. La défaite ne rapporte aucun point.

Critères de départage :

  1. plus grand nombre de points obtenus par une équipe lors des matchs joués entre les équipes en question ;
  2. plus grande différence de buts obtenue par une équipe lors des matchs joués entre les équipes en question ;
  3. plus grande différence de buts obtenue par une équipe sur l'ensemble des matchs joués par les équipes en question lors de la phase aller ;
  4. Le plus grand nombre de buts marqués par une équipe sur l'ensemble des matchs joués par les équipes en question lors de la phase aller ;
  5. match d'appui avec prolongation éventuelle et tirs au but est organisé par la ligue sur terrain neutre[6].

À la fin de la saison, l'équipe terminant en tête du classement est sacrée championne d'Algérie, alors que les trois dernières sont reléguées en deuxième division, sauf si une ou plusieurs équipes ayant fini dans les treize premières sont rétrogradées administrativement.


Club Dernière
montée
Classement
2013-2014
Entraîneur Stade Capacité Pelouse
ASM Oran 2014 3 (L2) Drapeau : Algérie Kamel Mouassa Stade Habib-Bouakeul 20 000 Synthétique
ASO Chlef 2002 6 Drapeau : AlgérieMohamed Benchouia Stade Mohamed-Boumezrag 18 000 Synthétique
CR Belouizdad 1989 13 Drapeau : France Victor Zvunka Stade du 20-Août-1955 15 000 Synthétique
CS Constantine 2011 10 Drapeau : France Drapeau : Italie Diego Garzitto Stade Mohamed-Hamlaoui 35 000 Naturelle
ES Sétif 1997 3 Drapeau : Algérie Khier Eddine Madoui Stade du 8-Mai-1945 25 000 Synthétique
JS Kabylie 1969 2 Stade du 1er-Novembre-1954 20 000 Synthétique
JS Saoura 2012 9 Stade du 20-Août-1955 20 000 Synthétique
MC Alger 2003 7 Drapeau : Algérie Boualem Charef Stade Omar-Hamadi 15 000 Synthétique
MC El Eulma 2008 4 Drapeau : France Jules Accorsi Stade Messaoud-Zougar 25 000 Naturelle
MC Oran 2009 12 Drapeau : France Jean-Michel Cavalli Stade Ahmed-Zabana 35 000 Synthétique
MO Béjaïa 2013 11 Drapeau : Algérie Abdelkader Amrani Stade de l'Unité Maghrébine 17 500 Synthétique
NA Hussein Dey 2014 2 (L2) Stade du 20-Août-1955 15 000 Synthétique
RC Arbaa 2013 8 Drapeau : Algérie Noureddine Neggazi Stade Ismaïl-Makhlouf 10 000 Synthétique
USM Alger 1995 1 Drapeau : France Hubert Velud Stade Omar-Hamadi 15 000 Synthétique
USM Bel-Abbès 2014 1 (L2) Drapeau : France Jean-Guy Wallemme Stade du 24-Février-1956 45 000 Synthétique
USM El Harrach 2008 5 Drapeau : Algérie Abdelkader Yaïche Stade du 1er-Novembre-1954 8 000 Synthétique

Stades[modifier | modifier le code]

Il est demandé aux équipes de Ligue 1 et Ligue 2 d'évoluer dans un stade de 10 000 places couvertes minimum

Les quatorze stades de Ligue 1 en 2014-2015
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les compétitions africaines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Algérie football", Bulletin officiel de la Fédération algérienne de football, N°1, page 3, daté du
  2. Photo de la remise du trophée à l'USM Alger 1er champion d'Algérie de football, paru dans "La Dépêche Algérienne", no 716, daté du lundi , page 1.
  3. Photo de l'équipe de l'USM Annaba, paru dans "Alger Républicain", no 599, daté des dimanche lundi , page 7.
  4. Championnat professionnel : Le projet en marche sur dzfoot. com
  5. FIFA : Pro. en 2011, sinon pas de compétition internationale sur dzfoot. com
  6. Règlement du championnat professionnel, p. 33, sur www.lnf.dz

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de l’article

  • Lahcène Belahoucine, La Saga du football algérien., Alger, HIBR.,‎ 2010.
  • « Algérie football », Bulletin officiel de la Fédération algérienne de football, no 1, page 3, daté du Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]