Champagne rosé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champagne rosé

Le champagne rosé est un type de vin de Champagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le champagne rosé a été inventé en 1764 par la maison Ruinart[1]. Il s'agissait alors d'œil-de-perdrix. D'autres producteurs ont expérimenté des techniques d'élaboration au cours du XIXe siècle ; c'est à la fin du XXe siècle que le commerce de ce vin est devenu significatif.

Élaboration[modifier | modifier le code]

Il existe deux catégories de champagne rosé : l'un dit d'assemblage, l'autre dit de saignée.

  • Le champagne rosé d'assemblage est obtenu par le mélange de moûts de raisins blancs et de raisins noirs, auquel est ensuite ajoutée une faible proportion de vin rouge. C'est une spécificité champenoise : il s'agit en effet du seul vin français pouvant être élaboré selon cette technique. Ce champagne est reconnaissable par ses arômes légers et sa robe rose orangé.
  • Le champagne rosé de saignée consiste à laisser macérer les raisins quelques heures afin que le jus se teinte naturellement, à l'instar des vins rosés traditionnels.Ce champagne est reconnaissable par ses arômes plus vineux et sa robe rose intense.

Le premier procédé est le plus répandu en Champagne[2].

Des maîtres de chai ont expérimenté la macération des moûts de raisin avec des baies de sureau[1].

Au XIXe siècle un champagne rouge avait aussi été élaboré, voir Le champagne rouge.

Accord vin / mets[modifier | modifier le code]

Champagne rosé Canard Duchêne

Les champagnes rosés peuvent être servis à l'apéritif, ils accompagneront les desserts aux fruits rouges (charlotte aux fraises, framboises) ou bien des croquignoles.

Production[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, la demande de champagne rosé augmente et l'offre s'adapte en conséquence. Alors qu'ils représentaient 2,5 % des exportations de Champagne en 1977, les champagnes rosés sont passés à 4,8 % en 2004, à 5,6 % en 2005[réf. nécessaire] pour atteindre 9 % en 2012[1]. Les plus importants consommateurs sont la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Japon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jérôme Baudoin, Le Monde des Vins, Supplément du journal Le Monde, 19 juin 2014, p. IV.
  2. Certaines maisons comme Duval-Leroy, Francis Boulard, Philippe Gamet ou Larmandier-Bernier choisissent cependant de produire des rosés de saignée.