Champagne (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champagne
Champagne (Vaud)
Blason de Champagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) Champagne et Saint-Maurice
Communes limitrophes Romairon, Fontanezier, Bonvillars, Grandson, Fiez, Fontaines-sur-Grandson, Vaugondry
Syndic Fabian Gagnebin
NPA 1424
N° OFS 5553
Démographie
Gentilé Champagnoux
Population
permanente
1 034 hab. (31 décembre 2018)
Densité 264 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 59″ nord, 6° 39′ 00″ est
Altitude 449 m
Superficie 3,92 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Champagne
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Champagne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Champagne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Champagne
Liens
Site web www.champagne.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Champagne est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Champagne fut mentionné en 885 sous le nom de Campania. On y fit des découvertes archéologiques romaines (monnaies) et burgondes (tombes contenant des plaques de ceinturon en fer damasquiné d'argent). Charles le Gros remit la villa de Champagne avec ses dépendances à Vodelgise, lequel céda le domaine en 888 à l'évêque de Lausanne. Champagne relevait des seigneuries de Grandson et de Montagny-le-Corbe puis, sous le régime bernois, faisait partie du bailliage commun de Grandson, métralie de Bonvillars. La commune était gérée par un conseil de vingt membres. Elle faisait ensuite partie du district de Grandson de 1798 à 2007[3].

Une église paroissiale, dédiée à Marie, existait à Champagne dès le XIIe siècle ; en 1397, elle fut rattachée à Onnens. La paroissiale située à Saint-Maurice (mentionnée en 1228) devint la paroisse réformée de Champagne et des villages voisins en 1532 ; elle fut reconstruite partiellement en 1697-1699. Une nouvelle cure fut bâtie vers 1561. Les anciens moulin et scierie situés à proximité du village sur l'Arnon ont été convertis en 1871 en une petite fabrique d'outils d'horlogerie, devenue par la suite « La Nationale », entreprise encore existante de machines-outils. Une biscuiterie industrielle (flûtes), créée en 1962, complète le tissu industriel d'un village resté agricole et surtout viticole. Le nom de Champagne porté par les vins blancs de la commune a été interdit en vertu des accords bilatéraux qui réservent cette appellation au champagne français[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Photo aérienne (1954)

La commune comprend le village de Champagne et les hameaux de Saint-Maurice, des Pasquières et de Sous le Closel. Elle s'étend entre le lac de Neuchâtel et les premières pentes du Jura[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tévenon Rose des vents
Fontaines-sur-Grandson N Bonvillars
O    Champagne    E
S
Fiez Grandson

Démographie[modifier | modifier le code]

Champagne compte 351 habitants en 1798, 410 en 1850, 619 en 1900, 496 en 1950, 449 en 1960, 653 en 2000[3] et 1 034 au 31 décembre 2018[1].

Viticulture[modifier | modifier le code]

La commune de Champagne devrait légalement renoncer à mentionner le nom de Champagne sur les vins (non pétillants) produits dans son terroir depuis le IXe siècle (885) dans le cadre d'un accord international conclu entre la Suisse et l'Union européenne en .

Un recours est déposé en 2002 auprès du tribunal de première instance des Communautés européennes. L'interdiction de l'utilisation des étiquettes « Champagne » est confirmée le , par la Cour de justice de l'Union européenne[4]. L'appellation « Champagne » est toutefois admise pour ces vins aux États-Unis (accord du ).

Les 43 viticulteurs concernés ont annoncé en vouloir tenter d'utiliser un texte de droit international sur les homonymies[5].

Le vin est actuellement commercialisé en Europe sous les appellations Bonvillars et Libre-Champ, et en Suisse sous le nom de « C-ampagne ».

L'entreprise de boulangerie (automatisée) de Marc-André Cornu est elle aussi attaquée par le Comité interprofessionnel des vins de Champagne pour ses « Flûtes de champagne » dites « Recette de Champagne » (baguettes panifiées apéritives au sel ou au fromage), fabriquées depuis 1934[6].

Note[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c et d Philippe Heubi, « Champagne (VD) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Source Le Monde du 29 août 2007.
  5. La France agricole, p. 20, 31 août 2007.
  6. Quotidien 24 Heures du 29 octobre 2007.

Sur les autres projets Wikimedia :