Champ-sur-Barse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champ-sur-Barse
Entrée ouest par la route de la Villeneuve (D 179).
Entrée ouest par la route de la Villeneuve (D 179).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Bar-sur-Aube
Canton Canton de Vendeuvre-sur-Barse
Intercommunalité C. C. des Rivières
Maire
Mandat
Francis Desimpel
2014-2020
Code postal 10140
Code commune 10078
Démographie
Population
municipale
29 hab. (2013)
Densité 4,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 19″ Nord 4° 24′ 31″ Est / 48.2386, 4.4086
Superficie 7,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Champ-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Champ-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champ-sur-Barse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champ-sur-Barse

Champ-sur-Barse est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand-Est. Elle fait partie de la communauté de communes des Rivières[1] et du Parc naturel régional de la forêt d'Orient.

Géographie[modifier | modifier le code]

Proche du lac d'Orient, la commune est un territoire de 7,1 km2 allongé nord-sud en travers de la Barse, rivière qui sert, plus en aval, de canal de sortie au lac-réservoir. Bordant les forêts du Temple et du Grand-Orient, Champ-sur-Barse reste dans la vocation forestière du Parc Régional de la Forêt-d'Orient, la sylviculture couvrant près des deux tiers de son finage. Le reste des surfaces se partage entre agriculture et pâturages dans le val de la Barse qui participent à l'élaboration des produits laitiers locaux. La limite de territoire à l'ouest suit le ru des Blines qui coule en partie sur les communes voisines, deux des sept étangs artificiels qui ont été installés sur son cours sont situés sur la commune. Le point culminant se trouve au sud sur la route de Thieffrain, au lieu-dit les Quatre-Chemins (181 m), et c'est la Barse qui donne le point bas (137 m) à sa sortie de territoire à l'ouest.

L'habitat est central à ses terres, il s'allonge sur un kilomètre le long de la D 179, pratiquement de la limite ouest à la limite est de la commune, d'abord le village lui-même, puis la ferme de Champ-Roy après le croisement avec la route qui franchit la Barse pour relier l'ex route nationale, et enfin la ferme de la Marque.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Trois axes traversent la commune d'est en ouest, la ligne ferroviaire de Paris-Est à Mulhouse-Ville (ex ligne 4 Paris-Bâle), la D 619 (ex RN 19) qui passe à 500 m au sud de la zone habitée, et la D 179 qui forme la rue principale du village et qui relie Vendeuvre-sur-Barse à la Villeneuve-au-Chêne. Un pont sur la Barse permet de rejoindre la D 179 à la D 619 au lieu-dit la Vinoterie, de là part vers le sud la D 163 qui monte sur le plateau en traversant les bois, pour rejoindre Thieffrain. Le nord de la commune n'est parcouru que de belles voies forestières, les deux principales vont jusqu'aux étangs sur le ru des Blines.

Le GR 654 et le GRP des Deux-Bars longe parfois à moins de 500 m la limite de territoire à l'ouest (sur la rive opposée des étangs, commune de la Villeneuve-au-Chêne) sur environ 4 km.

L'A5 traverse le plateau à une huitaine de kilomètres au sud, elle est accessible par la sortie 22 près de Magnant, 2 km au sud de Thieffrain.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameaux rattachés ni d'habitations isolées.

  • Habitat ou bâti écarté : ferme de la Marque, ferme du Champ-Roy, la Vinoterie, Couveau, Pogain (ruines de la tuilerie).
  • Lieux-dits d'intérêt local : Pidance, voie de la Marque, étang Prévot, garenne de-Fort-en-Paille, bois : le Chemin-de-Thieffrain au sud, bois de Pogain au nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Loge-aux-Chèvres Rose des vents
La Villeneuve-au-Chêne N Vendeuvre-sur-Barse
O    Champ-sur-Barse    E
S
Villy-en-Trodes

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Barse[2] passe de 146 m à 137 m pour un parcours d'environ 2,7 km (1,8 km à vol d'oiseau), faible pente à l'origine d'un parcours sinueux qui arrose généreusement les prairies. Elle fait partie du bassin versant de la Seine[3] qu'elle rejoint près de Troyes. Sur sa rive droite elle reçoit le ru des Signes[4] qui source en forêt du Temple et qui alimente sept étangs sur son cours de sept kilomètres… c'est une zone importante en Champagne humide qui accueille des oiseaux migrateurs, au cœur du Parc Naturel régional de la Forêt d'Orient classé Ramsar. Ce ruisseau marque en gros la limite ouest de la commune, le deuxième et le dernier de ces étangs font partie de la commune (étang Prévot et l'étang sud), ainsi qu'une petite partie du troisième (l'étang du lieu-dit les Blines). En rive gauche de la Barse plus en amont aboutit vers la Vinoterie un ruisseau d'environ 2,5 km pas toujours alimenté qui descend du lieu-dit la Bécassière sur la commune de Vendeuvre-sur-Barse[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Champ Roi en 1550 [6].

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après l'inscription sur la cloche de la mairie répertoriée aux Monuments Historiques, le village appartenait à la paroisse de Vendeuvre et se nommait Champ-au-Roy en 1978 : "L'AN 1778 J'AY ETE BENIE PAR MAITRE J.B. BLAMPOIX CURE DE VENDEUVRES ET DU CHAMP-AU-ROY"[7]. On trouve "Champ-Roi" en 1550, puis "Champ-au-Roi" en 1633, et ce sera "Champ-au-Peuple" à la Révolution. "ChampauRoy" figure sur la carte de Cassini, la carte de Sanson de 1679 indique Chauverny…[8]

Il ne semble pas exister d'archives antérieures à 1550, le village est à l'époque une seigneurie dépendant de la châtellenie de Vendeuvre. Un inventaire de la seigneurie mentionne en 1633 "moulin banal et gagnage du moulin de Champ-au-Roi" et leur disparition en 1687. En 1641, le lieu devient baronnie de la Villeneuve-au-Chêne.

La cloche provient de l'ancienne chapelle Saint-Barthélemy démolie vers 1815-1820, elle avait été construite en 1550 et avait été vendue à la Révolution. Les fidèles souhaiteront alors être rattachés à la paroisse de la Villeneuve, plus proche que Vendeuvre, d'autant que certains travaillent aux hauts-fourneaux installés dans ce village en 1838, et dans les tuileries alentour.

L'activité métallurgique avait disparu dans l'Aube au XVIe siècle, elle reprendra au XIXe d'abord avec l'extraction du minerai de fer à Champs-sur-Barse par le maître de forge de Châtillon-sur-Seine Cailletet-Lapérouse à partir de 1816[9].

Au milieu du XIXe on comptera jusqu'à 114 habitants, mais les guerres de 1870 et de 1914 viendront détruire cette économie métallurgique, et il ne restera que 39 habitants en 1921[10].

Monument aux morts
 
 
 
Construit en 1922, décoré de 2 canons de tranchée avec leurs affûts et 4 obus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Francis Desimpel[11] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 29 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
83 91 87 72 92 79 96 92 108
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
108 94 114 68 79 62 66 70 54
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
54 44 58 39 38 44 39 57 59
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
53 42 43 46 45 34 34 32 30
2013 - - - - - - - -
29 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2015 la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, 2 objets[14] sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel.

  • Cloche de la mairie, fondue par L. B. Bollée et J.F. Michaud en 1778, elle a été baptisée Élisabeth et provient de l'ancienne chapelle (répertoriée IGPC 1990)[15].
  • Ferme pédagogique de la Marque qui reçoit des groupes (scolaires, familles, associations...) sur rendez-vous[16].
  • Fromagerie produisant le "Champ-sur-Barse"®[17] dans la ferme du Champ-Roy, fromage fabriqué selon les méthodes traditionnelles, avec plusieurs variantes : aux herbes, au poivre, cendré, affiné[18]...
  • Mairie, petit bâtiment construit en 1891, en appareil de briques avec une lucarne de façade. Son mobilier est répertorié IGPC 1990[19].
  • Maison champenoise, actuellement abandonnée avec un corps d'habitation à pignon champenois (en débord de la façade) recouvert en demi-cercle de tavaillons de châtaigner, et une grange aux murs faits de bardeaux de bois horizontaux et verticaux, typiques de la Champagne Humide.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alexis Joris lieutenant-colonel suisse décédé à l'âge de 66 ans le 22 août 1867 à Champ-sur-Barse, il s'était retiré en 1863 à la Marque qui était à l'époque un petit château.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. page Champ-sur-Barse sur le site de la communauté de commune
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (F08-0400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (----0010) »
  4. Le ru des Blines n'est pas répertorié dans la liste Sandre des affluents de la Barse, mais il existe comme limite à la section de la Barse F081 (Sandre, « Fiche cours d'eau (F081) ») sous le nom de ruisseau de l'Étang de Fort-en-Paille (nom d'un des sept étangs).
  5. Non référencé Sandre.
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1303[réf. incomplète]
  7. « Notice no IM10010121 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. dictionnaire topographique de la France page 35
  9. Étude de Jean-Louis HUMBERT, professeur au CDDP de l'Aube
  10. page Champ-sur-Barse sur le site de Jacques Schweitzer
  11. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  14. « Liste des objets de la commune de Champ-sur-Barse à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA00063631 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. site de la ferme de la Marque
  17. marque déposée, ce n'est pas une appellation régionale ni même communale.
  18. le Champ-sur-Barse sur le site des produits laitiers
  19. « Notice no IM10010120 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :