Chamelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chamelet
Chamelet
Vue de Chamelet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Beaujolais Pierres Dorées
Maire
Mandat
Alain Chambru
2020-2026
Code postal 69620
Code commune 69039
Démographie
Population
municipale
688 hab. (2018 en augmentation de 7,33 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 05″ nord, 4° 30′ 38″ est
Altitude Min. 291 m
Max. 742 m
Superficie 14,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Le Bois-d'Oingt
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chamelet
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chamelet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamelet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamelet
Liens
Site web https://chamelet.fr/

Chamelet est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Beaujolais, au relief très contrasté et où la polyculture est très développée.

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chambost-Allières Rose des vents
Saint-Just-d'Avray N Létra
O    Chamelet    E
S
Dième

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Azergues, le ruisseau d'Avray, le ruisseau de Saint-Martin... sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chamelet est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,7 %), zones agricoles hétérogènes (24,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,6 %), prairies (13,7 %), zones urbanisées (1,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue générale de Chamelet au début du XXe siècle.

Le bourg fortifié de Chamelet est ancien et était, au XIIe siècle, le siège d'une châtellenie qui fut cédée aux sires de Beaujeu par les comtes de Forez. Lors du procès-verbal établi en 1560 à l'occasion de la prise de possession du Beaujolais par le duc de Bourbon-Montpensier, il est mentionné que le château était déjà ruiné à cette époque[8]. Se trouvaient également sur la paroisse de Chamelet deux fiefs dont l'existence est attestée dès la fin de la période médiévale : celui de Vaurion (fin XIIIe) et celui de Chameyré (XVe) ; tous les deux tenus vers 1460 par des familles nobles portant ces noms.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Ariane Aubonnet-Bouvier[9] LREM  
mars 2001 mars 2014 Charles Bréchard FED Conseiller général (1998-2015)
1945 1989 Louis Bréchard   Député
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Beaujolais-Pierres Dorées.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 688 habitants[Note 3], en augmentation de 7,33 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
508698692799889911915961886
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
831864812817789838842820726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666631598482487440484431419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
378388375464510575667680649
2017 2018 - - - - - - -
682688-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Bourg de Chamelet de nuit.

Chamelet voit chaque année les festivités des conscrits. Il s'agit d'une fête célébrant les classes. l'année de naissance d'une personne détermine sa classe, cette personne sera conscrit tous les 10 ans. À Chamelet, la fête débute par un défilé costumé à thème un vendredi soir. Ce défilé a pour but le « vin d'honneur », un apéritif public. Le lendemain, la fête continue, démarrant par une messe le samedi matin, suivie de la vague. Après toute une journée d'apéritif, un repas dansant est organisé. Dans la nuit de samedi à dimanche, les conscrits profitent d'un bal. À minuit précisément, le village se réunit pour voir exploser les pétards géants que les conscrits ont confectionnés. Après cette nuit blanche, les conscrits serviront une traditionnelle soupe à l'oignon aux villageois restés debout toute la nuit.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Donjon du château et église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Sonnery, né à Chamelet en 1892, maire de Chamelet de juillet à décembre 1943, arrêté par les Allemands et déporté par eux le 19 décembre 1943, mort au camp de concentration de Flossenbürg le 18 avril 1944 (maire dont le souvenir est conservé, notamment, par deux plaques disposées de part et d'autre de l'escalier de la mairie, l'une d'elles rappelant : « De leur maire Jean-Marie Sonnery, ses administrés garderont le souvenir de sa bonté, de son dévouement et de son sacrifice subi pour eux. »).
  • Louis Bréchard, enfant du pays, maire de la commune de 1945 à 1989. Député du Rhône de 1958 à 1962. Militant syndicaliste et président de l'Union viticole du Beaujolais pendant 20 ans, il est un ardent défenseur de la promotion du beaujolais nouveau. Il participa d'ailleurs à la renommée du beaujolais à travers le monde.
  • Gaspard de Prony, ingénieur et encyclopédiste français né en 1755 à Chamelet. Son nom a été donné à l'école municipale : "École Riche de Prony[14]".
  • Claude Antoine Gaspard Riche, né le 20 août 1762 à Chamelet. Naturaliste français, frère de Gaspard Riche baron de Prony, il participa à l'expédition d'Entrecasteaux qui tenta de retrouver la trace de l'expédition de Jean-François de la Pérouse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Chamelet et des environs de J. Aubonnet (1937)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Histoire de Chamelet et des environs, J. Aubonnet, Lyon 1937
  9. « Une femme à la tête de la commune pour la première fois », sur leprogres.fr, (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Ecole Riche de Prony – Chamelet », sur chamelet.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :