Chameau de Bactriane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Camelus bactrianus

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir shamo.

Le chameau de Bactriane ou chameau bactrien ou chameau domestique (Camelus bactrianus) est une espèce d'artiodactyles de la famille des Camelidae. Natif des steppes de l'Asie centrale, le qualificatif « Bactriane » vient de la région d'Asie Centrale d'où il serait originaire, la Bactriane[1]. Sa femelle est dénommée la chamelle et le juvénile le chamelon. Ce mammifère ruminant est le plus grand représentant de sa famille ; il diffère du dromadaire (appelé aussi chameau d'Arabie) par ses deux bosses dorsales graisseuses (contre une chez le dromadaire), par son poids et sa taille plus élevés, et par une fourrure bien plus abondante. Le chameau et le dromadaire appartiennent tous deux au genre Camelus et peuvent produire des hybrides viables et fertiles.

La constitution du chameau de Bactriane est bien adaptée aux conditions d'un climat continental extrêmement sec, avec des étés chauds et secs et des hivers rigoureux et enneigés. Ses particularités physiologiques et anatomiques lui permettent de vivre pendant un temps exceptionnellement long sans eau, et il se contente d'une nourriture grossière et pauvre en éléments nutritifs. Le chameau s'adapte très bien aux hivers rudes grâce à sa laine très épaisse. Cependant, il est très sensible à l'humidité, et ne se rencontre que dans les zones où le climat est sec.

Le chameau est depuis longtemps un animal domestique important dans beaucoup de régions d'Asie. Il est prédominant dans les steppes et les régions semi-désertiques d'Asie centrale, de Mongolie, et sur certains territoires avoisinant de la Russie et de la Chine. La population mondiale de chameaux domestiques serait de 670 000[2] à 2 millions de têtes[3]. Différentes races de chameaux domestiques ont été développées. Le chameau peut être utilisé comme bête de bât ou de trait, il constitue aussi une source de lait, de viande et de laine.

Contrairement au dromadaire, le chameau existe encore à l'état sauvage, bien qu'en nombre très restreint : il s'agit du chameau sauvage de Tartarie, ou Camelus bactrianus ferus. Le chameau domestique diffère un peu du chameau sauvage, ce qui a mené certains scientifiques à leur attribuer une taxinomie distincte : Camelus bactrianus et Camelus ferus[4]. Ce sujet doit faire l'objet d'études supplémentaires, parce que les recherches génétiques des dernières années sont plutôt en faveur d'une séparation entre le chameau sauvage et le chameau domestique[5]. La question de l'origine du chameau domestique et de son lien avec le chameau sauvage actuel reste encore ouverte.

Description[modifier | modifier le code]

Apparence[modifier | modifier le code]

Photographie du pied antérieur d'un chameau de Bactriane montrant deux larges doigts terminés par des griffes.
Pied antérieur d'un chameau de Bactriane.

L'apparence extérieure du chameau de Bactriane est bien connue, notamment du fait de ses deux bosses caractéristiques. Le chameau de Bactriane a un corps dense et arrondi, avec des pattes postérieures dépassant de sa silhouette. Au bout de jambes assez longues, ses larges pieds bifides terminés par des griffes reposent sur des coussinets adaptés à la marche dans le désert. Sa peau épaisse et dure au niveau des genoux et du torse le protège de la chaleur du désert une fois allongé. Son cou long et fortement courbé forme un « U » vers le bas, de sorte que sa tête se trouve au niveau de ses épaules. La queue est relativement courte par rapport au reste du corps, mesurant environ un demi-mètre[6], et terminée par un pinceau de longs poils fins. Son pelage épais et dense, longs d'en moyenne 7 cm, n'a pas une longueur uniforme : les poils sous le cou sont plus longs, de même que ceux au sommet des bosses, de la tête, sous le menton (d'une apparence semblable à une barbe) et sur la nuque. Cette fourrure épaisse et laineuse le protège du froid nocturne et de la chaleur du jour. Le chameau de Bactriane, comme le dromadaire, a une double rangée de longs cils denses[7] qui, lorsque l'œil est fermé, forment une barrière hermétique à la poussière et au sable. Lorsqu'il est bien nourri, les bosses graisseuses du chameau se tiennent bien droites, mais après une diète, elles peuvent partiellement ou complètement basculer sur le côté (parfois d'un côté et de l'autre), ballotant lors du mouvement de l'animal[6]. Les bosses dressées et denses permettent d'identifier que le chameau est bien nourri[8]. Les lèvres charnues et extrêmement dures leur permettent de manger les plantes épineuses du désert. La lèvre supérieure, comme chez les autres camélidés, est fendue. Les oreilles, petites, de forme ronde et garnies de longs poils protecteurs, sont presque impossible à distinguer à distance. L'occiput comporte deux glandes, particulièrement développées chez le mâle, dont les sécrétions noires, visqueuses et odorantes permettent de marquer son territoire[9]. Les naseaux, qui peuvent s'ouvrir et se refermer, sont particulièrement adaptés pour se protéger de la chaleur du désert et du sable.

Photographie d'une tête de chameau montrant les lèvres charnues, la supérieure étant fendue
Tête de chameau de Bactriane du lac Karakul (Chine occidentale) vue de face.

L'anatomie interne du chameau de Bactriane est similaire à celles des autres tylopodes, à savoir un estomac à trois poches séparées (abomasum, panse, réticulum) sans feuillet[10]. Le cæcum est court. La femelle a quatre mamelles, à l'instar de la vache[11].

Le cri du chameau de Bactriane (Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) n'est pas très agréable à l'oreille humaine, rappelant un peu celui de l'âne. Lorsqu'il est chargé et qu'il doit se lever ou s'accroupir (baraquer[12]), le chameau pousse souvent un cri[9]. Le chameau pousse un cri particulier lors des phases de rut (il blatère[13]).

Lorsqu'il est irrité, il est susceptible de cracher, comme le dromadaire, sauf qu'il ne rejette pas de la salive mais des sucs de rumination[14].

Corpulence[modifier | modifier le code]

Photographie d'un chameau de Bactriane de profil, les longs poils sous le cou et les bosses dressées sont bien visibles.
Chameau de Bactriane au zoo de Cincinnati. Les bosses dressées sont un indicateur que l'animal est bien nourri.

Le chameau de Bactriane est un animal imposant. Sa taille au garrot atteint 2 mètres, voire jusqu'à 230 cm[3], et sa taille bosse incluse est encore plus haute, jusqu'à 270 cm[15]. Le creux entre les deux bosses se trouve souvent à une hauteur supérieure à 1,7 m[15], c'est pourquoi il faut faire s'accroupir le chameau pour pouvoir le chevaucher. La distance entre les bosses est de 30 cm[15], ce qui laisse suffisamment de place pour un cavalier.

Le mâle adulte pèse en moyenne entre 450 et 500 kg[7], mais souvent sensiblement plus, des spécimens de 690 kg[3] ayant été recensés. Les chameaux élevés en Transbaïkalie ont une masse d'en moyenne 740 kg[16]. La femelle est moins massive, pesant en moyenne moins de 450 kg[17]. Une grande disparité existe entre les races, certains mâles d'élevage bien nourris ayant atteint 1 000 kg[6] ; les individus de la race de Kalmoukie sont les plus massifs (entre 800 et 1 000 kg pour les mâles, 650 et 800 kg pour les femelles[18]). Le chameau atteint sa taille définitive au bout de 7 ans[19]. Le poids du chameau varie en fonction du dernier moment où il a bu : en cas de diète prolongée, il utilise les réserves contenues dans ses bosses (permettant de stocker jusqu'à 23 kg de réserves), et peut perdre jusqu'à 100 kg sans mourir[20].

Il est phytophage, mange de l'herbe, des feuilles et des graines, et est capable d'ingurgiter 120 litres d'eau en quelques minutes[21].

Pelage[modifier | modifier le code]

La robe du chameau domestique est assez diversifiée. Le brun domine, mais il existe d'autres nuances : gris, noir, blanc et même crème[22] (la laine de cette couleur est plus chère que les autres[23]). Les chameaux de couleur claire, en revanche, sont beaucoup plus rares ; chez les chameaux de Transbaïkalie, les spécimens marrons dominent (78,6%), les jaunes et jaunes clairs représentent 18,6%, et les blancs 2,8%[16].

La laine du chameau de Bactriane est beaucoup plus longue et drue que celle du dromadaire ; c'est l'une des caractéristiques qui permettent au chameau de vivre dans le froid intense, qui dans certaines parties de son habitat peut atteindre -40 °C ou plus froid encore[24]. La laine sous le cou et au sommet des bosses peut être long de 30 cm et plus, et sur les autres parties du corps, elle est également assez longue, en moyenne de 7 cm[22]. La structure de la laine du chameau est remarquable : les poils sont creux à l'intérieur, ce qui contribue à la faible conductivité thermique du pelage[25]. De plus, autour de chaque poil poussent de mince cheveux qui aident la robe à retenir l'air, de sorte que quelle que soit la densité du pelage, il reste toujours beaucoup d'air, ce qui contribue à baisser la conductivité thermique[26],[24].

Le pelage du chameau de Bactriane devient spécialement long en automne, et il est déjà bien couvert quand arrive l'hiver. Puis, il change rapidement sa longue laine d'hiver contre un pelage court aux premiers temps chauds (mars - avril)[27]. Ce processus s'accompagne de la chute de grosses pelotes de laine de différentes parties de son corps. Durant cette période de mue, le chameau a un aspect lépreux et peu propre.

Adaptation aux conditions difficiles[modifier | modifier le code]

Photographie du dos d'un chameau, montrant les deux bosses sont dressées, avec de longs poils au sommet.
Les deux bosses d'un chameau de Bactriane.

La constitution spécifique du chameau de Bactriane lui donne des capacités d'adaptation hors du commun aux biotopes pauvres en eau et en nourriture. Il peut supporter la privation d'eau à un point qui serait désastreux pour tout autre mammifère, capable de survivre à une perte de 40% de son eau alors que les autres animaux à sang chaud meurent après une perte de 20% de leur eau[28],[29]. Les reins du chameau peuvent absorber une partie importante de l'eau des urines et la rendre à l'organisme[30]. Ses érythrocytes ont une forme ovale (les autres mammifères ont des globules de forme ronde)[31], qui permettent au sang de conserver une fluidité normale même en cas d'épaississement, parce que les globules minces continuent de passer sans entrave à travers les capillaires. De plus, les érythrocytes du chameau ont la capacité d'accumuler des fluides jusqu'à augmenter de 2,5 fois leur volume[32]. Le fumier du chameau de Bactriane est plus concentré que celui du gros bétail, il contient entre 6 et 7 fois moins d'eau et consiste en un mélange de fibres végétales grossières presque sèches (les crottes de chameau bien formées se présentent sous la forme de boulettes allongées de 4 x 2 x 2 cm[15]) ; le chameau a la capacité de réduire le taux d'humidité de ses excréments à 45% de leur teneur normale[30]. L'urine peut également être extrêmement concentrée[30]. Après avoir une privation d'eau de plusieurs jours, le chameau peut être considérablement amaigri, n'ayant plus que la peau sur les os, mais une fois qu'il a à nouveau accès à l'eau, il récupère à vue d’œil : il est capable de boire une douzaine de seaux d'eau d'une traite, et retrouve son aspect normal dans la demi-heure qui suit[15].

Photographie des excréments d'un chameau, sphériques et de couleur noire.
Excréments d'un chameau de Bactriane.

Sa constitution extérieure lui permet aussi d'économiser au maximum les ressources en eau de son organisme. La dissipation d'eau par les naseaux est minime grâce à sa capacité à les fermer, ne les ouvrant que pour inspirer ou expirer. La capacité de thermorégulation du chameau est bien connue. À la différence des autres mammifères, le chameau ne commence à transpirer que si la température de son corps atteint 41 °C (au-delà, sa vie est en danger)[33]. Lors des nuits froides, sa température corporelle peut descendre à 34 °C[15].

La graisse contenue dans les bosses ne se désagrège pas dans l'eau, comme on le pensait autrefois, mais joue un rôle de réserve de nourriture pour l'organisme. Elle sert également pour l'isolation thermique du corps du chameau, s'accumulant avant tout sur l'échine, qui est la partie la plus exposée au soleil. Si la graisse était également répartie sur le corps, elle gênerait la régulation thermique de l'organisme[34]. Â elles deux, les bosses peuvent représenter une masse de graisse allant jusqu'à 150 kg[19].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chameau sauvage de Tartarie.


Lamini (en)

Alpaga




Vigogne




Lama



Guanaco





Camelini

Dromadaire




Chameau de Bactriane



Chameau sauvage de Tartarie






Relations phylogénétiques entre le dromadaire, le chameau de Bactriane et le chameau sauvage selon une analyse combinée de leurs données moléculaires[35],[36].

Même si certaines sources considèrent que le chameau n'a pas de sous-espèce[27], d'autres estiment que les différences entre le chameau domestique et le chameau sauvage sont suffisantes pour les séparer en sous-espèces distinctes[37]. Une étude génétique récente a montré que le chameau sauvage et le chameau domestique, bien que génétiquement apparentés (appartenant au même taxon), constituent deux sous-espèces distinctes[5]. Le génome du chameau sauvage diffère considérablement de celui du chameau domestique[38] (les chercheurs européens évoquent une variation de 1,9 % de l'ADN[39]), et de nombreux chercheurs penchent en faveur de l'emploi d'un nom différent pour le chameau sauvage : Camelus ferus[37]. C'est sous ce nom que le chameau sauvage a été inscrit sur la liste rouge de l'UICN[4].

D'autre part, en 2007, une étude de l'ADNmt du chameau sauvage a mené à le considérer comme une sous-espèce du chameau de Bactriane, nommée Camelus bactrianus ferus[35] ; cette étude a aussi montré que les chameaux et les lamas ont le même ancêtre commun, estimé à il y a 25 millions d'années, soit bien avant que ce que donnait l'analyse des fossiles[35]. Cependant, une autre étude tend à considérer que le chameau de Bactriane et le chameau sauvage sont des espèces distinctes, qui se seraient séparées il y a 700 000 ans ; le chameau domestique ne descendrait pas du chameau sauvage actuel, mais d'une autre espèce de chameau de Bactriane sauvage, aujourd'hui disparue[36].

Mode de vie et comportement[modifier | modifier le code]

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Photographie d'un troupeau au bord d'un point d'eau, dans une plaine herbeuse, au pied de montagnes enneigées.
Troupeau de chameaux dans le désert de Gobi.
Animation en noir et blanc montrant la marche par bipèdes latéraux.
Chameau allant à l'amble, animation de 1887.

Le chameau vit habituellement en troupeau de 5 à 20 têtes (parfois jusqu'à 30[6]) composé principalement de femelles et de petits ; le chef est le mâle dominant[7]. Des jeunes mâles sexuellement matures peuvent parfois être conservés au sein des troupeaux, mais cela n'arrive jamais pendant la période de rut[40],[41]. Il peut vivre jusqu'à 40 ans[6].

Le chameau est actif pendant le jour ; pendant la nuit, il dort ou est moins actif[27], occupé à ruminer. Pendant les tempêtes, le chameau peut rester allongé immobile pendant quelques jours. Par temps de pluie, il essaye de s'abriter sous des arbrisseaux ou dans des ravins, et par forte chaleur, il marche volontiers en haletant et en s'éventant de sa queue pour faire chuter la température de son corps[42].

Le chameau domestique a tendance à être « lâche, stupide et apathique », comme le caractérisait Prjevalski[43]. Il est capable en circonstances extrêmes de courir jusqu'à 65 km/h sur de courtes périodes. Le chameau va à l'amble, c'est à dire qu'il marche par bipèdes latéraux, en déplaçant alternativement ses membres antérieur et postérieur droits, puis ses membres antérieur et postérieur gauches[6].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Photographie de buissons à tronc tortueux et feuilles étroites sur un sol rouge désertique.
Buissons de saxaoul dans le désert de Gobi, nourriture typique du chameau.

Le chameau est herbivore et, à l'instar du dromadaire, peut s'alimenter des nourritures les plus grossières et les moins nutritives. Il est capable de manger des plantes pourvues de telles épines qu'aucun autre animal ne peut les manger[44]. L'alimentation du chameau comporte 33 types de plantes parmi les 50 de la flore désertique du Kazakhstan[42].

Quand il n'y a pas d'autre source de nourriture, les chameaux peuvent manger des os ou de la peau d'animaux ainsi que des préparations à partir d'os et de peau[7].

Au contraire du chameau sauvage[45],[46], le chameau domestique ne peut pas boire de l'eau salée[38]. Le besoin en sel du chameau est très élevé, c'est pourquoi il est recommandé de fournir aux chameaux domestiques des blocs de sel[47]. Les camélidés, et en particulier le chameau, sont connus pour leur capacité à boire de grandes quantités d'eau en une seule fois ; en cas de déshydratation importante, le chameau de Bactriane est capable de boire plus de 100 litres d'eau en une fois[48].

Le chameau de Bactriane est capable de supporter la privation de nourriture sur une longue durée. Il est tellement adapté à une nourriture pauvre que, pour la santé du chameau domestique, la sous-alimentation permanente peut s'avérer meilleure qu'une alimentation complète[47]. Le chameau n'est pas très regardant sur sa nourriture, ce qui facilite l'élevage des chameaux domestiques en conditions difficiles. Au sujet de la nourriture du chameau, Mikhail Ivanin (ru) écrit[49] :

« [...] leur nourriture principale est faite d'herbes rustiques ; mais la composition de l'alimentation des chameaux domestiques peut contenir du foin, de la farine, de l'avoine, etc. Le chameau s'habitue à tout type de nourriture ; un de mes chameaux mangeait de la soupe, des biscuits, du sarrasin ; pour l'entretien du chameau, il faut chaque jour 30 livres de foin, et pour le dromadaire 20 livres. »

S'il est bien nourri, le chameau commence à engraisser, spécialement en automne[50],[51]. Mais le chameau souffre plus en hiver que le cheval de la profondeur de la neige et surtout de la glace, qu'il ne peut pas percer pour atteindre les plantes qui sont dessous, étant dépourvu de sabot. C'est pourquoi les peuples nomades, notamment les Kazakhs, envoyaient paître leur bétail en hiver par vagues : d'abord les chevaux, qui grattaient la neige et la glace, puis les chameaux et les vaches, qui se contentaient de ce qu'avaient laissé les chevaux, et enfin les moutons[52].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le mâle comme la femelle devient sexuellement mature entre 3 et 5 ans[7]. Les mâles sont en moyenne matures un peu plus tard que les femelles, parfois à 6 ans[3],[53]. Quoi qu'il en soit, les premiers signes de dimorphisme sexuel chez le mâle apparaissent à partir de 3 ans[16].

Chez le chameau, le rut arrive en automne. Pendant cette période, le mâle se révèle très agressif. Il s'attaque aux autres mâles et tente même de s'accoupler avec eux, pousse constamment des cris bruyants et bave beaucoup. Il pousse des cris semblables au braiement et à des sifflements aigus tout en faisant sortir la peau de son palais de sa bouche pour intimider ses concurrents[54]. Pendant le rut, le mâle dominant rassemble les femelles et ne les laisse pas se disperser. Dans cet état, le chameau mâle peut être dangereux pour l'homme et les animaux[7],[55]. Dès l'apparition des signes de rut, les chameaux mâles sont souvent mis en laisse ou isolés. En Mongolie, où les chameaux paissent souvent en liberté, on met sur le cou des mâles en rut un brassard rouge pour avertir les passants[55]. Les mâles qui ne sont pas considérés comme aptes à la reproduction, ou destinés uniquement au labeur, sont habituellement castrés[49],[56]. Il n'est pas recommandé de s'approcher sans précaution d'un chameau mâle non castré en période de rut, et le faire travailler peut s'avérer extrêmement difficile[56]. Les mâles en rut se livrent fréquemment à des combats violents au cours desquels ils pressent leur adversaire au cou et essayent de le mettre au sol. Plus rarement, ils mordent leur adversaire (habituellement derrière la tête[43]) ou le frappent avec leurs pattes ; il y a alors un grand risque que l'opposant reçoive une blessure grave, pouvant mener jusqu'à la mort. Dans les troupeaux de chameaux domestiques, seule l'intervention du berger peut sauver le chameau le plus faible. Il arrive que des chameaux sauvages attaquent un troupeau de chameaux domestiques, tuent les mâles et emportent les femelles[46], c'est pourquoi les bergers mongols du Gobi Trans-Altaï déplacent leurs troupeaux de chameaux dans les montagnes à distance du désert pour les protéger des chameaux sauvages[55].

Photographie d'un chameau avec son petit.
Chameau de Bactriane et son petit au Blair Drummond Safari Park (en).

Pendant le rut, les mâles utilisent leurs glandes du cou pour marqueur leur territoire, frottant leur nuque contre des pierres ou par terre[42]. Ils aspergent aussi leurs pattes arrières et leur dos de leur propre urine en s'aidant de leur queue[57]. La femelle fait de même. La femelle exprime qu'elle est prête à l'accouplement en fléchissant les genoux et en s'étendant devant le mâle (en décubitus[58]). Immédiatement après le coït, qui dure 15 minutes en moyenne[58], le mâle se met en quête d'autres femelles[57] ; un mâle suffit pour saillir entre 30 et 50 chamelles, voire jusqu'à 70[58]. La chamelle présente une ovulation induite (en), c'est à dire que l'ovulation est provoquée par la présence de semence dans le vagin. C'est le sperme, et non les spermatozoïdes, qui déclenche l'ovulation. La quantité minimale requise de semence pour déclencher l'ovulation est d'envrion 1,0 ml[59],[58].

La femelle peut mettre bas tous les deux ans. Elle donne naissance à un chamelon, parfois deux, mais très souvent la gestation de deux chamelons finit par une fausse couche[60]. La gestation de la chamelle dure 13 mois[7],[61], des délais de 360 à 440 jours[60],[58] sont aussi indiqués. Les chamelons naissent au printemps, le pic de naissances se situant entre mars et avril[7]. La chamelle peut mettre bas debout comme accroupie[62]. La mise bas dure cinq heures[58]. Le chamelon pèse à la naissance environ 36 kg (selon d'autres sources, en moyenne 45 kg[63]) pour une taille au garot d'environ 90 cm[64]. Il est capable au bout de deux heures de suivre sa mère[7]. L'allaitement peut durer jusqu'à un an et demi, voire deux ans[65], mais l'allaitement exclusif ne dure que 6 mois[63] ; on considère que le chameau peut être sevré à partir de 4 mois, mais dans la pratique, on laisse l'allaitement durer jusqu'à un an[65]. Une particularité anatomique de la chamelle est que ses cornes utérines[58] sont de longueurs différentes (la corne de droite est habituellement plus courte que celle de droite de 8 à 14 cm), ce qui rend souvent difficile le diagnostic de la grossesse. Un gros fœtus, pouvant parfois peser 60 kg, ou un fœtus mal placé (notamment à cause de ses longues pattes) est souvent la cause de difficultés pendant la mise bas. Dans de telles conditions, il est parfois préférable d'intervenir (on cite des cas où quatre hommes tirant sur des cordes ont été nécessaire pour extirper un chamelon)[63]. Le chamelon est nettement plus petit que le bébé dromadaire, qui pèse environ 100 kg à la naissance[60].

Le chameau prend en général bien soin de sa progéniture, mais il existe des cas où la femelle rejette son petit et refuse de le nourrir[64]. Le chamelon reste avec sa mère assez longtemps, jusqu'à sa puberté. Ce délai est plus long chez le chameau domestique que chez le chameau sauvage. Lorsque la puberté commence, les mâles commencent à se tenir à l'écart, formant des troupeaux de célibataires ; les femelles restent dans le troupeau de la mère[66].

Parenté avec le dromadaire[modifier | modifier le code]

Le chameau de Bactriane s'hybride avec le dromadaire. L'hybride est appelé turkoman.

Les plus anciens représentants des Camelidae vivaient en Amérique du Nord. Une partie d'entre eux a migré en Amérique du Sud, où l'on retrouve leurs descendants (lamas), et une autre est passée en Asie par la Béringie[67]. Le chameau et le dromadaire ont pu se différentier l'un de l'autre du temps où ils vivaient en sur le continent américain[35] : selon les études des fossiles, la séparation entre les deux espèces s'est produite il y a environ 25 millions d'années[68]. Il est unanimement admis qu'il s'agissait initialement de chameaux, et que le dromadaire est plus tardif du point de vue de l'évolution des camélidés, parce qu'initialement, le dromadaire se présentait avec deux bosses, et que c'est seulement à un stade de développement plus tardif qu'apparait la forme à une seule bosse[46],[67] (voir : théorie de la récapitulation).

La proximité entre le dromadaire et le chameau se manifeste pleinement par leur capacité à se croiser et produire des hybrides. L'hybride du chameau et du dromadaire est appelé turkoman. L'apparence extérieure du turkoman est similaire à celle du dromadaire : il a une large et unique bosse, de la taille de deux bosses du chameau fusionnées, parfois séparées par un petit creux[69]. Les hybrides sont non seulement parfaitement viables, mais également souvent fertiles (fait rare pour des animaux hybrides), même si leur descendance est faible et sensible aux maladies. Les nars, comme cela arrive dans d'autres cas d'hybridation, sont plus grands que chacun de leurs parents, atteignant des tailles jusqu'à 250 cm au garrot et des poids allant jusqu'à 1000 voire 1 100 kg, et sont par conséquent significativement plus robustes[19],[69]. C'est la raison pour laquelle les turkomans sont souvent utilisés en Asie dans les régions où l'on trouve facilement des chameaux et des dromadaires, en Ouzbékistan, Turkménistan et Kirghizistan, mais aussi en Afghanistan, Iran et Turquie[38]. Les mâles du turkoman sont en règle générale castrés, mais les femelles peuvent être utilisées pour des croisements ultérieurs[61]. Le produit du croisement entre le turkoman et le chameau (appelé en kazakh : коспа́к) a une apparence proche de celle du chameau[38].

Par le passé, les scientifiques considéraient le turkoman comme un dromadaire, et il porte le nom de Camelus dromaderius hybridus J. Fisher 1829[4].

Ennemis naturels, maladies et parasites[modifier | modifier le code]

Ennemis du monde animal[modifier | modifier le code]

Même si de nos jours l'habitat du tigre et celui du chameau n'ont plus de territoire commun, par le passé, alors que les tigres étaient beaucoup plus nombreux et se rencontraient en Asie centrale, ces derniers attaquaient les chameaux domestiques comme sauvages. Sa corpulence ne permettait pas au chameau d'échapper au tigre ; on relate le cas assez connu d'un tigre ayant tué un chameau pris dans un marais salé, d'où plusieurs hommes n'avaient pu le tirer, et qui avait réussi à le trainer sur 150 pas[70]. Les attaques des tigres sur les chameaux ont été une des raisons de la persécution des tigres par les hommes dans les régions d'élevage du chameau[70].

Un autre ennemi redoutable du chameau est le loup, qui, bien que menaçant davantage les chameaux sauvages, représente également une menace significative pour les chameaux domestiques.

Maladies[modifier | modifier le code]

Le chameau est très sensible à différentes maladies. Parmi les maladies infectieuses du chameau, on retrouve fréquemment la tuberculose, dont les animaux souffrent en présence d'humidité, et le tétanos, qui survient à la suite d'une blessure. Une baisse de l'immunité et le contact avec des spores de champignons peuvent conduire le chameau à développer des mycoses de la peau, avec un prédominance des dermatophytoses[63].

D'autres maladies sont décrites chez le chameau. Il existe des contaminations particulièrement dangereuses de différents vers microscopiques (nematoda), dont certains sont des parasites du chameau exclusivement, comme le dictyocaulus cameli, qui occupe l'appareil respiratoire et cause une dictyocaulose. Les animaux sont infectés à partir de pâturages humides et de points d'eau stagnante. L'occurrence de cette maladie est majoritairement au printemps et en été. Le plus souvent, l'infection touche des chameaux adultes, alors que les jeunes entre un et trois ans sont moins affectés. Les animaux infectés de vers toussent, ont des écoulements séro-glaireux des naseaux, et peuvent amaigrir. Il n'est pas rare que les animaux en meurent. Un autre nématode dangereux est la Dipetalonema evanse, qui provoque la dipétalonémose et parasite le cœur, la cage thoracique, les vaisseaux sanguins, les poumons, et les appareils génitaux. L'infection se produit par le biais de piqûres de moustiques. Ce paraiste peut vivre dans l'organisme du chameau pendant 7 ans. Des traitements contre ces maladies ont été élaborés, mais ne sont pas toujours efficaces[63].

Un autre nématode spécifique au chameau est le Thelazia leesei, qui provoque la thélaziose (en), dont les symptômes sont une sécrétion à long terme de fluides à partir des yeux. Cette maladie peut être traitée avec succès.

L'estomac (et en particulier, l'une des chambres : la caillette) peut être parasité par le nématode Parabronema skrjabini. Les chameaux en sont infectés en avalant des mouches (mouche charbonneuse du sud) infectées de larves de vers. Une fois dans l'organisme, les larves se développent lentement dans les muqueuses de la caillette, et c'est seulement en avril-mai de l'année suivante qu'elles sont matures. Un traitement relativement efficace de cette maladie existe également[63].

En cas d'élevage dans des conditions humides et de stalles pas assez propres, les chameaux peuvent développer une coccidiose. Cette maladie touche particulièrement les chameaux de cirque[71]. De plus, chez les chameau et les autres camélidés, le nouveau-né a un faible système immunitaire, ce qui augmente la mortalité infantile. Des vaccinations spécifiques ont été élaborées pour protéger les chameaux domestiques[60].

Le chameau est sujet aux infections de gros vers parasites, y compris les cestodes (ténia)[47]. Le chameau souffre souvent de parasites dermatoïdes, en particulier des anoploures et de différents acariens.

Le chameau de Bactriane et l'homme[modifier | modifier le code]

Histoire de la domestication[modifier | modifier le code]

Photographie d'un chameau avec son bât.
Chameau de Bactriane domestiqué en Chine, près de Tourfan.
Illustration du chameau sur une plaque de bronze, Chine, IIe à Ie siècle avant notre ère.

Les plus anciennes traces archéologiques d'élevage de chameau remonteraient au 6e ou 7e millénaire avant notre ère[36] ; quoi qu'il en soit, la domestication du chameau est survenue avant le 1e millénaire avant notre ère[46]. D'autres sources prouvent que la domestication s'est produite il y a environ 4500 ans[6]. Les découvertes faites au cours de campagnes de fouilles sur les sites d'anciennes colonies à l'Ouest de l'Iran comprenant des vases contenant du fumier de chameaux de Bactriane et des restes de ses poils remontent à 2500 ans avant notre ère[72]. L'une des plus anciennes illustrations de la domestication du chameau est un bas-relief du fameux Obélisque noir du roi assyrien Salmanazar III (IXe siècle avant notre ère), et représente l'animal conduit par la bride par un homme[73]. D'autres illustrations ont été mises en évidence dans les ruines de la salle apadana du palais des Achéménides à Persépolis, et remontent au Ve siècle avant notre ère[73].

Le chameau de Bactriane était le principal moyen de locomotion le long de la route de la soie[74]. Le qualificatif « Bactriane » (latin : bactrianus) désigne la région historique de Bactriane, située sur le cours de l'Amou-Daria, d'où le chameau serait originaire[6].

À la différence du dromadaire, le chameau est longtemps resté presque inconnu en Europe. Des témoignages relatent que les empereurs romains Néron et Héliogabale ont attelé des chameaux à leur char en tant qu'animaux rares et bizarres, mais globalement, les européens n'ont pas été confrontés au chameau jusqu'au Moyen-Âge[73]. Différentes tentatives infructueuses d'acclimatation en Europe ont été menées, notamment en Espagne ; des chameaux ont pu être introduits en Toscane sous Léopold II[1].

Élevage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élevage du chameau.
Photographie d'un homme en combinaison de travail sur un chameau.
Le chameau de Bactriane peut servir de monture (ici au zoo de Copenhague).

Dans les régions où se développe l'élevage du chameau, ces derniers ont une valeur économique importante comme bêtes de bât et de trait, mais aussi comme source de lait et de viande, mais aussi de cuir. Il était considéré comme un présent de valeur importante, et pouvait faire partie d'une dot[75]. Dans le cadre des économies nomades ou semi-nomades, le chameau est laissé toute l'année en pâturage libre[52] ; pour les sociétés sédentaires, dans les endroits où l'hiver est rude, on le protège dans une étable, ou sous un auvent (dans les régions du Sud). L'étable doit impérativement être sèche, et la litière (foin, herbes et joncs) changée régulièrement[19]. En hiver, en cas de fort gel, on couvre parfois le chameau de couvertures de feutre[52].

Photographie de chameaux autour d'un abreuvoir.
Chameaux à l'abreuvoir, Mongolie, Aimag d'Ömnögovi.

Le chameau employé pour le travail est estimé pour son endurance et son adaptation aux conditions extrêmes. Lors de long voyages, il peut parcourir 30 à 40 km par jour en portant un bât de 250 à 300 kg, c'est à dire pas loin de la moitié de son propre poids. En tant que monture, le chameau peut parcourir plus de 100 km par jour, entretenant une vitesse de 10 à 12 km/h[19]. Un chameau de Bactriane chargé d'un bât marche à une vitesse d'environ 5 km/h, sensiblement moins qu'un équidé moyen, mais avec une endurance et une frugalité excédent de loin n'importe quel cheval ou âne[76]. Prjevalski avait noté que, là où un cheval tomberait d'inanition, le chameau se trouve encore assez nourri et ne souffre pas de la faim[43]. Cette remarque concerne également l'adaptation du chameau aux basses températures. Un bon exemple en est l'utilisation du chameau par le passé pour le transport de marchandises destinées à l'industrie minière en Yakoutie. Le chameau est beaucoup plus souvent utilisé comme animal de bât que pour le trait, même si lorsqu'on l'attelle à une araba, il peut tracter une charge trois ou quatre fois supérieure à son poids propre. Le problème vient du fait que sur une mauvaise route, le chameau peut rapidement tomber et se blesser les coussinets. Sur une route humide, au contraire du cheval, il peut facilement déraper[77].

Diriger un chameau de Bactriane, selon certains auteurs, est substantiellement plus ardu que pour un cheval parce que le chameau est plus entêté et peut se cabrer sans raison apparente[64]. L'entretien du chameau est également extrêmement délicat et requiert en moyenne plus d'attention et de minutie que pour le cheval. Il faut attendre que le chameau ait quatre ans pour le faire travailler constamment en tant que bête de trait[48].

La présence de deux bosses facilite beaucoup l'embâtage, et permet également à un cavalier de se tenir sans difficulté dans le creux entre elles. Pour cette raison, il n'est pas obligatoire d'utiliser une selle pour monter un chameau, même si le harnachement habituel en comprend une. Les peuples qui se servent du chameau utilisent différents types de selles[78]. L'embâtage du chameau requiert un savoir-faire solide, parce qu'un bât mal ajusté peut blesser les bosses et le dos du chameau, au point que ce dernier devienne incapable de porter à nouveau un bât[77].

Types de chameaux[modifier | modifier le code]

En URSS, trois races de chameaux ont été développées - la kalmouke, la kazakhe et la mongole - la plus remarquable étant la kalmouke. Les chameaux de cette race sont bien supérieurs aux autres en termes de taille, de masse, de fourrure et de production de lait[61],[18]. L'histoire de l'apparition de la race kalmouke remonte au premier quart du XVIIe siècle, quand les Kalmouks ont migré de la Dzoungarie vers le cours inférieur de la Volga, emmenant avec eux des bovins et des chameaux. La migration s'est avérée particulièrement dure pour les animaux, et seuls les chameaux les plus résistants ont survécu. De cette sélection naturelle sont issus les chameaux kalmouks, et leurs propriétés si différentes de celles des autres races[18]. De plus, les chameaux kalmouks sont relativement peu répandus, puisque 90% des chameaux de la Communauté des États indépendants étaient de race kazakhe[79]. En Transbaïkalie, on rencontre essentiellement une variante de la race mongole[16].

Selon les régions différentes races, ou à proprement parler, différents types de chameaux ont été développés[80] :

  • le chameau mandchou[81] ;
  • trois types de chameaux kazakhs[82] ;
  • le chameau Gobi mongol[83] ;
  • le chameau kalmouk[84] ;
  • l'alxa[85] ;
  • le sonid[86] ou sunith[87];
  • l'Allah Shan[87].

Distribution - régions d'élevage du chameau de Bactriane domestique[modifier | modifier le code]

Carte mondiale montrant en rouge l'aire d'élevage du chameau du Bactriane qui s'étend de la Turquie à la Chine.
Aire de répartition mondiale des principales zones d'élevage du chameau de Bactriane.

On trouve le chameau domestique de la Turquie à la Chine[88]. Le chameau domestique est inhérent à l'Asie centrale. C'est l'un des animaux domestiques de base en Mongolie et dans les régions voisines de Chine (en Mongolie-Intérieure, au Xinjiang et dans la province du Gansu). Il y a de nombreux chameaux au Kazakhstan, au Kirghizistan et dans d'autres états d'Asie Centrale, où il est en concurrence avec le dromadaire. La Crimée a aussi une tradition d'élevage de chameaux datant du XIIIe siècle[89]. Enfin, on trouve le chameau en divers points du globe, car c'est un animal de cirque populaire. On le retrouve dans des parcs zoologiques. Quelques troupeaux sont élevés en France[90].

Il est difficile d'établir un recensement exact de la population mondiale de chameaux domestique. On estime généralement leur nombre à environ 2 millions[3], mais certaines sources indiquent jusqu'à 8 millions de têtes[88], quand d'autres estiment que la population est inférieure à 600 000 individus en Asie[2],[91]. Contrairement à l'Afrique, où le dromadaire est en plein développement, l'Asie a vu sa population de camélidés décliner entre 1994 et 2004 ; le chameau de Mongolie est particulièrement menacé, le nombre de ses représentants étant passé de 450 000 à 250 000 têtes depuis 1990[91].

La population la plus importante de chameaux domestiques se trouve en Chine, où l'on estime qu'il y avait en 2005 environ 270 000 têtes[2]. Le chameau a depuis la nuit des temps une signification spéciale pour les mongols, pour qui il est l'une des « cinq figures », animaux élevés traditionnellement par les nomades (aux côtés du cheval, du yak, du mouton et de la chèvre). Encore de nos jours, en dépit des avancées techniques, le chameau assure environ un tiers des transports de marchandises à travers le désert de Gobi[76]. En 2008, il y avait plus de 260 000 chameaux ; cette quantité est cependant en diminution constante à mesure que le nombre d'automobiles augmente (en 1954, il y avait près de 900 000 chameaux, et en 1985, un peu moins de 600 000[92].

Photographie d'un chameau sellé.
Un chameau sellé dans la région de Yarkand.

Sous l'Union soviétique, l'élevage du chameau (comme l'élevage camelin) était un secteur de l'élevage assez développé en particulier dans les républiques socialistes soviétiques kazakhe et kirghize, ainsi que dans les régions de steppes de la RSFS de Russie (en RSSA, dans l'Oblast autonome de Touva et les oblasts d'Astrakhan, de Volgograd et de Tchita). Le chameau représentait à la fin des années 60 44% des camélidés domestiques d'URSS, comptant 264 mille têtes (les dromadaires représentaient 34%, et les turkomans 22%)[61]. De nos jours, en Russie, l'élevage de chameaux le plus significatif se trouve en Bouriatie, où il se pratique jusqu'au 55e parallèle nord[15].

On compte environ 200 mille chameaux au Kazakhstan actuellement[93]. La production de lait et de lait fermenté est y considérée comme un secteur extrêmement prometteur par les autorités, et fait l'objet de programmes gouvernementaux spéciaux[94].

Outre les pays où était traditionnellement élevé le chameau, on peut citer la Nouvelle-Zélande et les États-Unis[22], où le chameau est présent dans certaines régions depuis longtemps ; en 1860, 15 chameaux ont été amenés aux États-Unis pour le transport du sel à travers les déserts[66]. On peut noter la présence d'élevages en Iran et au Pakistan[4].

Produits issus de l'élevage de chameau[modifier | modifier le code]

Photographie montrant des chaussons en fourrure à longs poils gris sombre et noirs
Valenki (en) en fourrure de chameau.

Outre son utilité comme animal de bât, le chameau a toujours été élevé pour sa production de laine, de lait et de viande : on pense que c'est ce qui a permis à l'homme de survivre dans les conditions difficiles du désert. Dans certaines régions, ses excréments sont d'ailleurs la seule source de combustible[9].

Viande et graisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Viande de chameau.

La viande du chameau est complètement comestible, et celle des jeunes chameaux est même savoureuse. Cependant, chez les Bouriates et les Mongols, elle est un peu moins chère que la viande de cheval ou de mouton (ces peuples estiment traditionnellement que le cheval et le mouton sont des animaux au souffle « chaud », et donc meilleurs pour la santé que le yak, la chèvre et le chameau, au souffle « froid »)[8]. Le goût de la viande de chameau rappelle celui du gibier, mais avec un arrière-goût douçâtre, en raison de la présence de glycogène, et la graisse est similaire à celle de l'agneau. En tant qu'animal élevé pour sa viande, le chameau engraisse bien ; le rendement de viande se monte à 50 à 60%[18] (selon les données de la FAO, entre 52 et 77%[95]), sachant que la carcasse écorchée du chameau adulte peut peser ponctuellement jusqu'à 620 kg, même si la carcasse de la femelle et du petit est beaucoup moins massive[95]. La viande du chameau adulte, cependant, est plus coriace que la viande bovine, très fibreuse, et rappelle par son apparence la viande d'un vieux bœuf ayant beaucoup travaillé[18], c'est pourquoi on abat habituellement pour leur viande des chameaux de moins de deux ans et demi. La viande de chameau est peu utilisée en dehors des régions où se pratique l'élevage de chameau ; cependant, là où l’élevage camelin est un élément important de la culture nationale, la viande de chameau est considérée comme un produit alimentaire important. Divers plats nationaux sont préparés à partir de viande de chameau fraiche ou salée[15] (par exemple, la viande de chameau peut être utilisée pour le Beshbarmak[18]).

La graisse des bosses du chameau est aussi un produit alimentaire important. Dans différents endroits du monde, on la mange crue immédiatement après l'abatage, quand elle est encore chaude (c'est alors considéré comme un régal), mais une fois refroidie, elle est bonne à jeter[95].

Laine[modifier | modifier le code]

La laine de chameau est une matière première très précieuse (en particulier le duvet[15]). Les ouvrages en laine de chameau, grâce à ses propriétés uniques entre tous les autres types de laine, sont caractérisés par une chaleur inhabituelle. La laine du chameau est utilisée pour les objets prévus pour être utilisés dans les conditions les plus froides et les plus sèches, par exemple les vêtements pour les astronautes, pour l'exploration polaire ou pour la plongée professionnelle[25],[26].

Photographie d'un chameau blanc crème à longs poils.
Chameau blanc au zoo de Minsk (en). La laine d'un chameau de ce type est particulièrement précieuse.

La tonte d'un chameau permet de récolter entre 6 et 10 kg de laine (par comparaison, la tonte d'un dromadaire ne rapporte qu'entre 2 et 4 kg, et a des propriétés moins intéressantes[95]), en comptant la laine récoltée par tonte sur l'animal aussi bien que les poils ramassés après la mue[22]. Les chameaux de race kalmouke peuvent produire jusqu'à 13 kg de laine[61]. Un adulte de 5-6 ans produit deux fois plus de laine qu'un jeune d'un an. À partir d'un kilogramme de laine, on peut tisser une étoffe de 3,5 à 4 m², ou un peu plus de deux chandails tricotés[92].

La laine de chameau est très serrée. L'épaisseur des poils est en moyenne de 20 à 23 micromètres (selon les données sur la laine des chameaux élevés dans les régions désertiques des États-Unis, les poils des chameaux ont une épaisseur comprise entre 6 et 120 micromètres, soit en moyenne 18 à 19 micromètres d'épaisseur). Elle correspond approximativement à l'épaisseur de la laine des meilleurs mérinos à laine fine[22]. La laine de chamelle est beaucoup plus douce et fine que celle du mâle[92].

On tond le chameau une fois par an pendant la période de mue[96], entre mai et juin, par temps beau et chaud[15]. Les ouvrages en laine de chameau ne doivent de préférence pas être teints, afin de préserver les propriétés de la laine[23]. La laine la plus précieuse est celle de couleur crème[23]. En raison de la relativement petite quantité de laine produite par le chameau, celle-ci se situe parmi les laines d'animaux domestiques les plus chères[25],[26]. En Mongolie, la laine de chameau représente 17% de toute la production de laine, même si les chameaux ne constituent que 2% des animaux domestiques du pays[48].

Lait[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lait de chamelle.

Le lait de chamelle est aussi très apprécié par les peuples d'Asie. Il est plus gras que le lait de vache (pas moins de 5 à 6%), mais le rendement de la chamelle est bien inférieur à celui de la vache. Une chamelle produit en moyenne 5 litres de lait par jour, et jusqu'à 15-20 litres par jour au maximum[11] ; la production est en moyenne de 500 à 600 l par an (plus de la moitié étant produite pendant les premier 6 mois d'allaitement)[16]. Une chamelle bien nourrie peut produire entre 5000 et 7 500 litres de lait par lactation[90]. Pour obtenir du lait, il est nécessaire que la chamelle ait mis bas un chamelon[95].

Le lait de chamelle a un goût sucré assez prononcé (avec une teneur en sucre allant jusqu'à 5%[18],[63]), qui peut varier en fonction de l'alimentation et de la quantité d'eau disponible. Le lait cru a une « odeur de chameau », caractéristique des sécrétions cutanées du chameau, qui peut se révéler désagréable pour le novice. Pourtant, on considère que le lait de chamelle a des propriétés utiles et même curatives en raison de sa haute teneur en protéines, en lipides, en phosphore et en calcium, et en vitamines C[97]. Le lait de chamelle fermenté, connu sous le nom de shubat (et similaire au koumis), est assez populaire parmi les peuples turcophones d'Asie Centrale[93]. Grâce à la grande quantité de sucre qu'il contient, le lait de chamelle fermente bien, mais ses matières grasses ont un goût amer[64].

Le lait de chamelle pourrait avoir un débouché intéressant dans l'industrie du cosmétique[98].

Cuir[modifier | modifier le code]

Le cuir de chameau trouve diverses utilisations dans les régions où se trouvent des élevages de chameaux. La peau du chameau adulte est épaisse et grossière, mais elle convient pour des ouvrages tels que des chaussures, des fouets, des ceintures, etc.[16],[95]

Fumier[modifier | modifier le code]

Le fumier du chameau est utilisé comme combustible. Les excréments frais du chameau sont déjà si secs qu'ils peuvent convenir avec un pré-séchage préalable minime (à la différence, par exemple, du fumier de vaches ou de buffle domestique, qui est également utilisé comme combustible). Les excréments de chameau produisent une petite flamme homogène, très chaude et presque sans fumée. Un chameau produit jusqu'à 950 kg de fumier par an[48].

Utilisation du chameau en temps de guerre[modifier | modifier le code]

Photographie de chameaux équipés de sièges ou d'une plateforme pour tranporter des blessés.
Chameau transportant des soldats blessés en Afghanistan, entre 1878 et 1880.
Dessin au trait d'un chameau équipé d'une selle avec une mitrailleuse.
Dessin commercial d'un chameau portant une gatling (1872).

En temps de guerre, le chameau de guerre n'a été utilisé directement en tant que monture pour la cavalerie que très rarement (plus rarement encore que le dromadaire). Les armées russes du XVIIIe et du XIXe siècles comportaient quelques unités de cavalerie de ce type, notamment du contingent kalmouk. Vladimir Dahl relate un fait intéressant à ce sujet : pendant la Grande guerre du Nord, la cavalerie suédoise fut mise en fuite lorsque apparut un bataillon kalmouk monté sur chameaux, parce que les chevaux suédois furent pris d'effroi à leur vue. Dahl, militaire expérimenté, estima que l'utilisation de cavaleries sur camélidés lors de guerres européennes était extrêmement prometteuse[77]. Le chameau a aussi été utilisé en Perse chargé d'un canon et de munitions[9].

Le chameau a beaucoup plus souvent été utilisé comme animal de bât ou de trait. Les armées russes s'en sont beaucoup servi lors de leurs expéditions en Asie Centrale[49],[43]. Des tentatives célèbres d'utilisation du chameau par l'armée à des endroits où il n'avait jamais mis le pied ont été menées. Ainsi, en 1855 aux États-Unis, des groupes de camélidés (chameaux et dromadaires) ont été amenés pour être utilisés en qualité de bêtes de bât pendant les guerres indiennes (la somme, considérable à l'époque, de 33 000 dollars avait été dépensée pour l'acquisition de ces animaux). Un corps de troupe spécifique avait été formé, l'US Camel Corps (en), qui à la fin de son existence comptait 66 chameaux et était basé à Old Camp Verde (en) (au Texas). Cependant, les chameaux n'étaient pas populaires auprès des soldats à cause de leur caractère obstiné ; de plus, les chameaux faisaient peur aux chevaux. Au début de la Guerre de Sécession, Camp Verde a été pris par les confédérés, ce qui a mis fin à l'existence du Camel Corps. Les chameaux ont été vendus, mais par la suite, une partie d'entre eux s'est échappée et est retournée à l'état sauvage. Selon les témoignages, ces chameaux marrons ont pu être observés jusqu'aux années 1900, et même plus tardivement[99],[100].

Photographie d'une statue grandeur nature d'un chameau avec un canon.
Monument d'Akhtoubinsk de 2010.

Les chameaux ont été activement utilisés comme animaux de bât et de trait par les armées soviétique et mongole au cours de la bataille de Khalkhin Gol en 1939. Certains pensent que l'utilisation de chameaux est un des facteurs ayant assuré la victoire aux forces mongolo-soviétiques, parce que les tracteurs routiers des japonais n'étaient pas fiables et tombaient souvent en panne, alors que les chameaux assuraient pleinement les tâches assignées par l'armée[48].

Les chameaux ont aussi été utilisés comme animaux de trait au cours de la Grande guerre patriotique. Un monument (ru) a été érigé à Akhtoubinsk en 2010, représentant les deux chameaux ayant servi à tracter l'un des premiers canons à avoir ouvert le feu sur la Chancellerie du Reich[101].

Le chameau dans la culture[modifier | modifier le code]

Drapeau à fond rouge avec une ligne jaune horizontale et un chameau blanc.
Drapeau de l'Oblast de Tcheliabinsk.

Le chameau de Bactriane figure sur les armoiries et le drapeau de l'Oblast de Tcheliabinsk.

Le chameau a fait l'objet de plusieurs films :

Photographie d'un « Kara-Koum » dont l'emballage est décoré avec des chameaux.
Confiserie russe « Kara-Koum ».

C'est également le sujet d'un conte de l'écrivain bulgare Yordan Raditchkov portant le titre Bactriane, même si l'histoire a peu de lien avec le chameau réel.

Le chameau est aussi représenté sur les confiseries russes « Kara-Koum »(ru). Cependant, le chameau se rencontre rarement dans le désert du Karakoum, le dromadaire étant plus répandu au Turkménistan[103].

Le chameau est régulièrement mentionné dans la Bible, mais un certain nombre de ses apparitions peuvent être considérées comme anachroniques[104].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sonnini, Virey, Parmentier et Huzard, Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, t. V, Paris, Imprimerie de Crapelet, (lire en ligne), pp. 1-6, « cha-coc ».
  2. a, b et c (en) World Association for Animal Production, Animal production and animal food worldwide, Hollande, Wagenigen Academic Publishers, , 372 p. (ISBN 9789086860340, lire en ligne), p. 169.
  3. a, b, c, d et e (en) « Bactrian Camel », sur EDGE.
  4. a, b, c et d (en) J. Hare, « Camelus Ferus », sur Liste rouge de l'UICN,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  5. a et b (en) Matt Walker, « Wild camels 'genetically unique' », BBC Earth, Earth News,‎ (lire en ligne).
  6. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Brent Huffman, « Bactrian Camel », sur Ultimate Ungulate,‎ .
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) J. Fedewa, « Camelus Bactrianus », sur Animal Diversity Web,‎ .
  8. a et b (ru) « Viande », sur Académie russe des Sciences naturelles.
  9. a, b, c et d A. E. Brehm (Revue par Z. Gèbre), Les mammifères, caractères, mœurs, chasses, combats, captivité, domesticité, acclimatation, usages et produits, vol. 2, Paris, J.-B. Baillière et fils, coll. « Merveilles de la nature », 900 p. (notice BnF no FRBNF31868727, lire en ligne), p. 435-449.
  10. E. Trouessart, « Les chameaux », sur Cosmovisions.
  11. a et b (en) R. Yagil, « Milk Production », dans Camels and camel milk, Rome, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, (ISBN 92-5-101169-9, lire en ligne).
  12. Jean-Pierre Fleury, « Le chameau et les hommes », sur Pratique.
  13. V. Battaglia, « Chameau », sur Dinosoria,‎ .
  14. « Chameau », dans Grande Encyclopédie Larousse, Larousse, 1971-1976 (lire en ligne).
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (ru) Valentina Borissova, « Le chameau de Mongolie-Bouriatie, représentant des animaux nomades de Transbaïkalie »,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  16. a, b, c, d, e et f (ru) Tsyrenbato Sanjaevitch Sanjaev, « Caractéristiques productives et biologiques des chameaux de Transbaïkalie »,‎ .
  17. (en) « Camelus Bactrianus », sur Animal Info. Endangered animals of the world,‎ .
  18. a, b, c, d, e, f et g (ru) « Élevage des chameaux », sur Portail de l'agroalimentaire de l'Oblast d'Astrakhan.
  19. a, b, c, d et e (ru) « Chameaux, élevage des chameaux », sur Green Agro.
  20. « Sur la physiologie du chameau », L'information géographique, vol. 21, no 1,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  21. Eric Milet, Mali : Magie d'un fleuve aux confins du désert, Genève, Éditions Olizane, coll. « Guides Olizane », , 316 p. (ISBN 9782880863517, lire en ligne), p. 81
  22. a, b, c, d et e [PDF](en) Carol Huebscher Rhoades, « Bactrian Camel », Spin-Off magazine,‎ , p. 50-57 (lire en ligne).
  23. a, b et c (ru) « Laine de chameau », sur Mediatest EU,‎ 2006-2015 (consulté le 24 juin 2016).
  24. a et b (ru) « Espèce : le chameau sauvage, ou bactrian = Camelus bactrianus ferus », sur Monde des animaux,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  25. a, b et c (ru) « Laine de chameau », sur Cashmere-house,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  26. a, b et c (ru) « La laine de chameau, la toison d'or de la santé », sur Tricotage naturel,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  27. a, b et c (en) « Bactrian Camel », sur The Animal Files,‎ 2006-2014 (consulté le 24 juin 2016).
  28. Nadia Pla, « La physiologie du chameau » (consulté le 24 juin 2016).
  29. Michel Lamy, L'eau de la Nature et des Hommes, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Scieteren », , 241 p. (ISBN 2867811562, lire en ligne), p. 93.
  30. a, b et c John M. King, Influence du climat et de l'alimentation sur les besoins en eau du bétail en Afrique tropicale (rapport de recherche N°7), Addis-Abeba, CIPEA, , 104 p. (lire en ligne), p. 17-18.
  31. Nezar ADILI, Étude morphométrique des globules rouges des ruminants domestiques (Mémoire), Algérie, Université de Batna Hadj Lakhder, , 108 p. (lire en ligne), p. 20.
  32. (ru) « Pourquoi les chameaux conservent leur endurance en restant pour une longue période sans eau? », sur Vokrug Sveta,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  33. (ru) Tomash Uminsky, Animaux et continents (Encyclopédie populaire), (lire en ligne).
  34. (ru) « Camélidés », sur VSB,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  35. a, b, c et d (en) Peng Cui, Rimutu Ji, Feng Ding, Dan Qi, Hangwei Gao, He Meng, Jun Yu, Songnian Hu et Heping Zhang, « A complete mitochondrial genome sequence of the wild two-humped camel (Camelus bactrianus ferus): an evolutionary history of camelidae », BMC Genomics,‎ (lire en ligne).
  36. a, b et c (en) Ji R, Cui P, Ding F, Geng J, Gao H, Zhang H, Yu J, Hu S et Meng H (Key Laboratory of Dairy Biotechnology and Engineering, Ministry of Education, College of Food Science and Engineering, Inner Mongolia Agricultural University, Huhhot, Inner Mongolia, China), « Monophyletic origin of domestic bactrian camel (Camelus bactrianus) and its evolutionary relationship with the extant wild camel (Camelus bactrianus ferus) », Animal Genetics, vol. 40, no 4,‎ , p. 377-382 (lire en ligne).
  37. a et b (en) Linnaeus, « Camelus Bactrianus », sur Mammal Species of the World,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  38. a, b, c et d (en) « Camel Types & Breeds », sur CamelPhotos,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  39. (en) « Scientists at Hannover Veterinary & Medical University describe research in animal science », China Weekly News,‎ (lire en ligne).
  40. [PDF]« Élevage camelin », sur ANSEJ,‎ (consulté le 24 juin 2016), p. 3.
  41. Ce qui est bien illustré par le dicton « Deux chameaux mâles n'entrent pas dans le même troupeau ».
  42. a, b et c (ru) « Le chameau, vaisseau du désert », sur Zooclub (consulté le 24 juin 2016).
  43. a, b, c et d (ru) Nikolaï Prjevalski, De Kouldzhi au Tian Shan et à Lop Nor, OGIZ (ru),‎ (lire en ligne).
  44. [PDF]E. Mukasa-Mugerw, Le chameau (Camelus dromaderius): étude bibliographique, Addis-Abeba, Centre International Pour l'Élevage en Afrique, , 111 p. (ISBN 9290530626, lire en ligne), p. 33.
  45. Fatim-Zahra TOHRY, « Une nouvelle espèce de chameau en Asie », L'économiste, no 953,‎ (lire en ligne).
  46. a, b, c et d (ru) Vie des Animaux (ru) : Encyclopédie monographique, t. 6,‎ (lire en ligne), Ordre des Tylopodae.
  47. a, b et c (en) « Basic Camel Medicine Tips », sur CamelPhotos,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  48. a, b, c, d et e (en) J. Lensch (Revue Mondiale de Zootechnie 92-1999/1), « Le chameau de Bactriane (Camelus Bactrianus) », sur FAO,‎ 1993-1998 (consulté le 24 juin 2016).
  49. a, b et c (ru) Mikhail Ivanin (ru), Description de l'expédition militaire d'hiver à Khiva de 1839-1840, Saint-Pétersbourg,‎ , 268 p. (lire en ligne), chap. 4.
  50. « Un animal à préserver : le chameau de Mongolie », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  51. Morgane Blanc, Christine Oriol et Sophie Devienne, « Un siècle d’évolution du système pastoral de la steppe désertique de Mongolie : diminution de la mobilité des troupeaux, dérégulation de l’accès aux parcours et crise de surpâturage », Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, no 43-44,‎ (lire en ligne).
  52. a, b et c (ru) « L'économie kazakhe du XVe au XIXe siècle », sur KZST,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  53. (en) « Bactrian Camel - Camelus bactrianus », sur Large Herbivore Network,‎ 2009-2011 (consulté le 24 juin 2016).
  54. Cocteau, Encyclopédie des gens du monde : Répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, t. V, Paris, Librairie de Treuttel et Wǔrtz, (lire en ligne), « Chameau », p. 348-350.
  55. a, b et c (ru) Sergey Volkov, « Monde animal », sur Terre du Baïkal,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  56. a et b (ru) « La castration des chameaux et des cervidés du Nord », sur Manuel vétérinaire (consulté le 24 juin 2016).
  57. a et b (en) Jay Sharp, « Le chameau sauvage », sur Desert USA,‎ 1996-2016 (consulté le 24 juin 2016).
  58. a, b, c, d, e, f et g [PDF]« La reproduction des grands et petits camélidés domestiques », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  59. (en) B. X. Chen, Z. X. Yuen et G. W. Pan, « Semen-induced ovulation in the bactrian camel (Camelus bactrianus) », Reproduction - The Journal of the Society for Reproduction and Fertility, no 74,‎ , p. 335-339 (lire en ligne).
  60. a, b, c et d (en) « Camelidae », sur Comparative Placentation,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  61. a, b, c, d et e (ru) Grande Encyclopédie soviétique, URSS, (lire en ligne), Élevage camelin.
  62. « La naissance d’un chamelon (chamelage) », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  63. a, b, c, d, e, f et g (ru) « Chameaux, lamas, guanaco, alpagas, vigognes : principes d'alimentation et d'acclimatation, quelques maladies, et leur traitement et prévention », sur Aide vétérinaire,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  64. a, b, c et d (en) Jeffrey Hays, « Silk Road and Bactrian Camels »,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  65. a et b FAO, « Chapitre 7: Chameaux, lamas et alpagas », dans Manuel pour les agents vétérinaires communautaires, Rome, FAO, (ISBN 92-5-203258-4, lire en ligne).
  66. a et b (en) « Bactrian Camel », sur 'Wonder Club (consulté le 24 juin 2016).
  67. a et b (ru) Youri Alexandrovitch Orlov (en), « Chapitre deux : Mammifères du Tertiaire supérieur », dans Dans le monde des anciens animaux, Moscou, Académie des Sciences de l'URSS, , 192 p. (lire en ligne).
  68. (en) Jean Larson, « Information Resources on Old World Camels: Arabian and Bactrian », Animal Welfare Information Center,‎ 2004-2009 (lire en ligne).
  69. a et b « Genre Camelus », sur Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD),‎ (consulté le 24 juin 2016).
  70. a et b (ru) « Tigres », sur bigcats.ru (consulté le 24 juin 2016).
  71. (ru) T. A. Neprimerova, « Parasites des camélidés de cirque », sur Almanach des ouvertures scientifiques,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  72. (en) Stichting Bijbel, « Domesticated Camels in the Book of Genesis »,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  73. a, b et c (en) Jona Lendering, « Dromaderies and Camels », sur Livius.org,‎ 2004 - août 2015 (consulté le 24 juin 2016).
  74. (en) Daniel Potts, Université de Sydney, « Bactrian Camels and Bactrian-Dromedary Hybrids », sur The Silk Road,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  75. Laurence DELABY, « Bataclan chamanique raisonné », Études mongoles et sibériennes, no 29,‎ , p. 53, 57 (ISSN 0766-5075, lire en ligne).
  76. a et b (en) « Mongolian Camels », sur Tripod (consulté le 24 juin 2016).
  77. a, b et c (ru) V. Luganski, « Chameau », sur kungrad.com,‎ 2006-2009 (consulté le 24 juin 2016).
  78. (en) Roger Berry, « The Bactrian Camel Saddle », sur CamelPhotos (consulté le 24 juin 2016).
  79. (ru) « Types et races de chameaux », sur École d'équitation « Arianda »,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  80. « Les races de dromadaires et de chameaux », sur CIRAD (consulté le 24 juin 2016).
  81. « Les races de dromadaires et de chameaux : Le chameau Mandchou », sur CIRAD (consulté le 24 juin 2016).
  82. « Les races de dromadaires et de chameaux : Le chameau kazakh », sur CIRAD (consulté le 24 juin 2016).
  83. « Les races de dromadaires et de chameaux : Le chameau Gobi mongol », sur CIRAD (consulté le 24 juin 2016).
  84. (en) « Kalmyk Bactrian Camels », sur Breeds of Livestock, Department of Animal Science,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  85. (en) « Alxa Bactrian Camels », sur Breeds of Livestock, Department of Animal Science,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  86. (en) « Sonid Bactrian Camels », sur Breeds of Livestock, Department of Animal Science,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  87. a et b (en) « Chinese Two-Humped Camel », sur China Culture,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  88. a et b « Les camélidés d'Afrique et d'Asie », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  89. « Le chameau de Crimée », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  90. a et b L'élevage des grands camélidés. Analyse des initiatives réalisées en France, B. Faye, J.P. Jouany, J.P. Chacornac, M. Ratovonanahari, INRA productions animales, 1995, p. 3-17. <hal-00896099>.
  91. a et b [PDF](en) Ilse Köhler-Rollefson, « Camels on rapid decline in Asia », sur League for Pastorale People,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  92. a, b et c (ru) S. Tserenpuntsaga, « Dans environ 20 ans, la Mongolie pourrait se retrouver sans chameau », sur MEDIATEST.eu,‎ 2006-2010 (consulté le 24 juin 2016).
  93. a et b (ru) Teanou Rami, « Le shoubat kazakh sur le territoire israélien », sur Koumis et autres laits fermentés,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  94. (ru) « Shoubat façon Kamyshin », sur Na Vostoke,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  95. a, b, c, d, e et f (en) R. Yagil, « Camel products other than milk : Agriculture and Consumer Protection », dans Camels and camel milk, Rome, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, (ISBN 92-5-101169-9, lire en ligne).
  96. (en) Hannelore Eberle, Hermann Hermeling, Marianne Hornberer, Dieter Menzer et Werner Ring (citée sur L'origine des fibres), Technologie du vêtement (lire en ligne)
  97. G. KOUNUSPAYEVA, « Variabilité physico-chimique et biochimique du lait des grands camélidés (Camelus bactrianus, Camelus dromedarius et hybrides) au Kazakhstan », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  98. « Cosmétiques et lait de chamelle : l'exemple de la Mongolie », sur CIRAD,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  99. (en) « 26 août - 1 septembre », sur U.S. Army Quartermaster Corps Historian (consulté le 24 juin 2016).
  100. (en) « US Camel Corps », sur Biology Daily (consulté le 24 juin 2016).
  101. (ru) « Description et dimensions du monument « Nous avons gagné ! » », sur Akhtubinsk,‎ 2006-2011 (consulté le 24 juin 2016).
  102. (en) « Fiche synoptique du film Nebesnyy verblyud », sur IMDb (consulté le 24 juin 2016).
  103. (ru) « Élevage camelin au Turkménistan », sur Sumrak,‎ (consulté le 24 juin 2016).
  104. -, « Les chameaux dans la Bible, une anachronie », L'Express,‎ (lire en ligne).