Chambre d'écho (médias)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Chambre d'écho.

Dans les médias de la communication, une chambre d'écho, ou chambre d'écho médiatique est une description métaphorique d'une situation dans laquelle l'information, les idées, ou les croyances sont amplifiées ou renforcées par la communication et la répétition dans un système défini. Il s'agit d'une analogie avec la chambre d'écho acoustique, ou chambre réverbérante, dans laquelle les sons sont réverbérés par les murs. À l'intérieur d'une chambre d'écho médiatique, les sources ne sont généralement pas remises en question et les points de vue opposés sont censurés ou sous-représentés.

Mécanismes[modifier | modifier le code]

John Scruggs, lobbyiste chez le cigarettier Philip Morris, décrit en 1998 deux mécanismes de ce qu'il appelle les «chambres d'écho»[1]. Le premier consiste en la répétition d'un même message par différentes sources. Le second mécanisme consiste en la diffusion de messages similaires mais complémentaires par une seule source. Scruggs décrit la chambre d'écho comme stratégie pour augmenter la crédibilité de certaines informations au regard d'une audience cible.

Avec la démocratisation de l'internet et l'arrivée des médias sociaux, les chambres d'écho se sont multipliées. Les algorithmes des réseaux sociaux agissent comme des filtres et engendrent ce qu'on a nommé des bulles de filtres. L'utilisateur à l'intérieur d'une telle bulle obtient de l'information triée à son insu en fonction de son activité sur un réseau. L'accessibilité accrue aux informations correspondant aux opinions des individus fait que ces derniers sont moins exposés à des opinions différentes des leurs[2]. Dans les chambres d'échos, les opinions opposées à celles de la majorité sont peu diffusées et, lorsqu'elles le sont, sont souvent la cible d'attaques par cette majorité pour les discréditer.

Lorsqu'une information est reprise par de nombreux médias, elle peut être déformée, exagérée, jusqu'à être plus ou moins dénaturée. En augmentant l'exposition à une rumeur infondée, sa crédibilité a tendance à augmenter[3]. À l'intérieur d'une chambre d'écho, il peut ainsi arriver qu'une majorité d'individus croient en une version dénaturée d'une information véridique, ou en une information carrément fausse.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Souvent, les individus isolés au sein des chambres d’échos médiatiques, sont entraînés dans un enfermement intellectuel et informationnel, construit en fonction de leur vision du monde. Ce phénomène les conforte dans leurs convictions[4] et les amène à l’incapacité d’apporter un regard critique et constructif[5]. Aussi, ces personnes sont moins aptes à discerner les bonnes et les mauvaises informations. Ce bornage intellectuel est visible notamment à travers la théorie des platistes soutenue par la Flat Earth Society.

Par ailleurs, ces chambres d’échos peuvent être touchées par la mal-information ou encore par les fake-news. Ces dernières, tout comme les chambres d’échos, sont d’autant plus accentuées par l’utilisation massive des réseaux sociaux. En effet, les débats politiques ou encore les manifestations telles que celles des gilets jaunes sont des événements propices à la création de fake-news, qui seront alors propagées par les chambres d’échos.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Scruggs. The "Echo Chamber" Approach to Advocacy, Philip Morris, Bates No. 2078707451/7452, 18 décembre 1998.
  2. (en) D.C. Mutz et P.S. Martin, « Facilitating communication across lines of political difference: the role of mass media », American Political Science Review, vol. 95, no 1,‎ , p. 97–114 (lire en ligne)
  3. (en) A. Bessi, A. Scala, L. Rossi et Q. Zhang, « The economy of attention in the age of (mis) information », Journal of Trust Management, vol. 1, no 1,‎ , p. 1–13 (DOI 10.1186/s40493-014-0012-y, lire en ligne)
  4. Nelly Lesage, « Des universitaires vont étudier les chambres d'écho responsables de la toxicité de Twitter », sur Numerama, (consulté le 18 décembre 2019)
  5. « Bulles de filtres et chambres d'écho », sur BEE SECURE (consulté le 18 décembre 2019)