Chamberaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chamberaud
Chamberaud
Mairie et monument aux morts de Chamberaud.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Ahun
Intercommunalité Communauté de communes Creuse Sud-Ouest
Maire
Mandat
Michel Giron
2014-2020
Code postal 23480
Code commune 23043
Démographie
Population
municipale
102 hab. (2016 en augmentation de 6,25 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 00″ nord, 2° 02′ 47″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 586 m
Superficie 7,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Chamberaud

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Chamberaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamberaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamberaud

Chamberaud est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chamberaud
Ahun
Le Donzeil Chamberaud
Fransèches
Carte de la commune.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le toponymiste Ernest Nègre, dit : Chambereau 1229, de cambarello, de l'occitan « qui a de longue jambes ». [1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1193[2], une commanderie templière se dressait sur le promontoire naturel du bourg actuel. Un accord de 1282 entre l'évêque de Limoges et le chef des Templiers en Limousin donne la chapelle de Chamberaud comme étant dépendante de l'église de Fransèches.

En 1312, l'Ordre du Temple est dissous : comme tous les biens des Templiers, la commanderie de Chamberaud est donnée à l'Ordre de l'Hopital. Durant la période hospitalière qui s'ensuit, elle a sept moulins[3], et pour annexes Fransèches, La Pouge, Lépinas et Montbut (commune de Saint-Sulpice-le-Guérétois). Il semblerait que la commanderie connaisse un fort déclin au cours du XVe et du XVIe siècle[4]. Deux terriers indiquent que les bâtiments commencent à tomber en ruines entre 1556 et 1617. Les pierres de ceux-ci sont largement réutilisées dans la construction du Bourg, comme en témoignent quelques sculptures et blasons intégrés aux bâtiments. La commanderie tombe lentement en ruines. Seule subsiste la chapelle et une tour carrée au bout de celle-ci, transformée en clocher en 1877[5]. Malgré tout, elle se dégrade. Elle est définitivement restaurée vers 1990.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À l'issue de nouvelles élections (à la suite du décès de son ancien maire Mr André Roudier), Michel Giron a été élu maire de la commune.

En 2014, les nouvelles élections municipales reconduisent Michel Giron en tant que Maire de la commune. À la suite de réformes nationales, le conseil municipal passe de 11 à 7 conseillers.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
.... .... André Roudier    
.... En cours Michel Giron SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 102 habitants[Note 1], en augmentation de 6,25 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400414527522420446437428452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457429404412369431412393401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403408402307308310302222153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1481299612511312111496102
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de Chamberaud.
  • Dans le bourg subsiste la chapelle de la commanderie templière et hospitalière. C'est l'église de la commune, dont le clocher est une modification de 1877 sur une tour carrée préexistante. Cette ancienne commanderie a conservé une église remarquable dont les voûtes d'ogives sont en chêne XVIIIe siècle. Quelques vestiges sont réutilisés dans les murs du bâtiment : cadrans solaires et clés de voûte. L’église Saint-Blaise est classée au titre des monuments historiques en 1991[10].
  • Sur la route de Saint-Sulpice-les-Champs, un étang au cadre verdoyant de 16 ha est réservé aux pêcheurs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Christian Gautier, Les Templiers en Creuse, Naves, Librairie-Edition Guénégaud, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 3, Formations dialectales
  2. D'après le site Templiers et les Croisades : les Commanderies de France, sans précision quant aux sources. cf. bibliographie.
  3. Mentionnés dans le terrier de 1556.
  4. Comme en témoigne le terrier de 1617, mais aussi l'apparition du château de Massenon, deuxième moitié du XVe siècle, à proximité immédiate.
  5. La date est inscrite sur une poutre dans le clocher. L'inscription complète est : « Ce clocher a été fait en 1877 sous la direction de Mr Louis Roudier, charpentier, maire de la commune de Chamberaud ».
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Église Saint-Blaise », notice no PA00100028, base Mérimée, ministère français de la Culture