Chambérat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chambérat
Image illustrative de l'article Chambérat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Huriel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Huriel
Maire
Mandat
Pierre Martin
2014-2020
Code postal 03370
Code commune 03051
Démographie
Population
municipale
317 hab. (2014 en augmentation de 1,93 % par rapport à 2009)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 11″ nord, 2° 24′ 50″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 426 m
Superficie 28,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Chambérat

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Chambérat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambérat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambérat

Chambérat est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Queugne prend sa source sur la commune de Chambérat.

La commune est située sur le sentier de grande randonnée de pays : Sur les pas des maîtres sonneurs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Origine de Chambérat : Cambeyracus 1327, nom d'homme gallo-romain (Cambarius). En 1569, Cambarius, ancien prieuré devient Chambérat [1].
  • Origine de Nocq : Noth, Noct, Noc avant de devenir Nocq, nom tiré de l'eau. Nocq (Noco; IXe siècle, de l'ancien français Noc et du latin nauca, « conduite d'eau »), sur la Meuzelle.
  • Pa(s)lières : ancienne paroisse disparue, rattachée à Nocq en 1791.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1888, Nocq perd sa prééminence au profit de Chambérat qui devient commune sous le nom de Nocq-Chambérat, puis devient Chambérat en 1894.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 octobre 1997 Jean-Marc Dété PCF  
novembre 1997 en cours
(au 27 septembre 2014)
Pierre Martin[2]   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2014, la commune comptait 317 habitants[Note 1], en augmentation de 1,93 % par rapport à 2009 (Allier (département) : 0 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 533 431 608 708 716 880 909 839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
711 685 716 741 876 952 984 949 1 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
928 900 885 787 736 708 677 595 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
509 474 403 350 332 308 312 310 317
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Joseph du XIXe siècle. Il n'y avait pas d'église à Chambérat avant la construction de celle-ci, à l'initiative du desservant, Joseph Durin. Le culte avait lieu dans l'église de Nocq, qui fut désaffectée vers 1860 parce qu'elle menaçait ruine.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 3, Formations dialectales (suite) Par Ernest Nègre
  2. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. Les Maîtres sonneurs, page 131, 1853, sur Google Book

Liens externes[modifier | modifier le code]