Chalo-Saint-Mars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chalo-Saint-Mars
Chalo-Saint-Mars
L’hôtel de ville.
Blason de Chalo-Saint-Mars
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Intercommunalité CC Étampois Sud-Essonne
Maire
Mandat
Xavier Guiomar
2020-2026
Code postal 91780
Code commune 91130
Démographie
Gentilé Chaloins
Population
municipale
1 044 hab. (2018 en diminution de 10,39 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 36″ nord, 2° 04′ 01″ est
Altitude Min. 81 m
Max. 152 m
Superficie 28,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étampes
Législatives 2e circonscription de l'Essonne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chalo-Saint-Mars
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Chalo-Saint-Mars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalo-Saint-Mars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalo-Saint-Mars
Liens
Site web http://www.chalosaintmars.fr/

Chalo-Saint-Mars (prononcé [ ʃɑlo sɛ̃ maʁ] Écouter) est une commune française située à cinquante-trois kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Chaloins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Position de Chalo-Saint-Mars en Essonne.

Chalo-Saint-Mars un village périurbain située à la limite septentrionale de la plaine de Beauce, entre la forêt d’Orléans au sud et le Hurepoix, jouxtant Étampes et à cinquante-trois kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame, trente-six kilomètres au sud-ouest d'Évry, douze kilomètres au sud-est de Dourdan, vingt-deux kilomètres au sud-ouest de La Ferté-Alais, vingt-trois kilomètres au sud-ouest d'Arpajon, vingt-huit kilomètres au sud-ouest de Montlhéry, trente kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt, trente-quatre kilomètres au sud-ouest de Palaiseau, trente-sept kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes.

Le village est aisément accessible depuis la route nationale 20 à Étampes.

Il s’est historiquement implanté autour d'un gué qui permettait à la route Étampes-Chartres de franchir la rivière. En effet, son territoire est principalement constitué par un plateau calcaire dont l'altitude varie de 125 à 125 m. NGF entaillé par un « T » « dessiné par deux vallées que les rivières Louette et Chalouette ont lentement formées et alimentées en alluvions. Les terres des vallées ont ainsi été dévolues au maraîchage, qui se maintient encore dans la vallée de la Louette et à l’élevage vivrier, aujourd’hui disparu[2] ».

Représentations cartographiques de la commune
Orthophotographie de la commune
Carte hydrographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

.

La commune est drainée par les rivières de la Chalouette, une rivière artificielle créée autrefois pour irriguer les moulins de la vallée[3],[4], la Marette, une rivière elle naturelle, et la Louette, qui sont des affluents de la Juine, donc des sous-affluents de la Seine par l'Essonne.

Des cressonnières y étaient exploitées depuis au moins le XIXe siècle. L'une d'elle a été réutilisée en 2018[5]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par les deux types de zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[6].

Les ZNIEFF de la commune
Les ZNIEFF de type 1
La ZNIEFF de type 2

Elle comporte un des sites de la réserve naturelle des sites géologiques de l'Essonne.

Chalo-Saint-Mars comprend en 2012 1 584 ha de terres agricoles et 1 180 ha classés en zone naturelle[7]

Climat[modifier | modifier le code]

Chalo-Saint-Mars est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine de la banlieue par rapport à Paris, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an, toutefois un peu inférieur au nord du département par la présence plus fréquente de brume à proximité des cours d'eau et des champs. Les précipitations sont réparties également sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Chalo-Saint-Mars.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[8],[9].


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 1,9 % 55,77
Espace urbain non construit 2,4 % 68,86
Espace rural 95,7 % 2 785,73
Source : Iaurif-MOS 2008[10]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chalo-Saint-Mars est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[14],[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chalotum Sanctus Medardi au XIIIe siècle, Challo Saint Mards[16].

L'origine du nom de la commune est peu connue, Saint-Mars est une déformation du nom du saint Médard de Noyon[17].

Durant la Révolution française, la nouvelle commune est renommée Chalo-la-Raison, puis simplement Chalo en 1793. Elle reprend son nom d'origine en 1801[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du château de de Longuetoise depuis la Grande garenne.
Gravure d'Albert Flamen (1648 - 1672) conservée au Rijksmuseum Amsterdam.

Vers la fin du XIe siècle, le maire de Chalo, c'est-à-dire son régisseur, nommé Eudes[Lequel ?], reçoit du roi Philippe Ier un privilège transmissible à ses descendants, dont le texte est trafiqué dans les siècles suivants et interprété comme une franchise de tout impôt pour les descendants tant de lignée masculine que féminine[19]. L'érudit avocat à la cour René Choppin (1537-1606) s'en prévaut en son temps...

En 1906, Chalo est le lieu d'une célèbre enquête criminelle et journalistique sur la disparition mystérieuse du curé de Chatenay[20], qui donna lieu à d'intéressantes photographies[21].

La commune, occupée par l'armée allemande depuis le , en est libérée le [22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[23], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement d'Étampes après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Étampes de Seine-et-Oise puis de l'Essonne[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale. .

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton d'Étampes

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Essonne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Après avoir été membre de la communauté de communes de l’Étampois, créée en 2003 mais dissoute fin 2008 par jugement de la cour administrative d'appel de Versailles, Chalo-Saint-Mars intègre la nouvelle communauté de communes de l’Étampois Sud-Essonne qui lui succède au et qui se transforme en communauté d'agglomération le sous le nom de communauté d'agglomération de l'Étampois Sud-Essonne.

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Chalo-Saint-Mars est rattachée au canton d'Étampes, représenté par les conseillers départementaux Marie-Claire Chambaret (DVD) et Guy Crosnier (UMP), à l'arrondissement d’Étampes et à la deuxième circonscription de l'Essonne représentée par le député Franck Marlin (UMP).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

. Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Vingt-sept maires se sont succédé à la tête de l'administration communale de Chalo-Saint-Mars depuis l'élection du premier en 1791.

Liste des maires successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1791 Claude Sergent    
1791 1792 Nicolas Adnot    
1792 1795 Jean-Pierre Boudier    
1795 1800 Claude Sergent    
1800 1808 Simon Dramard    
1808 1831 Marie Jean-Baptiste Henin de Longuetoise    
1831 1837 Pierre Guillaumeron    
1837 1851 Germain Hautefeuille    
1852 1884 Bienaimé Boureau    
1884 1888 Frédéric Marchand    
1888 1896 Alfred Blot    
1896 1904 Henri Masse de Comble    
1904 1912 Alfred Blot    
1912 1925 Henri Marchand    
1925 1935 Léonce Solon   Médecin
1935 1941 Jules Capron    
1945 1947 Émile Capron    
1947 1951 Louis Désiré Marchaudon    
1951 1953 René Barrue    
1953 1964 René Thomas    
1964 1965 Jacques Danne    
1965 1977 Marcel Marchand    
1977 1995 Maurice Robin Taudou    
1995 2001 Pierre Richier    
2001 2005 Philippe Robert    
2005 mai 2020[38] Christine Bourreau DVD  
mai 2020[39] En cours
(au 5 août 2021[40])
Xavier Guiomar EÉLV Enseignant-chercheur à l’institut national AgroParisTech

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La municipalité élue en 2020 a instauré l'extinction de l'éclairage public à minuit, afin d'en réduite le coût, mais surtout pour des motifs d'environnement, la fin de la tonte ç ras dans le cimetière et la fin de l'utilisation des produits phytosanitaires, la plantation d'espèces vivaces dans les plantations des rues, l'isolation par des produits naturels des bâtiments communaux et la confection de 50 % des repas de la cantine municipale en "bio" [40].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Chalo-Saint-Mars[Quand ?] n'a développé aucune association de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[42].

En 2018, la commune comptait 1 044 habitants[Note 3], en diminution de 10,39 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9751 0581 0071 0509569971 0801 1431 096
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9881 0279739519869389841 001988
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
908886885839911892869845854
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8268458739781 0361 0941 1321 1371 162
2017 2018 - - - - - - -
1 0541 044-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2009[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Chalo-Saint-Mars en 2009 en pourcentages[44].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
0,5 
5,3 
75 à 89 ans
6,8 
14,9 
60 à 74 ans
11,1 
22,9 
45 à 59 ans
22,9 
21,1 
30 à 44 ans
22,2 
16,9 
15 à 29 ans
15,4 
18,7 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[45].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

Les élèves de Chalo-Saint-Mars sont rattachés à l'académie de Versailles.

La commune dispose sur son territoire de l'école maternelle La Marette et de l'école élémentaire La Chalouette[46].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un stade.

Le stade.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La salle communale.

En 2011, la commune dispose sur son territoire d'un centre de secours[47] et d'un bureau de poste[48].

Elle dispose également d'une salle communale.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Chalo-Saint-Mars est rattachée au secteur pastoral de Saint-Michel-de-Beauce-Étampes et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Son église paroissiale est l'église Saint-Médard[49].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 42 840 , ce qui plaçait Chalo-Saint-Mars au 1 368e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[50].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Chalo-Saint-Mars - - - - - -
Zone d’emploi d’Étampes 1,8 % 6,2 % 15,1 % 24,9 % 27,2 % 24,8 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Chalo-Saint-Mars - - - - - -
Zone d’emploi d’Étampes 2,9 % 16,1 % 6,7 % 14,8 % 9,2 % 5,8 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[51],[52],[53]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut également signaler de nombreuses demeures de villégiature qui créent l'athmospère du village, avec notamment la villa des Sablons, le château de la Ferté, le cottage anglais, les Tavaillons, le château de Longuetoise, la demeure de Chérel ou les fermes beauceronnes qui jalonnent le territoire (Boinville, La Fosse, la Grange aux Moines, Longuetoise) ou des éléments du patrimoine vernaculaire avec fours à pain, ponts et ponceaux, lavoirs, moulin[61]....

Pour les randonneurs, la commune est traversée par le sentier de grande randonnée de pays (GRP) du Hurepoix, qui relie la vallée de la Bièvre, à celle de l'Essonne, via l'Yvette, l'Orge, et la Juine[62], et par deux circuits locaux, l'un de 4 km avec 10 stations, l'autre de 12 km avec 14 stations d'observations, qui s'étend également à la commune voisine de Saint-Hilaire[63]..

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à Alfred de Vigny au manoir du Tronchet.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Chalo-Saint-Mars :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chalo-Saint-Mars Blason
Blason de Chalo-Saint-Mars
Détails
Les armes de Chalo-Saint-Mars se blasonnent : Écartelé : au premier et au quatrième d'argent à la croix potencée alésée soudée d'or cantonnée de quatre croisettes du même, au deuxième et au troisième de sinople à l'écusson de gueules à la feuille de chêne d'argent, à la bordure d'or.[66]
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Chalo-Saint-Mars », p. 302–307
  • Simone Fauvet-Buffet, Chalo-Saint-Mars : Village de Beauce, Histoire et Contes, Paris, Les Indes Savantes, , 194 p. (ISBN 978-2-84654-129-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Chalo-Saint-Mars », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  2. Christiane Luc, Bruno Régnier, Diagnostic de l'aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine de Châlo Saint-Mars, ALAP Urbanisme Achitecture Paysage, , 78 p. (lire en ligne [PDF]), p. 7, 8.
  3. Florian Garcia, « Chalo-Saint-Mars : le cours d’eau de la Chalouette est à sec : L’érosion a provoqué un renard hydraulique, un phénomène naturel qui a dévié l’eau de la rivière vers sa voisine, la Marette », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Essonne. La Chalouette a retrouvé son lit : Des habitants de Chalo-Saint-Mars se sont mobilisés pour nettoyer la rivière de la Chalouette avant que le flux normal du courant soit rétabli ce vendredi 30 août », Actu ERssonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Marie-Charlotte Dutheil, « Chalô-Saint-Mars : Vincent, 43 ans, se lance dans l’exploitation du cresson : Initialement maroquinier, Vincent Privat voulait se réorienter vers « quelque chose qui ait du sens ». L’été dernier, il a racheté une cressonnière abandonnée depuis plusieurs années, et la réhabilite petit à petit », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Liste eds ZNIEFF : commune de Chalo-Saint-Mars », Recherche de données, Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. Mairie de Chalo-Saint-Mars, « Cahier d'acteur no 165 » [PDF], Projet de ligne à grande vitesse Paris / Orléans / Clermont-Ferrand / Lyon, Commission nationale du débat public, (consulté le ).
  8. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le ).
  9. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le ).
  10. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 09/11/2010.
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  17. « Fiche de Chalo-Saint-Mars sur le site du Quid. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/02/2010.
  18. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Noël Valois, « Le Privilège de Chalo-Saint-Mard », Articles publiés initialement dans l'Annuaire Bulletin de la Société de l’Histoire de France no 23/2 (1886), pp. 185-226 et no 33/2 (1896), pp. 182-205, Corpus historique étampois (consulté le ).
  20. Edmond Frank, « Les auxiliaires modernes de la justice », L'Illustration, no 3313,‎ , p. 120 (lire en ligne, consulté le ), sur le site du Corpus historique étampois.
  21. « Route d’Étampes à Chalo-Saint-Mard (ou: A la recherche du Curé de Chatenay) 1906 : Collection Pierre Royer », Cartes postales étampoises, Corpus historique étampois (consulté le ).
  22. « Faits de guerre à Chalo-Saint-Mars », Jules Capron, Corpus historique étampois, (consulté le ).
  23. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  24. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  25. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  26. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  27. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  28. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  29. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  30. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  31. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  32. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  33. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  34. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  35. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  36. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 12/07/2009.
  37. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/07/2009.
  38. a et b « Municipales 2020. Christine Bourreau brigue un nouveau mandat à Chalo-Saint-Mars : Élue depuis 2005, la maire de Chalo-Saint-Mars se représente aux suffrages de ses concitoyens avec la volonté de poursuivre son action notamment en termes de développement durable », Actu Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Compte-rendu de la séance d'installation du conseil municipal du samedi 23 mai 2020 » [PDF], Le conseil municipal / Comptes rendus, mairie de Chalo-Saint-Mars (consulté le ).
  40. a et b Cécile Chevallier, « Essonne : éclairage, bio dans les cantines, urbanisme… Chalo-Saint-Mars, village labo de la transition écologique" : Xavier Guiomar, le nouveau maire EELV de cette commune de 1100 habitants, agit concrètement pour la transition écologique depuis son élection en 2020. Il a fait la démonstration de ses actions à Éric Piolle, candidat écologiste à la présidentielle 2022, en visite dans le département », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  44. Pyramide des âges à Chalo-Saint-Mars en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  45. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  46. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  47. Carte d'organisation des centres de secours en Essonne sur le site du SDIS 91. Consulté le 23/02/2011.
  48. Coordonnées de l'agence postale de Chalo-Saint-Mars sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  49. Fiche de la paroisse catholique sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/10/2009.
  50. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  51. %5CCOM%5CDL_COM91130.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 17/06/2010.
  52. %5CDL_ZE19901147.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Étampes sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  53. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  54. Carte des ENS de Chalo-Saint-Mars sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.
  55. Notice no IA00126439, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  56. Notice no PA00088055, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  57. Notice no PA00087851, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  58. Notice no IA00126438, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  59. Notice no PA00087850, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  60. Notice no IA00126435, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  61. « Patrimoine », Découverte, sur http://www.chalosaintmars.fr (consulté le ).
  62. GR de Pays du Hurepoix
  63. « Chemins de Randonnée », Découverte, sur http://www.chalosaintmars.fr (consulté le ).
  64. Florian Loisy, « A Chalô-Saint-Mars, les amis d’enfance d’Arnaud Beltrame sont tristes mais « fiers » : Comme ses anciens camarades de classe ou sa nounou, Françoise, maîtresse d’école Arnaud Beltrame en 1980, en CE1 à Chalô-Saint-Mars (Essonne), était émue lors de l’hommage rendu au gendarme tué par Radouane Lakdim, ce mercredi, dans le village de son enfance », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. Henri Tincq, « Le pape se rendra sur la tombe du professeur Lejeune », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Cette brève visite sans accompagnement fait partie du programme « privé » du pape en France, où, du 21 au 24 août, il présidera les Journées mondiales de la jeunesse. Visiter la tombe d'un ami est un rite auquel il sacrifie très rarement à l'étranger. Son hommage n'en a que plus de valeur symbolique, mais, s'agissant d'une personnalité aussi controversée que celle de Jérôme Lejeune, il risque d'être très commenté ».
  66. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 08/09/2009.