Chalindrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chalindrey
Chalindrey
La mairie.
Blason de Chalindrey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Intercommunalité Communauté de communes des Savoir-Faire
Maire
Mandat
Jean-Pierre Garnier
2020-2026
Code postal 52600
Code commune 52093
Démographie
Gentilé Calindriens
Population
municipale
2 406 hab. (2020 en diminution de 1,27 % par rapport à 2014)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 13″ nord, 5° 25′ 42″ est
Altitude 350 m
Min. 274 m
Max. 471 m
Superficie 20,03 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Chalindrey
(ville-centre)
Aire d'attraction Langres
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chalindrey
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalindrey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalindrey
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Chalindrey
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Chalindrey
Liens
Site web ville-chalindrey.fr

Chalindrey est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Chalindrey est située au sud-est de la ville de Langres sur le plateau de Langres.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La ligne de faille joignant Longeau à Chalindrey correspond à la ligne de partage des eaux[1] entre les bassins de la Seine et du Rhône.
La rivière La Resaigne, qui est une affluent du Salon, prend sa source au nord-est du village et poursuit son cours vers le sud-est, servant de limite aux terroirs du Pailly et de Violot .

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Culmont - Chalindrey dessert notamment Culmont et Chalindrey, communes situées côte à côte.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chalindrey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Chalindrey, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[5] et 3 497 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Langres, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 77 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (59 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (32,9 %), forêts (29,6 %), terres arables (20,4 %), zones urbanisées (8,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,4 %), cultures permanentes (2,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L’histoire raconte que le Foulletot, diable vêtu de rouge, se promenait sur les terres de Chalindrey et du pays langrois et qu’il était redouté des paysans. Selon la croyance locale, le Foulletot habitait sur la colline du Cognelot où il présidait au sabbat des sorciers et des sorcières, qui venaient des villages environnants. Mais on mena dans la région une guerre impitoyable contre les prétendus sorciers. Un de ses habitants, Clément Rabiet, fut ainsi déclaré sorcier et pendu en 1598 pour s’être vanté d’avoir rencontré le Diable. Ce procès est resté dans les mémoires et valut à Chalindrey le nom de « Pays des Sorciers », et à ses habitants le surnom de « sorciers »[12].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur vers 1750.
Carte postale du bourg vers 1909 (Editions Guillemot).

La carte de Cassini ci-dessus montre qu'au XVIIIè siècle, Chalindrey est une paroisse située sur la rive droite de la rivière le Salon.
Un moulin à vent en bois, aujourd'hui disparu, dénommé Moulin de Chalindrey était en activité au nord du village. Un autre moulin, à eau celui-ci, symbolisé par une roue dentée, est représenté sur la rivière près du hameau de Foultot.
Au nord, Le cimetière servait de sépultures aux habitants des paroisses de Chalindrey et de Culmont.
A l'ouest, à l'endroit où s'élevait la chapelle Cognelot, a été construit vers 1875 le Fort du Cognelot.
A cette époque, le bourg était beaucoup moins peuplé qu'aujourd'hui 900 habitants contre 2400 actuellement.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune présente et semble avoir eu un fort caractère industriel au cours de son histoire en raison de sa situation de nœud ferroviaire.

En 1877 a été construit le fort du Cognelot, ou fort Vercingétorix.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Chalindrey a été une ville fortement construite et reconstruite après la Seconde Guerre mondiale dans le quartier de la gare en raison des nombreux bombardements sur cette commune en zone occupée. C'est pourquoi, à part dans le vieux centre-village de Chalindrey, tout semble relativement récent et a plutôt un caractère industriel.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Une explosion dans le centre de maintenance le 7 avril 2016 entraîne l'arrêt de l'activité de désamiantage. Une trentaine de salariés sont licenciés[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 ? Charles Juste Marius Henriot   Instituteur
Les données manquantes sont à compléter.
1950 1956 Gaston Jacobé    
1956 Robert Thévenin    
Charles Perrot    
Les données manquantes sont à compléter.
René Dumont PS  
Bernard Donnet DVD Retraité
Réélu en 2001 et 2008
[14] En cours
(au 22 janvier 2021)
Jean-Pierre Garnier[15] DVG-PS Retraité, premier adjoint du précédent
Ancien président de la CC du Pays de Chalindrey (1995 → 2014)
Conseiller communautaire de la CC des Savoir-Faire
Réélu pour le mandat 2020-2026[16]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2020, la commune comptait 2 406 habitants[Note 3], en diminution de 1,27 % par rapport à 2014 (Haute-Marne : −4,91 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
881759881906961866857872835
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1059619379461 1461 1231 2891 7361 988
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8362 0432 0352 0842 0672 2142 1792 0942 769
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 2873 4873 3773 1432 8182 6932 7042 5332 436
2020 - - - - - - - -
2 406--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Rotonde Dépôt SNCF Chalindrey.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le café de la gare de Chalindrey vers 1910.
  • Dépôt SNCF, important nœud ferroviaire situé sur les lignes 4 (Paris - Mulhouse) et 16 (Dijon - Reims).

La rotonde du dépôt SNCF est l'une des réalisations exemplaires de l'architecte et ingénieur Lafaille qui a conçu l'église Notre-Dame de Royan : structure en béton armé. Le 7 avril 2016 vers 10 heures, un incendie se déclare dans la partie de la rotonde utilisée par une entreprise externe à la SNCF (GEOWASTE) pour désamianter les voitures Corail radiées avant leur découpe. Les « salles blanches » subissent d'importants dégâts.

  • Le fort du Cognelot, ou fort Vercingétorix, un des forts de la place fortifiée de Langres, dédié à surveiller les envahisseurs après la guerre allemande de 1870-1871. Il est conçu sur le modèle des forts du général Séré de Rivières. Il est situé au nord de la commune et se visite. C'est là que se déroule, le jour de la Toussaint, la fête des Sorcières.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Chalindrey.

Les armes de Chalindrey se blasonnent ainsi :

Parti, au premier de gueules au colombier d'or, au second d'azur au pal d'argent côtoyé de deux doubles vergettes potencées et contre-potencées d'or, au chef cousu aussi d'azur chargé de deux coupes de rail d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grand Langres : Étude préalable à la création d’une aire de mise en valeur de l'architecture du patrimoine. Pierre Bortolussi, Luc Savonnet.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Chalindrey », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. FETE DES SORCIERES - MARCHE D'HALLOWEEN, sur www.tourisme-langres.com, mis en ligne en 2013, consulté le 22 juillet 2013.
  13. Journal de la Haute-Marne, 06 juillet 2016.
  14. « Arrondissement de Langres : changement de majorité à Bourbonne-les-Bains », sur La Voix de la Haute-Marne,
    « À Chalindrey, c'est l'ex-premier adjoint Jean-Pierre Garnier qui l'emporte avec 68,42 % des voix, devant un autre adjoint de la majorité sortante, François Hun, qui a recueilli seulement 31,58 % des voix. »
  15. Extrait de la fiche de M. Jean-Pierre GARNIER, sur lesbiographies.com
  16. Orianne Roger, « À Chalindrey, Jean-Pierre Garnier réélu dès le premier tour », sur La Voix de la Haute-Marne,
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.