Chaïm Perelman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chaïm Perelman
Chaïm Perelman.jpg
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Belge (depuis ), PolonaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université libre de Bruxelles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Université de Liège, université libre de Bruxelles (en), université libre de BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Œuvres principales

Chaïm Perelman, né le 20 mai 1912 à Varsovie et mort le 22 janvier 1984 à Uccle, est un philosophe et théoricien du droit belge. Il est considéré comme le fondateur de la « Nouvelle Rhétorique » et comme un des chefs de file de l'École de Bruxelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chaïm Perelman est né à Varsovie en 1912. Ses parents émigrent en Belgique, à Anvers, en 1925. Il vient d'une famille bourgeoise, intellectuelle et aisée juive. Son père est commerçant et négociants de diamants. Il étudie à l'Athénée Royal d'Anvers avec Henri Buch et René Dekkers. Il épouse à Bruxelles, le , Félicie Liwer. Il obtient la nationalité belge en 1936. Le roi Baudouin a anobli Chaïm Perelman en 1983 : il l'a élevé à la dignité de baron en reconnaissance de ses nombreux mérites scientifiques[1].

Études[modifier | modifier le code]

Chaïm Perelman fait ses études à Bruxelles, à l'Université Libre de Bruxelles où il étudie la philosophie et le droit. Il obtient en 1933 sa licence de Philosophie, et en 1934 son doctorat en Droit. Il obtient son doctorat en philosophie en 1938 suite à sa thèse de philosophie sur le logicien Gottlob Frege sous la direction de son professeur Marcel Barzin. Il passera un an à l'Université de Varsovie en 1936 pour approfondir ses recherches de thèse.

Guerre et résistance juive[modifier | modifier le code]

Chaim Perelman est mobilisé lors des alertes de 1938 et 1939. Lors de l’invasion de la Belgique par les troupes allemandes le 10 mai 1940, il prend part comme soldat dans la campagne des 18 jours.

En 1941 Perelman rejoint l’Association des Juifs en Belgique (AJB), qui, créé la même année par l’occupant allemand, vise le recensement de tous les Juifs de Belgique. Perelman utilise sa place de chargé de l’éducation au sein de cette association afin de récupérer les fonds et les redistribuer au Comité de Défense des Juifs (CDJ), l'organisation résistante. À l'automne 1942, il participe, avec son épouse, à la mise sur pied, à Bruxelles, du Comité de défense des Juifs (CDJ) au côté de Hertz et Yvonne Jospa. Chaïm Perelman s'occupe des adultes juifs et de la diffusion de journaux clandestins, Fela Perelman prend part quant à elle aux activités de la section jeunesse du CDJ qui sauva plus de 3 000 enfants juifs. Un bosquet de dix arbres a été planté en leur honneur en Israël, à Neveh-Ilan, dans le site forestier des Juifs de Belgique[2].

Après son implication dans la résistance juive, Chaïm Perelman continue à aider à la création d’une communauté juive intellectuelle et scientifique en Israël. A la suite de la formation de l’état d’Israël, Chaïm Perelman crée l’œuvre des Amis Belges de l’Université de Jérusalem en 1948, afin de mettre en place un lien scientifique et intellectuel entre les deux pays.

Il crée ensuite l’association Menorah en 1955, qui contribue à publier des périodiques et publications intellectuelles, organisant des conférences et des colloques sur l’éducation et la culture juive.

Chaïm Perelman est aussi vice-président en 1959 des Amitiés belgo-israéliennes.

Par reconnaissance pour son implication dans l’établissement d’une communauté intellectuelle et scientifique commune tout au long de sa vie, l’Université Hébraïque de Jérusalem distingue Perelman du titre de « docteur honoris causa » en 1970.

Carrière universitaire et institutions[modifier | modifier le code]

Il est élève-assistant en 1932 du séminaire de philosophie de Marcel Barzin. Puis, de 1938 à 1940 il est assistant chargé de cours de philosophie. Il est le premier professeur à enseigner la philosophie en néerlandais à l'ULB.

Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, Chaïm Perelman est renvoyé de l'ULB en tant que juif en 1940. Il reprendra sa carrière universitaire en tant que professeur à la fin de la guerre en 1945. Il est professeur à l’université libre de Bruxelles jusqu'en 1978. Professeur de logique, de morale et de métaphysique, ses recherches s’inscrivent à la fois dans le domaine du droit, et de la rhétorique de l’argumentation.

Il sera professeur invité dans différentes universités américaines au long de sa carrière universitaire: à l'Université d’État de Pennsylvanie (1962), à l'Université McGill (en 1965 et 1968) et l'Université d'État de New York à Buffalo (1968).

Pendant sa vie universitaire, Perelman se démarque par sa participation active dans de nombreuses institutions scientifiques et universitaires. Il est souvent la figure centrale de ces institutions : il préside la Société Belge de Philosophie (1955-1958), ainsi que la Faculté de Philosophie et de Lettres de l’ULB (1959-1962).

En 1948, il fonde la « Société belge de Logique et de Philosophie des Sciences », dont il est le président. Il est membre du conseil scientifique de l’Institut international de philosophie en 1953, secrétaire général de l’Association internationale des sociétés de philosophie la même année, président de la société belge de philosophie en 1955, puis président de la Faculté de Philosophie et de lettres de l’ULB en 1959.

Perelman participe activement à la vie institutionnelle de l’ULB, ainsi que dans des institutions internationales, et ce jusqu’à sa retraite.

Les deux plus importantes institutions auxquelles il prend part pour l’école de Bruxelles sont le Centre National de Recherche et de Logique (CNRL) et le Centre de Philosophie du droit.

  • Chaïm Perelman fonde le Centre National de Recherche et de Logique en 1950. Le CNRL se caractérise par le fait que ce sont des philosophes et des juristes qui travaillent conjointement sur la logique du discours juridique. Dans le cadre du CNRL, Perelman tient un séminaire à la Fondation universitaire sans interruption de 1959 à 1984. Il en résulte huit ouvrages collectifs publiés sous la direction de Perelman.
  • Le Centre de Philosophie du droit est fondé par Perelman, Paul Foriers, Henri Buch et René Dekkers en 1967. Il est rattaché en 1982 à la faculté de droit de l’ULB puis devient en 2006, « Le Centre Perelman de la philosophie du droit » en hommage à Chaïm Perelman. Le Centre publie sous la direction de Perelman une série d’ouvrages collectifs sur l’égalité de 1972 à 1984. Le Centre de Philosophie du droit se caractérise par l’aspect à la fois collectif des recherches, par l’interdisciplinarité de ses membres, par l’adoption d’une méthode et d’une conception pragmatique du droit, et surtout par la volonté d’appliquer des normes juridiques à un contexte concret et particulier à une réalité sociale et économique donnée.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Sa principale influence est le philosophe belge Eugène Dupréel, son prédécesseur à l’université libre de Bruxelles. Dupréel est à l'origine de plusieurs idées importantes dans la théorie de l’argumentation de Perelman, notamment la théorie des notions confuses, la notion de raisonnable (opposée à l'idéal de rationalité) et une certaine approche sociologique du droit et de la connaissance.

L’ouvrage le plus célèbre de Perelman est son Traité de l'argumentation (réédité en poche aux Éditions de l'Université de Bruxelles, 2009), écrit en collaboration avec Lucie Olbrechts-Tyteca. Perelman renoue avec la rhétorique aristotélicienne et propose de lui rendre sa légitimité philosophique en passant outre la condamnation de Platon (qui associait l’art de persuader à la sophistique et à la manipulation).

Ce retour de la rhétorique argumentative coïncide avec le renouveau de l'intérêt pour les figures ou tropes, qui suscite la naissance d'une "nouvelle rhétorique" des figures, dans le cadre du développement de la poétique et de la sémiotique (Barthes, Todorov, Groupe µ…).

Si la nouvelle rhétorique perelmanienne ne s’impose vraiment qu’à partir de la fin des années 1970, les travaux de Perelman comptent parmi les plus novateurs du champ philosophique de l’époque. De nombreux chercheurs venant de disciplines aussi diverses que la philosophie ou le droit se revendiquent encore aujourd’hui des théories de l’argumentation de Perelman : le philosophe Michel Meyer qui, contrairement à Perelman qui focalisait la rhétorique essentiellement sur le logos (discours), replace au même niveau le pathos, le logos et l'ethos dans le cadre de la rhétorique ; le linguiste Christian Plantin ou les études littéraires de Ruth Amossy. L'éthicien Georges A. Legault a aussi été influencé par les travaux de Chaïm Perelman, portant notamment sur la nouvelle rhétorique et l'impasse des philosophies fondationnelles[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • De la justice, Actualités sociales de l'Institut de Solvay, Bruxelles, 1945.
  • Rhétorique et philosophie, avec Lucie Olbrechts-Tyteca, Paris, Presses Universitaires de France, 1952.
  • Traité de l'argumentation, la nouvelle rhétorique, avec Lucie Olbrechts-Tyteca, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1958 ; nlle éd. 2009.
  • Justice et raison, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1963
  • Droit, morale et philosophie, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1968.
  • Le Champ de l'argumentation, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1969.
  • Logique juridique - Nouvelle rhétorique, Paris, Dalloz, 1976; 2ème édition, 1979.
  • L'Empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977.
  • Le Raisonnable et le déraisonnable en droit, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1984.
  • Éthique et droit, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1990
  • Modernité du libre examen, (avec Jean Stengers), Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 2009

Références[modifier | modifier le code]

  1. Legros 1986, p. 78-79.
  2. Michel Bailly « Hommage en Israël à Fela Perelman » Le Soir, lundi 18 mai 1992, p. 12
  3. Létourneau. Alain. & Moreault. Francis. (2006). Trois écoles québécoises d'éthique appliquée. Paris: L'Harmattan. p. 32

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Côté, « La Philosophie du raisonnable de Chaïm Perelman », Laval théologique et philosophique, vol. 41, no 2,‎ (ISSN 0023-9054 et 1703-8804, DOI 10.7202/400166ar).
  • Benoît Frydman (dir.) et Michel Meyer (dir.), Chaïm Perelman (1912-2012) : de la nouvelle rhétorique à la logique juridique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « L'interrogation philosophique », , 291 p. (ISBN 978-2-13-059364-5).
  • Robert Legros, « Notice sur Chaïm Perelman », Annuaire 1986, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique,‎ , p. 76-122 (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2017).
  • Robert Legros, « Perelman, Chaïm », dans Nouvelle Biographie nationale, vol. 4, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, (lire en ligne), p. 290-294.
  • Jean-Philippe Schreiber, "Perelman, Chaïm (baron)", in Dictionnaire Biographique des Juifs de Belgique: Figures du Judaïsme Belge XIXème-XXème siècle, Bruxelles, De Boeck et Larcier s.a., 2002, p.271-272.

Liens externes[modifier | modifier le code]