Chaîne Transantarctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chaîne Transantarctique
Carte topographique de la chaîne Transantarctique.
Carte topographique de la chaîne Transantarctique.
Géographie
Altitude 4 528 m, Mont Kirkpatrick[1]
Longueur 3 200 km
Largeur 400 km
Superficie 584 000 km2
Administration
Pays Drapeau de l'Antarctique Antarctique
Revendications territoriales Territoire antarctique australien
Dépendance de Ross
Territoire chilien de l'Antarctique
Territoire antarctique britannique
Antarctique argentine
Aucune (Terre Marie Byrd)
Géologie
Âge Cambrien
Roches Gneiss, schiste, granite, roches siliciclastiques, grès, brèche, calcaire, shale, siltite, charbon, tuf, basalte

La chaîne Transantarctique, ou monts Transantarctiques, est une longue chaîne de montagnes située en Antarctique et traversant une grande partie du continent, de la terre Victoria à la mer de Weddell, en séparant sa partie orientale d'une part de sa partie occidentale et de la côte ouest de la mer de Ross d'autre part. Elle est entrecoupée par de nombreux glaciers alimentés par l'inlandsis Est-Antarctique et s'épanchant depuis le plateau Antarctique. Elle culmine à 4 528 mètres d'altitude au mont Kirkpatrick et possède vingt sommets d'au moins 4 000 mètres d'altitude. Malgré le climat polaire qui y règne, la glace n'est pas partout présente dans la chaîne, à l'instar des vallées sèches de McMurdo où les précipitations sont rares et l'évaporation intense en été, même si des cours d'eau intermittents issus de la fonte des glaciers parviennent brièvement à se former ; en hiver il fait généralement trop froid pour que la neige puisse tomber, en particulier au sud et à haute altitude, où elle s'accumule essentiellement sous l'effet du vent. Ces conditions expliquent que la vie est rare dans la chaîne, pour l'essentiel concentrée sur la côte de la mer de Ross où vivent des phoques et des oiseaux, notamment des manchots. La chaîne est l'une des plus anciennes sur Terre, datant du Cambrien, et résulte d'une association entre rift et subduction, alternant périodes de volcanisme, de métamorphisme et d'érosionsédimentation. Le relief actuel est dû à une surrection atteignant son paroxysme à l'Éocène, mais dont l'origine est encore mal comprise.

Après sa découverte en 1841 par James Clark Ross depuis la mer, la chaîne Transantarctique constitue au début du XXe siècle un obstacle pour les explorateurs de l'âge héroïque, à l'instar de Robert Falcon Scott, Ernest Shackleton et Roald Amundsen, qui cherchent tour à tour à rallier le pôle Sud, d'abord magnétique puis géographique, finalement atteints en 1909 et en 1911. Les expéditions qu'ils mènent réalisent en parallèle les premiers travaux cartographiques et études de la chaîne. À partir de 1928, avec Richard Byrd, les Américains s'intéressent au continent avec des moyens qui s'accroissent jusqu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale, incluant des avions et des moyens de communication longue distance. La connaissance de la chaîne se fait plus précise, la cartographie est progressivement complétée et les recherches scientifiques se multiplient. En prévision de l'année géophysique internationale en 1957-1958, des bases sont construites, notamment sur l'île de Ross. La Nouvelle-Zélande prend une part importante dans l'exploration de la chaîne. Des sommets importants sont gravis à partir des années 1960. Toutefois, les moyens sont surtout mis dans les travaux scientifiques et la chaîne Transantarctique demeure difficile d'accès, tant par voie maritime qu'aérienne, si bien que l'alpinisme reste très peu développé et l'environnement globalement préservé, avec l'existence d'une zone gérée spéciale dans les vallées sèches de McMurdo et d'une vingtaine de zones spécialement protégées. En outre, des sites et monuments historiques préservent la mémoire de l'exploration à travers la chaîne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « chaîne Transantarctique » (en anglais : Transantarctic Mountains) est employé pour la première fois en 1960 par le géologue Warren B. Hamilton[2]. Il est recommandé en 1962 par l'Advisory Committee on Antarctic Names, une administration américaine pour les noms géographiques. Cette appellation purement descriptive, en contraste avec beaucoup d'autres noms géographiques du septième continent, est à présent internationalement acceptée[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La chaîne Transantarctique s'étend en forme de sigmoïde, intermédiaire entre un « S » et un S long « ∫ », sur la majeure partie de l'Antarctique de la terre de Oates, à environ 69° 15' de latitude sud en terre Victoria septentrionale, jusqu'à la terre de la Reine-Élisabeth, sur la côte méridionale de la mer de Weddell. Avec une longueur totale d'environ 3 200 kilomètres, c'est l'une des plus longues chaînes de montagnes existantes sur Terre[4],[5]. Elle longe sur les deux tiers de sa longueur toute la côte occidentale de la mer de Ross, dont la partie méridionale est occupée par la barrière de glace du même nom, et sépare sur le tiers restant l'Antarctique oriental de l'Antarctique occidental. Elle est bordée sur ses versants ouest et sud par le plateau Antarctique et elle approche le pôle Sud à moins de 300 kilomètres, à environ 87° 30' de latitude sud.

Bien qu'elles soient en suspens depuis le traité sur l'Antarctique en 1959, cinq pays ont émis des revendications territoriales sur la chaîne : l'Australie (Territoire antarctique australien), la Nouvelle-Zélande (dépendance de Ross), le Chili (Territoire chilien de l'Antarctique), le Royaume-Uni (Territoire antarctique britannique) et l'Argentine (Antarctique argentine). La partie de la chaîne qui se trouve dans la terre Marie Byrd reste non revendiquée.

Topographie[modifier | modifier le code]

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Vue plongeante depuis une hauteur rocheuse sur un paysage glaciaire parsemé de montagnes, sous un ciel bleu profond.
Vue depuis l'extrémité nord-est du chaînon Gonville and Caius vers le chaînon Convoy à l'ouest-nord-ouest avec le glacier Mackay (au centre).

De l'extrémité de la terre Victoria jusqu'au chaînon Wisconsin de la chaîne Horlick, la chaîne Transantarctique forme une barrière continue de 40 à 400 kilomètres de large, le long de la mer de Ross. Sa plus grande largeur se trouve entre la péninsule Adare et la chaîne USARP, en terre Victoria septentrionale. Elle se rétrécit en plusieurs endroits, notamment au niveau de la chaîne du Prince-Albert, de la chaîne Cook et de la chaîne Duncan. Elle est seulement entrecoupée par des glaciers qui s'épanchent depuis l'inlandsis Est-Antarctique vers la mer de Ross[6]. Ainsi, le glacier Priestley sépare la terre Victoria septentrionale de sa partie méridionale, le glacier Byrd sépare cette dernière de la chaîne Transantarctique centrale, le glacier Beardmore sépare cette dernière de la chaîne de la Reine-Maud et le glacier Reedy sépare cette dernière de la chaîne Horlick[7].

Massif montagneux isolé, cerné par un inlandsis, avec un versant abrité des vents dominants et dépourvu de neige.
Vue aérienne de la chaîne Thiel, isolée dans l'inlandsis de l'Antarctique.

Au-delà du chaînon Wisconsin, la chaîne Transantarctique est discontinue : la chaîne Horlick se termine par le chaînon Ohio, puis se trouvent la chaîne Thiel, la chaîne Pensacola et le chaînon Argentina. Ces deux derniers sont séparés par le glacier Support Force[6].

Des sommets dépassent 4 000 mètres dans les quatre plus grands groupes de massifs, de la terre Victoria à la chaîne de la Reine-Maud. Le plus élevé, le mont Kirkpatrick, culmine à 4 528 mètres d'altitude. Au-delà, l'altitude décroît progressivement[1]. De la chaîne Horlick au chaînon Argentina, mais aussi en arrière de la partie principale de la chaîne Transantarctique, de nombreux sommets émergent de l'inlandsis sous la forme de nunataks[6].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La chaîne Transantarctique est découpée en groupes[7] et en massifs[6] :

Assemblage de quadrants formant une carte topographique.
Carte topographique de la Terre Victoria septentrionale (d'après l'USGS).
Assemblage de quadrants formant une carte topographique.
Carte topographique de la Terre Victoria méridionale (d'après l'USGS).
Assemblage de quadrants formant une carte topographique.
Carte topographique de la chaîne Transantarctique centrale (d'après l'USGS).
Assemblage de quadrants formant une carte topographique.
Carte topographique de la chaîne de la Reine-Maud (d'après l'USGS).
Assemblage de quadrants formant une carte topographique.
Carte topographique de la chaîne Horlick et des montagnes extrême-orientales (d'après l'USGS).
Subdivision de niveau 1 Subdivision de niveau 2 Subdivision de niveau 3 Point culminant Altitude
Terre Victoria septentrionale Chaîne USARP Collines Wilson, chaînon Daniels, pics Emlen, nunataks Outback, collines Helliwell, chaînon Morozumi, nunataks Monument, collines Sequence Big Brother Bluff 2 840 m
Chaîne Bowers Chaînon des Explorateurs, chaînon Posey, chaînon Lanterman, massif Molar Mont Marwick 2 590 m
Chaîne Freyberg Chaînon Alamein, chaînon Salamander, hauteurs Gallipoli Mont Camelot 2 590 m
Chaîne ANARE Pic Drabek 2 090 m
Chaîne Concord Chaînon Everett, chaînon Mirabito, chaînon King, massif Leitch, chaînon Quartzite occidental, chaînon Quartzite oriental Pic Thomson 2 350 m
Chaîne de l'Amirauté Hauteurs Robinson, chaînon Homerun, chaînon Lyttleton, chaînon Dunedin, chaînon Dubridge, chaînon McGregor, péninsule Adare, péninsule Hallett Mont Minto 4 163 m
Chaîne Victory Chaînon Millen, chaînon des Cartographes, chaînon Barker, pics Lawrence, péninsule Daniell, île Coulman Mont Riddolls 3 295 m
Chaîne Southern Cross Collines Caudal, collines Lichen, chaînon Mesa, chaînon Deep Freeze, chaînon Arrowhead, chaînon du Montagnard, Northern Foothills Mont Hewson 3 720 m
Terre Victoria méridionale (Prince-Albert et McMurdo) Chaîne du Prince-Albert Chaînon Eisenhower Pic Timber 3 070 m
Chaînon Kirkwood Mont Endeavour 1 810 m
Chaînon Convoy Collines d'Allan, collines de Coombs Mont Brooke 2 675 m
Zone des vallées sèches de McMurdo Chaînon Clare, chaînon Gonville and Caius, chaînon Willett, chaînon St Johns, chaînon Olympus, chaînon Asgard, collines Kukri Shapeless Mountain 2 739 m
Archipel de Ross et péninsule Brown Île Beaufort, île de Ross, île Black, île White Mont Erebus 3 794 m
Chaîne Quartermain Chaîne Lashly Mont Feather 2 985 m
Chaînon de la Royal Society Mont Lister 4 025 m
Chaînon Warren Mont Guyon 2 541 m
Chaînon Boomerang Pic Alligator
Chaînon Worcester Mont Harmsworth 2 765 m
Chaîne Cook Arêtes Finger, chaînon Conway, collines Brown Mont Longhurst 2 846 m
Chaîne Darwin Collines Meteorite Mont Ellis 2 330 m
Chaînon Britannia Mont McClintock 3 492 m
Chaîne Transantarctique centrale Chaîne Churchill Collines Darley, nunataks Lonewolf, nunataks Wallabies, nunataks All-Blacks, nunataks Wilhoite, nunataks Mizar, chaînon des Arpenteurs, chaînon Swithinbank, chaînon Nash, chaînon des Géologues, chaînon Holyoake, chaînon Cobham, nunataks Chappell Hunt Mountain 3 239 m
Chaînon de la Reine-Elizabeth Collines Campbell, collines Taylor, chaînon Frigate, chaînon Holland, monts Moore Mont Markham 4 351 m
Chaînon Miller Dôme Martin 2 680 m
Chaînon de la Reine-Alexandra Hauteurs Morris, collines MacAlpine, collines Colbert, monts Adams, monts Marshall, île Buckley Mont Kirkpatrick 4 528 m
Chaîne de la Reine-Maud Chaînon Commonwealth Chaînon Separation Flat Top 4 000 m
Chaînon Hughes Mont Kaplan 4 230 m
Chaînon Dominion Mont Mills 2 954 m
Chaînon Supporters Mont White 3 470 m
Chaîne Grosvenor Massif Otway Pic Mom 3 260 m
Chaîne Barton Mont Usher 3 648 m
Chaîne Bush Hauteurs Anderson Dôme Husky 3 581 m
Chaîne du Prince-Olav Pics Cathedral, collines Gabbro, chaînon Lillie, hauteur Seabee, collines Cumulus, massif Roberts Mont Wade 4 084 m
Chaîne Duncan Mont Schevill 1 997 m
Chaînon Herbert Mont Fridtjof Nansen 4 069 m
Chaînon Quarles Mont Ruth Gade 3 513 m
Plateau Rawson Mont Alice Gade 3 410 m
Chaîne Hays Pics Medina, collines Karo, plateau Nilsen, monts Rawson Non nommé 3 940 m
Chaîne Tapley Butte Evans 2 570 m
Chaîne Gothic Pics Organ Pipe Mont Zanuck 2 526 m
Chaîne Harold-Byrd Nunataks Fallone, chaîne Bender, pics Berry Mont Mahan 1 260 m
Escarpement Watson Plateau California, plateau Stanford, plateau Michigan, collines Quartz, collines Caloplaca Pic Teller 3 550 m
Chaîne La Gorce Collines Davis Mont Paine 3 330 m
Chaîne Horlick Chaînon Wisconsin Nunataks Ford, nunataks Gierloff, Long Hills Pic Faure 3 941 m
Chaînon Ohio Mont Schopf 2 990 m
Montagnes extrême-orientales Chaîne Thiel Massif Ford, collines Stewart Anderson Summit 2 812 m
Chaîne Pensacola Escarpement Pecora, chaînon Patuxent, nunataks Rambo, chaînon Neptune, collines Williams, collines Schmidt, chaînon Forrestal, pics Cordiner, massif Dufek Pic England 2 150 m
Chaînon Argentina Collines Schneider, collines Panzarini Mont Spann 925 m

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Il existe vingt sommets d'au moins 4 000 mètres d'altitude dans la chaîne Transantarctique[1] :

Imposante montagne enneigée, dominant la mer et baignée par une lumière rosée rasante.
Vue du mont Lister, 15e plus haut sommet de la chaîne, depuis l'île de Ross.
Sommet Altitude (en mètres) Massif
Mont Kirkpatrick 4 528 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Elizabeth 4 480 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Markham 4 351 Chaînon de la Reine-Elizabeth
Mont Bell 4 303 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Mackellar 4 297 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Kaplan 4 230 Chaîne de la Reine-Maud
Fleming Summit 4 200 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Minto 4 163 Chaîne de l'Amirauté
Mont Miller 4 160 Chaînon de la Reine-Elizabeth
Mont Dickerson 4 120 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Wade 4 084 Chaîne de la Reine-Maud
Mont Fisher 4 080 Chaîne de la Reine-Maud
Pic Centennial 4 070 Chaîne de la Reine-Maud
Mont Fridtjof Nansen 4 069 Chaîne de la Reine-Maud
Mont Lister 4 025 Chaînon de la Royal Society
Mont Wexler 4 024 Chaîne de la Reine-Maud
Pic Decennial 4 020 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Adam 4 010 Chaîne de l'Amirauté
Flat Top 4 000 Chaîne de la Reine-Maud
Mont Korsch 4 000 Chaînon de la Reine-Elizabeth

Il existe en outre dix-sept sommets ultra-proéminents[8] :

Relief volcanique entièrement couvert de neige vu depuis une péninsule rocheuse distante.
Vue du mont Erebus, sommet le plus proéminent de la chaîne, sur l'île de Ross, depuis la péninsule de Hut Point.
Sommet Proéminence (en mètres) Massif
Mont Erebus 3 794 Archipel de Ross
Mont Minto 2 616 Chaîne de l'Amirauté
Mont Kirkpatrick 2 601 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Miller 2 354 Chaînon de la Reine-Elizabeth
Mont Lister 2 325 Chaînon de la Royal Society
Mont Markham 2 103 Chaînon de la Reine-Elizabeth
Hawkes Heights 2 000 Chaîne Victory
Mont Murchison 1 927 Chaîne Southern Cross
Mont Supernal 1 804 Chaîne Southern Cross
Mont Kaplan 1 783 Chaîne de la Reine-Maud
Mont Melbourne 1 699 Chaîne Southern Cross
Mont Terror 1 696 Archipel de Ross
Mont Elizabeth 1 657 Chaînon de la Reine-Alexandra
Mont Discovery 1 637 Péninsule Brown
Mont McClintock 1 621 Chaînon Britannia
Mont Brewster 1 598 Chaîne Victory
Mont Morning 1 515 Péninsule Brown

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue satellite d'un glacier strié dans le sens de son épanchement et séparant deux massifs.
Vue satellite du glacier Byrd, un courant glaciaire coupant la chaîne perpendiculairement.

Les principaux glaciers de la chaîne Transantarctique sont des glaciers émissaires, provenant de l'inlandsis Est-Antarctique, contraints dans des vallées et prolongeant, pour les plus importants, des courants glaciaires : c'est le cas du glacier David en Terre Victoria méridionale, qui se termine par la langue de glace Drygalski en mer de Ross, du glacier Byrd entre la terre Victoria méridionale et la chaîne Transantarctique centrale et du glacier Scott dans la chaîne de la Reine-Maud qui alimentent la barrière de Ross[9]. Parmi les autres glaciers émissaires figurent, du nord au sud, les glaciers Mariner, Aviator, Reeves, Mawson, Ferrar, Skelton, Mulock, Darwin, Nimrod, Beardmore, Shackleton, Amundsen et Reedy[6]. Ils sont globalement perpendiculaires à l'orientation de la chaîne, empruntant de larges failles géologiques, et définissent ses groupes et massifs[10]. Les glaciers Rennick et Lillie ont la particularité de se jeter directement dans l'océan Austral au nord de la terre de Oates[6]. Le courant glaciaire Foundation et son affluent le glacier Academy, ainsi que le glacier Support Force, sont des courants glaciaires bordant les montagnes extrêmes-orientales de la chaîne et très peu contraints par le relief, alimentant la barrière de Filchner-Ronne[9]. Les glaciers secondaires naissent sur les versants de la chaîne Transantarctique et sont des glaciers de vallée.

Vue depuis un lac gelé couvert de glace bleue et bordé par un glacier descendant en pente faible d'une montagne.
Vue du lac Fryxell, au pied du glacier Canada, dont la glace bleue, composée d'eau douce, scelle l'eau saumâtre située en dessous.

Les deux seules rivières reconnues du continent s'écoulent dans la chaîne Transantarctique : l'Onyx et l'Alphée[11]. Tous les autres cours d'eau sont des ruisseaux. L'Onyx s'écoule sur une trentaine de kilomètres vers l'ouest, à l'opposé de la côte, dans la vallée de Wright, une des vallées sèches de McMurdo, entre les chaînons Olympus au nord et Asgard au sud, pour déboucher dans le lac Vanda. Il s'écoule en moyenne deux mois par an, généralement de début décembre à début février, et la plus grande partie de l'eau de fonte s'évapore avant même d'arriver au lac[12]. Dans cette vallée, une partie de la neige qui tombe au sol est sublimée et les sols sont en général secs[13]. L'Alphée est formé par des eaux de fonte retenues par la moraine latérale gauche du glacier Koettlitz, sur le piémont méridional du chaînon de la Royal Society, et se termine en cours sous-glaciaire dans le détroit de McMurdo.

Géologie[modifier | modifier le code]

Schéma montrant l'empilement de formations stratigraphiques du Précambrien à l'époque actuelle.
Séquence stratigraphique de la terre Victoria méridionale.

À la fin du Néoprotérozoïque, l'apparition d'un rift provoque l'ouverture du super-paléocontinent Rodinia, à travers son socle constitué de gneiss, de schiste et de granite d'âge archéen, visible uniquement dans la région du glacier Nimrod[14]. Ce rift entraîne la mise en place d'une marge passive au niveau de l'actuelle chaîne Transantarctique[14], associée à une sédimentation importante, avec des dépôts de roches siliciclastiques présentes dans la chaîne Pensacola (formation de Hannah Ridge) et la chaîne Transantarctique centrale (groupe de Beardmore)[15]. En terre Victoria méridionale, le socle est constitué de roches métamorphiques (formation de Horney, groupes de Koettlitz et de Skelton) avec des intrusions d'âge néoprotérozoïque à cambrien précoce[15]

Montagne formée de strates de couleur ocre à brune dominant des montagnes enneigées.
Vue du versant d'une montagne dans la chaîne présentant de nombreuses strates.

Au Cambrien, le mouvement des plaques s'inverse et donne naissance à une zone de subduction[14]. Ceci résulte en la compression des roches sédimentaires et magmatiques existantes, entraînant un métamorphisme plus ou moins important, ainsi que la formation de nombreux plutons granitiques[16]. Des roches volcaniques silicatées sont émises au niveau de la chaîne de la Reine-Maud et de la chaîne Thiel[15]. Des batholites sont responsables de la déformation des strates et du métamorphisme conduisant à l'orogenèse de Ross[14],[15]. Des roches siliciclastiques et carbonatées d'âge cambrien à ordovicien sont constituées dans la chaîne Pensacola (formation de Patuxent) et dans la chaîne Transantarctique centrale (groupe de Byrd)[15]. En terre Victoria septentrionale, trois terranes sont présents, interprétés comme la présence de deux zones de subduction parallèles, formant donc deux arcs volcaniques[17]. La marge continentale correspond au terrane de Wilson, composé de roches métamorphiques avec des intrusions du Cambrien à l'Ordovicien précoce[15],[17]. Le terrane de Bowers, bordé de part et d'autre par les failles de Lanterman et de Leap Year, correspondrait à la section entre les deux zones de subduction, avec son arc volcanique ; il est composé de strates siliciclastiques fossilifères et volcanoclastiques avec des roches volcaniques mafiques surmontées de conglomérats[15],[17]. Enfin, celui de Robertson Bay correspond au reste de la croûte océanique et de ses sédiments formant un prisme d'accrétion, composé d'une séquence de turbidite d'âge cambrien à ordovicien[15] et qui, fortement plissé comme celui de Bowers, est en revanche peu métamorphisé[18].

À l'issue de ces événements, une chaîne de montagnes existe au niveau de l'actuelle chaîne Transantarctique[16]. Cependant, entre la fin du Silurien et le début du Dévonien, la surface d'érosion de Kukri est sculptée, sans pour autant aboutir à une pénéplaine[19]. Une sédimentation importante entraîne la formation de grès à arénite, riche en quartz, en milieu continental (groupe de Taylor)[14],[19]. Alors que la subduction se poursuit tout au long du Paléozoïque, en marge de l'océan Panthalassa[14],[20], des arcs volcaniques présentent une activité magmatique intermittente, en particulier en terre Victoria septentrionale et en terre Marie Byrd[14],[21], avec des prolongements notamment en Patagonie et dans le Sud de l'Australie[14],[20]. Au Carbonifère, cette activité reste toutefois suffisamment éloignée de la majeure partie de la chaîne Transantarctique pour que celle-ci soit peu affectée par des déformations — voire connaisse une nouvelle surface d'érosion, dite de Maya, dans les couches dévoniennes et parfois confondue avec celle de Kukri — et par la sédimentation. Dans le cas contraire, ces sédiments sont dégagés par la glaciation qui survient à la fin de cette période[22].

Entre le Permien et le Trias, des bassins sédimentaires dans l'intérieur de la terre Victoria et un bassin structural évoluant en bassin d'avant-pays en arrière de la chaîne Transantarctique centrale[14],[23], probablement sous l'influence de l'orogenèse panafricaine[24], ainsi qu'une plate-forme isolée au niveau de la chaîne Thiel, résultent en une continuation de l'accumulation de sédiments, formant le groupe de Victoria[14],[23]. Les grès du groupe de Taylor et les sédiments du groupe Victoria forment ensemble le supergroupe de Beacon, qui constitue une grande partie des sommets et arêtes rocheuses de la chaîne Transantarctique sur presque toute sa longueur[25]. Les strates associées au groupe Victoria sont composées de diamictite d'origine glaciaire, de charbon et de shale, indicatifs d'un climat tempéré et humide[25] et enfin de siltite et de grès[23] d'origines diverses mais progressivement plus volcanique[26]. Au début du Jurassique, l'influence de la subduction sur la géologie de la région arrive à sa fin avec le début du rifting entraînant la fracturation du Gondwana[27]. Le rifting est vraisemblablement initié par un panache mantellique[28], avec un magma riche en silice (formations de Hanson et de Shafer Peak), suivi par l'apparition de la province magmatique de Ferrar (formation d'Exposure Hill), de nature basaltique et caractérisée par des dépôts pyroclastiques, sous forme de lahars, de brèches et de tufs, par des effusions de lave de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur et par des intrusions de sills dépassant 1 000 mètres[14],[27]. Le contexte géologique pourrait s'expliquer par un bassin arrière-arc[29] et expliquerait que la marge continentale se déplace alors vers l'extérieur de la chaîne[14]. La fracturation du Gondwana entraîne une réorganisation importante des blocs tectoniques, avec en particulier celui de Ellsworth-Whitmore qui se déplace et pivote, comme d'autres dans la région, se désolidarisant de la chaîne Transantarctique et rejoignant l'Antarctique oriental[29].

Schéma représentant la chaîne Transantarctique au bord d'une zone de subduction alimentée par un rift océanique.
Schéma très simplifié du contexte géologique actuel le long de la chaîne Transantarctique.

Ces contraintes tectoniques mènent en outre à la surrection de la chaîne à partir du Crétacé[14],[10]. L'épaississement crustal induit une frontière lithosphérique majeure entre la bordure du craton de l'Antarctique oriental et les zones d'atténuation crustale en mer de Ross, avec l'apparition du rift ouest-antarctique, et en mer de Weddell[14],[10]. La surrection culmine à l'Éocène et engendre les reliefs actuels, mais son origine reste inconnue[28]. Dans tous les cas, ce processus est accompagné d'une fracturation et de dénudation qui segmente les différents massifs le long de ces failles majeures[10]. Le produit de cette érosion comble en grande partie les bassins du rift ouest-antarctique[30]. Le groupe volcanique de McMurdo naît au début de l'Éocène sur son rebord sud-est ; il comprend le mont Morning, le mont Discovery, le mont Erebus, le mont Terror, le mont Bird et le mont Melbourne. Son lien avec la province volcanique de la terre Marie Byrd, sur le rebord opposé du rift, implique certainement la présence d'un panache mantellique[31],[32]. L'influence d'un rebond isostatique au Miocène n'est pas à exclure dans l'élévation de la chaîne le long de la mer de Ross[31]. Quoi qu'il en soit, le relief qu'elle constitue initie probablement la glaciation antarctique[33].

Climat[modifier | modifier le code]

La chaîne Transantarctique connaît un climat polaire, le plus froid et le plus sec au monde[34]. Toutefois, en raison de l'étendue de la chaîne, ce climat varie de façon importante aussi bien en fonction de la latitude que de l'altitude. Ainsi, les températures sont en moyenne 30 °C plus élevées à la base McMurdo, à 77° 50' S au niveau de la mer, qu'au pôle Sud, à plus de 2 800 mètres d'altitude[35].

Vallée « en U » couverte de galets grossiers.
Vue de la vallée de Wright depuis le pied du col Bull en direction de l'ouest durant l'été austral.

Les régions côtières bordant l'ouest de la barrière de Ross connaissent dans l'ensemble un climat similaire à celui du détroit de McMurdo. Les précipitations y sont rares[36], de l'ordre de 188 mm par an à la base Scott avec un pic en février[37] et plus rares encore dans la vallée de Wright avec environ 50 mm[12]. Elles sont associées à un air humide tempéré circulant sur la barrière de Ross[36]. Or, quand l'essentiel des précipitations peut subvenir en été, le taux d'humidité dans cette vallée reste généralement trop bas, entre 30 et 40 %, bien que de la pluie fine soit occasionnellement observée[12]. L'évaporation est largement supérieure aux précipitations[12]. Les températures peuvent être relativement clémentes. Au sol, elles peuvent avoisiner 15 °C en été en pleine journée sur les versants au nord les mieux abrités, comme au lac Vanda, alors que les versants au sud moins ensoleillés sont sensiblement plus froids[36]. De plus, les vallées sont balayées quasiment en permanence par des vents catabatiques secs, habituellement peu violents mais parfois forts, descendant du plateau Antarctique et engendrés par le froid qui y règne[36],[38]. En raison de la neige qu'ils charrient, ils peuvent grandement altérer la visibilité[39]. Les mois les plus doux sont décembre et janvier, avec des températures journalières moyennes allant de −4 à °C, respectivement sur l'île de Ross et dans les vallées sèches de McMurdo, alors que les mois les plus froids sont juillet et août, avec des températures journalières moyennes qui vont respectivement de −27 à −38 °C ; les températures annuelles moyennes sont d'environ −20 °C[40]. Plus au nord, au cap Hallett en terre Victoria septentrionale, les températures sont globalement comparables tant en hiver et qu'en été, mais plus douces au printemps et en automne[40], influencées par la proximité de la mer[41] ; la moyenne annuelle y est de −15 °C[40].

Au bord du plateau Antarctique, en amont du glacier Scott sur le versant méridional de la chaîne de la Reine-Maud, la température ne dépasse presque jamais °C. Les précipitations, exclusivement neigeuses, y sont exceptionnelles et sont en général soufflées depuis le centre du plateau[36].

Écosystème[modifier | modifier le code]

La chaîne appartient à l'écozone antarctique et à l'écorégion de Maudlandia, qui couvre l'intégralité du continent à l'exception de la péninsule Antarctique. Elle est caractérisée par un climat extrême et des zones dépourvues de glace à l'intérieur des terres[5].

Phoque passant la tête par un trou de respiration dans la banquise, laquelle est bordée par une barrière de glace et, au-delà, des montagnes.
Vue d'un phoque respirant à travers la banquise avec la chaîne Transantarctique en arrière-plan.

Cinq espèces de phocidés sont présentes sur les côtes septentrionales de la chaîne Transantarctique, en terre Victoria : le Phoque crabier (Lobodon carcinophaga), le Phoque de Ross (Ommatophoca rossii), le Phoque de Weddell (Leptonychotes weddellii), le Léopard de mer (Hydrurga leptonyx) et l'Éléphant de mer du sud (Mirounga leonina), ce dernier passant toutefois l'essentiel de son temps en mer, alors que les précédents débarquent plus régulièrement sur les bords de mer ou sur la banquise[5]. Le Léopard de mer est un prédateur pour les juvéniles des autres espèces de phoques et, lors des plongées, pour le Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) et le Manchot empereur (Aptenodytes forsteri), qui possèdent des aires de reproduction près des côtes[5]. Les oiseaux marins présents sur le continent sont le Fulmar argenté (Fulmarus glacialoides), le Pétrel géant (Macronectes giganteus), le Damier du Cap (Daption capense), le Pétrel des neiges (Pagodroma nivea), l'Océanite de Wilson (Oceanites oceanicus), le Labbe de McCormick (Stercorarius maccormicki) et le Pétrel antarctique (Thalassoica antarctica)[5]. Le Labbe de McCormick se nourrit d'œufs et de poussins de Manchots Adélie ainsi que d'oisillons morts de l'empereur, alors que le Pétrel géant n'hésite pas à s'attaquer massivement aux juvéniles du Manchot empereur[42].

Les seules autres formes de vie animales adaptées aux conditions de vie extrêmes sont des invertébrés. Les arthropodes sont représentés par des collemboles, des acariens, dont Nanorchestes antarcticus ayant une distribution méridionale jusque dans la chaîne de la Reine-Maud, et des nématocères dépourvus d'ailes (Belgica sp.)[5],[43]. Les nématodes privilégient les sols humides et rocheux, à l'instar des vallées sèches de McMurdo[43]. Plusieurs espèces de tardigrades ont également été découvertes[43]. Enfin, les rotifères colonisent les mousses présentes autour des sites géothermiques, à l'instar du mont Melbourne[5],[43].

Des espèces de mycètes, incluant des lichens et des levures, sont adaptées aux sols rocheux, enrichis par les excréments des oiseaux marins ou autour des sites géothermiques[5],[43]. Des algues se développent dans les environnements humides, soit dans les sources soit en peuplements épiphytes sur des mousses ou des colonies de cyanobactéries[5],[43]. Les plus petits micro-organismes découverts sont des bactéries[5],[43] et des amibes[43].

Histoire[modifier | modifier le code]

Découverte et barrière sur la route du pôle[modifier | modifier le code]

Illustration ancienne en noir et blanc avec des montagnes enneigées en médaillon dominant au-dessus des nuages une mer houleuse avec des icebergs.
Représentation du mont Minto et du mont Adam, dans la chaîne de l'Amirauté, en 1847.
Illustration ancienne en noir et blanc avec un bateau voguant au milieu des icebergs et dominé par une île volcanique coiffée d'une colonne de fumée.
Représentation du mont Erebus et du mont Terror en 1868.

La chaîne Transantarctique est aperçue pour la première fois depuis la mer de Ross en 1841 par James Clark Ross, à la recherche du pôle Sud magnétique, alors inaccessible car situé à l'époque à l'intérieur des terres. Il identifie notamment le cap Adare et la chaîne de l'Amirauté[44], puis observe la chaîne ANARE[45] et la chaîne Southern Cross[46], au nord de la terre Victoria, nomme la chaîne du Prince-Albert[47], et découvre enfin l'île de Ross avec ses deux principaux volcans, qu'il nomme en l'honneur de ses navires[48],[49]. En , un baleinier norvégien nommé Antarctica fait un bref passage au cap Adare et Alexander von Tunzelmann pose le pied sur le continent[50]. Quatre ans plus tard, Carsten Borchgrevink, qui a fait partie du groupe de von Tunzelmann, mène l'expédition Southern Cross ; il arrive au cap Adare en et y installe un petit abri pour y passer l'hiver austral[51],[52]. La chaîne de l'Amirauté est donc la première observée in situ par ces expéditions, mais l'essentiel de la chaîne Transantarctique reste en grande partie masqué au-delà de la barrière de Ross.

En , l'expédition Discovery, basée sur l'île de Ross, entreprend d'approcher le plus près possible du pôle Sud géographique. Robert Falcon Scott, chef de l'expédition, Ernest Shackleton et Edward Adrian Wilson se lancent en traîneau à chien sur la barrière de Ross mais doivent faire demi-tour après avoir dépassé la latitude de 82°S. Ils observent notamment le chaînon Worcester[53], la chaîne Cook[54], la chaîne Darwin[55], le chaînon Britannia[56], la chaîne Churchill[57] et le mont Markham, dans le chaînon de la Reine-Elizabeth ; ils cartographient une partie de la chaîne Transantarctique, mais n'en ont qu'une représentation partielle[58],[59]. Pendant ce temps, l'équipe d'Albert Armitage découvre l'existence des vallées sèches de McMurdo et le glacier Ferrar[59], en bordure septentrionale du chaînon de la Royal Society[60] et à l'est de la chaîne Quartermain[61]. En , fort de cette reconnaissance, Scott conduit une nouvelle équipe le long de ce même glacier ; ils sont les premiers à franchir la chaîne Transantarctique et à atteindre le plateau Antarctique le mois suivant mais doivent rebrousser chemin avant de parvenir au pôle Sud magnétique[58],[59].

Photo en noir et blanc de deux tentes pyramidales sur un glacier devant un massif montagneux peu élevé.
Photographie de l'expédition Nimrod menée par Ernest Shackleton sur le glacier Beardmore, devant le mont Buckley dans le chaînon de la Reine-Alexandra, en 1908.

Au début de l'année 1908, l'expédition Nimrod, menée par Ernest Shackleton, s'établit sur l'île de Ross. En , il décide d'envoyer une équipe dirigée par Edgeworth David effectuer la première ascension du mont Erebus, qui parvient au sommet le 9[62],[63],[64]. Entre octobre 1908 et , le pôle Sud magnétique est finalement atteint par une partie de l'expédition Nimrod. L'équipe dirigée par Edgeworth David longe la côte orientale de la chaîne Transantarctique, parvient difficilement à franchir les langues de glace Nordenskjöld et Drygalski avant de traverser la chaîne du Prince-Albert en remontant le glacier Reeves, pour aboutir en terre Victoria[48],[65],[66]. Pendant ce temps, trois hommes de l'expédition réalisent des travaux géologiques dans la région du glacier Ferrar et de la vallée de Taylor, la plus méridionale des vallées sèches[67],[68]. Parallèlement, Shackleton conduit lui-même une équipe vers le pôle Sud géographique. Ils parcourent la barrière de Ross plein sud et découvrent début une voie par le glacier Beardmore, entre le chaînon de la Reine-Alexandra (chaîne Transantarctique centrale) et le chaînon Commonwealth (chaîne de la Reine-Maud), qu'ils mettent pratiquement un mois à remonter. Ils réalisent l'étendue de la chaîne Transantarctique. Ayant abouti à leur tour sur le plateau Antarctique et battu le record certifié de latitude extrême, tous pôles confondus, ils sont contraints de faire demi-tour le , à moins de 100 milles symboliques (185 km) du pôle Sud, au-delà des 88° S[58],[63].

Photo en noir et blanc de deux hommes et cinq chiens attachés à un traîneau à l'arrêt sur la banquise devant un volcan.
Photographie d'une équipe en traîneau à chien devant le mont Erebus, probablement Robert Falcon Scott et Cecil Meares en 1911.
Photo en noir et blanc d'une tente pointue isolée sur un glacier dans une vaste vallée.
Photographie du camp de l'expédition Terra Nova sur le glacier Ferrar vers 1912.

En , Roald Amundsen se lance à son tour vers le pôle Sud, à bord du Fram, en tenant secrets ses plans jusqu'à Madère[69]. Lorsque Scott, à la tête de l'expédition Terra Nova, arrive à Melbourne le , il y découvre un télégramme adressé par son nouveau rival[67],[69]. En , pendant qu'il fait construire un refuge au cap Evans, sur l'île de Ross[67], l'expédition Amundsen accoste à la baie des Baleines[69]. Le Terra Nova, après avoir déposé Thomas Griffith Taylor et son équipe d'exploration au pied des vallées sèches de McMurdo, se rend vers la baie des Baleines pour y établir un camp secondaire mais, Victor Campbell constatant qu'elle est déjà occupée, il fait demi-tour et se rend au cap Adare pour y mener des recherches avec cinq autres hommes durant une année[67]. L'extrémité septentrionale de la chaîne Bowers est observée par le lieutenant du navire, Harry Pennell[70]. Après l'hiver austral, parfaitement organisée et équipée avec ses chiens de traîneaux, l'expédition Amundsen se lance vers son objectif le et se retrouve au pied de la chaîne de la Reine-Maud dès le [69]. Scott, pour sa part, quitte l'île de Ross le 3 novembre, accompagné par seize membres de son expédition ; ses moyens motorisés le lâchent en moins de trois jours et, en arrivant au pied du glacier Beardmore le , l'intégralité des poneys a été tuée pour fournir de quoi manger[71]. Après une semaine de reconnaissance, Amundsen et ses quatre compagnons prennent la décision d'ouvrir une voie par le glacier Axel Heiberg, malgré la forte pente dans sa partie amont et ses nombreuses crevasses. Ils parviennent sur le plateau Antarctique le 21 novembre et atteignent le pôle le 14 décembre[69]. Le , Scott parvient à son tour au bord du plateau Antarctique mais la plupart de ses hommes ont été contraints de rebrousser chemin[71]. Lorsque Scott arrive enfin au pôle Sud, le 18 janvier[71], il y trouve une tente surmontée d'un drapeau norvégien et un mot qui lui est adressé, constatant, démoralisé, qu'il a été devancé de plus d'un mois[72]. Pendant ce temps, l'équipe de Campbell demande à être déplacée du cap Adare aux côtes de la baie Terra Nova, à l'extrémité méridionale de la chaîne Southern Cross pour y conduire une nouvelle série de travaux géologiques durant six semaines. Toutefois, lorsque le Terra Nova est de retour, la baie est prise par les glaces et l'équipe est contrainte de passer tout l'hiver dans un igloo et une grotte de glace sur l'île Inexpressible. Le , ils commencent à faire marche vers l'île de Ross et, après plus d'un mois à longer les côtes et à franchir les langues de glace, en se nourrissant notamment des vivres abandonnés par l'équipe d'Edgeworth David quatre ans plus tôt, ils atteignent l'île de Ross[67]. Ils apprennent alors qu'aucun des cinq membres de l'expédition de Scott parvenus au pôle Sud n'est rentré vivant : Edgar Evans meurt après une chute sur le glacier Beardmore, Lawrence Oates, à bout de force, se sacrifie en quittant sa tente en pleine tempête pour laisser une chance à Robert F. Scott, Edward Adrian Wilson et Henry Robertson Bowers, qui meurent finalement dans leur tente sous une tempête de neige, à un jour de marche d'un dépôt de vivres sur la barrière de Ross[73].

Ère moderne et reconnaissances aériennes[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de la confluence de deux glaciers dans un environnement montagneux couvert de neige.
Vue aérienne de la confluence entre le glacier Murray (à gauche) et le glacier Dugdale (à droite), avec le mont Sabine en arrière-plan, dans la chaîne de l'Amirauté, en 1956-1957.

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, la plus grande partie de la chaîne Transantarctique est encore inexplorée. En 1928, Richard Byrd arrive à la baie des Baleines et sur la barrière de Ross avec des moyens considérables financés par les médias et le grand public, avec la participation de l'armée des États-Unis, dont trois avions et des équipements de radiocommunication qui avaient tant fait défaut à Ernest Shackleton lors de son expédition Endurance (1914-1917)[74]. En début d'année 1929, il effectue des reconnaissances aériennes pendant que des équipes préparent une mission terrestre[75]. Ainsi, en novembre, Laurence Gould et cinq compagnons se lancent en traîneau à chien vers la chaîne de la Reine-Maud, située à 800 kilomètres de la base Little America[75], avec la double mission d'apporter une assistance à Byrd et son pilote en cas de problème aérien lors du premier survol du pôle Sud et de mener des travaux géologiques et glaciologiques[76]. Le premier objectif est rempli sans incident le 29, non sans que le Ford Trimotor ait dû larguer des réservoirs vides et près de 150 kilogrammes de rations de secours pour passer au-dessus du glacier Liv. Ils en profitent pour observer la chaîne Grosvenor et le plateau Nilsen dans la chaîne Hays. Au retour, ils survolent le glacier Axel Heiberg[77]. Les scientifiques se consacrent alors entièrement à leurs travaux, se rendent sur le versant septentrional du mont Fridtjof Nansen[78], puis cartographient 280 kilomètres le long du versant septentrional de la chaîne de la Reine-Maud jusqu'au glacier Leverett et la chaîne Harold-Byrd[77] et parcourent une distance record d'environ 2 500 kilomètres en deux mois et demi[76]. L'exploration de la chaîne de la Reine-Maud se poursuit lors de la seconde expédition de Byrd de 1933 à 1935, avec deux équipes dépêchées vers sa partie orientale et vers le glacier Scott pour en effectuer la traversée en direction du plateau Antarctique[79]. Elles en profitent pour réaliser, en , la première ascension des monts Durham (860 m) dans la chaîne Tapley et Weaver (2 778 m) dans les monts Rawson de la chaîne Hays[80]. La chaîne Horlick est aperçue pour la première fois, d'abord par les airs puis un mois plus tard par une des équipes au sol[81]. La troisième expédition de Byrd de 1939 à 1941 est la première entièrement financée et dirigée par le gouvernement américain. Les dernières zones non cartographiées entre les glaciers Beardmore et Liv sont complétées par avions[82],[83].

Photo en noir et blanc de trois navires poussant à l'unisson un grand iceberg ovale.
Photographie aérienne des brise-glace USS Burton Island, Atka et Glacier poussant un iceberg dans le détroit de McMurdo le , avec la chaîne Transantarctique en arrière-plan.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'exploration et la cartographie de la chaîne Transantarctique reprennent avec l'opération Highjump (1946-1947), toujours organisée par Richard Byrd, qui demeure la plus grande expédition de tous les temps sur le continent. À cette occasion, la chaîne USARP[84], la chaîne Bowers[70] et la chaîne ANARE[45], en Terre Victoria septentrionale, ainsi que la chaîne Horlick[81] sont photographiées par les airs. En 1955-1956 est lancée la première opération Deep Freeze, d'abord commandée par Byrd pour son cinquième et dernier séjour en Antarctique, puis par George Dufek[85], avec pour mission d'établir plusieurs bases scientifiques, dont la base antarctique McMurdo sur la péninsule de Hut Point à l'île de Ross[80],[85]. Au cours d'un vol aller-retour entre celle-ci et la mer de Weddell est découverte et photographiée la chaîne Pensacola[86]. Ces bases doivent servir à organiser l'année géophysique internationale en 1957-1958[80],[85]. À cette occasion, douze nations affluent sur le continent et coopèrent entre elles[80],[87]. La base antarctique Scott est achevée tout près de celle de McMurdo, le , par les Néo-zélandais, en vue de l'expédition Fuchs-Hillary, qui a pour but de réaliser la première traversée transantarctique terrestre et de réussir ce qu'avait entrepris Ernest Shackleton quarante ans plus tôt[80],[85]. Dès le mois suivant, ils gravissent le mont Harmsworth, point culminant du chaînon Worcester à 2 765 mètres d'altitude, en style alpin en moins de 24 heures, non sans effectuer des mesures et des observations géologiques[88]. Un an plus tard, ce sont le mont Longhurst, plus haut sommet de la chaîne Cook à 2 846 mètres d'altitude[88], et le mont Huggins, à 3 736 mètres dans le chaînon de la Royal Society[89], qui sont gravis pour la première fois, respectivement par Harry Ayres et Roy Carlyon[88],[90] et par Bernie Gunn et Richard Brooke[89] ; la trentaine d'autres premières a surtout vocation à effectuer des relevés[88]. Des équipes néo-zélandaises de la New Zealand Geological Survey Antarctic Expedition (NZGSAE) explorent la zone comprise entre le chaînon Convoy[91] et les chaînons Willett[92] et St Johns[93], autour du chaînon Clare[94], dans les vallées sèches de McMurdo[88], et en profitent pour nommer le chaînon Kirkwood[95] ; au sud-ouest, elles cartographient le chaînon Boomerang[96] et découvrent le chaînon Warren[97] ; plus au sud, elles complètent la cartographie de la chaîne Cook[54] et explorent les chaînons de la Reine-Elizabeth[98] et Miller[99]. En définitive, Edmund Hillary, recourant aux autoneiges et à des tracteurs reconvertis[80],[85], remonte le glacier Skelton, entre le chaînon Worcester et le chaînon de la Royal Society, pour devancer au pôle le Britannique, parti de la mer de Weddell[85]. Le chaînon Olympus est cartographié en 1958-1959 par la première expédition antarctique de l'université Victoria de Wellington[100]. Dans le même temps, une équipe de l'United States Antarctic Research Program (USARP) partie explorer la chaîne Horlick[81] découvre finalement la chaîne Thiel[101].

Proue d'un bateau vue depuis une plate-forme, avec une péninsule occupée par une cabane et, au-delà d'une mer couverte de glace, une chaîne montagneuse.
Vue de l'USNS Southern Cross dans la baie des Quartiers d'hiver au début des années 1980, avec la cabane Discovery à droite et la chaîne Transantarctique en arrière-plan.

L'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS) entreprend, de 1959 à 1967, un travail exhaustif de cartographie à l'aide de telluromètres et de photographies aériennes de l'US Navy[54],[57]. Elle envoie deux nouvelles équipes vers la chaîne Thiel entre 1960 et 1962[101]. Après avoir dans un premier temps servi uniquement au déchargement, les hélicoptères sont employés pour la première fois afin d'explorer la chaîne Transantarctique en 1962 par l'équipe du géologue George Doumani. Elle survole la partie amont du glacier Scott à la recherche des montagnes rocheuses les plus australes du continent. Au sol, l'équipe utilise des motoneiges et gravit le mont Early (2 720 m), au sud de la chaîne Hays. Elle se fait en outre déposer au mont Blackburn (3 276 m), à l'extrémité sud-ouest du plateau California, sur la rive opposée du glacier[102]. L'USGS les utilise à son tour en 1962-1963 pour explorer la chaîne ANARE[45]. De son côté, la NZGSAE poursuit ses études en 1963-1964 dans la chaîne ANARE[45] et dans la chaîne Concord[103], puis l'année suivante dans la chaîne Southern Cross[46]. De nouvelles expéditions sont menées dans la chaîne de la Reine-Maud jusqu'aux années 1970 par l'USARP et le New Zealand Antarctic Research Program (NZARP)[83].

L'« autoroute du pôle Sud » relie depuis 2006 la base antarctique McMurdo à la base antarctique Amundsen-Scott en passant par le glacier Leverett dans la chaîne de la Reine-Maud. Cette portion est la plus difficile à maintenir en raison de la nécessité de boucher les nombreuses crevasses et de niveler le glacier[104],[105].

Développement de l'alpinisme[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'une montagne couverte et entourée de glaciers.
Photographie par Roald Amundsen en 1911 du mont Fridtjof Nansen, premier sommet de plus de 4 000 mètres gravi dans la chaîne en 1962.

L'essor de l'alpinisme sur le continent commence réellement en 1962 avec l'ascension par Vic R. McGregor, Peter M. Otway, Kevin P. Pain et Wally W. Herbert du mont Fridtjof Nansen, dans le chaînon Herbert, le 4 000 le plus méridional et le premier à être gravi du continent ; elle est accompagnée en quelques semaines par celles d'une dizaine de sommets de la chaîne de la Reine-Maud environnant 3 000 mètres d'altitude, dont le mont Usher dominant la chaîne Barton avec 3 648 mètres et le mont Mills dominant le chaînon Dominion avec 2 954 mètres[106], toutes effectuées par le versant sud depuis le plateau Antarctique offrant un faible dénivelé[107]. Quelques mois plus tard, en décembre, Bernie Gunn réalise la première ascension du mont Lister, point culminant du chaînon de la Royal Society à 4 025 mètres d'altitude[89]. En 1967, Edmund Hillary et son équipe réalisent la première ascension de l'imposant mont Herschel, à 3 335 mètres dans la chaîne de l'Amirauté, par son arête nord, après s'être fait déposer par hélicoptère au cap Hallett et avoir utilisé des motoneiges pour l'approche jusqu'au pied de la montagne[106]. Toutefois, par crainte d'une demande croissante de soutien logistique, les gouvernements rendent impossible toute ascension par des expéditions privées sur leurs revendications territoriales ou sur les zones d'intervention à proximité de leurs bases, position officielle qui demeure parmi les autorités américaines et néo-zélandaises[106],[108].

En 1976-1977, les alpinistes renommés Walter Bonatti, membre du programme antarctique italien, et le Néo-zélandais Gary Ball réalisent les premières des Rucker (3 816 m), Hooker (3 800 m) et Giulia (3 650 m), ainsi que la seconde ascension du mont Lister, dans le chaînon de la Royal Society[107]. Edmund Stump gravit le pic Grizzly (environ 2 200 m)[109] et le Spectre des pics Organ Pipe (2 020 m) avec son frère Mugs en [102],[109],[88], puis le mont Zanuck (2 526 m) avec Paul Fitzgerald en 1987[109], tous situés dans la chaîne Gothic ; il réalise aussi les premières du mont Markham[88] (4 351 m) dans le chaînon de la Reine-Elizabeth avec David Edgerton et Russell Korsch en 1985[88], et du mont McClintock[88] (3 492 m), point culminant du chaînon Britannia. Paul Fitzgerald est probablement l'auteur de premières le plus prolifique dans la chaîne Transantarctique[107]. Le mont Adam, second 4 000 de la chaîne de l'Amirauté, est gravi en 1981 par Bill Atkinson et Walt Fowlie, avec des passages cotés 6a+[107]. En 1988, une équipe privée australienne dirigée par Greg Mortimer obtient une autorisation exceptionnelle de se rendre dans la chaîne Transantarctique à la seule fin de gravir le mont Minto, point culminant de la chaîne de l'Amirauté à 4 163 m d'altitude[108]. Ils y parviennent le par l'arête sud[110] mais doivent compter sur un hélicoptère de Greenpeace pour pouvoir opportunément reprendre la mer en raison des différents contretemps subis et de l'arrivée de la banquise[111].

Activités[modifier | modifier le code]

Accès et alpinisme[modifier | modifier le code]

Bateau entourée de glace de mer devant une chaîne de montagnes imposante.
Vue du bateau citerne Lawrence H. Gianella, chargé du ravitaillement des bases McMurdo et Scott, dans le détroit de McMurdo, avec la chaîne Transantarctique en arrière-plan.

Les possibilités d'accès à la chaîne Transantarctique à des fins privées sont très limitées[112]. Par la voie maritime, le débarquement et le rembarquement d'une expédition sont possibles par hélicoptère, dont le transport nécessite toutefois un navire suffisamment grand et, généralement à ce titre, la présence d'autres passagers avec des intérêts et un agenda souvent incompatibles[112]. De ce point de vue, un yacht offre plus de souplesse mais les possibilités d'accostage sont restreintes et, en fonction du but fixé, peuvent allonger la durée de l'expédition et accroître la quantité de provisions nécessaires. De plus, les personnes restant à bord sont soumises à l'isolement et doivent rester vigilantes vis-à-vis des icebergs[112]. Dans tous les cas, le voyage depuis la Nouvelle-Zélande ou l'Australie vers la mer de Ross reste long et cher, incitant à réduire le temps de l'expédition. En outre, la banquise rend les eaux navigables en général uniquement de fin décembre à mi-février, ce qui laisse une fenêtre trop courte pour une expédition à l'intérieur des terres. L'accès aux bases scientifiques McMurdo et Scott n'a jamais été délivré à des expéditions privées[112].

Avion à hélices posé sur un immense glacier près de barils verts, avec des montagnes en fond, sous un soleil éblouissant.
Vue du dépôt de carburant de la chaîne Thiel.

Depuis 1967, l'United States Antarctic Program interdit en général l'usage de ses pistes d'atterrissage. Un vol vers la partie méridionale de la chaîne Transantarctique n'est pas possible sans ravitaillement pour un avion privé et nécessite l'organisation préalable de dépôts de carburant au sol, rendant la préparation complexe et coûteuse ; le moyen le plus simple serait de passer par le pôle Sud[112]. En fait, à partir de là, une des solutions envisageables serait de se servir des vents favorables pour se déplacer en snowkite, se rendre vers les montagnes et finalement redescendre vers la barrière de Ross. Autrement, par la voie aérienne, la solution la plus efficace demeure l'utilisation des hélicoptères de la base privée de Patriot Hills, dans les monts Ellsworth, qui permettent d'atteindre la chaîne de la Reine-Maud[112].

Petit glacier descendant d'un plateau cerné de sommets enneigés entre deux montagnes nues et brunes et confluant dans un large glacier en formant des crevasses concentriques.
Vue du glacier Overflow descendant du chaînon de la Royal Society et confluant avec le glacier Ferrar.

Les sommets de la chaîne Transantarctique sont globalement moins rocheux et moins pentus que les sommets du massif Sentinel ; ils présentent un intérêt essentiellement en ski de montagne[113]. Le mont Elizabeth, deuxième plus haut sommet de la chaîne, est toujours vierge. Plus largement, les voies restant potentiellement à ouvrir sont innombrables[113].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de massifs montagneux aux sommets enneigés mais entourés de vallées dépourvues de neige présentant quelques petits lacs.
Vue aérienne du glacier Ferrar (au centre), avec le chaînon de la Royal Society (à gauche) et les vallées sèches de McMurdo (à droite).

Une zone gérée spéciale (ZGSA), dite « vallées sèches de McMurdo, terre Victoria du Sud », se trouve dans la chaîne Transantarctique. Elle est caractérisée par la plus grande zone libre de glace en Antarctique, avec approximativement 30 % de la surface dépourvue de neige et de glace. Elle possède une importante valeur scientifique et biologique, avec des glaces contenant le témoin du climat passé, alors que le climat actuel est analogue à celui de la Terre boule de neige et de Mars. Elle contient des micro-habitats et des communautés biologiques rares ainsi que des propriétés géologiques et des minéraux caractéristiques. C'est un environnement quasiment vierge, globalement non perturbé ni contaminé par la présence humaine. Le paysage, composé de hautes crêtes et de larges vallées, avec des contrastes entre des terrains libres de glace et ceux couverts de glaciers, présente une valeur esthétique. Les activités conduites dans la zone incluent des recherches scientifiques, comme des opérations en rapport avec les médias, l'art et l'éducation. La zone est ouverte aux touristes. Un site de recherche écologique à long terme est établi dans la vallée de Taylor[114].

La chaîne compte également dix-neuf zones spécialement protégées terrestres (ZSPA), dont dix dans l'archipel de Ross, et vingt-trois sites et monuments historiques (SMHA) : le « cap Adare, côte de Borchgrevink », qui inclut le SMHA des cabanes historiques de Carsten Borchgrevink ainsi que de la mission nord de Scott et leurs environs[115], géré par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; le « cap Hallett, terre Victoria du Nord, mer de Ross »[117] ; la « pointe Edmonson, baie Wood, mer de Ross »[118] ; la « baie Botany, cap Géologie, terre Victoria », qui inclut le SMHA de la maison de Granite[119], géré par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; les « vallées Barwick et Balham, terre Victoria du Sud »[120] ; la « terrasse Linnaeus, chaîne Asgard, terre Victoria »[121] ; le « glacier Canada, lac Fryxell, vallée Taylor, terre Victoria »[122] ; la « partie inférieure du glacier Taylor et Blood Falls de la vallée Taylor, dans les vallées sèches de McMurdo en terre Victoria »[123] ; l'« île Beaufort, détroit de McMurdo, mer de Ross »[124] ; la « vallée New College, plage Caughley, cap Bird, île de Ross »[125] ; la « baie Lewis, mont Erebus, île de Ross »[126] ; les « zones géothermiques de haute altitude de la région de la mer de Ross »[127] ; le « cap Royds, île de Ross »[128] ; la « baie Backdoor, cap Royds, île de Ross », qui inclut le SMHA de la cabane historique de sir Ernest Shackleton et ses environs[129], géré par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; le « cap Evans, île de Ross », qui inclut les SMHA de la cabane historique Terra Nova du capitaine Robert Falcon Scott et ses alentours et de la croix sur la colline Wind Vane[130], gérés tous deux par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; le « cap Crozier, île de Ross », qui inclut les SMHA du panneau de messages historique de Discovery et de l'igloo de pierre de Wilson[71],[131], gérés tous deux par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; les « hauteurs Arrival, péninsule de Hut Point, île de Ross »[132] ; la « pointe Hut, île de Ross », qui inclut le SMHA de la cabane Discovery du commandant Robert Falcon Scott[133], géré par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni[116] ; et la « vallée Davis et étang Forlidas, massif Dufek, montagnes Pensacola »[134]. Plusieurs de ces ZSPA sont notamment des aires de reproduction du Manchot Adélie (cap Adare[115], cap Hallett[117], vallée New College[125], cap Royds[128], cap Crozier[131]) et du Manchot empereur (île Beaufort[124], cap Crozier[131]).

Les autres SMHA dans la chaîne sont : la cabane Lillie Marleen dans la chaîne Concord, gérée par l'Allemagne ; la cache à messages de l'Antarctic dans les îles Possession, par la Nouvelle-Zélande et la Norvège ; la tombe de Nikolai Hansen au cap Adare, par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ; la cache à messages de Scott sur l'île Coulman, par ces deux mêmes pays ; la glacière de l'île Inexpressible, par la Nouvelle-Zélande, l'Italie et le Royaume-Uni ; le dépôt de vivres de la moraine Porte de l'Enfer sur cette même île, par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ; le camp E et le camp sommital de l'expédition Terra Nova sur le mont Erebus, gérés tous deux par le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis ; la croix sur ce même sommet, gérée par la Nouvelle-Zélande ; la plaque commémorant la centrale nucléaire PM-3A et le monument à Richard E. Byrd à la base antarctique McMurdo, gérés par les États-Unis ; la cabane A à la base Scott, gérée par la Nouvelle-Zélande ; la croix d'Observation Hill, par la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ; la croix de George Vince à la pointe Hut, par ces deux mêmes pays ; et le cairn d'Amundsen dans la chaîne de la Reine-Maud, par la Norvège[116].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Damien Gildea (trad. de l'anglais par Éric Vola), Les montagnes de l'Antarctique : escalades dans les glaces du Sud [« Mountaineering in Antarctica: climbing in the Frozen South »], Bruxelles, Nevicata, , 189 p. (ISBN 978-2-87523-000-3), « Les montagnes Transantarctiques », p. 127-145.
  • (en) Gunter Faure et Teresa M. Mensing, The Transantarctic Mountains : Rocks, Ice, Meteorites and Water, Springer, , 804 p. (ISBN 978-1-4020-8406-5, DOI 10.1007/978-90-481-9390-5).
  • (en) David H. Elliot, « The geological and tectonic evolution of the Transantarctic Mountains: a review », dans M. J. Hambrey, P. F. Barker, P. J. Barrett, V. Bowman, B. Davies, J. L. Smellie, M. Tranter, Antarctic Palaeoenvironments and Earth-Surface Processes, Londres, Geological Society, coll. « Special Publications » (no 381), (DOI 10.1144/SP381.14), p. 7-35.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Transantarctic Mountains, peakbagger.com.
  2. (en) Warren B. Hamilton, « New interpretation of Antarctic tectonics », in Thomas B. Nolan, U.S. Geological Survey Professional Paper, no 400, U.S. Government Printing Office, Washington, 1960, pages B379–380.
  3. (en) Antarctica Detail - Transantarctic Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  4. (en) Transantarctic Mountains, Encyclopædia Britannica.
  5. a b c d e f g h i et j (en) Leann Trowbridge, Antarctica: East of the Transantarctic Mountains, World Wildlife Fund.
  6. a b c d e et f (en) U.S. Antarctic Research Center: Topographic Maps (250K), United States Geological Survey Library.
  7. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. XIV-XVIII.
  8. (en) A. Maizlish, D. Metzler, J. de Ferranti, Antarctica ultra-prominences - 39 Summits in Antarctica and Antarctic Isles with Prominence of 1500 meters and greater, peaklist.org.
  9. a et b (en) Bethan Davies, Ice streams, antarcticglaciers.org, 12 septembre 2019.
  10. a b c et d (en) Elliot 2013, p. 22.
  11. (en) Antarctica Query Results, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  12. a b c et d (en) I.B. Campbell et G.G.C. Claridge, Antarctica: Soils, Weathering Processes and Environment, Amsterdam, Oxford, New York, etc., Elsevier, , 368 p. (ISBN 0-444-42784-8), p. 57.
  13. (en) Campbell et Claridge 1987, p. 58.
  14. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Elliot 2013, p. 7.
  15. a b c d e f g et h (en) Elliot 2013, p. 8.
  16. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 88-89.
  17. a b et c (en) Faure et Mensing 2010, p. 126-128.
  18. (en) Elliot 2013, p. 9.
  19. a et b (en) Elliot 2013, p. 10.
  20. a et b (en) Elliot 2013, p. 10-12.
  21. (en) Elliot 2013, p. 13.
  22. (en) Elliot 2013, p. 14.
  23. a b et c (en) Elliot 2013, p. 14, 15.
  24. (en) Elliot 2013, p. 17.
  25. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 325.
  26. (en) Elliot 2013, p. 16.
  27. a et b (en) Elliot 2013, p. 17-19.
  28. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 507-508.
  29. a et b (en) Elliot 2013, p. 21.
  30. (en) Elliot 2013, p. 23.
  31. a et b (en) Elliot 2013, p. 24.
  32. (en) Faure et Mensing 2010, p. 43-44, 519-548.
  33. (en) Elliot 2013, p. 25.
  34. (en) Campbell et Claridge 1987, p. 43.
  35. (en) Faure et Mensing 2010, p. 44.
  36. a b c d et e (en) Campbell et Claridge 1987, p. 59.
  37. (en) Campbell et Claridge 1987, p. 54.
  38. (en) Faure et Mensing 2010, p. 44, 45.
  39. (en) Faure et Mensing 2010, p. 45.
  40. a b et c (en) Campbell et Claridge 1987, p. 46.
  41. (en) Campbell et Claridge 1987, p. 60.
  42. Tony D. Williams, The Penguins, Oxford, Oxford University Press, 1995 (ISBN 019854667X), page 40.
  43. a b c d e f g et h (en) B.J. Adams, « Diversity and distribution of Victoria Land biota », Soil Biology & Biochemistry, vol. 38, no 10, 2006 (DOI:10.1016/j.soilbio.2006.04.030), pages 3003–3018.
  44. (en) Antarctica Detail - Admiralty Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  45. a b c et d (en) Antarctica Detail - Anare Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  46. a et b (en) Antarctica Detail - Southern Cross Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  47. (en) Antarctica Detail - Prince Albert Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  48. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 7.
  49. (en) E. C. Coleman, The Royal Navy in Polar Exploration, from Frobisher to Ross, Stroud, Tempus Publishing, , 320 p. (ISBN 0-7524-3660-0), p. 329-335.
  50. (en) Beau Riffenburgh, Shackleton's Forgotten Expedition : The Voyage of the Nimrod, Bloomsbury Publishing PLC, , 384 p. (ISBN 978-1-58234-611-3, lire en ligne), p. 36.
  51. (en) Faure et Mensing 2010, p. 8.
  52. (en) Diana Preston, A First Rate Tragedy : Robert Falcon Scott and the Race to the South Pole, Houghton Mifflin Company, , 269 p. (ISBN 978-0-395-93349-7), p. 14.
  53. (en) Antarctica Detail - Worcester Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  54. a b et c (en) Antarctica Detail - Cook Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  55. (en) Antarctica Detail - Darwin Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  56. (en) Antarctica Detail - Britannia Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  57. a et b (en) Antarctica Detail - Churchill Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  58. a b et c (en) Gildea 2010, p. 128.
  59. a b et c (en) Faure et Mensing 2010, p. 13.
  60. (en) Antarctica Detail - Royal Society Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  61. (en) Antarctica Detail - Quartermain Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  62. (en) Gildea 2010, p. 128, 131.
  63. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 14.
  64. Riffenburgh 2005, p. 171-177.
  65. (en) Faure et Mensing 2010, p. 14-15.
  66. Riffenburgh 2005, p. 238-249, 291-292.
  67. a b c d et e (en) Faure et Mensing 2010, p. 15.
  68. Riffenburgh 2005, p. 270.
  69. a b c d et e (en) Faure et Mensing 2010, p. 20.
  70. a et b (en) Antarctica Detail - Bowers Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  71. a b c et d (en) Faure et Mensing 2010, p. 16.
  72. (en) Faure et Mensing 2010, p. 21.
  73. (en) Faure et Mensing 2010, p. 17.
  74. (en) Faure et Mensing 2010, p. 24.
  75. a et b (en) Faure et Mensing 2010, p. 25.
  76. a et b (en) Zoe Adler, Laurence McKinley Gould - The Byrd Expedition - Sledging south, late 1929, Carleton College, 25 juin 2007.
  77. a et b (en) Richard E. Byrd - Byrd Antarctic Expedition I 1928-1930.
  78. (en) Zoe Adler, Laurence McKinley Gould - The Byrd Expedition - Reaching the rocks, Carleton College, 25 juin 2007.
  79. (en) Richard E. Byrd - Byrd Antarctic Expedition II 1933-35.
  80. a b c d e et f (en) Gildea 2010, p. 133.
  81. a b et c (en) Antarctica Detail - Horlick Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  82. (en) Richard E. Byrd - Byrd Antarctic Expedition III 1939-41, The United States Antarctic Service Expedition.
  83. a et b (en) Antarctica Detail - Queen Maud Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  84. (en) Antarctica Detail - Usarp Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  85. a b c d e et f (en) Faure et Mensing 2010, p. 26.
  86. (en) Antarctica Detail - Pensacola Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  87. (en) Faure et Mensing 2010, p. 27.
  88. a b c d e f g h et i (en) Gildea 2010, p. 134.
  89. a b et c (en) Gildea 2010, p. 135.
  90. (en) Stephen Hicks, « The Darwin Journey of Harry Ayres and Roy Carlyon Undertaken During the Commonwealth Trans-Antarctic Expediton », Antarctic, New Zealand Antarctic Society, Vol 29, no 2, 2011 (ISSN 0003-5327), page 40 [lire en ligne].
  91. (en) Antarctica Detail - Convoy Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  92. (en) Antarctica Detail - Willett Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  93. (en) Antarctica Detail - Saint Johns Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  94. (en) Antarctica Detail - Clare Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  95. (en) Antarctica Detail - Kirkwood Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  96. (en) Antarctica Detail - Boomerang Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  97. (en) Antarctica Detail - Warren Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  98. (en) Antarctica Detail - Queen Elizabeth Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  99. (en) Antarctica Detail - Miller Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  100. (en) Antarctica Detail - Olympus Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  101. a et b (en) Antarctica Detail - Thiel Range, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  102. a et b (en) Gildea 2010, p. 130.
  103. (en) Antarctica Detail - Concord Mountains, Geographic Names Information System, Institut d'études géologiques des États-Unis.
  104. (en) David Whitehouse, Highway to the South Pole, BBC News, 5 mars 2003.
  105. (en) Joyce Chepkemoi, The McMurdo–South Pole Highway: The World's Most Southerly Road, 25 avril 2017.
  106. a b et c (en) Gildea 2010, p. 136.
  107. a b c et d (en) Gildea 2010, p. 138.
  108. a et b (en) Gildea 2010, p. 139.
  109. a b et c (en) Gildea 2010, p. 131.
  110. (en) Gildea 2010, p. 140.
  111. (en) Gildea 2010, p. 141.
  112. a b c d e et f (en) Gildea 2010, p. 143.
  113. a et b (en) Gildea 2010, p. 145.
  114. [PDF] Plan de gestion pour la zone gérée spéciale de l'Antarctique No 2 - Vallées sèches de McMurdo, terre Victoria du Sud, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  115. a et b [PDF] Plan de gestion de la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) no 159 - Cap Adare, côte Borchgrevink, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  116. a b c d e f et g [PDF] Liste révisée des Sites et Monuments Historiques, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  117. a et b [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) nº106 - Cap Hallett, terre Victoria du Nord, mer de Ross (170° 14' E, 72° 19' S), Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  118. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique n° 165 - Pointe Edmonson, baie Wood, mer de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  119. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique n° 154 - Baie Botany, cap Géologie, terre Victoria, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  120. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) nº 123 - Vallées Barwick et Balham, terre Victoria du Sud, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  121. [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l’Antarctique n° 138 (ZSPA) - Linnaeus Terrace, chaîne Asgard, terre Victoria, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  122. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique n° 131 (ZSPA) - Glacier Canada, lac Fryxell, vallée Taylor, terre Victoria, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  123. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique n° 172 - Partie inférieure du glacier Taylor et Blood Falls de la vallée Taylor, vallées sèches de McMurdo, terre Victoria, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  124. a et b [PDF] Plan de gestion de la zone spécialement protégée de l’Antarctique n°105 - Île Beaufort, McMurdo Sound, mer de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  125. a et b [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique no 116 - Vallée New College, plage Caughley, cap Bird, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  126. [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l'Antarctique n°156 - Baie Lewis, mont Erebus, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  127. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l'Antarctique n°175 - Zones géothermiques de haute altitude de la région de la mer de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  128. a et b [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) n°121 - Cap Royds, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  129. [PDF] Plan de gestion de la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) n° 157 - Baie Backdoor, cap Royds, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  130. [PDF] Plan de gestion de la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) no 155 - Cap Evans, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  131. a b et c [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) n°124 - Cap Crozier, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  132. [PDF] Plan de gestion pour la Zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) n° 122 - Hauteurs Arrival, péninsule de Hut Point, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  133. [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) no 158 - Pointe Hut, île de Ross, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
  134. [PDF] Plan de gestion pour la zone spécialement protégée de l’Antarctique (ZSPA) nº 119 - Vallée Davis et étang Forlidas, massif Dufek, montagnes Pensacola, Secrétariat du traité sur l'Antarctique.
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 4 mai 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 4 mai 2020 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.