Châ p'tit va loin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.


Châ p'tit va loin
Bac Chte-Mme 001.jpg
Présentation
Propriétaire
Département
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Châ p'tit va loin[1] est le nom du dernier bac à câble non motorisé français qui assure la liaison sur la Charente entre les communes de Dompierre-sur-Charente et Rouffiac situées en Charente-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bac à câble manuel

Ce bac vient en remplaçant d'un ancien bac qui pesait 30 tonnes.

Le Châ p'tit va loin a été inauguré le 11 juillet 2009 et financé par le département de la Charente-Maritime pour un coût de 280 000 € (en 2009).

Son nom est tiré de l'expression charentaise « Qui va châ p'tit va loin » (Qui va doucement va loin).

C'est le dernier bac à câble, en manœuvres manuelles, de France.

Description[modifier | modifier le code]

D'un poids de 7 tonnes, de dimensions 12 m de long et 4,20 m de large, il offre une traversée de la Charente sur 60 mètres, aux véhicules (autos, motos et cycles) et aux piétons.

Manivelle de manœuvre

Économe puisqu'il fonctionne à l'aide d'un système de manivelle axée sur une chaine, il est manœuvré par un passeur.

Une élingue est tendue lors du passage. Elle sert de guide latéral et bloque la navigation sur la Charente. Le bac est alors prioritaire sur les embarcations.

Il faut trois minutes à la vitesse de 1,2 km/h pour relier les appontements.

Ce service gratuit fonctionne pendant la saison estivale du 15 juin au 15 septembre, durant la journée.

Ce sont ainsi près de 1 500 voitures, 1 300 motos et 2 000 piétons qui sont transportés chaque saison[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le magazine du Conseil général de la Charente-Maritime - N° 31 juillet 2009 (p. 7) - Éd. Charente-Maritime

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]