Chômage technologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le chômage technologique est la perte d'emplois causée par les changements technologiques. C'est un type de chômage structurel.

Les changements technologiques incluent généralement l’introduction de machines mécaniques (qui réduisent le besoin de main-d’œuvre) ainsi que des processus de décision automatique améliorant l'efficacité (automation). De même que l'automobile a progressivement rendu obsolètes les chevaux employés comme moyen de locomotion, les emplois humains furent affectés au cours de l'histoire moderne. Par exemple, les tisserands furent réduits à la pauvreté après l’introduction de métiers à tisser mécanisés. De même, pendant la Seconde Guerre mondiale, la machine Bombe d'Alan Turing compressa et décoda des données équivalent à des milliers de personnes-an en quelques heures. Un exemple contemporain de chômage technologique est le remplacement des caissiers dans les magasins de détail par des caisses en libre service.

Le fait que le changement technologique puisse créer du chômage à court terme est largement accepté, mais l’opinion selon laquelle il conduit à une augmentation durable du chômage a longtemps été controversée. Les participants aux débats autour du chômage technologique peuvent être divisés en optimistes et pessimistes. Les optimistes s'accordent pour dire que l'innovation peut perturber l'emploi à court terme, mais affirment que divers effets de compensation garantissent qu'il n'y aura jamais d'impact négatif à long terme, tandis que les pessimistes soutiennent qu'au moins dans certaines circonstances, les nouvelles technologies peuvent conduire à une baisse pérenne du nombre total de travailleurs occupant un emploi. L'expression "chômage technologique" fut popularisée par John Maynard Keynes dans les années 1930, affirmant qu'il ne s'agissait "que d'une phase temporaire d'inadaptation"[1]. Pourtant, la question des machines remplaçant le travail humain fut discutée depuis au moins le temps d'Aristote.

Jusqu'au XVIIIe siècle, le point de vue pessimiste prévalait généralement. Mais le faible taux de chômage dans l’histoire pré-moderne rendait le sujet rarement préoccupant. Au XVIIIe siècle, les craintes s'intensifièrent avec l'apparition du chômage de masse, notamment en Grande-Bretagne, alors à l’avant-garde de la révolution industrielle. Pourtant, certains penseurs contestaient ces craintes, affirmant que l’innovation prise dans son ensemble n’aurait pas d’effets négatifs sur l’emploi. Ces arguments furent formalisés au début du XIXe siècle par les économistes dits classiques. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, il devint de plus en plus manifeste que le progrès technologique bénéficiait à toutes les couches de la société, y compris la classe ouvrière et les préoccupations diminuèrent. Le terme "sophisme luddite" fut inventé pour dénoncer l'idée que l'innovation aurait des effets néfastes durables sur l'emploi.

L'opinion pessimiste fut plusieurs fois défendue par une minorité d'économistes, également par Ricardo au début des années 1800. Plusieurs mirent en garde contre le chômage technologique à l'occasion de regains d’intérêt autour de ce débat dans les années 30 et 60. En Europe, de nouvelles craintes apparurent au cours des deux dernières décennies du XXe siècle, les commentateurs notant une augmentation durable du chômage dans de nombreux pays industrialisés depuis les années 1970.

Au cours de la deuxième décennie du XXIe siècle, un certain nombre d'études furent publiées suggérant que le chômage technologique pourrait augmenter dans le monde entier. Les professeurs Carl Benedikt Frey et Michael Osborne d'Oxford, par exemple estimèrent que 47% des emplois aux États-Unis risquaient d'être automatisés[2]. Cependant, leurs conclusions furent souvent mal interprétées et, dans le PBS NewsHours, ils précisèrent de nouveau que leurs conclusions n'impliquaient pas nécessairement un futur chômage technologique[3]. Alors que de nombreux économistes et commentateurs soutiennent encore que de telles craintes ne sont pas fondées, comme cela était largement accepté au cours des deux siècles précédents, les inquiétudes suscitées par le chômage technologique ne cessèrent de croître[4],[5],[6]. Un rapport publié dans Wired en 2017 d'économistes tels que Gene Sperling et le professeur de gestion Andrew McAfee, dénoncent des pertes d'emplois imminentes par l'automatisation comme un "problème important". En ce qui concerne une affirmation récente du secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, selon laquelle l’automatisation "n’aura aucun effet majeur sur l’économie au cours des 50 ou 100 prochaines années", McAfee déclara: "Il n'y a personne à qui je parle dans le domaine qui croit cela". Les innovations technologiques récentes ont le potentiel de rendre les êtres humains obsolètes dans les domaines professionnels peu qualifiés, intellectuels ou créatifs[7].

Le World Development Report de 2019 émis par la Banque mondiale affirme que si l'automatisation remplace les travailleurs, l'innovation technologique crée en fin de compte de nouvelles industries et de nouveaux emplois[8].

Problèmes dans les débats[modifier | modifier le code]

Effets à long terme sur l'emploi[modifier | modifier le code]

Tous les participants aux débats sur l’emploi technologique conviennent que l’innovation peut entraîner des pertes d’emploi temporaires. De même, il est indéniable que l’innovation a parfois des effets positifs sur les travailleurs. Le désaccord vise à déterminer s'il est possible que l'innovation ait un impact négatif durable sur l'emploi en général. Si le niveau de chômage persistant peut être mesuré empiriquement, les causes sont sujettes à discussion. Cependant il est difficile de déterminer l'impact de l'innovation sur l'emploie, en effet selon l' article paru dans La Correspondance économique le 11 janvier 2016 "D'un côté, plusieurs études et rapports récents dressent un constat alarmant. Le cabinet de conseil Roland Berger estimait par exemple en 2014 que, tous secteurs confondus, trois millions d'emplois pourraient être détruits par la numérisation à l'horizon 2025(..).Leurs contradicteurs préfèrent de leur côté insister sur la richesse et les nouveaux emplois créés grâce aux robots". [9] Les optimistes acceptent que le chômage à court terme puisse être causé par l’innovation, tout en affirmant qu’après un certain temps, des effets de compensation créeront toujours au moins autant d’emplois que ceux initialement détruits. Bien que constamment questionnée, cette idée fut dominante parmi les économistes traditionnels pendant la majeure partie des XIXe et XXe siècles[10]. Par exemple, les économistes du travail Jacob Mincer et Stephan Danninger développèrent une étude empirique utilisant des micro-données du Panel Study of Income Dynamics et constatèrent que, même si à court terme, les progrès technologiques semblent avoir des effets peu clairs sur le chômage global, ils réduisent le chômage sur le long terme. Toutefois, s’ils tiennent compte d’un décalage de cinq ans, les preuves à l’appui d’un effet à court terme de la technologie sur l’emploi semblent également disparaître, ce qui suggère que le chômage technologique "semble être un mythe"[11].

Le concept de chômage structurel, un taux de chômage durable qui ne disparaît pas même au plus fort du cycle économique, est devenu populaire dans les années soixante. Pour les pessimistes, le chômage technologique est l’un des facteurs à l’origine du phénomène plus vaste du chômage structurel. Depuis les années 1980, même des économistes optimistes ont de plus en plus acceptés que le chômage structurel avait effectivement augmenté dans les économies avancées, mais ils avaient tendance à attribuer ce phénomène à la mondialisation et à la délocalisation plutôt qu’au changement technologique. D’autres prétendent que l’augmentation durable du chômage est principalement due à la réticence des gouvernements à poursuivre des politiques expansionnistes depuis la rupture avec le keynésianisme survenu dans les années 1970 et au début des années 80[10],[12],[13]. Au XXIe siècle, et particulièrement depuis 2013, les pessimistes voient de plus en plus fréquemment le chômage technologique mondial durable comme une menace croissante[14],[15].

Effets de compensation[modifier | modifier le code]

John Kay, inventeur de la Fly Shuttle AD 1753, de Ford Madox Brown, représentant l'inventeur John Kay en train de dire au revoir à sa femme tandis que des hommes l’emmènent loin de son domicile. Il échappe ainsi à une foule en colère contre son métier à tisser qui réduit le besoin de main-d'œuvre. Les effets de compensation n’étaient pas encore bien compris.

Les effets de compensation sont des conséquences favorables à la main-d’œuvre, qui rééquilibre l'effet négatif des pertes d’emploi initialement causées par les nouvelles technologies. Dans les années 1820, Say décrivit plusieurs effets de compensation en réponse à la déclaration de Ricardo selon laquelle un chômage technologique à long terme pourrait se produire. Peu de temps après, Ramsey McCulloch théorisa tout un système de compensation. Cette théorie fut attaquée par Marx, affirmant qu'aucun des effets n'était garanti. Les désaccords sur l'efficacité des effets de compensation sont restés au centre des débats universitaires sur le chômage technologique[13],[16].

Les effets de compensation se manifestent:

  1. Par la fabrication de nouvelles machines (la main-d’œuvre nécessaire à la construction du nouvel équipement exigé par l’innovation)
  2. Par de nouveaux investissements (les économies de coûts permises par la nouvelle technologie augmentent les bénéfices disponibles pour des nouveaux investissements)
  3. Par les ajustements de salaire (le chômage entraînant une baisse des salaires, davantage de travailleurs sont réembauchés à un coût inférieur. Inversement, les travailleurs peuvent bénéficier d'augmentations de salaire à mesure que leur rentabilité augmente, conduisant à une augmentation des dépenses, entraînant la création de nouveaux emplois)
  4. Par des prix plus bas (ce qui conduit à plus de demande, et donc à plus d’emplois). La baisse des prix peut également aider à compenser les baisses de salaires, car des biens meilleurs marchés augmenteront le pouvoir d’achat des travailleurs
  5. Par nouveaux produits (là où l'innovation crée directement de nouveaux emplois)

L'effet "fabrication de nouvelles machines" est maintenant rarement discuté par les économistes; il est souvent admis que Marx l'a réfuté avec succès. L'effet "création d'emploi par la création de nouveaux produits" est à l'inverse souvent accepté, bien qu'une distinction importante soit établie entre les innovations de "processus" et de "produit" [note 1]. Les données provenant d'Amérique latine semblent indiquer que l'innovation de produit contribue de manière significative à la croissance de l'emploi au niveau de l'entreprise, davantage que l'innovation de processus[17]. L'impact des autres effets a fait l’objet de débats approfondis au cours de l’histoire de l’économie moderne et n'est toujours pas résolu[13],[18]. Un effet potentiellement complémentaire est l'effet multiplicateur d’emplois: selon les recherches développées par Enrico Moretti, avec chaque emploi qualifié supplémentaire créé dans les industries de haute technologie dans une ville donnée, plus de deux emplois sont créés dans le secteur de service. Ses conclusions suggèrent que la croissance technologique et la création d'emplois qui en résulte dans les industries de haute technologie pourraient avoir un effet secondaire plus important que prévu[19]. Cet effet multiplicateur est confirmé en Europe, les emplois locaux dans le secteur de la haute technologie pouvant créer cinq emplois supplémentaires dans le secteur de la basse technologie[20].

De nombreux économistes aujourd'hui pessimistes face au chômage technologique acceptent que les effets de compensation ont largement fonctionné comme les optimistes l'ont affirmé tout au long des XIXe et XXe siècles. Pourtant, ils estiment que l'avènement de l'informatisation rendent ces effets de compensation maintenant moins efficaces. Wassily Leontief donna un exemple précoce de cet argument en 1983. Il reconnut qu'après quelques perturbations, l'avancée de la mécanisation au cours de la révolution industrielle avait en fait augmenté la demande de main-d'œuvre, ainsi que les salaires, en raison des effets de l'augmentation de la productivité. Bien que les premières machines réduisaient la demande de "puissance musculaire", elles étaient peu intelligentes et avaient besoin de nombreux opérateurs pour rester productives. En revanche depuis l’introduction des ordinateurs sur le lieu de travail, le besoin de puissance musculaire mais également de capacité intellectuelle est devenu de moins en moins nécessaire. Ainsi la productivité continue d’augmenter mais la moindre demande de main-d’œuvre humaine pourrait entraîner une baisse des salaires et de l’emploi[13],[14],[21]. Cependant, cet argument n’est pas entièrement corroboré par des études empiriques plus récentes.

Sophisme Luddite[modifier | modifier le code]

Le terme de "sophisme luddite" est parfois utilisé pour exprimer l'idée que la préoccupation d'un chômage technologique de longue durée est une erreur car elle ne tient pas compte des effets de compensation. Ceux qui utilisent ce terme s’attendent généralement à ce que les progrès technologiques n'aient aucune incidence à long terme sur les niveaux d’emploi et, à terme, feront augmenter les salaires de tous les travailleurs, car ces progrès contribuent à accroître la richesse globale de la société. Le terme est basé sur l'exemple des Luddites du début du XIXe siècle. Au cours du XXe siècle et de la première décennie du XXIe siècle, les économistes ont généralement considéré que le chômage technologique à long terme était une erreur. Mais plus récemment, l'opinion selon laquelle les avantages de l'automatisation ne sont pas répartis équitablement s'est répandue [22],[23].

Deux hypothèses expliquent pourquoi une difficulté à long terme pourrait se développer. Une traditionnellement attribuée aux Luddites (qu’il s’agisse ou non d’un résumé fidèle de leur pensée), disant qu’il existe une quantité de travail finie disponible et que, si les machines le réalise, il peut ne plus y avoir de travail humains. Des économistes appellent cela le sophisme d'une masse fixe de travail, affirmant qu'il n'existe en réalité aucune limitation de ce type.

L’autre hypothèse dit que la quantité de travail est infinie, mais (1) les machines peuvent effectuer la plupart des tâches "faciles", (2) le périmètre de ce qui est "facile" s’étend à mesure que la technologie de l’information progresse, et (3) le travail qui dépasse le "facile" (travail qui nécessite plus de compétences, de talents, de connaissances et de connexions approfondies entre les éléments de connaissance) peut nécessiter des facultés cognitives que la plupart des humains ne sont en mesure de fournir, alors que le point 2 avance continuellement. Ce dernier point de vue est celui de nombreux défenseurs modernes de la possibilité d'un chômage technologique systémique de longue durée.

Niveaux de compétence et chômage technologique[modifier | modifier le code]

Une opinion sur les effets de l’innovation est qu’ils touchent principalement les personnes peu qualifiées, et bénéficient souvent aux travailleurs qualifiés. D'après Lawrence F. Katz, cela était peut-être vrai pendant une grande partie du XXe siècle, mais au XIXe siècle, les innovations ont largement remplacé les artisans qualifiés et coûteux et ont généralement profité aux moins qualifiés. L’innovation du XXIe siècle a remplacé certains emplois non qualifiés, d’autres professions résistent à l’automatisation, et les emplois aux compétences intermédiaires sont de plus en plus effectués par des programmes informatiques autonomes[24],[25],[26].

Certaines études récentes, notamment un article de Georg Graetz et Guy Michaels de 2015, révélèrent qu'au moins dans le domaine étudié (l'impact des robots industriels) l'innovation augmente les salaires des travailleurs hautement qualifiés tout en ayant un impact négatif sur ceux aux compétences faibles à moyennes[27]. Un rapport publié en 2015 par Carl Benedikt Frey, Michael Osborne et Citi Research, affirmait que l'innovation perturbait principalement les emplois moyennement qualifiés, mais prédisait que dans les dix prochaines années, les conséquences de l'automatisation se feraient davantage sentir sur les travailleurs peu qualifiés[28].

Geoff Colvin de Forbes fit valoir que les prédictions sur les taches qu'un ordinateur ne pourra jamais effectuer se sont révélées inexactes. Une meilleure approche pour anticiper la pérennité des compétences humaines serait de trouver des activités nécessitant des responsabilités importantes, telles que celles les juges, les PDG, les chauffeurs de bus et des dirigeants gouvernementaux, ou lorsque les relations interpersonnelles profondes sont préférables même si les tâches pourraient être automatisées[29].

Au contraire, d’autres anticipent que même des travailleurs humains qualifiés deviendront obsolètes. Les universitaires Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, d’Oxford, affirmèrent que l’informatisation pourrait entraîner la perte de la moitié des emplois[30]. Sur les 702 professions évaluées, ils constatèrent une forte corrélation entre l’éducation, le revenu et la possibilité d’être automatisé, les emplois de bureau et de service étant parmi les plus exposés[31]. En 2012, Vinod Khosla, cofondateur de Sun Microsystems, prédît que 80% des emplois en médecine seraient perdus au cours des deux prochaines décennies au profit d'un logiciel de diagnostic médical automatisé[32].

Résultats empiriques[modifier | modifier le code]

De nombreuses études empiriques tentèrent de quantifier l’impact du chômage technologique, principalement au niveau microéconomique. La plupart des recherches existantes au niveau des entreprises montrèrent que les innovations technologiques étaient favorables à la main-d'œuvre, par exemple les économistes allemands Stefan Lachenmaier et Horst Rottmann. Ils constatent également que l’innovation de procédé a un effet de création d’emplois plus important que l’innovation de produit[33], ce résultat est également observé aux États-Unis[34].

Dans l'industrie, une étude de 2017 dans 11 pays européens suggéra que les innovations technologiques n'ont des effets positifs sur l'emploi que dans les secteurs de la moyenne et de la haute technologie. Il existerait aussi une corrélation négative entre l'emploi et la formation de capital; or, l'innovation est souvent intégrée à l'investissement[35] suggérant que le progrès technologique pourrait potentiellement permettre d'économiser du travail.

Peu d'analyse macroéconomique furent réalisées pour étudier la relation entre les chocs technologiques et le chômage. Le peu de recherches existantes, cependant, suggère des résultats mitigés. Selon l’économiste italien Marco Vivarelli, l’influence de l’innovation dans les processus sur la réduction de la main d'œuvre semble avoir eu un impact plus négatif sur l’économie italienne que sur les États-Unis. D'autre part, l'effet de l'innovation dans les produits sur les emplois ne fut observé qu'aux États-Unis, pas en Italie[36]. Une autre étude réalisée en 2013 révèle un effet transitoire, plutôt que permanent, du changement technologique sur le chômage[37].

Mesures d'innovation technologique[modifier | modifier le code]

Quatre approches principales tentent de capturer et de documenter quantitativement l’innovation technologique. Le premier, proposé par Jordi Gali en 1999 et développé ultérieurement par Neville Francis et Valerie A. Ramey en 2005, consiste à utiliser des vecteurs autoregressifs (VAR) pour identifier les chocs technologiques, en supposant que seule la technologie affecte à long terme la productivité[38],[39].

La deuxième approche est celle de Susanto Basu, John Fernald et Miles Kimball[40].Ils créent une mesure de l'évolution technologique globale avec les résidus de Solow, en contrôlant les effets non technologiques, tels que les rendements non constants et la concurrence imparfaite.

La troisième méthode, initialement développée par John Shea en 1999, adopte une approche plus directe et utilise des indicateurs observables tels que les dépenses de recherche et développement (R & D) et le nombre de demandes de brevet[41]. Cette mesure de l'innovation technologique est très largement utilisée dans les recherches empiriques, car elle ne repose pas sur l'hypothèse que seule la technologie affecte la productivité à long terme. Cependant, il existe des limites aux mesures directes telles que la R & D (par exemple, elle ne tient pas compte du décalage inconnu entre la phase de développement et sa mise sur le marché[42].

La quatrième approche, construite par Michelle Alexopoulos, examine le nombre de nouveaux titres publiés dans les domaines de la technologie et de l’informatique afin de refléter les progrès technologiques, ce qui s’avère cohérent avec les données sur les dépenses de R & D[43]. Comparé à la R & D, cet indicateur rend compte du décalage entre les changements technologiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'empereur romain Vespasien, qui refusa un moyen de transport peu coûteux de marchandises lourdes qui aurait mit les ouvriers au chômage.

Selon l'auteur Gregory Woirol, le phénomène du chômage technologique aurait probablement existé depuis au moins l'invention de la roue[44]. Les sociétés anciennes disposaient de diverses méthodes pour soulager la pauvreté de ceux qui étaient incapables de subvenir à leurs besoins avec leur propre travail. La Chine ancienne et l'Égypte ancienne eurent peut-être divers programmes de secours gérés de manière centrale en réponse au chômage technologique remontant au moins au deuxième millénaire avant notre ère. Les anciens Hébreux et les adeptes de l'ancienne religion védique avaient des réponses décentralisées où l'aide aux pauvres était encouragée par leur foi. Dans la Grèce antique, un grand nombre de travailleurs libres pouvaient se retrouver au chômage en raison à la fois des technologies qui économisaient du travail et de la concurrence des esclaves ("machines de chair et de sang[45]"). Parfois, ces chômeurs mourraient de faim ou étaient contraints à l'esclavage, bien que dans d'autres cas, ils aient reçu une aide financière. Périclès réagît au chômage technologique en lançant des programmes de travaux publics pour fournir un travail rémunéré aux personnes sans emploi. Des conservateurs critiquèrent les programmes de Périclès comme gaspillage de l'argent public, mais ont furent défaits[46].

Aristote fut peut-être le premier chercheur à discuter du phénomène dans le premier livre de la Politique, spéculant que « si les machines pouvaient devenir suffisamment avancées, le travail humain ne serait plus nécessaire[47]. »

Semblables aux Grecs, les Romains de l'antiquité réagirent au problème de la pauvreté due au chômage technologique par des dons. Plusieurs centaines de milliers de familles furent parfois soutenues de la sorte. Moins souvent, des emplois furent créés directement par des programmes de travaux publics, tels que ceux lancés par les Gracques. Divers empereurs allèrent même jusqu'à refuser ou interdire les innovations permettant d'économiser le travail humain[48],[49]. Par exemple, l'introduction d'une invention fut bloquée lorsque l'empereur Vespasien refusa d'autoriser une nouvelle méthode de transport de marchandises lourdes à faible coût, en déclarant: "Vous devez permettre à mes pauvres transporteurs de gagner leur pain[50]". Puis la pénurie de main-d'œuvre apparut dans l'Empire romain vers la fin du deuxième siècle de notre ère et, à partir de ce moment, le chômage de masse en Europe semble avoir largement diminué pendant plus d'un millénaire[51].

La période médiévale et le début de la renaissance connurent l’adoption de technologies nouvelles ainsi que de technologies plus anciennes mais jusqu'alors peu utilisées[52]. Le chômage de masse réapparu en Europe au XVe siècle, en partie à cause de la croissance démographique et de la modification de la disponibilité des terres pour l'agriculture de subsistance causée par les premiers enclos[53]. En raison de la menace de chômage, les nouvelles technologies disruptives étaient moins tolérées. Les autorités européennes se rangèrent souvent aux côtés de groupes de la population active, telles que les guildes, interdisant les nouvelles technologies et parfois même exécutant ceux qui tentaient de les promouvoir ou de les commercialiser[54].

XVIe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Élisabeth Ire qui refusa de breveter une machine à tricoter inventée par William Lee, en disant: "Réfléchis à ce que l’invention pourrait faire pour mes pauvres sujets. Cela les mènerait assurément à la ruine en les privant d’emploi, les rendant ainsi mendiants. "

En Grande-Bretagne, l’élite dirigeante fut la première à s'ouvrir à l’innovation par rapport aux autres pays d’Europe continentale, expliquant possiblement son rôle de premier plan dans la révolution industrielle[55]. Cependant, l’impact de l’innovation sur l’emploi suscita des inquiétudes persistantes tout au long du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’inventeur William Lee est un exemple célèbre: la reine Élisabeth Ire, invitée à visiter une machine à tricoter qui réduisait la quantité de travail humain, se vu refusé un brevet au motif que cette technologie pourrait causer du chômage chez les travailleurs du textile. Il déménagea en France et échoua dans la promotion de son invention, puis retourna en Angleterre mais son invention fut de nouveau refusée par le successeur d'Élisabeth, Jacques Ier pour la même raison[14].

Surtout après la Glorieuse Révolution, les autorités furent moins sensibles aux préoccupations des travailleurs. Un courant de plus en plus influent de la pensée mercantiliste était d'avis que l’introduction de technologies permettant d’économiser le travail réduirait le chômage, car cela permettrait aux entreprises britanniques d’accroître leur part de marché face à la concurrence étrangère. À partir du début du XVIe siècle, les travailleurs ne pouvaient plus compter sur le soutien des autorités pour lutter contre le risque de chômage technologique. Parfois, ils agissaient directement, par exemple en brisant une machine. Schumpeter nota qu'au cours du XVIe siècle, les penseurs tels que von Justi exprimèrent leur crainte[56] tout en notant que l'opinion dominante parmi les élites convergeait vers l'absence de conséquence à long terme[14],[53].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Ce n’est qu’au XIXe siècle que les débats sur le chômage technologique deviennent intenses, notamment en Grande-Bretagne, où se concentrent de nombreux penseurs économiques. S'appuyant sur les travaux de Dean Tucker et d'Adam Smith, les économistes politiques commencèrent à créer ce qui allait devenir la discipline moderne de l'économie[note 2]. Tout en rejetant une grande partie du mercantilisme, les membres de la nouvelle discipline convenait largement que le chômage technologique ne serait pas un problème persistant. Au cours des premières décennies du XIXe siècle, plusieurs économistes politiques renommés affirmèrent que l'innovation pourrait entraîner un chômage de longue durée. Ceux-ci incluent Sismondi, Malthus, JS Mill et, à partir de 1821, Ricardo lui-même[57]. En tant qu’économiste politique le plus respecté de son époque, l’opinion de Ricardo était un défi aux autres économistes. Jean-Baptiste Say fut le premier grand économiste à répondre. Il affirma que personne n'introduirait de machines pour réduire la quantité de produit[note 3] et que, comme le dit la loi de Say (l'offre crée sa propre demande), les travailleurs trouveraient automatiquement du travail ailleurs une fois que le marché aura eu le temps de s’adapter[58]. Ramsey McCulloch développa et formalisa ces vues optimistes de Say et fut soutenu par d'autres, tels que Charles Babbage, Nassau Senior avec de nombreux autres économistes politiques moins connus. Vers le milieu du XIXe siècle, Karl Marx rejoignit les débats. S'appuyant sur le travail de Ricardo et Mill, Marx alla beaucoup plus loin, en présentant une vision profondément pessimiste du chômage technologique. Son point de vue attira de nombreux adeptes et fonda une école de pensée durable, mais l’économie traditionnelle ne changea pas radicalement. Dans les années 1870, du moins en Grande-Bretagne, le chômage technologique s'estompa à la fois en tant que problème populaire et en tant que débat académique. Il était devenu de plus en plus évident que l'innovation augmentait la prospérité de toutes les couches de la société britannique, y compris la classe ouvrière. À mesure que l'école de pensée classique cédait la place à l'économie néoclassique, la pensée dominante se resserra pour réfuter les arguments pessimistes de Mill et Ricardo[59].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les détracteurs du point de vue selon lequel l'innovation entraîne un chômage durable font valoir que la technologie est utilisée par les travailleurs et ne la remplace pas à grande échelle.

Pendant les deux premières décennies du XXe siècle, le chômage de masse ne fut pas aussi prégnant que pendant la première moitié du XIXe siècle. L'école marxiste et quelques autres penseurs contestaient toujours la vision optimiste, mais le chômage technologique ne préoccupait guère la pensée économique traditionnelle jusqu'au milieu des années 1920. Dans les années 1920, le chômage de masse réapparut comme un problème urgent en Europe. À cette époque, les États-Unis étaient généralement plus prospères, mais même là, le chômage urbain avait commencé à augmenter à partir de 1927. Les travailleurs ruraux américains perdirent aussi des emplois à partir des années 1920, beaucoup ayant été affectés par l'amélioration des technologies agricoles, telle que le tracteur. Le centre de gravité des débats économiques s'était déjà déplacé de la Grande-Bretagne aux États-Unis, et c'est là que les deux grandes périodes de débat du XXe siècle sur le chômage technologique se déroulèrent le plus[60].

Ces débats furent les plus vifs dans les années 1930 d'une part et les années 1960 d'autre part. Selon l'historien économique Gregory R Woirol, les deux épisodes partagent plusieurs similitudes[61]. Dans les deux cas, les débats universitaires furent précédés par une poussée d'inquiétude populaire, provoquée par la récente augmentation du chômage. Les débats n'eurent pas de conclusions définitives, mais disparurent grâce au déclenchement d'une guerre - la Seconde Guerre mondiale pour le débat des années 1930 et la guerre du Vietnam pour les épisodes des années 1960. Dans les deux cas, les débats se sont déroulés selon le paradigme dominant à l'époque, faisant peu de référence aux idées précédentes: dans les années 1930, les optimistes ont largement fondé leurs arguments sur des conceptions néo-classiques de la capacité d'autocorrection des marchés (la réduction automatiquement du chômage de courte durée par le biais d'effets de compensation). Dans les années 1960, la confiance dans les effets de compensation était moins forte, mais les grands économistes keynésiens de l'époque estimaient en grande partie que l'intervention du gouvernement pourraient contrecarrer tout chômage technologique persistant non corrigé par les forces du marché. Une autre similitude entre les deux périodes est la publication d’une étude fédérale majeure vers la fin de chaque épisode, affirmant que le chômage technologique à long terme ne se produisait pas (bien que les études convenaient que l’innovation était un facteur majeur de changements à court terme chez des travailleurs, et conseillaient une action gouvernementale pour fournir une assistance)[note 4].

À la fin de l'âge d'or du capitalisme dans les années 1970, le chômage a de nouveau augmenté et est généralement resté relativement élevé pendant le reste du siècle, dans la plupart des économies avancées. Plusieurs économistes ont encore une fois soutenu que cela pouvait être dû à l'innovation, le plus important étant peut-être Paul Samuelson[62]. Un certain nombre d'ouvrages populaires mettant en garde contre le chômage technologique furent également été publiés. Parmi ceux-ci, le livre de James S. Albus de 1976, intitulé Peoples 'Capitalism: The Economics of the Robot Revolution[63],[64]; David F. Noble avec des œuvres publiées en 1984[65] et 1993[66]; Jeremy Rifkin et son livre de 1995, The End of Work[67] et le livre de 1996 The Global Trap[68]. En général, le sujet fut plus prégnant en Europe qu'aux États-Unis à la fin du XXe siècle[69]. Hors les périodes de débats intenses dans les années 1930 et 1960, le consensus des économistes et du grand public au XXe siècle était que la technologie ne causait pas de chômage à long terme[70].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Opinions[modifier | modifier le code]

L’opinion qui prévaut est que nous sommes à l’époque du chômage technologique - que la technologie rend de plus en plus obsolètes les travailleurs qualifiés.Pr Mark MacCarthy (2014) [71]

Ce consensus s’est maintenu pendant la première décennie du XXIe siècle, même s’il continuait d’être contesté par un certain nombre d’ouvrages universitaires[13],[18] et par des ouvrages populaires tels que M Robotic Nation[72] de Marshall Brain « The Lights in the Tunnel: Automation, Accelerating Technology and the Economy of the Future de Martin Ford[73].

Depuis la publication de leur livre intitulé Race Against The Machine, publié en 2011, Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson, professeurs au MIT, apparaissent à l'avant garde du chômage technologique. Les deux professeurs restent cependant relativement optimistes, indiquant que « la clé pour gagner la course est de ne pas concurrencer les machines, mais de rivaliser avec les machines[74],[75],[76],[77],[78],[79],[80]».

L'inquiétude suscitée par le chômage technologique augmenta en 2013, en partie à cause d'un certain nombre d'études prédisant une augmentation substantielle du chômage technologique au cours des prochaines décennies et des preuves empiriques montrant que, dans certains secteurs, l'emploi recule dans le monde entier malgré la hausse de la production, réduisant ainsi l'impact des facteurs mondialisation et délocalisation comme seule cause d'augmentation du chômage[81],[14],[82].

En 2013, le professeur Nick Bloom de l'université de Stanford rapporta un changement radical d'avis parmi ses collègues économistes[83]. En 2014, le Financial Times rapporta que l’impact de l’innovation sur l’emploi était un thème dominant dans les discussions économiques récentes[84]. Selon l'universitaire et ancien politicien Michael Ignatieff, écrivant en 2014, cette question a "partout hanté la politique des démocraties[85]". Parmi les préoccupations évoquées, citons: des preuves montrant des baisses mondiales de l’emploi dans des secteurs tels que la fabrication; les baisses de salaire des travailleurs peu et moyennement qualifiés s'étendant sur plusieurs décennies, alors même que la productivité augmente; l'augmentation de l'emploi par le biais de plateformes, souvent précaire; et la survenue de reprises sans emploi après les récessions récentes. Le XXIe siècle a vu une variété de tâches qualifiées partiellement assurées par des machines, notamment la traduction, la recherche juridique et même le journalisme de bas niveau. Les tâches de soins, les divertissements et d'autres tâches nécessitant de l'empathie, que l'on pensait auparavant à l'abri de l'automatisation, ont également commencé à être effectuées par des robots[81],[14],[86],[87],[88],[89].

L'ancien secrétaire au Trésor américain et professeur d'économie de Harvard, Lawrence Summers, a déclaré en 2014 qu'il ne croyait plus que l'automatisation créerait toujours de nouveaux emplois et que "ce n'est pas une possibilité hypothétique pour l'avenir. C’est quelque chose qui émerge devant nous en ce moment". Summers remarqua que déjà plus de secteurs détruisaient des emplois qu'en créait de nouveaux[note 5],[90],[91],[92],[93]. Alors qu’il doutait du chômage technologique, le professeur Mark MacCarthy déclara à l’automne 2014 qu'il était désormais «l’opinion dominante» que l’ère du chômage technologique est arrivée.

Lors de la réunion de 2014 à Davos, Thomas Friedman déclara que le lien entre technologie et chômage semblait avoir été le thème dominant des discussions de cette année. Un sondage mené à Davos en 2014 révéla que 80% des 147 répondants étaient d'accord pour dire que la technologie entraînait une croissance sans emploi[94]. Gillian Tett constata lors du Davos de 2015 que presque tous les délégués participant à une discussion sur les inégalités et la technologie s'attendaient à une augmentation de ces inégalités au cours des cinq prochaines années, attribuable au remplacement technologique des emplois[95]. En 2015, Martin Ford remporta le prix "Financial Times et McKinsey Business Book" de l’année pour sa Rise of the Robots: Technology and the Threat of a Jobless Future. Le premier sommet mondial sur le chômage technologique s'est aussi tenu à New York en 2015. À la fin de l'année, Andy Haldane, économiste en chef de la Banque d'Angleterre, et Ignazio Visco, gouverneur de la Banque d'Italie, alertèrent également d'une éventuelle aggravation du chômage technologique[96],[97]. Dans une interview accordée en octobre 2016, le président américain Barack Obama déclara qu'en raison de la croissance de l'intelligence artificielle, la société devrait débattre d'un "revenu gratuit inconditionnel pour tous" d'ici 10 à 20 ans[98]. En 2019, Stuart J. Russell, informaticien et expert en Intelligence artificielle, déclara qu' "à long terme, pratiquement tous les emplois actuels disparaîtront, rendant nécessaire un changements de politique radical pour nous préparer à une économie future très différente". Dans un livre dont il est l'auteur, Russell affirme que "le tableau qui se dessine rapidement est celui d'une économie où beaucoup moins de personnes travaillent parce que le travail est inutile". Cependant, il a prédit que l'emploi dans les soins de santé, les soins à domicile et la construction augmenterait[99].

D'autres économistes, cependant, firent valoir que le chômage technologique à long terme est peu probable. En 2014, Pew Research interrogea 1 896 professionnels de la technologie et économistes et constata une divergence d'opinions: 48% des personnes interrogées pensaient que les nouvelles technologies supprimeraient plus d'emplois qu'elles n'en créeraient d'ici 2025, tandis que 52% affirmaient que ce ne serait pas le cas[100]. Bruce Chapman, professeur d'économie à l'Australian National University, indiqua que des études telles que celles de Frey et d'Osborne surestimait la probabilité de pertes d'emplois futures, ne tenant pas compte des nouveaux emplois susceptibles d'être créés dans un domaine encore inconnu[101].

Les enquêtes auprès du grand public indiquèrent souvent que l'automatisation aurait un impact considérable sur les emplois, mais pas sur les emplois occupés par les personnes interrogées[102].

Études[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d’études anticipent que l’automatisation remplacera une grande partie des emplois, mais les estimations du niveau de chômage qu’elle entraînera varie. Les recherches menées par Carl Benedikt Frey et Michael Osborne de l’Oxford Martin School montrèrent que les employés engagés dans des "tâches suivant des procédures bien définies pouvant être facilement exécutées à l’aide d’algorithmes sophistiqués" risquent de disparaître. L'étude, publiée en 2013, montre que l'automatisation peut affecter à la fois le travail qualifié et non qualifié, ainsi que les professions à forte et faible rémunération. Cependant, les professions physiques peu rémunérées sont les plus exposées. L'étude estime que 47% des emplois américains présentaient un risque élevé d'automatisation[14]. En 2014, le groupe de réflexion économique Bruegel publia une étude, basée sur les approches de Frey et Osborne, affirmant que, dans les 28 États membres de l'Union européenne, 54% des emplois risquaient d'être automatisés. Les pays où l'emploi était le moins vulnérable à l'automatisation étaient la Suède (46,69%), le Royaume-Uni (47,17%), les Pays - Bas ( 49,50%) et la France et le Danemark (49,54%). Les pays où les emplois étaient les plus vulnérables étaient la Roumanie (61,93%), le Portugal (58,94%), la Croatie (57,9%) et la Bulgarie (56,56%)[103],[104]. Un rapport publié en 2015 par le Centre Taub révéla que 41% des emplois en Israël risquaient d'être automatisés au cours des deux prochaines décennies[105]. En janvier 2016, une étude conjointe de l'Oxford Martin School et de Citibank, basée sur des études antérieures sur l'automatisation et des données de la Banque mondiale, révéla que le risque d'automatisation dans les pays en développement était beaucoup plus élevé que dans les pays développés: 77% des emplois en Chine, 69% des emplois en Inde, 85% des emplois en Éthiopie et 55% des emplois en Ouzbékistan risquaient d'être automatisés[106]. Une étude réalisée en 2016 par l'Organisation Internationale du Travail révéla que 74% des emplois salariés dans l'industrie électrique et électronique en Thaïlande, 75% des emplois salariés dans l'industrie électrique et électronique au Vietnam, 63% des emplois salariés dans l'industrie électronique et en Indonésie et 81% des employés salariés aux Philippines, étaient très exposées au risque d’automatisation[107]. Selon un rapport des Nations Unies publié en 2016, 75% des emplois dans les pays en développement risquaient d'être automatisés, et d'autres emplois pourraient être perdus si les entreprises cessaient d'externaliser dans des pays en développement, car l'automatisation dans les pays industrialisés rend moins lucrative l'externalisation vers des pays à faible coût de main-d'œuvre[108].

Dans son rapport économique de 2016, le Council of Economic Advisers, une agence du gouvernement américain chargée de mener des recherches en économique pour la Maison-Blanche, utilisa les données de l'étude Frey et Osborne pour estimer que 83% des emplois affichant un salaire horaire inférieur à 20 $, 31% des emplois dont le salaire horaire était compris entre 20 et 40 $ et 4% des emplois dont le salaire horaire était supérieur à 40 $ étaient à risque d'automatisation[109]. Une étude de 2016 par l'Université Ryerson révéla que 42% des emplois au Canada risquaient d'être automatisés, en les divisant en deux catégories: les emplois à «risque élevé» et les emplois à «risque faible». Les emplois à risque élevé étaient principalement des emplois à faible revenu nécessitant un niveau d'éducation inférieur à la moyenne. Les emplois à faible risque étaient en moyenne des postes plus qualifiés. Le rapport révéla une probabilité de 70% que les emplois à haut risque et de 30% que les emplois à faible risque soient affectés par l'automatisation dans les 10 à 20 prochaines années[110]. Une étude menée en 2017 par PricewaterhouseCoopers annonça que jusqu'à 38% des emplois aux États-Unis, 35% en Allemagne, 30% au Royaume-Uni et 21% au Japon risquaient fortement d'être automatisés au début des années 2030[111]. Une étude de 2017 par la Ball State University révéla que près de la moitié des emplois américains risquaient d'être automatisés, dont beaucoup étaient des emplois à faible revenu[112]. Selon un rapport publié en septembre 2017 par McKinsey & Company, 478 milliards d'heures de travail par an consacrées au secteur manufacturier, soit 2,78 milliards de dollars sur 5,1 billions de dollars de main-d'œuvre, étaient déjà automatisables en 2015. Dans les secteurs peu qualifiés, 82% de la main-d'œuvre du secteur du vêtement, 80% de la transformation de produits agricoles, 76% de la fabrication de produits alimentaires et 60% de la fabrication de boissons ont été automatisés. Dans les zones de compétences moyennes, 72% de la production de matériaux de base et 70% de la fabrication de meubles étaient automatisables. Dans les domaines hautement spécialisés, 52% des travailleurs de l'aérospatiale et de la défense et 50% des travailleurs de l'électronique avancée pourraient l'être[113]. En octobre 2017, une enquête menée aux États-Unis et au Royaume-Uni auprès de décideurs du secteur des technologies de l'information révéla qu'une majorité pensait que la plupart des processus opérationnels pourraient être automatisés d'ici 2022: en moyenne, ils déclarent que 59% des processus opérationnels étaient soumis à l'automatisation[114]. Selon un rapport publié en novembre 2017 par le McKinsey Global Institute et analysant environ 800 professions dans 46 pays, entre 400 et 800 millions d'emplois pourraient être perdus du fait de l'automatisation robotique d'ici 2030, les emplois étant plus menacés dans les pays développés que dans les pays en développement en raison d'une plus grande disponibilité de capitaux pour investir dans l'automatisation[115]. Les pertes d'emplois et le déclassement imputés à l'automatisation furent cités parmi les nombreux facteurs ayant contribué à la résurgence de politique nationaliste et protectionniste aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France, entre autres pays[116],[117],[118],[119],[120].

Cependant, toutes les études empiriques récentes n’ont pas permis de conclure que l’automatisation entraînerait un chômage généralisé. Une étude publiée en 2015, qui examinait l'impact des robots industriels dans 17 pays entre 1993 et 2007, n'a révélé aucune réduction globale de l'emploi causée par les robots et une légère augmentation des salaires globaux[27]. Selon une étude publiée dans McKinsey Quarterly[121] en 2015, l’impact de l’informatisation n’est dans la plupart des cas pas un remplacement des employés, mais l’automatisation d’une partie de leurs tâches[122].Une étude de l'OCDE de 2016 révéla que parmi les 21 pays de l'OCDE étudiés, seulement 9% des emplois en moyenne risquaient d'être automatisés, mais cela variait considérablement d'un pays à l'autre. En Corée du Sud par exemple, le nombre d'emplois à risque était de 6%, tandis que en Autriche, il était de 12%[123]. Contrairement à d’autres études, celle de l’OCDE ne fonde pas principalement son évaluation sur les tâches qu’impliquent un emploi, elle inclut également des variables démographiques, notamment le sexe, l’éducation et l’âge. En 2017, Forrester estimait que l'automatisation entraînerait une perte nette d'environ 7% des emplois aux États-Unis d'ici 2027, remplaçant 17% des emplois tout en créant de nouveaux emplois équivalant à 10% de la main-d'œuvre[124]. Une autre étude montra que le risque d’automatisation des emplois américains avait été surestimé en raison de facteurs tels que l’hétérogénéité des tâches au sein d'une profession et la capacité d’adaptation des travailleurs. L’étude a révélé qu’une fois cela pris en compte, le nombre de professions risquant d’être automatisées aux États-Unis diminue de 38% à 9%, toutes choses étant égales par ailleurs[125]. Une étude menée en 2017 sur les effets de l'automatisation sur l'Allemagne n'a pas trouvé de preuve de perte d'emploi au total, les pertes dans le secteur industriel dues à l'automatisation ayant été compensées par des gains dans les services. Les travailleurs du secteur manufacturier pouvaient aussi s'adapter en changeant de tâches. Toutefois, l’automatisation a entraîné une diminution de la part des revenus des travailleurs car elle a permis d’augmenter la productivité mais pas les salaires[126].

Une étude menée par la Brookings Institution en 2018 et portant sur 28 industries de 18 pays de l'OCDE entre 1970 et 2018 montra que l'automatisation maintenait les salaires bas. Même si elle conclut que l’automatisation ne réduisait pas le nombre d’emplois disponibles, ni même les augmentait, elle révéla qu’entre les années 1970 et 2010, elle avait réduit la part du travail humain dans la valeur ajoutée du travail et avait ainsi contribué à une croissance lente des salaires[127]. En avril 2018, Adair Turner, ancien président de la Financial Services Authority et directeur de l'Institute for New Economic Thinking, déclara qu'il serait déjà possible d'automatiser 50% des emplois avec la technologie actuelle, ainsi que emplois d'ici 2060[128].

Politique[modifier | modifier le code]

En 2017, la Corée du Sud est devenue le pays le plus automatisé du monde avec un robot pour 19 personnes employées. Cela a amené le gouvernement à envisager de modifier les lois fiscales afin de freiner l'automatisation[129].

Solutions[modifier | modifier le code]

Prévention des pertes nettes d'emplois[modifier | modifier le code]

Refus de l'innovation[modifier | modifier le code]

"Ce à quoi je m'oppose, c'est l'engouement pour les machines, pas les machines en tant que telles. L'engouement pour des machines qu'ils appellent réductrices de main d'œuvre ("labour saving"). Les hommes continuent de réduire la main d'œuvre jusqu'à ce que des milliers de personnes soient sans travail, jetées dans les rues et meurent de faim. " - Gandhi, 1924[130].

Historiquement, les innovations furent parfois interdites en raison d'inquiétudes quant à leur impact sur l'emploi. Cependant, depuis le développement de l'économie moderne, cette option n'a généralement pas été envisagée, du moins pas dans les économies avancées. Même les commentateurs pessimistes au sujet du chômage technologique à long terme considèrent invariablement l'innovation comme un avantage global pour la société, John Stuart Mill étant peut-être le seul célèbre économiste politique occidental à avoir suggéré d'interdire la technologie comme solution possible au chômage[16].

L’économie gandhienne appela à retarder l’utilisation des machines économes en main d'œuvre jusqu’à ce que le chômage soit réduit, mais ce conseil a été largement rejeté par Nehru, qui devint Premier ministre une fois l’indépendance acquise. Cette politique fut toutefois mise en œuvre au XXe siècle en Chine sous l'administration Mao[131],[132],[133].

Réduction du temps de travail[modifier | modifier le code]

En 1870, le travailleur américain moyen comptait environ 75 heures par semaine. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, le temps de travail était tombé à environ 42 heures par semaine, et la baisse était similaire dans les autres économies avancées. Selon Wassily Leontief, il s’agissait d’une augmentation volontaire du chômage technologique. La réduction des heures de travail permit la répartition du travail disponible restant, et fut préférée par les travailleurs, heureux de réduire les heures de travail au profit du temps libre, l'innovation aidant généralement à augmenter leurs taux de rémunération[21].

Des économistes, notamment John R. Commons, Lord Keynes et Luigi Pasinetti, proposèrent la réduction du temps de travail comme solution possible au chômage. Cependant, une fois que les heures de travail atteignent environ 40 heures par semaine, de nouvelles réductions furent moins populaires, à la fois pour éviter une perte de revenu et en déclenchant un intérêt pour travailler à son propre compte. De manière générale, les économistes du XXe siècle plaidaient contre le traitement du chômage par une réduction du temps de travail, en affirmant qu'il s'agissait du sophisme de la quantité fixe de travail[134]. En 2014, le cofondateur de Google, Larry Page, suggéra une semaine de travail de quatre jours. Ainsi, à mesure que la technologie continue de supprimer des emplois, davantage de personnes peuvent trouver un emploi[91],[135],[136].

Travaux publics[modifier | modifier le code]

Les programmes de travaux publics furent traditionnellement utilisés par les gouvernements pour stimuler directement l’emploi, bien que certains conservateurs, mais pas tous, s’y soient opposés. Jean-Baptiste Say, bien que généralement associé à l'économie de marché, indiqua que les travaux publics pourraient constituer une solution au chômage technologique[137]. Certains commentateurs, tels que le professeur Mathew Forstater, estimèrent que les travaux publics et les emplois garantis dans le secteur public pourraient constituer la solution idéale au chômage technologique car, contrairement aux régimes de protection sociale ou de revenu garanti, ils offrent à la population la reconnaissance sociale et un engagement significatif associé au travail[138],[139].

Pour les économies moins développées, les travaux publics peuvent constituer une solution plus facile à gérer que les programmes de protection sociale universels[21]. À partir de 2015, les appels à des travaux publics dans les économies avancées furent moins fréquents, même de la part des progressistes, en raison de préoccupations concernant la dette souveraine[réf. nécessaire]. Une exception partielle concerne les dépenses d'infrastructure, qui furent recommandées comme solution au chômage technologique même par des économistes néolibéraux tel que Larry Summers[140].

Éducation[modifier | modifier le code]

Une éducation de meilleure qualité et plus accessible, y compris la formation professionnelle des adultes et d’autres politiques actives du marché du travail, est une solution politiquement consensuelle, et même bien accueillie par les optimistes. L'amélioration de l'éducation financée par le gouvernement est particulièrement appréciée par l'industrie.

Les partisans de ce type de politique affirment qu'une éducation plus qualitative et plus spécialisée permet de tirer profit d'une industrie technologique en pleine croissance. Le MIT publia une lettre ouverte aux décideurs politiques prônant la "réinvention de l'éducation", à savoir un "l'abandon de l'apprentissage par cœur" en faveur des disciplines des STEM[141]. Les conseillers du président des États-Unis pour la science et la technologie (PACST) mirent aussi l'accent sur les STEM dans le choix des inscriptions dans l'enseignement supérieur<[142]. La réforme de l'éducation fait également partie de la "stratégie industrielle" britannique, un plan annonçant l'intention du pays d'investir des millions de dollars dans un "système d'enseignement technique[143]", incluant un programme de formation continue pour les travailleurs qui souhaitent adapter leurs compétences. Ces offres politiques combattent les problèmes liés à l'automatisation en répondant aux nouveaux besoins de la société.

Cependant, plusieurs universitaires firent également valoir que l'amélioration de l'éducation ne suffirait pas à elle seule à résoudre le chômage technologique, soulignant la baisse récente de la demande pour de nombreuses compétences intermédiaires et suggérant que tout le monde n'est pas capable de maîtriser les compétences les plus avancées[24],[25],[26]. Kim Taipale déclara que "l'ère des courbes en cloche qui soutenait une classe moyenne en expansion est révolue... L'éducation en soi ne va pas combler la différence[144]". Dans un éditorial de 201, Paul Krugman, professeur d'économie et chroniqueur au New York Times, fit valoir qu'une meilleure éducation ne suffirait pas car elle "réduit en fait la demande de travailleurs très instruits[145]".

Vivre avec le chômage technologique[modifier | modifier le code]

Aides sociales[modifier | modifier le code]

Le recours à diverses formes de prestation sociale a souvent été accepté comme une solution au chômage technologique, même par les conservateurs et par les optimistes. Les programmes de protection sociale ont généralement eu tendance à être plus durables une fois mis en place, par rapport à d'autres options telles que la création directe d'emplois par des travaux publics. Bien qu’ils aient été les premiers à créer un système formel décrivant les effets de la compensation, Ramsey McCulloch et la plupart des économistes classiques plaidèrent en faveur d’une aide publique pour les personnes en chômage technologique, comprenant que l’ajustement du marché aux nouvelles technologies n’était pas instantané et que les personnes affectées ne seraient pas toujours en mesure d’obtenir immédiatement un autre emploi grâce à leurs propres efforts[16].

Revenu de base[modifier | modifier le code]

Plusieurs commentateurs notèrent que les formes traditionnelles d’aide sociale pouvaient être inadéquates pour répondre aux futurs défis posés par le chômage technologique, et proposèrent le revenu de base comme alternative[146]. Martin Ford[147], Erik Brynjolfsson[84], Robert Reich, Andrew Yang, Elon Musk et Guy Standing entre autres préconisent une forme de revenu de base comme solution au chômage technologique. Reich soutient que l'introduction d'un revenu de base, peut-être mis en œuvre sous la forme d'un impôt sur le revenu négatif, est "presque inévitable[148]" tandis que M. Standing considère le revenu de base "politiquement essentiel[149]". Depuis la fin de 2015, de nouveaux projets pilotes sur le revenu de base furent annoncés en Finlande, aux Pays-Bas et au Canada. Un certain nombre d'entrepreneurs du secteur de la technologie lancèrent un plaidoyer en faveur des revenus de base, le plus important étant Sam Altman, président de Y Combinator[150].

Le scepticisme envers le revenu de base autant que sa défense se trouvent à la fois à droite et à gauche du spectre politique. Par exemple, alors que les formes proposées les plus connues (avec taxation et distribution) sont généralement considérées comme des idées de gauche contre lesquelles les personnes de droite tentent de s'opposer, d'autres formes furent proposées même par des libertariens tels que von Hayek et Friedman. Le président républicain Nixon lança un plan d'aide à la famille (Family Assistance Plan) en 1969, qui avait beaucoup en commun avec le revenu de base: passé dans la chambre des représentants, il fut rejeté par le Sénat[151].

Une objection au revenu de base est que cela pourrait dissuader de travailler, mais des expériences pilotes en Inde, en Afrique et au Canada indiquent que cela ne se produit pas et qu'un revenu de base encourage l’entrepreneuriat et un travail plus productif et collaboratif. Une autre objection consiste au défit de le financer: de nouvelles idées de recettes furent proposée, les sceptiques les qualifiant d’utopiques. Même d’un point de vue progressiste, on craint qu’un revenu de base fixé à un niveau trop bas n’aide pas les personnes économiquement vulnérables, en particulier s’il est largement financé par des coupes dans d’autres formes de protection sociale[149],[152],[153],[154].

Pour répondre aux préoccupations concernant le financement et le contrôle par un gouvernement, un modèle alternatif consiste à répartir les coûts et la gestion sur le secteur privé et non le secteur public. Les entreprises de l’ensemble de l’économie seraient obligées d’employer des humains, mais les descriptions de poste seraient laissées à l’innovation privée, et les individus seraient en concurrence pour être embauchés et conservés. Ce serait un analogue au revenu de base du secteur à but lucratif, c'est-à-dire une forme de revenu de base basé sur le marché. Cela diffère de l'emploi garanti en ce que le gouvernement n’est pas l’employeur (les entreprises le sont) et que les employés peuvent être licenciés. Dans ce modèle, le salut économique réside non pas dans la garantie d'un emploi pour chaque individu, mais bien dans le fait qu'il existe suffisamment d'emplois pour éviter le chômage massif et que l'emploi n'est plus le seul privilège de la fraction de la population la plus intelligente ou la mieux formée. Le Centre pour la justice économique et sociale (CESJ) proposa également une autre forme de revenu de base reposant sur le marché dans le cadre d'une "troisième voie". Appelée la Capital Homestead Act elle rappelle le capitalisme des peuples de James S. Albus[63],[64] en ce sens que la création monétaire et la propriété de titres mobiliers sont largement et directement distribuées aux individus plutôt que de passer au travers, ou d’être concentrées, dans des mécanismes centralisés ou parmi des élites.

Élargir la propriété des actifs technologiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs solutions furent proposées hors du spectre politique gauche-droite traditionnel, par exemple l'extension de la propriété des robots et des autres immobilisations productives. Des personnes telles que James S. Albus[63],[155] John Lanchester[156] Richard B. Freeman[153] et Noah Smith, préconisèrent l’élargissement de la propriété des technologies[157], Jaron Lanier proposa un mécanisme permettant aux citoyens ordinaires de recevoir des "micropaiements" pour les mégadonnées générées par leur navigation régulière et d'autres aspects de leur présence en ligne[158].

Changements structurels vers une économie de l'abondance[modifier | modifier le code]

Le mouvement Zeitgeist (TZM), le projet Venus (TVP) ainsi que divers individus et organisations proposent des changements structurels vers une forme d'économie post-pénurie dans laquelle les personnes sont libérées de leurs emplois automatisables et monotones, plutôt qu'ils ne perdent . Dans le système proposé par TZM, tous les emplois sont soit automatisés, soit supprimés pour n'avoir aucune valeur réelle pour la société (telle que la publicité). Les taches sont rationalisées par des processus et collaborations plus efficaces, durables et ouverts, ou réalisées sur la base de l'altruisme et de la pertinence sociale (voir par exemple le Whuffie), et s'opposent à la contrainte ou au gain monétaire[159],[160],[161],[162],[163]. Le mouvement spécule également que le temps libre mis à la disposition permettra une renaissance de la créativité, de l'invention, du capital social et communautaire, ainsi que la réduction du stress.

Autres approches[modifier | modifier le code]

La menace du chômage technologique fut parfois utilisée par les économistes du marché libre pour justifier des réformes du côté de l'offre, afin de faciliter l'embauche et le licenciement de travailleurs. Inversement, il fut également utilisé comme une raison pour justifier une augmentation de la protection des employés[12],[164].

Des économistes, dont Lawrence Summers, recommandèrent des efforts de coopération pour s'attaquer à la « myriade de dispositifs » - tels que les paradis fiscaux, le secret bancaire, le blanchiment d'argent et l'arbitrage reglementaire - qui permettent aux détenteurs d'une grande richesse d'éviter de payer des impôts et de rendre plus difficile l'accumulation de grandes fortunes sans exiger « de grandes cotisations sociales » en retour. Summers suggéra une application plus vigoureuse des lois anti-monopoles; une réduction de la protection « excessive » de la propriété intellectuelle; l'encouragement des régimes de participation aux bénéfices, le renforcement des accords de négociation collective; l'amélioration de la gouvernance d'entreprise; le renforcement de la réglementation financière pour éliminer les subventions à l'activité financière; l'assouplissement des restrictions sur l'utilisation des terres pouvant faire en sorte que les domaines continuent à prendre de la valeur; une meilleure formation des jeunes et la formation continue des chômeurs; l'augmentation des investissements publics et privés dans le développement des infrastructures, telles que la production et le transport de l'énergie[90],[91],[92],[165].

Michael Spence indiqua que pour faire face aux futurs impacts de la technologie, il faudra une compréhension détaillée des forces et des flux mondiaux qu'elle met en œuvre. S'adapter "nécessitera des changements dans les mentalités, les politiques, les investissements (en particulier dans le capital humain), et très probablement des modèles d'emploi"[note 6],[166].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Economic Possibilities of our Grandchildren (1930). E McGaughey, 'Will Robots Automate Your Job Away? Full Employment, Basic Income, and Economic Democracy' (2018) SSRN, part 2(2)
  2. Frey et Osborne, « The future of employment: How susceptible are jobs to computerisation? », Technological Forecasting and Social Change, vol. 114,‎ , p. 254–280 (ISSN 0040-1625, DOI 10.1016/j.techfore.2016.08.019)
  3. (en-US) « Are we on the brink of a jobless future? », PBS NewsHour (consulté le 15 décembre 2017)
  4. « In the Future, Will Everyone Be Unemployed? »,
  5. Censky, « What 0% unemployment looks like », cnn.com
  6. Thompson, « A World Without Work » (consulté le 14 mars 2018)
  7. Thompson, « A World Without Work »
  8. « The Changing Nature of Work » (consulté le 8 octobre 2018)
  9. Alain Clément, « Le traitement de la pauvreté dans L’Écho de la fabrique », dans L'Écho de la fabrique, ENS Éditions (ISBN 978-2-84788-207-0, lire en ligne), p. 311–325
  10. a et b Woirol 1996, pp. 77–90
  11. Mincer et Danninger, « Technology, Unemployment, and Inflation », National Bureau of Economic Research,‎ (lire en ligne)
  12. a et b Sergio Cesaratto, Antonella Stirati et Franklin Serrano, « Technical Change, Effective Demand, and Employment », Center for Full Employment And Price Stability, (consulté le 14 juillet 2015)
  13. a b c d et e Marco Vivarelli, « Innovation, Employment and Skills in Advanced and Developing Countries: A Survey of the Literature », Institute for the Study of Labor, (consulté le 14 juillet 2015)
  14. a b c d e f et g Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, « The future of employment: how susceptible are jobs to computerisation », Oxford University, Oxford Martin School, (consulté le 14 juillet 2015)
  15. On the other hand, from a more positive perspective, some have argued that technological change will alter the structure of an organization in the sense that those in management roles will increasingly become more specialized to those roles as technology that assists collaboration and workflow management allows employees to manage themselves. The typical management role will, as a result, change to allow managers to concentrate on the task of supporting employees and improving their performance thus allowing them to add more, rather than less, value.
  16. a b et c Blaug 1997, p182
  17. Crespi et Tacsir, « Effects of Innovation on Employment in Latin America », Inter-American Development Bank,‎
  18. a et b Marco Vivarelli, « Innovation and Employment: : A Survey », Institute for the Study of Labor, (consulté le 14 juillet 2015)
  19. Moretti, « Local Multipliers », American Economic Review,‎
  20. Goos, Konings et Vandeweyer, « Employment Growth in Europe: The Roles of Innovation, Local Job Multipliers and Institutions. », Tjalling C. Koopmans Research Institute,‎
  21. a b et c Wassily Leontief, « Technological Advance, Economic Growth, and the Distribution of Income », Population and Development Review, vol. 9, no 3,‎ , p. 403–410 (DOI 10.2307/1973315, JSTOR 1973315)
  22. Ford 2009, Chpt 3, 'The Luddite Fallacy'
  23. Lord Skidelsky, « Death to Machines? », Project Syndicate, (consulté le 14 juillet 2015)
  24. a et b Lawrence F. Katz et Robert A. Margo, Human Capital in History : The American Record, (DOI 10.3386/w18752), « Technical Change and the Relative Demand for Skilled Labor: The United States in Historical Perspective »
  25. a et b David H. Autor et David Dorn, « The growth of low skill service jobs and the polarization of the US labor market », The American Economic Review, vol. 103, no 5,‎ , p. 1553–97 (DOI 10.1257/aer.103.5.1553)
  26. a et b Beaudry, Green et Sand, « The Great Reversal in the Demand for Skill and Cognitive Tasks », Journal of Labor Economics, vol. 34, no S1,‎ , S199–S247 (DOI 10.1086/682347, lire en ligne)
  27. a et b Georg Graetz et Guy Michaels, « Robots at Work », Centre for Economic Policy Research, (consulté le 14 juillet 2015)
  28. Carl Benedikt Frey, Michael Osborne and Citi Research, « TECHNOLOGY AT WORK : The Future of Innovation and Employment », Oxford Martin School, (consulté le 4 novembre 2015)
  29. « Humans are underrated », Fortune (consulté le 26 juillet 2015)
  30. Tom Meltzer, « Robot doctors online lawyers automated architects: the future of the professions. », Wired,
  31. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. « The future of employment: How susceptible are jobs to computerization? »,
  32. Vonod Khosla, « Do We Need Doctors or Algorithms? », Tech Crunch,
  33. Lachenmaier et Rottmann, « May 2010 », International Journal of Industrial Organization, vol. 29, no 2,‎ , p. 210–220 (DOI 10.1016/j.ijindorg.2010.05.004)
  34. Coad et Rao, « The firm-level employment effects of innovations in high-tech US manufacturing industries », Journal of Evolutionary Economics, vol. 21, no 2,‎ , p. 255–283 (DOI 10.1007/s00191-010-0209-x)
  35. Piva et Vivarelli, « Technological Change and Employment: Were Ricardo and Marx Right? », Institute of Labor Economics,‎
  36. Marco Vivarelli, The economics of technology and employment : theory and empirical evidence, Italy, Edward Elgar Publishing, , 184 p. (ISBN 978-1-85898-166-6)
  37. Feldmann, « Technological unemployment in industrial countries », Journal of Evolutionary Economics, vol. 23, no 5,‎
  38. Gali, « Technology, Employment, and the Business Cycle: Do Technology Shocks Explain Aggregate Fluctuations? », American Economic Review, vol. 89, no 1,‎ , p. 249–271 (DOI 10.1257/aer.89.1.249)
  39. Francis et Ramey, « Is the Technology-Driven Real Business Cycle Hypothesis Dead? Shocks and Aggregate Fluctuations Revisited », Journal of Monetary Economics, vol. 52, no 8,‎ , p. 1379–1399 (DOI 10.1016/j.jmoneco.2004.08.009)
  40. Basu, Fernald et Kimball, « Are Technology Improvements Contractionary? », American Economic Review, vol. 96, no 5,‎ , p. 1418–48 (DOI 10.1257/aer.96.5.1418)
  41. Shea, « What Do Technology Shocks Do? », NBER Macroeconomics Annual, vol. 13,‎ , p. 275–322 (DOI 10.1086/ma.13.4623748, lire en ligne)
  42. Alexopoulos et Cohen, « Volumes of evidence: examining technical change in the last century through a new lens. », Canadian Journal of Economics, vol. 44, no 2,‎ , p. 413–450 (DOI 10.1111/j.1540-5982.2011.01639.x, lire en ligne)
  43. Alexopoulos, « Read All about It!! What Happens Following a Technology Shock? », American Economic Review, vol. 101, no 4,‎ , p. 1144–1179 (DOI 10.1257/aer.101.4.1144)
  44. Woirol 1996, p. 17
  45. Forbes 1932, p2
  46. Forbes 1932, pp24 -30
  47. Campa, « Technological Growth and Unemployment: A Global Scenario Analysis », Journal of Evolution and Technology,‎ (ISSN 1541-0099, lire en ligne)
  48. Forbes 1993, chapter 2
  49. Forbes 1932, passim, see esp. pp. 49–53
  50. See book eight, chapt XVIII of Suetonius's The Twelve Caesars
  51. Forbes 1932, pp147 -150
  52. Roberto Sabatino Lopez, The Commercial Revolution of the Middle Ages, 950-1350, Cambridge University Press, , 180 p. (ISBN 978-0-521-29046-3, lire en ligne), « Chpt. 2,3 »
  53. a et b Schumpeter 1987, Chpt 6
  54. À l'occasion, ces exécutions utilisèrent des méthodes normalement réservées aux pires criminels, par exemple dans le sud de la France, 58 personnes furent soumises la roue de Catherine pour avoir vendu des marchandises interdites. Voir chapitre 1 de The Worldly Philosophers
  55. E.g by Sir John Habakkuk in American and British Technology in the Nineteenth Century (1962), Cambridge University Press – Habakkuk also went on to say that due to labour shortages, compared with their British counterparts there was far less resistance from U.S. workers to the introduction of technology, leading to more update of innovation, and hence to the more efficient American system of manufacturing
  56. Schumpeter 1987, Chpt 4
  57. Bien qu'à l’origine Ricardo estimait que l’innovation bénéficiait à l’ensemble de la population, il faut convaincu par Malthus que si la technologie pouvait à la fois faire baisser les salaires de la classe ouvrière et provoquer un chômage de longue durée. Il a exprimé ces vues dans un chapitre intitulé "sur les machines", ajouté à la troisième et dernière édition (1821) de On the Principles of Political Economy and Taxation
  58. « Is industrial innovation destroying jobs? », Academia.edu (Originally published in The Cato Journal ), (consulté le 14 juillet 2015)
  59. Woirol 1996, pp. 2, 20–22
  60. Woirol 1996, pp. 2, 8–12
  61. Woirol 1996, pp. 8–12
  62. Samuelson, « Ricardo Was Right! », The Scandinavian Journal of Economics, vol. 91, no 1,‎ , p. 47–62 (DOI 10.2307/3440162, JSTOR 3440162, lire en ligne)
  63. a b et c James S. Albus, Peoples' Capitalism: The Economics of the Robot Revolution (free download)
  64. a et b James S. Albus, People's Capitalism main website
  65. Noble 1984
  66. Noble 1993.
  67. Rifkin 1995
  68. The Global Trap defines a possible "20/80 society" that may emerge in the 21st century. In this potential society, 20% of the working age population will be enough to keep the world economy going. The authors describe how at a conference at the invitation of Mikhail Gorbachev with 500 leading politicians, business leaders and academics from all continents from September 27 – October 1, 1995 at the Fairmont Hotel in San Francisco, the term "one-fifth-society" arose. The authors describe an increase in productivity caused by the decrease in the amount of work, so this could be done by one-fifth of the global labor force and leave four-fifths of the working age people out of work.
  69. Woirol 1996, pp. 143–144
  70. Woirol 1996, p. 3
  71. Mark MacCarthy, « Time to kill the tech job-killing myth », The Hill,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  72. Brain 2003.
  73. Ford 2009.
  74. Steve Lohr, More Jobs Predicted for Machines, Not People, book review in The New York Times, 2011.10.23
  75. Andrew Keen, Keen On How The Internet Is Making Us Both Richer and More Unequal (TCTV), interview with Andrew McAfee and Erik Brynjolfsson, TechCrunch, 2011.11.15
  76. JILL KRASNY, MIT Professors: The 99% Should Shake Their Fists At The Tech Boom, Business Insider, 2011.11.25
  77. Scott Timberg, The Clerk, RIP, Salon.com, 2011.12.18
  78. Andrew Leonard, Robots are stealing your job: How technology threatens to wipe out the middle class, Salon.com, 2014.01.17
  79. David Rotman, « How Technology Is Destroying Jobs », MIT, (consulté le 14 juillet 2015)
  80. « The FT’s Summer books 2015 », Financial times,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  81. a et b Richard Waters, « Technology: Rise of the replicants », Financial Times,‎ (lire en ligne [Modèle:Registration required], consulté le 14 juillet 2015)
  82. Derek Thompson, « What Jobs Will the Robots Take? », The Nation, (consulté le 14 juillet 2015)
  83. Special Report, « A mighty contest: Job destruction by robots could outweigh creation », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  84. a et b Robots are still in our control, (Modèle:Registration required), Cardiff Garcia, Erik Brynjolfsson and Mariana Mazzucato (The Financial Times. Consulté le .
  85. Michael Ignatieff, « We need a new Bismarck to tame the machines », Financial Times,‎ (lire en ligne [Modèle:Registration required], consulté le 14 juillet 2015)
  86. Lord Skidelsky, « Rise of the robots: what will the future of work look like? », theguardian,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  87. Francesca Bria, « The robot economy may already have arrived », openDemocracy, (consulté le 20 mai 2016)
  88. Nick Srnicek, « 4 Reasons Why Technological Unemployment Might Really Be Different This Time », novara wire, (consulté le 20 mai 2016)
  89. Andrew McAfee and Erik Brynjolfsson, The Second Machine Age : Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies, W. W. Norton & Company, , 306 p. (ISBN 978-0-393-23935-5, lire en ligne), « passim, see esp Chpt. 9 »
  90. a et b Lawrence H. Summers, « Lawrence H. Summers on the Economic Challenge of the Future: Jobs », (consulté le 22 août 2014)
  91. a b et c As Robots Grow Smarter, American Workers Struggle to Keep Up (2014-12-15), The New York Times
  92. a et b Larry Summers, The Inequality Puzzle, Democracy: A Journal of Ideas, Issue #32, Spring 2014
  93. Winick, « Lawyer-bots are shaking up jobs » (consulté le 14 mars 2018)
  94. « Forum Debate: Rethinking Technology and Employment <--Centrality of work, 1:02 - 1:04 --> », World Economic Forum, (consulté le 14 juillet 2015)
  95. technology would continue to displace jobs over the next five years., (Modèle:Registration required), Gillian Tett (The Financial Times. Consulté le .
  96. Andy Haldane, « Labour's Share », Banque d'Angleterre, (consulté le 20 mai 2016)
  97. Ignazio Visco, « For the times they are a-changin'... », Bank of Italy, (consulté le 20 mai 2016)
  98. « President Obama: We'll be debating unconditional free money 'over the next 10 or 20 years' » (consulté le 14 mars 2018)
  99. CNN, « The robots are coming for your job, too », CNN (consulté le 8 septembre 2019)
  100. Smith et Anderson, « AI, Robotics, and the Future of Jobs », Pew Research Center, (consulté le 14 août 2014)
  101. Jacob Greber, « Employment fears in the face of increasing automation », The Australian Financial Review, (consulté le 14 juillet 2015)
  102. « Most Americans think artificial intelligence will destroy other people's jobs, not theirs », theverge.com
  103. « More than 50% of EU jobs at risk of computerisation », (consulté le 14 mars 2018)
  104. « Over Half Of EU Jobs Could Be Replaced By Computers » (consulté le 14 mars 2018)
  105. « Info », taubcenter.org.il
  106. « Impact of automation on developing countries puts up to 85% of jobs at risk » (consulté le 14 mars 2018)
  107. 4 et Switzerl, « Bureau for Employers' Activities (ACTEMP) » (consulté le 14 mars 2018)
  108. « UN Report: Robots Will Replace Two-Thirds of All Workers in the Developing World », (consulté le 14 mars 2018)
  109. Goldstein, « The robots are coming for jobs that pay $20 an hour or less, White House finds » (consulté le 14 mars 2018)
  110. « Automation could put 4 in 10 Canadian jobs at high risk in future, study says », cbc,‎ (lire en ligne)
  111. Nelson, « Why American jobs are more at risk of automation than jobs in Germany or the UK » (consulté le 14 mars 2018)
  112. Wells, « Half of American jobs are at risk from automation, new study suggests », (consulté le 14 mars 2018)
  113. « Report: Majority of manufacturing jobs could be automated » (consulté le 14 mars 2018)
  114. « IT Decision Makers Speak: 59% of Business Processes Could Be Automated by 2022 » (consulté le 14 mars 2018)
  115. « What the future of work will mean for jobs, skills, and wages », McKinsey & Company (consulté le 14 mars 2018)
  116. Dashevsky, « How Robots Caused Brexit and the Rise of Donald Trump » [archive du ], PC Magazine, (consulté le 11 janvier 2018)
  117. « Robots for Trump: Did automation swing the US election? », Management Today,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2018)
  118. (en-GB) « The lesson of Trump and Brexit: a society too complex for its people risks everything | John Harris », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2018)
  119. Darrell West, « Will robots and AI take your job? The economic and political consequences of automation », Brookings Institute,
  120. « 'People are lost': Voters in France's 'Trumplands' look to far right », lelocal.fr,‎ (lire en ligne)
  121. Michael Chui, James Manyika, and Mehdi Miremadi, « Four fundamentals of workplace automation As the automation of physical and knowledge work advances, many jobs will be redefined rather than eliminated—at least in the short term. », McKinsey Quarterly, (consulté le 7 novembre 2015) : « Very few occupations will be automated in their entirety in the near or medium term. Rather, certain activities are more likely to be automated.... »
  122. Steve Lohr, « Automation Will Change Jobs More Than Kill Them », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2015) :

    « technology-driven automation will affect most every occupation and can change work, according to new research from McKinsey »

  123. Arntz, Gregory et Zierahn, « The Risk of Automation for Jobs in OECD Countries », OECD Social, Employment and Migration Working Papers,‎ (DOI 10.1787/5jlz9h56dvq7-en, lire en ligne, consulté le 14 mars 2018)
  124. « Forrester : Marketing : Forrester Predicts Automation Will Displace 24.7 Million Jobs And Add 14.9 Million Jobs By 2027 », www.forrester.com (consulté le 14 mars 2018)
  125. Arntz, Melanie; Gregory, Terry; Zierahn, Ulrich "Revisiting the Risk of Automation", accessed 06/11/2017
  126. Dauth, Wolfgang; Findeisen, Sebastian; Suedekum, Jens; Woessner, Nicole "German Robots - The Impact of Industrial Robots on Workers", accessed 06/11/2017
  127. Salomons, « Is automation labor-displacing? Productivity growth, employment, and the labor share », brookings.edu,
  128. Kook, « Half of all jobs can today be automated — and within 50 years, all of them can be », marketwatch.com
  129. Hilary Lamb, « South Korea considers amending tax laws to slow speed of automation », Engineering & Technology,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2017)
  130. For a small collection of quotes by Gandhi relating to his view that innovation should be slowed while unemployment exists see The place of machines
  131. (en) B. N. Ghosh, Gandhian political economy : principles, practice and policy, Aldershot (GB), Ashgate, , 14, 15 p. (ISBN 978-0-7546-4681-5, lire en ligne)
  132. Vijay Sanghvi, Congress Resurgence Under Sonia Gandhi, Kalpaz, , 33–35 p. (ISBN 978-81-7835-340-1, lire en ligne)
  133. Ram K. Vepa, Mao's China : A Nation in Transition, Abhinav Publications, , 180–183 p. (ISBN 978-81-7017-111-9, lire en ligne)
  134. Walker, « Why economists dislike a lump of labor », Review of Social Economy, vol. 65, no 3,‎ , p. 279–291 (DOI 10.1080/00346760701635809, lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  135. Larry Page aborde ses vues sur les effets socioéconomiques des systèmes intelligents et comment les technologies numériques avancées peuvent être utilisées pour créer l'abondance (comme décrit dans le livre de Peter Diamandis), pour répondre aux besoins de la population, pour raccourcir la semaine de travail et atténuer les éventuels effets pervers du chômage technologique. 2014-07-03. Discussion avec Sergey Brin et Vinod Khosla. À partir de 13h00 environ dans la vidéo. Le public est composé des PDG des sociétés du portefeuille de Khosla Ventures.
  136. FT interview with Google co-founder and CEO Larry Page (2014-10-31), The Financial Times
  137. Baumol 2000, p465
  138. Mathew Forstater, « Unemployment in Capitalist Economies - A History of Thought for Thinking About Policy », Center for Full Employment and Price Stability, University of Missouri–Kansas City, (consulté le 14 juillet 2015)
  139. Forstater, « Working for a better world Cataloging arguments for the right to employment », Philosophy & Social Criticism, vol. 41, no 1,‎ , p. 61–67 (DOI 10.1177/0191453714553500, lire en ligne[archive du ], consulté le 14 juillet 2015)
  140. Ed Balls et Lawrence Summers (co-chairs), « Report of the Commission on Inclusive Prosperity », Center for American Progress, (consulté le 14 juillet 2015)
  141. « Policy Recommendations », digital.mit.edu (consulté le 29 novembre 2017)
  142. « President's Council of Advisors on Science and Technology Release Report Outlining Undergraduate Education Initiative », aip,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017)
  143. (en) « Industrial Strategy: the 5 foundations - GOV.UK », www.gov.uk (consulté le 29 novembre 2017)
  144. David Bollier, « POWER-CURVE SOCIETY: The Future of Innovation, Opportunity and Social Equity in the Emerging Networked Economy », The Aspen Institute, (consulté le 14 juillet 2015)
  145. Paul Krugman, « Degrees and Dollars », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  146. Kaplan et Haenlein, « Siri, Siri, in my hand: Who's the fairest in the land? On the interpretations, illustrations, and implications of artificial intelligence », Business Horizons, vol. 62,‎ , p. 15–25 (DOI 10.1016/j.bushor.2018.08.004)
  147. Ford 2009, passim, see esp. pp. 158–168
  148. GleninCA, « Robert Reich: Universal Basic Income In The US 'Almost Inevitable' », Daily Kos, (consulté le 14 juillet 2015)
  149. a et b Chris Giles Sept, Sarah O’Connor, Claire Jones et Ben McLannahan, « Pay pressure » [Modèle:Registration required], The Financial Times, (consulté le 14 juillet 2015)
  150. Ben Tarnoff, « Tech billionaires got rich off us. Now they want to feed us the crumbs », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2015)
  151. Richard Nixon, RN : The Memoirs of Richard Nixon, New York, Grosset & Dunlap, (ISBN 978-0-448-14374-3, lire en ligne)
  152. Ford 2009, pp.162-168.
  153. a et b David Rotman, « Who Will Own the Robots? », MIT, (consulté le 14 juillet 2015)
  154. Nathan Schneider, « Why the Tech Elite Is Getting Behind Universal Basic Income », Vice, (consulté le 14 juillet 2015)
  155. « Dr. James Albus », James-albus.org (consulté le 28 mars 2013)
  156. Lanchester, John (March 2015). The Robots Are Coming, Vol. 37, No. 5, pages 3-8, London Review of Books
  157. Noah Smith, « The End of Labor: How to Protect Workers From the Rise of Robots », The Atlantic,
  158. Jaron Lanier, Who Owns the Future?, Allen Lane, (ISBN 978-1-84614-522-3), passim, see esp p.20
  159. « The Zeitgeist Movement FAQ #5 - 2) Automation of Labor » [archive du ] (consulté le 4 janvier 2017)
  160. Alan Feuer, « Peter Joseph and Jacque Fresco Critique the Monetary Economy », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  161. The Zeitgeist Movement Defined : Realizing a New Train of Thought (lire en ligne)
  162. Simon, « Awaiting Interreflections: Peter Joseph's Highly Anticipated New Film Series Inches Towards its 2016 Release », The Huffington Post, (consulté le 5 janvier 2017)
  163. Donovan, « The Zeitgeist Movement: Envisioning A Sustainable Future », The Huffington Post, (consulté le 5 janvier 2017)
  164. Labour's Declining Share - A Spectre to Worry About?, The Economist, 2013.11.05
  165. Victoria Turk, « Don't Fear the Robots Taking Your Job, Fear the Monopolies Behind Them », Vice.com,
  166. Michael Spence, Labor’s Digital Displacement (2014-05-22), Project Syndicate

Notes[modifier | modifier le code]

  1. les technologies qui remplacent les emplois peuvent être classée comme mécanisation, automation, et amélioration des processus. Les deux premiers impliquent fondamentalement le transfert de tâches d'êtres humains vers des machines. La troisième implique souvent l’élimination complète des tâches. Le thème commun des trois est que les tâches sont supprimées de la population active, ce qui diminue l'emploi. En pratique, les catégories se chevauchent souvent: une amélioration de processus peut inclure une réalisation automatisée ou mécanisée. La ligne de démarcation entre mécanisation et automatisation est également subjective, car la mécanisation peut parfois impliquer suffisamment de contrôle pour être considérée comme faisant partie de l'automatisation.
  2. Smith n'a pas abordé directement le problème du chômage technologique, mais il déclara en 1757 qu'à long terme, l'introduction de machines permettrait de créer plus d'emplois que ceux qui auraient été possibles sans elles.
  3. Typiquement l’introduction de machines à la fois augmenterait la production et réduirait le coût unitaire.
  4. Dans les années 1930, cette étude était intitulée Chômage et changement technologique (rapport n ° G-70, 1940) de Corrington Calhoun Gill du «Projet de recherche national sur les possibilités de réemploi et les changements récents dans les techniques industrielles». Certains rapports fédéraux antérieurs avaient une vision pessimiste du chômage technologique, par exemple Mémorandum sur le chômage technologique (1933) par le Bureau of Labor Statistics d'Ewan Clague. Certaines autorités - par exemple Udo Sautter dans le chapitre 5 de three Cheers for the Unemployed: Government and Unemployment Before the New Deal (Cambridge University Press, 1991) - indique qu'au début des années 1930, les experts américains étaient presque unanimes à penser que le chômage technologique était un problème majeur. D'autres, comme Bruce Bartlett dans Is industrial innovation Destroying Jobs (Cato Journal 1984), affirment que la plupart des économistes sont restés optimistes, même au cours des années trente. Dans l’épisode des années 1960, la principale étude fédérale marquant la fin de la période de débat intense a été Technologie et économie américaine (1966) de la «Commission nationale de la technologie, de l’automatisation et du progrès économique» par le président Lyndon Jonhson in 1964
  5. Les autres déclarations récentes de Summers incluent des avertissements sur les "conséquences dévastatrices" pour ceux qui effectuent des tâches de routine générées par des robots, l'impression 3D, l'intelligence artificielle et des technologies similaires. Selon lui, "il y a déjà plus d'Américains touchant une assurance invalidité que de travailleurs dans l'industrie manufacturière. Et les tendances vont toutes dans la mauvaise direction, en particulier pour les moins qualifiés, car le potentiel de l'intelligence artificielle pour remplacer les employés ainsi que le travail des cols bleus va augmenter rapidement dans les années à venir. " Summers a également déclaré "qu'il existe de nombreuses raisons de penser que la révolution du logiciel sera encore plus profonde que la révolution de l'agriculture. Cette fois-ci, le changement interviendra plus rapidement et affectera une part beaucoup plus grande de l'économie. [...] Plus de secteurs perdent des emplois qu'ils n'en créent. Et la polyvalence de la technologie des logiciels signifie que même les industries et les emplois créés dans ce secteur ne sont pas éternels. [...] Si les tendances actuelles se maintiennent, il se pourrait bien qu'un quart de la population d’âge moyen de la prochaine génération sera au chômage"
  6. Spence a également écrit: "Nous assistons maintenant à une puissante vague de technologie numérique qui remplace la main-d'œuvre par des tâches de plus en plus complexes. Ce processus de substitution et de désintermédiation du travail est en cours depuis un certain temps dans les secteurs des services, la planification des ressources de l'entreprise, la gestion de la relation client, les systèmes de paiement mobiles, etc. Cette révolution se propage à la production de biens, où les robots et l'impression 3D remplacent la main-d'œuvre. " À son avis, la grande majorité du coût des technologies numériques intervient au début, lors de la conception du matériel (par exemple, des capteurs) et, plus important encore, lors de la création du logiciel permettant aux machines de réaliser diverses tâches. "Une fois que cela est réalisé, le coût marginal du matériel est relativement faible (et diminue à mesure que la taille augmente), et le coût marginal de la réplication du logiciel est pratiquement nul. Avec un marché mondial potentiel énorme pour amortir les coûts fixes initiaux de la conception et tests, les incitations à investir [dans les technologies numériques] sont convaincantes ". Spence estime que, contrairement aux technologies numériques antérieures, qui poussaient les entreprises à déployer des bassins de main-d'œuvre à forte valeur ajoutée dans le monde entier, la force motrice de la vague actuelle de technologies numériques "réside dans la réduction des coûts via le remplacement de la main-d'œuvre". Par exemple, à mesure que le coût de la technologie d'impression 3D diminue, il est "facile d'imaginer" que la production peut devenir "extrêmement" locale et personnalisée. De plus, la production répond à la demande réelle, sans prévision ni demande anticipée. "Dans le même temps, l'impact de la robotique (...) ne se limite pas à la production. Bien que les voitures et les drones autonomes en soient les exemples les plus remarquables, l'impact sur la logistique n'en est pas moins transformateur. Des ordinateurs et des grues robotiques qui planifient et déplacent des conteneurs et les navires de charge contrôlent maintenant le port de Singapour, l'un des plus efficaces au monde. " Spence pense que la main-d’œuvre, même très peu coûteuse, perdra en intérêt, que l'efficacité de la production à forte auantité de main-d’œuvre et axée sur les processus diminuera, et que nous assisterons à un processus de relocalisation. À son avis, la production ne va pas disparaître, mais elle nécessitera moins de main-d'œuvre et tous les pays devront à terme reconstruire leurs modèles de croissance sur les technologies numériques et le capital humain associé pour appuyer leur déploiement et de leur expansion.

Voir également[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Robert Ayres, Turning Point : End of the Growth Paradigm, Routledge, , 192 p. (ISBN 978-1-134-17978-7, lire en ligne) Robert Ayres, Turning Point : End of the Growth Paradigm, Routledge, , 192 p. (ISBN 978-1-134-17978-7, lire en ligne) Robert Ayres, Turning Point : End of the Growth Paradigm, Routledge, , 192 p. (ISBN 978-1-134-17978-7, lire en ligne)
  • Ford, Martin (2015), essor des robots: technologie et menace d'un avenir sans emploi, Ouvrages fondamentaux, ISBN   Ford, Martin (2015),
  • John Maynard Keynes, Les possibilités économiques de nos petits-enfants (1930)
  • E McGaughey, 'Les robots vont-ils automatiser votre travail? Plein emploi, revenu de base et démocratie économique "(2018) ssrn.com, partie 2 (2)
  • Ramtin, Ramin (1991), Capitalisme et automatisation: révolution technologique et rupture capitaliste, Londres, Royaume-Uni et Concord, Massachusetts, États-Unis: Pluto Press, ISBN   Ramtin, Ramin (1991),
  • Ross, Alec (2016), Les Industries du futur, États-Unis: Simon & Schuster.
  • Scott, Ellis L.; Bolz, Roger W.; University of Georgia; Reliance Electric Company (1969), "Automation and Society", Nature, 179 (4570): 1094, Bibcode : 1957Natur.179.1094C, doi : 10.1038 / 1791094a0