Chênedollé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune du département français du Calvados. Pour le poète français, voir Charles-Julien Lioult de Chênedollé. Pour son fils, l'historien et bibliographe belge, voir Charles Auguste Lioult de Chênedollé.

Chênedollé
Chênedollé
L'église Saint-Georges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Maire délégué Rémi Labrousse
Code postal 14410
Code commune 14156
Démographie
Gentilé Chênedolliens
Population 244 hab. (2015)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 17″ nord, 0° 45′ 40″ ouest
Altitude Min. 182 m
Max. 246 m
Superficie 6,91 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Valdallière
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Chênedollé

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Chênedollé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chênedollé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chênedollé

Chênedollé est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Valdallière[1].

Elle est peuplée de 244 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en Bocage virois, Le sud du territoire est parcouru par la route départementale 512 qui relie Vire, à l'ouest, à Condé-sur-Noireau, à l'est (ancienne RN 812). La D 294 joint le bourg à cet axe et permet de rejoindre Presles puis Le Bény-Bocage au nord. Au sud de la route Vire-Condé, elle permet de se rendre à Bernières-le-Patry et à Tinchebray. Le bourg est également traversé d'est en ouest par la D 303 qui est l'ancienne route de Vire à Vassy et à Pontécoulant[2]. Chênedollé était ainsi sur la route des pèlerins du Mont-Saint-Michel.

Chênedollé est dans le bassin de la Vire, par son sous-affluent la rivière du Maine, qui, sur le territoire de la commune, porte le nom de ruisseau de Pouraison. La rivière du Maine donne ses eaux à l'Allière entre Vaudry et Burcy, cette dernière confluant avec la Vire à Vire. La limite sud-est du territoire est une ligne de partage des eaux entre les bassins de la Vire et de l'Orne. Il y avait autrefois, près du hameau de la Haye, sur le ruisseau de Pourraison, un étang qu'Arcisse de Caumont rapporte à 100 arpents d'étendue, en faisant le plus grand du département[3], surface que ne confirme pas la carte de Cassini[4].

Le point culminant (246 m) est au nord du bourg, près des hameaux du Haut Perrier et de Plaisance. Le point le plus bas (182 m) correspond à la sortie du ruisseau de Pouraison du territoire, à l'extrême ouest.

La pluviométrie annuelle avoisine les 950 mm[5].

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, le Vivier, le Bas Perrier, le Haut Perrier, Plaisance, le Bourg, la Petitière, l'Aunay, Campinots, les Hauts Vents, le Cotentin, les Crières, les Sillons, le Boulay aux Chats, la Vonderie, la Portière, le Boulay Hubert, la Route, le Crénois, la Haye, la Rivière, la Jarrière et les Cantuards[6].

Communes limitrophes de Chênedollé[7]
Burcy Presles Pierres
Viessoix Chênedollé[7] Pierres,
Rully
Viessoix Viessoix, Bernières-le-Patry Bernières-le-Patry

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Chesnedolé, Quercus dolata, Chesnedoley au XIVe siècle[8] et Chesne-Dolley[9] en 1726. Si dollé semble bien de l'ancien français signifiant « équarri », chêne est soit bien notre chêne[8], soit issu du bas latin catanus, « genévrier », dont le produit chaain aurait subi l'attraction paronymique de chesne[10].

Le gentilé est Chênedollien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Normandie, des combats très durs ont lieu sur le versant sud de la vallée de l'Allière au début du mois d'août 1944. Bénéficiant de la retraite allemande à la suite de l'opération Liège, Chênedollé est libéré le 13 août par la 11e division blindée britannique[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1992 mars 2001 Michel Guillouet SE Agriculteur
mars 2001[12] en cours Rémi Labrousse[13] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune comptait 244 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Chênedollé[14]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Chênedollé a compté jusqu'à 478 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432320478463452465472452459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
429419422400398404403405400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
391376346310277254261252240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2015
237218196185218221234237244
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint Georges terrassant le dragon.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs du 16 octobre 2015 » (consulté le 19 octobre 2015)
  2. Chênedollé sur la carte de Cassini sur Géoportail.
  3. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 73
  4. Chênedollé sur la carte de Cassini sur Géoportail.
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. Chênedollé sur Géoportail.
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  8. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  9. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne, et de la Nouvelle France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Paris, (lire en ligne), p. 822
  10. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 94
  11. « Chênedollé (14 Calvados) La Libération », sur normandie44lamemoire.com (consulté le 28 mai 2015)
  12. « Rémi Labrousse repart pour un troisième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 septembre 2014)
  13. a et b Réélection 2014 : « L'équipe municipale reste inchangée à l'issue du conseil », sur Ouest-france.fr (consulté le 7 avril 2014)
  14. Date du prochain recensement à Chênedollé, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  17. « Haut-relief : saint Georges terrassant le dragon », notice no PM14000242, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. « Ouest-france.fr - Bernard Huard préside l'Association sports et loisirs - Chênedollé » (consulté le 13 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :