Chêne rouge d'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Quercus rubra

Glands

Le chêne rouge d'Amérique (Quercus rubra L., syn. Quercus borealis Duroi) est un arbre appartenant à la section des chênes rouges (Lobatae) du genre Quercus de la famille des Fagacées[1]. Il s'agit de l'arbre symbole de l'État du New Jersey. L’espèce est sans doute apparue il y a 7 millions d'années, mais les plus anciennes traces certaines datent d'il y a 2,5 millions d'années.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le chêne rouge avec ses couleurs d'Automne

L’arbre est originaire de l’est de l’Amérique du Nord entre la latitude de 34° nord et le sud du Canada[1].

Il pousse avec d’autres feuillus comme les frênes, les tilleuls ainsi que d’autres espèces de chênes. Il a besoin de sols profonds. Il fut introduit en Europe dès 1724 et on le trouve aujourd’hui jusqu’au sud de la Scandinavie[1].

On peut admirer en France des spécimens plantés à la fin du XIXe siècle dans l'Arboretum de La Hutte (Vallée de l'Ourche - Vosges) ou à l'arboretum de l'école Du Breuil à Paris.

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général

Le chêne rouge est un arbre caduc monoïque à croissance rapide d'une hauteur moyenne de 20 à 30 m[1], et dont les meilleurs sujets peuvent atteindre 50 m. Il a une longévité d’environ 200 ans[1] voire 500 ans dans des conditions optimales.

Le tronc est lisse et gris argenté jusqu’à 20-30 ans puis se fissure[1]. Les rameaux brun rougeâtre.

Ses grandes feuilles atteignent de 12 à 22 cm en moyenne[1], se distinguant de celles des chênes caducs européens par leurs 4 à 5 lobes anguleux à extrémité plus ou moins épineuse. En automne, les feuilles virent au rouge, et se maintiennent sur l'arbre une bonne partie de l'hiver (Marcescence).

Il fleurit au printemps (avril-mai) sur les jeunes rameaux de l'année. Les fleurs mâles forment d'assez longs chatons pendants. Les fleurs femelles, groupées par deux, sont petites (2 mm), ovoïdes, rouges et pédonculées.

Les fruits sont des glands brun-rouge d'environ 2 cm à cupule mince et plate très écailleuse ne recouvrant que la base du gland dont la paroi est recouverte d'un fin duvet[1],[2]. Ils mûrissent sur l'arbre pendant deux ans avant d'arriver à maturité[1],[2]. C'est pourquoi il est possible de voir en même temps, en été ou en début d'automne, des petites fleurs fermées sur les nouvelles pousses de l'année et des fruits mieux développés sur la tige de l'année précédente[2].

Culture[modifier | modifier le code]

Feuille et glands de chêne rouge.

Le chêne rouge est une essence à croissance rapide (environ 1 m par an les dix premières années en conditions idéales) qui pousse bien même sur terrains siliceux ou venteux. Le chêne rouge préfère les sols légers, même très acides et craint les sols superficiels. Il se développe particulièrement bien dans les zones les plus humides sauf celles présentant des traces d’hydromorphie en surface. Il ne supporte pas le calcaire actif. Le système racinaire du chêne rouge se caractérise par un grand pivot et un chevelu racinaire peu abondant, ce qui explique les difficultés de reprise parfois constatées.

Il supporte bien la mi-ombre les premières années mais apprécie ensuite un bon ensoleillement.

Il résiste mieux que les chênes européens aux grands froids et aux gelées tardives. Il supporte assez bien la pollution atmosphérique[1] et la sécheresse.

Le chêne rouge est très apprécié par les cervidés (abroutissement et frottis).

En sylviculture, on pratique un élagage à intervalles réguliers notamment lors des premières années car le chêne rouge a tendance à produire des fourches qu'il faut supprimer le plus tôt possible.

On exploite le chêne rouge vers 60 ans pour éviter les risques de pourriture du cœur et les dépérissements qui apparaissent fréquemment vers 80 ans. Son accroissement est souvent supérieur à 8 m3 /ha/an.

C’est une essence généralement traitée en futaie régulière. Le sous-bois est presque inexistant, soit étouffé par les rejets de souche de cet arbre vigoureux, soit gêné par le tapis formé par ses feuilles dont la décomposition est très lente.

Le chêne rouge d'Amérique produit une glandaie importante et peut donc devenir une espèce envahissante qui présente peu d'intérêt pour la faune européenne. En revanche, c'est un arbre de grand intérêt paysager et d'ornement, avec ses feuilles rouges à l'automne.

Pathologie[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Sylviculture de Quercus rubra en Gironde

Introduit en Europe dès 1724, il est à l'époque planté pour ses qualités ornementales, en particulier son feuillage automnal[1]. De nos jours, il est de plus en plus utilisé pour le reboisement (car il grandit plus vite que les chênes européens). À la fin des années 80, 8 à 10% des plantations de feuillus en France utilisaient le chêne rouge[3].

Toutefois, son utilisation en forêt est de plus en plus déconseillée en Europe, car il produit de nombreux glands dès l'âge de 20 ans et peut se montrer envahissant et se substituer aux chênes autochtones.

Le bois, lourd, à grain serré (moins que les chênes européens cependant), de couleur brun rougeâtre, est utilisé pour les charpentes, la tonnellerie, ainsi qu'en menuiserie et en ébénisterie. Il n'est cependant pas imperméable et ne peut être utilisé que pour la tonnellerie de denrées sèches (thylles peu abondantes ou absentes). L'écorce a longtemps servi au tannage des cuirs.

Il est déconseillé de planter un chêne rouge près des habitations car ses racines très puissantes peuvent soulever des revêtements assez épais. Il est toutefois assez utilisé comme arbre d'alignement.

Sur sol hydromorphe, il est préférable de planter le chêne des marais qui lui ressemble et supporte mieux une plus grande humidité[4].

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Quercus rubra L. var. ambigua (Gray) Fern.
  • Quercus rubra L. var. borealis (Michaux f.) Farwell
  • Quercus rubra L. var. rubra

Synonyme : Quercus borealis Michx

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (fr) Arbres - Jaromir Pokorny - p.204 - (ISBN 2-7000-1818-4) - Éditions Gründ - 1987
  2. a, b et c Luc Brodeur, « Les chênes : une production en moins de huit ans », Aventure Chasse & Pêche, vol. 17, no 14,‎ , p. 12-14 (ISSN 1489-8632)
  3. "Le chêne rouge d'Amérique" par Jean Timbal - INRA - 1994
  4. Croissance comparée du Chêne rouge et du Chêne des marais sur un sol agricole de Chalosse (Landes) - Jean Timbal - 2002

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources en ligne[modifier | modifier le code]