Chérif et Saïd Kouachi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chérif Kouachi)
Aller à : navigation, rechercher
Chérif Kouachi
Terroriste islamiste
Image illustrative de l'article Chérif et Saïd Kouachi
Information
Naissance
Paris, France
Décès (à 32 ans)
Dammartin-en-Goële, France
Cause du décès Abattu pendant une intervention du GIGN
Attentat, assassinat, prise d'otages
Affaires Fusillade au siège de Charlie Hebdo
Assaut de Dammartin-en-Goële
Victimes 12 morts et plusieurs blessés
Période 7-9 janvier 2015
Pays Drapeau de la France France
Régions Île-de-France, Picardie
Ville Paris, Dammartin-en-Goële
Saïd Kouachi
Terroriste islamiste
Image illustrative de l'article Chérif et Saïd Kouachi
Information
Naissance
Paris, France
Décès (à 34 ans)
Dammartin-en-Goële, France
Cause du décès Abattu pendant une intervention du GIGN
Attentat, assassinat, prise d'otages
Affaires Fusillade au siège de Charlie Hebdo
Assaut de Dammartin-en-Goële
Victimes 12 morts et plusieurs blessés
Période 7-9 janvier 2015
Pays France
Régions Île-de-France, Picardie
Ville Paris, Dammartin-en-Goële

Chérif Kouachi, né le [1] dans le 10e arrondissement de Paris, et Saïd Kouachi, né le à Paris, tous les deux morts le à Dammartin-en-Goële, sont des terroristes de nationalité française auteurs de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, qui a eu lieu à Paris le et a entraîné la mort de douze personnes. Ils se sont revendiqués d'Al-Qaïda du Yémen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et radicalisation islamique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Filière des Buttes-Chaumont.

Les frères Kouachi sont français, nés de parents algériens, issus d'une fratrie de cinq enfants. Orphelins très tôt de leur père puis de leur mère, qui se prostituait occasionnellement pour subvenir à leurs besoins, décédée en 1995, enceinte d'un sixième enfant, probablement suicidée avec des médicaments. Le parking de leur immeuble, rue d'Aubervillers dans le 19e arrondissement, est devenu un repaire de pédophiles, les enfants y traînant, les parents ne pouvant s'en occuper[2], ils sont élevés en foyer[3] après une enfance au 156 rue d'Aubervilliers, à Paris[4]. Saïd, son frère Chérif, une sœur et un autre frère, sont placés au Centre des Monédières, appartenant à la Fondation Claude-Pompidou, à Treignac[5], en Corrèze, de 1994 à 2000[6]. Saïd y passe un CAP et un BEP d'hôtellerie avant de gagner Paris[7]. Chérif est scolarisé au lycée Georges-Cabanis de Brive-la-Gaillarde où il suit une formation en électrotechnique. Arrivé à Paris, il réalise des clips de rap et devient livreur chez El Primo Pizza[8].

Jeunes et sans histoire, ils se radicalisent au début des années 2000 en fréquentant un petit cercle de jeunes salafistes[8]. Chérif rencontre Farid Benyettou, leader du groupe dit « des Buttes Chaumont » (19e arrondissement de Paris) qui l'endoctrine. Il apparaît dans un numéro de Pièces à conviction sur les jeunes djihadistes.

En , connu des services de lutte antiterroriste, Chérif est appréhendé alors qu'il s'apprête à prendre l'avion pour Damas[9].

Il se marie à Charleville-Mézières le 1er mars 2008, et a un enfant[10] avec sa compagne Izzana qui a commencé à porter le niqab depuis son pèlerinage à La Mecque en 2008, avant d'abandonner son travail d'animatrice en crèche[11].

Saïd, contrairement à son frère, est connu des autorités pour une seule garde à vue dans le cadre de la filière des Buttes-Chaumont[12].

En mai 2010, les enquêteurs de la Sous-direction anti-terroriste avaient perquisitionné son domicile et celui de Amedy Coulibaly dans le cadre de l’enquête sur la tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem. Durant leurs investigations techniques dans le disque dur des ordinateurs des deux terroristes, les enquêteurs avaient trouvé de nombreuses photos pornographiques « classiques » et d'autres montrant des actes sexuels avec des enfants. Ces découvertes n’avaient pas fait l’objet d’investigations, le juge d’instruction antiterroriste Thierry Fragnoli avait considéré qu’elles n’avaient pas de rapport avec les faits de terrorisme dont ils étaient chargés. Les enquêteurs se demandent aujourd’hui si ces images ne se sont pas retrouvées dans les disques durs de leurs ordinateurs en raison de leur navigation sur des sites internet adultes servant de boîte de messagerie discrète. Car on a déjà vu des terroristes se parler sur des sites de jeux en ligne pour déjouer la surveillance de leurs mails et de leurs communications téléphoniques[13].

En 2011, Saïd reçoit un entraînement au combat et au maniement d'armes légères au Yémen[14],[15],[16].

C'est en 2012 qu'il se marie à Charleville-Mézières où son frère s'était marié en 2008[17].

Il était inscrit sur la liste noire des terroristes aux États-Unis depuis quelques années. Repéré à cause de son voyage au Yémen via le Sultanat d'Oman, il fait l'objet entre 2011 et 2014, de quinze mois d’écoutes et de quatre mois de surveillance physique. La CNCIS met fin aux écoutes téléphoniques en juin 2014 faute d’éléments probants en lien avec le terrorisme, les écoutes ayant uniquement révélé des allusions à un trafic de contrefaçons de vêtements et de chaussures de sport[18].

Saïd Kouachi et son frère montraient encore, par l'itinéraire de leur fuite en janvier 2015 vers la Belgique, des réflexes liés à leurs attaches ardennaises[19].

Criminalisation et attentats de janvier 2015 en France[modifier | modifier le code]

Article connexe : Attentat contre Charlie Hebdo.

Emprisonné entre janvier 2005 et octobre 2006, Chérif Kouachi fait en prison la connaissance de Djamel Beghal, qui devient son « nouveau mentor » : il se radicalise encore en prison[20]. Il fait également la connaissance de Amedy Coulibaly, incarcéré pour des faits de droit commun, qui devient lui aussi proche de Beghal[21]. Condamné en 2008 à 3 ans de prison (dont 18 mois avec sursis)[1] pour « association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste » du fait de recrutement de terroristes pour combattre en Irak[22] dans le cadre de la filière des Buttes-Chaumont, Chérif Kouachi reste en liberté, sa peine ayant été couverte par la détention provisoire[20].

Cherif Kouachi et son frère Saïd Kouachi sont répertoriés dans deux bases de données de sécurité[1] des États-Unis : ils sont interdits de vol sur le territoire des États-Unis et listés dans la « no fly list » du Terrorist Screening Center ; et celle du TIDE - liste hautement confidentielle contenant les cas de terroristes soupçonnés ou connus[23]. Selon des sources européennes et américaines proches de l'enquête, Chérif Kouachi se serait rendu au Yémen en 2011 pour s'entraîner avec des militants islamistes liés à AQPA[24].

Chérif fait l'objet entre 2011 et 2014, de deux ans de surveillance téléphonique. La CNCIS met fin aux écoutes téléphoniques en juin 2014 faute d’éléments probants en lien avec le terrorisme, les écoutes ayant uniquement révélé des allusions à un trafic de contrefaçons de vêtements et de chaussures de sport[18].

Les frères Kouachi connaissaient Amedy Coulibaly, qui est impliqué dans la fusillade de Montrouge le 8 janvier 2015 et dans la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes le 9 janvier 2015. Coulibaly affirme au téléphone à BFM TV s'être « synchronisé » avec les tueurs de Charlie Hebdo, et se réclame de l'organisation État islamique (dite « Daech »)[25].

Le mercredi 7 janvier 2015, Chérif et Saïd Kouachi commettent à Paris l'attentat au siège de Charlie Hebdo, tuant huit membres de la rédaction de l'hebdomadaire satirique, deux policiers et deux autres personnes. Ils sont identifiés par la police dans la soirée, grâce à la découverte d'une carte d'identité que Saïd Kouachi avait perdue dans le véhicule qui a permis leur fuite[26].

Recherchés par toutes les polices de France, les frères Kouachi se retranchent dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne, vers h 30[27]. Chérif Kouachi donne un entretien à un journaliste de BFM TV le matin du 9 janvier 2015 : il affirme être missionné et financé par Al-Qaïda du Yémen (AQPA) et avoir été formé par l’imam Anwar al-Awlaqi[28].

Ils sont tués par le GIGN vers 17 h alors qu'ils tentent de sortir de l'imprimerie en faisant feu sur les gendarmes.

Sépultures[modifier | modifier le code]

Le 14 janvier 2015, le maire de Reims, Arnaud Robinet, fait savoir qu'il refuse d'accueillir la dépouille d'un ou deux des frères Kouachi à Reims. L'argument invoqué est celui de risque de trouble à l'ordre public, compte tenu de risques de pèlerinages extrémistes ou de dégradation de sépulture en un lieu de recueillement[29]. En matière d'inhumation, la loi française dispose que l'autorisation est à demander au maire de la commune du cimetière choisi. Le défunt peut être inhumé dans les cimetières suivants : celui de la commune où le défunt habitait (Reims pour Saïd, Gennevilliers pour Chérif), celui de la commune où le défunt est mort (Dammartin-en-Goële), ou celui où est situé le caveau de famille[30]. Saïd Kouachi est finalement inhumé anonymement à Reims le 16 janvier[31] et son frère Chérif à Gennevilliers le 17 janvier[32].

Mourad Hamid[modifier | modifier le code]

Le beau-frère de Chérif Kouachi (Mourad Hamid ou Hamyd) a été interpellé en juillet 2016 à la frontière bulgaro-turque [33]. Il est soupçonné de vouloir rejoindre Daech en Syrie. Il avait été entendu en janvier 2015 après l'attentat contre Charlie Hebdo au commissariat de Charleville-Mézières avant d'être relâché, libre de toute charge. Il est fiché S depuis les attentats de janvier 2015. Le 25 juillet 2016, sa famille a signalé sa disparition. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert le 29 juillet 2016 une information judiciaire en vue de délivrer un mandat d'arrêt européen à son encontre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Chérif et Saïd Kouachi, deux frères terroristes », sur www.lapresse.ca, (consulté le 9 janvier 2015)
  2. Eloïse Lebourg, « L’enfance misérable des frères Kouachi », sur reporterre.net,
  3. Patricia Tourancheau, « Un ticket pour le jihad », sur liberation.fr,
  4. Éloïse Lebourg, « L'enfance misérable des frères Kouachi », sur Reporterre, (consulté le 18 janvier 2015)
  5. (en) Simon Tomlinson, « Moment fugitive Charlie Hebdo gunmen robbed petrol station with ROCKET LAUNCHER hours after massacre at French magazine », sur dailymail.co.uk,
  6. « Charlie Hebdo : les frères Kouachi scolarisés durant six ans en Corrèze », sur lepopulaire.fr,
  7. « Ce que l'on sait sur la radicalisation des frères Kouachi », sur lemonde.fr,
  8. a et b Éric Pelletier, « Charlie Hebdo: qui sont les deux frères recherchés par la police ? », sur lexpress.fr,
  9. « Le djihad irakien des jeunes du 19e arrondissement », sur www.lemonde.fr, (consulté le 9 janvier 2015)
  10. L'union : Les frères Kouachi s’étaient tous les deux mariés à Charleville-Mézières
  11. « Attentats à Paris : trois hommes aux destins croisés », sur lanouvellerepublique.fr,
  12. « Les forces de l'ordre traquent les deux suspects en Picardie », sur Le JDD,
  13. « Les clichés pédophiles, une couverture pour Coulibaly et Kouachi ? », sur L'Obs,
  14. (en) « Suspect Sought in Paris Attack Had Trained in Yemen: Sources », sur New York Times, (consulté le 10 janvier 2015)
  15. Jonathan Klur (avec AFP), « Saïd Kouachi s’était entrainé au Yémen », sur www.lejdd.fr, (consulté le 10 janvier 2015)
  16. (en) « Who are suspects in two violent French standoffs? », sur www.cnn.com, (consulté le 10 janvier 2015)
  17. CHARLIE HEBDO. Les frères Kouachi s’étaient tous les deux mariés à Charleville-Mézières, L'Union
  18. a et b Fabrice Arfi, « Comment les services ont raté les terroristes », sur mediapart.fr,
  19. Guillaume Lévy, « Les Kouachi auraient tenté de traverser les Ardennes pour gagner la Belgique », sur lunion.com,
  20. a et b Ce que l'on sait sur la radicalisation des frères Kouachi, Le Monde, 9 janvier 2015
  21. Djamel Beghal, le trait d'union entre Coulibaly et Kouachi, L'Obs, 10 janvier 2015
  22. « Fusillade à Charlie Hebdo : Chérif Kouachi, jihadiste connu de l'antiterrorisme », sur RTL,
  23. (en) « French police seal off town as they close in on newspaper killing suspects », sur www.euronews.com, (consulté le 9 janvier 2015)
  24. « La surveillance des frères Kouachi en question », sur reuters.com,
  25. « Fin des prises d'otages », sur lemonde.fr/,
  26. Photo de la carte nationale d'identité de Saïd Kouachi, Lepoint.fr, 8 janvier 2015
  27. « Le gendarme qui a croisé les Kouachi raconte », sur www.lefigaro.fr,
  28. Karine Lambin, « BFMTV a été en contact avec les terroristes », sur bfmtv.com,
  29. (en) Maïa de la Baume and Dan Bilefsky. Bodies of French Gunmen Lie Unburied, and, It Appears, Mostly Unwanted. The New York Times, Friday, January 2015, p. A12.
  30. « Inhumation », sur service-public.fr
  31. Attentat "Charlie Hebdo" : Saïd Kouachi a été enterré à Reims, sur lepoint.fr du 17/01/2015 (consulté le 17 janvier 2015)
  32. Les enterrements des frères Kouachi en question sur francesoir.fr du 18/01/2015
  33. « Le beau-frère de Kouachi arrêté », sur Le Figaro,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]