Chérencé-le-Héron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chérancé.

Chérencé-le-Héron
Chérencé-le-Héron
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Villedieu-les-Poêles
Intercommunalité Villedieu Intercom
Maire
Mandat
Christophe Chaumont
2014-2020
Code postal 50800
Code commune 50130
Démographie
Gentilé Chérencéens
Population
municipale
398 hab. (2016 en augmentation de 4,74 % par rapport à 2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 07″ nord, 1° 11′ 48″ ouest
Altitude Min. 129 m
Max. 226 m
Superficie 9,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Chérencé-le-Héron

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Chérencé-le-Héron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chérencé-le-Héron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chérencé-le-Héron

Chérencé-le-Héron est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 398 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le sud du département de la Manche, au nord de l'Avranchin. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la classe dans la partie sud de la « Manche centrale », caractérisée par un bocage fermé au faible relief[1]. Son bourg est à 6 km au sud de Villedieu-les-Poêles et à 21 km au nord-est d'Avranches[2].

La commune est parcourue du nord au sud par la route départementale no 999 (ancienne route nationale 799) qui traverse le bourg, le reliant à Villedieu-les-Poêles au nord et à Brécey au sud. La D 209 en part vers le nord-ouest permettant de rejoindre Saultchevreuil-du-Tronchet par la D 33 limitrophe. À l'ouest, la D 486 relie la D 209 au bourg de Rouffigny. Le sud du territoire est traversé par la D 81 qui permet notamment de rejoindre Saint-Martin-le-Bouillant au sud-est. L'A84 est accessible à 8 km au nord, près de Villedieu-les-Poêles (sorties 37 vers Rennes et 38 vers Caen).

Le bourg de Chérencé est sur une ligne de partage des eaux. Les eaux de la moitié occidentale du territoire sont collectées par des premiers affluents de l'Airou, rivière du bassin de la Sienne, dont la Nouette qui est aussi considérée comme un bras de l'Airou[3]. La moitié orientale est dans le bassin de la Sée et est bordée par l'Anguille (appelé aussi le Bieu), affluent direct du fleuve côtier,

Le point culminant (226 m) est le sommet d'une colline au nord du bourg. Le point le plus bas (129 m) correspond à la sortie du territoire de l'Anguille, au sud-est. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Granville-Pointe du Roc, à 29 km[4]. La région de Villedieu s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Chérencé-le-Héron, avoisine les 1 200 mm[5].

Communes limitrophes de Chérencé-le-Héron[6]
Villedieu-les-Poêles-Rouffigny
(comm. dél. de Villedieu-les-Poêles et de Rouffigny)
Sainte-Cécile La Chapelle-Cécelin
La Trinité Chérencé-le-Héron[6] Saint-Martin-le-Bouillant
La Chaise-Baudouin Saint-Jean-du-Corail-des-Bois Saint-Martin-le-Bouillant

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Carenceio en 1186[7], Charenceyo en 1369-1370[7] et Charencé en 1422[7]. Il semble issu de l'anthroponyme gaulois[7] ou roman[8] Carantius ; La commune s'est également appelée Cherencey le Héron en 1889[9],[10].

L'ajout du déterminant -le-Héron est attesté dès le XIVe siècle. Il a été rendu nécessaire par la proximité (environ 17 km) d'un autre Chérencé, devenu par la suite Chérencé-le-Roussel. Il représente le nom de famille Héron, relativement fréquent dans la Manche, qui dut être celui d'un ancien seigneur. C'est initialement un sobriquet reposant sur le nom de l'oiseau, évoquant probablement la maigreur ou de longues jambes.

Le gentilé est Chérencéen[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1830 1870 Pierre-Amand Lejamptel[12]    
         
1935 1960 Charles Dubreuil    
1960 1995 Roland Letellier    
juin 1995 mars 2001 Daniel Hamel SE Agriculteur
mars 2001 mars 2008 Bernard Landrie SE Agriculteur retraité
mars 2008 mars 2014 Philippe Clément SE Retraité (armée)
mars 2014[13] En cours Christophe Chaumont SE Artisan commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2016, la commune comptait 398 habitants[Note 2], en augmentation de 4,74 % par rapport à 2011 (Manche : -0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Chérencé-le-Héron a compté jusqu'à 846 habitants en 1836.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700582778818769846814760804
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
770801783784783716670651603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
618604607582571581569557544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
515493442345354409387384381
2013 2016 - - - - - - -
384398-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La nef de l’église Notre-Dame.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête communale en juillet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 4.2.1 : La Manche centrale » (consulté le 22 octobre 2015)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Airou (I7102000) » (consulté le 7 mai 2012)
  4. Distance orthodromique selon le site Lion 1906
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 24 février 2014) (archive Wikiwix du site basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  7. a b c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 208
  8. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 94
  9. Dictionnaire des communes, Éd. Berger-Levrault, 1968.
  10. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  11. a et b René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 155
  12. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 235.
  13. a et b « Christophe Chaumont est élu maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 4 avril 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :