Chelidonium majus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chélidoine)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chélidoine (homonymie).
Chelidonium majus
Description de l'image Chelidonium majus20100511 10.jpg.
Classification
Règne Plantae
Classe Magnoliopsida
Ordre Papaverales
Famille Papaveraceae

Genre

Chelidonium
Tourn. ex L., 1753

Nom binominal

Chelidonium majus
L., 1753

Classification phylogénétique

Ordre Ranunculales
Famille Papaveraceae

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
Aire de répartition de la sous-espèce typique (en vert) et la sous-espèce grandiflorum (en bleu)

La Grande Chélidoine (prononcer [kelidwan]) ou Grande Éclaire (Chelidonium majus, « grande hirondelle » en latin) est une plante de la famille des Papavéracées et la seule espèce du genre Chelidonium. On l'appelle aussi herbe aux verrues (ou herbe à verrues), car son latex jaune-orangé toxique est utilisé pour éliminer les verrues.

Phytonymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

La chélidoine (du grec ancien χελιδών et du latin chelidonium, hirondelle) doit son nom à la coïncidence de la floraison de cette papavéracée (famille botanique du pavot, du coquelicot) avec l'arrivée de ces oiseaux migrateurs que sont les hirondelles, et de sa fanaison au départ des volatiles[1]. L'étymologie populaire qui voudrait donner comme origine le latin cœli donum (« don du ciel ») ne doit pas être retenue. Maurice Mességué rappelle la légende rapportée par Pline : le nom de la plante serait dû au fait que les hirondelles frottent les yeux de leurs petits avec des fragments de cette plante pour les ouvrir. Le latex caustique permettrait l'ouverture de l'ourlet de peau chez les petites hirondelles[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La plante porte de nombreux noms vernaculaires : Chélidoine majeure, grande éclaire, herbe aux boucs, herbe de l'hirondelle, herbe de Saint-Clair, lait de sorcières ou lait de démon, herbe du diable, sologne, félongène, felougne. Le nom d'éclaire fait référence aux fleurs d'un jaune vif qui « éclairent la venue du printemps », évoquant des petits soleils végétaux qui semblent source de lumière, d'où l'utilisation de la plante comme antiophtalmique (elle était même censée rendre la vue aux aveugles) en vertu de la théorie des signatures[3]. Sa référence au diable ou au démon rappelle la légende de Nahash, serpent doué de parole qui est condamné à ramper pour avoir séduit Ève. Le reptile dépité crache trois fois son venin duquel naît la jusquiame, le datura et la chélidoine[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La grande chélidoine était considérée depuis des temps reculés comme une plante magique associée à la magie noire.
Les alchimistes du Moyen Âge ont vu dans la sève de la grande éclaire de couleur jaune, le moyen de transformer les vils métaux en or, d'où son surnom de « don du ciel »[5].

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Cette espèce est très variable, en particulier dans la forme des feuilles et dans leurs divisions. On a décrit plus de vingt variétés.

Plante vivace, elle vit en touffes sur un rhizome souterrain épais atteignant 90 cm de hauteur. La tige dressée et ramifiée atteint 30 à 50 cm de haut. Elle est creuse, cylindrique, cassante, hérissée de poils épars. Elle porte sur ses articulations noueuses des feuilles alternes. Les feuilles et tiges sectionnées laissent échapper un abondant latex jaune à orange, couleur due à son pigment (la chélidoxanthine) qui s'oxyde à l'air. Elle dégage une odeur vireuse[6].

La plante présente une hétérophyllie marquée : les feuilles inférieures en rosette sont pétiolées, les feuilles caulinaires du sommet sont sessiles, alternes, pennatiséquées à 5-7 segments ovales (le segment terminal, cunéiforme, est plus développé), incisés-lobés. Elles sont molles, imparipennées et crénelées (parfois dentées), de couleur un peu glauque (surtout en dessous)[6].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

La floraison a lieu d'avril à octobre. Les fleurs actinomorphes à l'extrémité de longs pédoncules inégaux (pubescents puis glabres), sont regroupées en cyme contractée ombelliforme pauciflore (2 à 7 fleurs). Elles ont environ 2 cm de diamètre. Le calice velu est formé de deux sépales verts caducs. La corolle est composée de quatre pétales jaunes rapidement caducs. L'androcée comprend plus de 15 étamines de 8 mm de longueur, de la même couleur que les pétales, avec un filet élargi vers le haut puis brusquement rétréci au voisinage de l'anthère. Le pistil est surmonté d'un style très court (1 mm de longueur) et de deux stigmates obliques[6].

Après fécondation l'ovaire se transforme en capsule linéaire, glabre, longue de 3 à 5 cm et qui ressemble beaucoup à une gousse ou silique glabre, non cloisonnée, avec ses deux valves s'ouvrant de bas en haut. Cette capsule est irrégulièrement bosselée par les petites graines noires réniformes qui sont disposées sur deux rangs[6]. Elles possèdent un élaïosome blanc-jaunâtre qui attire les fourmis assurant la dispersion des graines (myrmécochorie), notamment de mur en mur[7].

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Elle est commune en Eurasie, notamment dans toute l'Europe sauf au nord où elle n'est qu'introduite, comme en Angleterre ou en Irlande.

Habitat[modifier | modifier le code]

Hémicryptophyte érigé à rosette, cette plante bioindicatrice pousse à partir du printemps sur le bord des chemins, dans les décombres, le long des murs (classe des Parietarietea judaicae, correspondant aux végétations nitrophiles de parois bien exposées au soleil) ou à l'orée des forêts riveraines et rudéralisées (ourlet frais nitrophile des Galio-Urticetea). Nitrophyte, elle est considérée comme un indicateur d'azote vivant en situation de demi-ombrage[8]. La chélidoine a besoin d'un sol calcaire. Lorsqu'on la rencontre sur sol neutre ou acide, cela indique la présence de roches calcaires introduites : pierres calcaires d'un mur, remblais de roches calcaires...

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le suc (latex) qui s'échappe quand on casse la feuille ou tige[9] de la chélidoine contient une trentaine d'alcaloïdes toxiques (concentrés jusqu'à 2 % dans les parties souterraines, ils servent de défense contre les herbivores)[10], dont la spartéine, agent antiarythmique, et la coptisine, qui possède des propriétés antimitotiques. C'est en appliquant plusieurs fois ce latex sur les verrues (ainsi que les durillons et les cors) que celles-ci sont détruites rapidement[11] , d'où son surnom d'« herbe aux verrues »[12].

La chélidoine a été expérimentée en homéopathie par Hahnemann et ses élèves. Elle agit également sur la circulation sanguine en élargissant les coronaires et en augmentant la tension. Les alcaloïdes ont aussi un effet bactéricide. Les remèdes à base de chélidoine ne doivent être employés que sous contrôle médical[13].

La chélidoine a traditionnellement été utilisée pour guérir de nombreuses maladies (foie, rhumatismes...) et était censée préserver de la peste[14].

On lui attribue aussi d'autres propriétés médicinales externes (décoction légère des feuilles ou suc dilué de la plante utilisé comme collyre antiophtalmique : ulcères des paupières, blépharites, ophtalmies chroniques) et internes (en infusion) : analgésique, diurétique, cholérétique, cholagogue, antispasmodique, dépuratif des voies biliaires[15].

Toxicité[modifier | modifier le code]

On y retrouve en outre différents alcaloïdes isoquinoléiques tels la chélidonine (en) qui cause la toxicité de la plante, la sanguinarine, la chélerythrine, la berberine...

La plante est rarement ingérée à cause de son odeur et de son goût désagréables, qui lui a valu le surnom d'herbe du bouc[16]. L'ingestion peut causer des nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhées et déshydratations[17].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain, la Chélidoine était le nom attribué au 29e jour du mois de pluviôse[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Chélidoine » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Maurice Mességué, Mon herbier de santé, LGF, , p. 221
  3. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, Quae, , p. 42
  4. Anne-Marie Tupet, La magie dans la poésie latine, Université de Lille III, , p. 42
  5. Guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont.
  6. a b c et d Hippolyte Coste, Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes, P. Klincksieck, , p. 68.
  7. Gérard Guillot, Guide des plantes des villes et villages, éditions Belin, , p. 118.
  8. M. Rumelhart, Jean-Marie Géhu, Phytosociologie et paysage, J. Cramer, , p. 304
  9. Calice, corolle et graines n'ont pas de suc et ne contiennent pas ces alcaloïdes.
  10. Jean Bruneton, Pharmacognosie, Lavoisier, , p. 1069
  11. La chélidoine, une plante contre la verrue dans Science et avenir 2016
  12. Des herbes pas si mauvaises..., de Jean-Marie Polese, édition De Borée 2011, (ISBN 978-2-8129-0263-5)
  13. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 349
  14. (en) Gilca, Marilena, et al. « Chelidonium majus–an integrative review : traditional knowledge versus modern findings » Forschende Komplementärmedizin/Research in Complementary Medicine2010; 17(5): 241-248.
  15. (fr) Chelidoine sur medecinesnaturelles.com
  16. Reeves, Hubert (1932-....)., J'ai vu une fleur sauvage : l'herbier de Malicorne (ISBN 9782021290882, OCLC 983834439, lire en ligne), p. 73
  17. (en) Lewis S. Nelson, M.D. ; Richard D. Shih, M.D. ; Michael J. Balick, Ph.D., Handbook of Poisonous and Injurious Plants, Second Edition, Springer, , 340 p. (ISBN 0-387-31268-4)
    pages 120 à 121
  18. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 23.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]