Châtillon-en-Dunois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Eure-et-Loir
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Eure-et-Loir.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Châtillon-en-Dunois
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Brou
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Rivières
Statut Commune déléguée
Maire délégué Claude Térouinard
2017-2020
Code postal 28290
Code commune 28093
Démographie
Population 833 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 00″ nord, 1° 11′ 15″ est
Altitude Min. 144 m – Max. 182 m
Superficie 37,19 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Commune nouvelle d'Arrou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 15.svg
Châtillon-en-Dunois

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 15.svg
Châtillon-en-Dunois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Châtillon-en-Dunois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Châtillon-en-Dunois

Châtillon-en-Dunois est une ancienne commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Châtillon-en-Dunois
Unverre Yèvres Gohory
Arrou Châtillon-en-Dunois Logron
Courtalain Langey Lanneray

Site[modifier | modifier le code]

Carte de Châtillon-en-Dunois et des communes limitrophes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Châtillon serait un dérivé, sans doute mérovingien, du bas latin castellum, diminutif de castrum, accompagné du suffixe -ionem. Castrum désigne d’abord tous les types de forteresse, depuis le simple donjon jusqu’à l’enceinte urbaine, puis se spécialise dans le sens de « château fort » et se réduit ensuite à celui de « grande maison de plaisance ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Retirada.

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 2 000 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent en Eure-et-Loir. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (le camp de Lucé et la prison de Châteaudun rouverte pour l’occasion), 53 villages sont mis à contribution[1], dont Châtillon-en-Dunois[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, mais en décembre, 922 ont préféré rester et sont rassemblés à Dreux et Lucé[4].

Le , Châtillon-en-Dunois est intégrée à la commune nouvelle d'Arrou, avec statut de commune déléguée[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1979 en cours Claude Térouinard RPF[6] puis
apparenté UMP-LR
Retraité, conseiller général puis départemental

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 833 habitants, en augmentation de 9,89 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 134 1 239 1 275 1 295 1 222 1 409 1 434 1 495 1 435
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 448 1 448 1 465 1 452 1 383 1 357 1 344 1 353 1 308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 256 1 255 1 253 1 135 1 160 1 148 1 089 1 080 1 072
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 028 967 813 752 739 716 753 819 833
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Aimée et Alexandre Coursimault de Châtillon-en-Dunois, ont été reconnus comme juste parmi les nations. Dossier Yad Vashem : 8613, voir le site de l'association "Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France" [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  5. « arrêté de création » (consulté le 31 mai 2016).
  6. http://www.france-politique.fr/rassemblement-pour-la-france-et-l-independance-de-l-europe.htm
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Église Saint-Hilaire », base Mérimée, ministère français de la Culture