Châteaurenault (D606)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châteaurenault (homonymie).

Châteaurenault
Image illustrative de l’article Châteaurenault (D606)
Autres noms Attilio Regolo
Type Escorteur d'escadre
Histoire
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina (1936-1946)
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale (1948-1969)
Commanditaire Royaume d'Italie
Chantier naval OTO Livourne
Quille posée
Lancement
Armé Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Statut démantelé en 1969
Équipage
Équipage 425 (Italie)
353 (France)
Caractéristiques techniques
Longueur 142,2 m
Maître-bau 14,4 m
Tirant d'eau 4,9 m
Déplacement 3.686 tonnes

5419 tonnes à pleine charge.

Propulsion 2 turbines à engrenages Beluzzo
4 chaudières Thornycroft
Puissance 110 000 ch
Vitesse 40 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage pont = 15 mm
tourelle = 20 mm
Armement Origine:
  • 4 × 2 canons de 135 mm
  • 8 canons AA Breda de 37 mm
  • 4 × 2 canons AA Breda de 20 mm
  • 2 × 4 tubes lance-torpilles de 533 mm
  • 70 mines


Après refonte :

  • 3 × 2 canons de 105 mm
  • 5 × 2 canons Bofors de 57 mm
  • 4 × 3 tubes lance-torpilles de 550 mm
Électronique radars et sonar (modernisation)
Rayon d'action 3 000 nautiques à 25 nœuds (1 387 tonnes de mazout)
Carrière
Port d'attache Brest

Le Châteaurenault (D606) est un ancien croiseur léger de la marine italienne du nom d’Attilio Regolo de classe Capitani Romani[1]qui a été cédé à la France en août 1948, au titre des dommages de guerre, en exécution du traité de paix.

Regia Marina[modifier | modifier le code]

L’Attilio Regolo est construit aux chantiers navals Odero Terni Orlandi (OTO) de Livourne en Toscane.
En 1942, ce croiseur léger commande une force de six contre-torpilleurs qui mouille un champ de mines au sud de la Sicile. À son retour de mission il est torpillé par un sous-marin britannique.
Il est remorqué jusqu'au port de Palerme pour y être réparé. Il reprend du service en mai 1943 jusqu'à la capitulation italienne le 8 septembre 1943.
Il se réfugie à Port Mahon aux îles Baléares où il est interné jusqu'en mai 1945 pour rejoindre les forces alliée à l'Italie.

Marine française[modifier | modifier le code]

Après le traité de paix de Paris le 10 février 1947, il est cédé à la France avec son navire-frère qui deviendra le Guichen et quatre contre-torpilleurs.
Arrivé à l'arsenal de Toulon le 1er août 1948, il est rebaptisé Châteaurenault. Il est refondu aux Forges et Chantiers de la Méditerranée de La Seyne-sur-Mer pour devenir un escorteur d'escadre. Son armement d'origine est remplacé par des canons allemands de 105 mm, des canons Bofors de 57 mm et des torpilles de 550 mm. Il est doté du même équipement électronique que les autres bâtiments français construits au titre du Programme naval d'après-guerre.
Il sera opérationnel jusqu’en 1962 comme navire amiral de l'Escadre légère à Brest.

Après son désarmement le navire abrite l’École des fusiliers marins de Lorient[2] jusqu’en 1969, avant d'être complètement retiré du service puis démantelé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Conway's All the World's Fighting Ships, 1922-1946, Ed. Robert Gardiner, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-913-8)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]