Château des Guilhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château des Guilhem
Image illustrative de l’article Château des Guilhem
Vue de la muraille nord-ouest et du donjon du château.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Bérenger Ier Guilhem
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Association Immobilière Clermontaise (tenu en bail emphytéotique par la mairie de Clermont-l'Hérault)
Destination actuelle Parc public
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1927)
Coordonnées 43° 37′ 46,9″ nord, 3° 25′ 40,1″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Languedoc
Région Occitanie
Département Hérault
Commune Clermont-l'Hérault
Géolocalisation sur la carte : Hérault
(Voir situation sur carte : Hérault)
Château des Guilhem
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château des Guilhem

Le château des Guilhem est un ancien château fort, de nos jours ruiné, dont les vestiges se dressent sur la commune française de Clermont-l'Hérault dans le département de l'Hérault, en région Occitanie. Le château a fait l'objet en 2004 et 2007 de travaux de consolidation.

Les restes du château font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château surplombe la ville de Clermont.

Le château est érigé sur la colline du Puech Castel, surplombant la ville de Clermont-l'Hérault dans le département français de l'Hérault. Il surveillait la voie qui descend du causse rouergat[2].

Le site, stratégique, permettait le contrôle de la vallée de l'Hérault et de la route vers Bédarieux et les cantons plus élevés, ainsi que le village féodal, qui fut lui-même fortifié au début du XVIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Construit par les Guilhem, seigneurs de Clermont, aux XIIe et XIIIe siècles, il semble évident que des bâtiments plus anciens ont existé.

Après un certain nombre de périodes troublées où le château servit d'abri à la population locale, il fut progressivement abandonné à partir du XVIIe siècle. Grâce à son fort état de délabrement, il échappa à la destruction généralisée des châteaux par le cardinal de Richelieu. Cependant, son abandon et les ravages du temps ont sérieusement endommagé le château.

Description[modifier | modifier le code]

« Tour Guilhem » et haute-cour.

Le château se présente sous la forme d'une longue enceinte flanquée de sept tours hemi-cylindriques pleines. La place est coupé du plateau par un profond fossé qui forme avec les courtines un arc de cercle[2].

Les seuls restes sont les fortifications, deux salles voûtées, et le donjon ou tour Guilhem, qui continue de dominer la ville du haut de sa colline.

Le site est resté fermé de 2009 à 2013 au public en raison des risques pour les visiteurs. Il a été rouvert le [3]. En raison de pierres se décrochant des murailles et de l'état de délabrement, le château est désormais interdit au public par arrêté municipal en date du .

La ville est bâti sur les dernières pentes de la colline, sous le château[2].

Protection aux monuments historiques[modifier | modifier le code]

Les restes du château sont inscrits par arrêté du [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. a b et c Châtelain 1988, p. 39.
  3. Clermont l'Hérault : réouverture du château au public (Midi-libre).
  4. « Restes du château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Source[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Martin, Chronique et généalogie des Guillem, seigneurs de Clermont, diocèse de Lodève, et des diverses branches de leur famille, typographie et lithographie de Barlatier et Barthelet, Marseille, 1892 (lire en ligne)
  • André Châtelain, L'évolution des châteaux forts dans la France au Moyen Âge, Éditions Publitotal, , 319 p. (ASIN B004Z1ACJ4), p. 39.
  • Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, « Clermont-l'Hérault : Château », dans Le guide du patrimoine Languedoc Roussillon, Hachette, Paris, 1996, 606p., (ISBN 978-2-01-242333-6), p. 214-215
  • Olivier Ginouvez, Astrid Huser, Pierre-Joan Bernard, « Aux marges de Montpellier, le château de Clermont dans la vallée de l’Hérault : histoire castrale, histoire seigneuriale », dans Patrimoines du Sud, 2019, no 10 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]