Château des Brétignolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château des Brétignolles
Image illustrative de l’article Château des Brétignolles
Vue de la façade du château des Brétignolles
Période ou style Architecture gothique
Début construction 1498
Fin construction 1501
Propriétaire initial Jean Bernard
Destination actuelle propriété privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1949)

Logo monument historique Classé MH (1986)[1]

Site web http://www.chateaudesbretignolles.fr/
Coordonnées 47° 08′ 05″ nord, 0° 19′ 11″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Centre-Val de Loire
Localité Anché
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
(Voir situation sur carte : Indre-et-Loire)
Château des Brétignolles
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château des Brétignolles

Le château des Brétignolles est situé en Touraine dans la commune d'Anché dans le département d'Indre-et-Loire, il a été inscrit monument historique par arrêté le 14 septembre 1949[3].

Le domaine des Brétignolles est situé au nord sur la rive gauche de la Vienne, entre Chinon et l'Île-Bouchard. C'est un château de la Loire.


Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[4],[5][modifier | modifier le code]

  • IXeme siècle: La terre des Brétignolles est mentionné dans un diplôme de Charles le Chauve
  • XIeme siècle: la terre des Brétignolles est la propriété de l'abbaye de Marmoutier et dépend du prieuré de Tavant.
  • 1277: le fief relève de la seigneurie de Sazilly: le chevalier Pierre de Sazilly est le premier seigneur connu.
  • 1447: la terre est la propriété de la famille Bernard, ancien seigneurs de la Ferté-Bernard
  • 1451: le fief relève de la seigneurie de Jaulnay
  • 1498-1501: construction du château
  • 1507: fondation de la chapelle seigneuriale
  • 1640: Guillaume de Bordeaux, conseiller du roi achète les Brétignolles à Louis Bernard (deuxième du nom)
  • 1706: le domaine appartient à René Guillaume Martineau.
  • 1718: le domaine entre par mariage dans la famille Turgot (dot de mariage de Madeleine Françoise Martineau à Michel-Étienne Turgot)
  • 1732: construction des communs
  • 1811: le domaine des Brétignolles est acquis par Pierre-Jean-René de Pierres de Fougeray.
  • 1932: les Brétignolles sont vendues au comte Bernard de la Fosse, un des membres descendants de la famille Bernard
  • 1949: le château, la chapelle et la tour médiévale sont inscrits à l'inventaire des Monuments historiques
  • 2016: le château des Brétignolles est acquis par une famille normande.

Les propriétaires des Brétignolles[modifier | modifier le code]

Détails de Guy Bernard - évêque de Langres
Détail du frontispice des Statuts de l'ordre de Saint-Michel, représentant Guy Bernard - évêque de Langres, par Jean Fouquet entre 1469 et 1470.

Avant 1447[modifier | modifier le code]

Les terres des Brétignolles sont cités dans un diplôme de Charles le Chauve au 9eme siècle sous le nom "Britanniolæ", ce qui signifie "petite colonie de Bretons" et appartenait au chapitre de Saint-Martin de Tours[6].

Au 11eme siecle, le fief devient la propriété de l'abbaye de Marmoutier et dépend du prieuré de Tavant. Brétignolles est désormais désigné sous le nom "alodium de Britanniolis" dans le charte de Geoffroy de l'Ile-Bouchard.

En 1277, les Brétignolles relèvent de la seigneurie de Sazilly (Pierre de Sazilly vers 1277)[7].

En 1451, le fief relève désormais de la seigneurie de Jaulnay (Raoul de Sassay, ecuyer, seigneur de Sazilly vendit cet hommage à Pierre de Beauvau, seigneur de Jaulnay et du Rivau vers 1451).

La famille Bernard[8],[9][modifier | modifier le code]

Après avoir vendu la Ferté-Bernard en 1319, dont ils étaient seigneurs depuis 1040 et après avoir vendu la Châtellenie de Louplande en 1354, les Bernard ruinés par les guerres vinrent s'installer en Touraine et en Anjou. Ils établissent une présence incontournable dans la région, dans les charges publiques les plus en vues[7].

Jean Bernard (1386-1466), Maître des requêtes du Roi Charles VII en 1424, chancelier d'Anjou puis archevêque de Tours en 1441. Il construit une partie de la cathédrale de Tours à ses frais, fut ambassadeur à Madrid en 1455 et député de Charles VII au concile de Mantoue en 1459. Il fut enterré au millieu de la cathédrale de Tours.

Étienne Bernard (dit Etienne de Moreau) - frère de Jean Bernard, seigneur de la Motte d'Artanne et des Brétignolles, maître de la chambre aux deniers du comte de Ponthieu, plus tard Charles VII, receveur des aides à Angers en 1415, trésorier général des finances de Louis II d'Anjou et de la Reine de Sicile, Yolande d'Aragon de 1417 à 1419, et de la Reine Marie d'Anjou, femme de Charles VII. Il représenta la Reine de Sicile au Congrès D'Arras en 1435. Le Dauphin Charles VII lui fit don d'un cheval le 18 novembre 1421. En février 1433, Charles VII par lettre de Bourges, ordonna: "de tenir et réputer pour noble, Estienne Bernard son conseiller et trésorier général du roi de Sicile" et en récompense de ses services lui accorda de porter au milieu de son écusson, une fleur de lys sur champ d'azur, au lieu d'une étoile qu'il portait jusqu'alors. Il se marrie avec Anne Legouz vers 1405[7].

Guy Bernard - neveu de Jean Bernard, est évêque et duc de Langres et premier chancelier de l'Ordre de Saint-Michel à sa fondation en 1469.

La famille Bernard à Brétignolles (1447-1640)[modifier | modifier le code]

A partir de 1447 et jusqu'en 1640, les Brétignolles (et la commune d'Anché) appartiennent à la famille Bernard:

En 1447, Jean Bernard, fils d'Étienne Bernard, seigneur de la Motte d'Artannes et de Champigny sur Yonne, valet de chambre de Monseigneur le Dauphin, puis du roi Charles VII, capitaine du château et gouverneur de Loches de 1447 à 1450, et grenetier du grenier à sel de Chinon, devient propriétaire des Brétignolles et seigneur d'Anché. Il est anobli avec son beau père, Guillaume de Ballan, seigneur de Maulévrier, en janvier 1447.

Entre 1498 et 1501, Jean Bernard ordonne la construction du château.

En 1507, Antoine Bernard - fils du précédent Jean Bernard (et de Jeanne de Balan), chanoine et archiprêtre de Loches, seigneur de Brétignolles, de Vau et de Cheniers, fonde (probablement) la chapelle. Après sa mort, Les Hautes Brétignolles passèrent à Savary de Lacosme.

Les Basses Brétignolles (comprenant le château) restent dans la famille Bernard et passent successivement à:

Étienne Bernard écuyer seigneur de la Motte et de Champigny sur Yonne, maître d'hotel du Roi Louis XII et de la Reine, marié à Anne Legoux (fille de Jehan Legoux et Katherine de Creizet).

Jean Bernard (deuxième du nom) - fils d'Étienne Bernard, seigneur de Champigny, des Brétignolles et du Parc, valet de chambre de Henri II puis échanson de François II, épousa le 14 novembre 1533, Jeanne Hurault (fille de Denis Hurault seigneur de Saint-Denis et de Louise Boudet)

Puis le domaine passe à Louis Bernard (premier du nom), écuyer, seigneur du Parc et de Vau-d'Anché.

Charles Bernard possédait une partie des Brétignolles, qui passa plus tard à son frère, Louis Bernard (deuxième du nom)

Louis Bernard (arrière petit fils de Jean Bernard - deuxième du nom) ainsi que sa femme Claude Camus vendent le domaine à Guillaume de Bordeaux le 15 mai 1640.

1640-1811[10][modifier | modifier le code]

Guillaume de Bordeaux ( ? - juillet 1673) - conseiller au roi en son conseil de 1640 à 1652, intendant des finances, seigneur de Genitoy, des Basses-Bretignolles, rachète par la suite les Hautes Brétignolles (acte passé à Chinon, par Habert et Précieux, notaires, le 22 octobre 1640). Il fait aussi l'acquisition du Bois de Veude, le treizième jour de février de 1642 pour 60000 livres tournois. Ainsi il rétablit la terre dans son ensemble, comme au temps d'Antoine Bernard en 1507. A partir de 1642, les deux terres des Brétignolles (Basses Brétignolles comprenant le château, et les Hautes Brétignolles) eurent les mêmes propriétaires.

En 1699, le domaine est désigné sous le nom "Brethinolles".

Par alliance, en 1706, la propriété passe à Pierre Martineau (marié à Françoise de Bordeaux, fille de Guillaume de Bordeaux), conseiller au Parlement de Paris et commissaire aux requêtes du Palais, il devient seigneur des Brétignolles et d'Anché et ajouta "La Garde" au domaine des Brétignolles. Ainsi fut constitué un immense domaine dont le Château des Brétignolles était le centre, alors que les autres seigneuries n'étaient que de simples métairies. A sa mort vers 1688, Pierre Guillaume Martineau, fils du précédent , chevalier des Ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem et seigneur du Bois de Veude, devient seigneur des Brétignolles. Il meurt en 1706.

Le 25 novembre 1718, par mariage la propriété et tous les fiefs associés passent de la famille Martineau aux Turgot (dot de Madeleine Françoise, fille de Pierre Guillaume Martineau à Michel-Étienne Turgot). Michel-Étienne Turgot, prévôt des marchands de Paris en 1729 et conseiller d'Etat en 1737, marquis de Sousmont en 1735, devient propriétaire des Brétignolles et seigneur d'Anché. Il fait bâtir les communs en 1732.

En 1789, le propriétaire est Anne Étienne Michel Turgot, comte de Turgot, officier au régiment des Gardes Françaises.

Le 22 mars 1811, Marie Victoire Turgot - héritière d'Anne Étienne Michel Turgot, vend les Hautes et Basses Brétignolles, le Bois de Veude, La Garde, les moulins de l'Arche et l'Argenson à Pierre-Jean-René de Pierres de Fougeray (1758-1828) - sous-lieutenant à la suite du régiment de cavalerie du Roi, chevalier de l'Ordre de Saint-Louis. Ce dernier reçoit de Louis XVIII, le titre de vicomte héréditaire le 20 juillet 1816 par lettres patentes et toutes ses terres lui constituèrent son majorat.

1811-1932: la famille de Pierres[11][modifier | modifier le code]

Tableau "L'impératrice Eugénie entourée de ses dames d'honneur", la Baronne de Pierres, Jane Mary de Pierres est représentée à gauche avec la robe blanche et les rubans bleus

Par la suite, le domaine des Brétignolles et le titre de vicomte sont transmis de Pierre-Jean-René de Pierres de Fougeray à son gendre Gabriel Théodore de Pierres (1785 - 1837), marié à Eugénie de Pierres, chef d'escadron et maire d'Anché en 1829, puis transmis à Auguste de Pierres (22 novembre 1812- 13 mai 1872) - fils ainé de ce dernier.

Auguste de Pierres (22 novembre 1812 - 13 mai 1872) mort sans enfant, transmet le domaine des Brétignolles à son frère Etienne Stéphane de Pierres (1818- 7 septembre 1876 au château des Brétignolles) - premier écuyer de l'impératrice Eugénie, député au corps législatif de 1863 à 1870 pour la troisième circonscription de la Mayenne. Il est enterré avec son épouse Jane Mary de Pierres (1821- 7 septembre 1873 au château des Brétignolles) - Dame d'honneur de l'Impératrice Eugénie de Montijo dans la chapelle du château. Ses trois enfants Henri Stéphane, Hermann Fortuné Marie et Jeanne Marie héritent pour un tiers chacun des Brétignolles.

Le 26 septembre 1876, Jeanne Marie (1848- 1911) moyennant une soulte à sa charge attribuée à ses frères Henri Stéphane et Hermann Fortuné Marie, devient seule propriétaire du château des Brétignolles. Elle se marie en 1891 avec Charles Olivier Jules Bellivier de Prin (1855-1917).

Le 26 juillet 1917, leur unique fille Yolande Bellivier de Prin (1894-1929) devient seule et unique propriétaire du château des Brétignolles par succession. Elle se marie en 1918 avec Fernand de Joussineau de Tourdonnet (1891-1941) et ont 4 héritiers.

Après 1932[modifier | modifier le code]

En 1932, les quatre héritiers de Tourdonnet vendent le domaine à un membre descendant de la famille Bernard, le Comte Marcel de Bernard de la Fosse (1883-1982). Par succession, les Brétignolles revirent à la Comtesse Yollande de Grasset, puis à ses quatre filles en 2004.

En 2016, le château des Brétignolles est acquis par une famille normande.


Description[12],[13][modifier | modifier le code]

Au sein d'un vaste parc boisé et entouré de murs d'enceinte, le château des Brétignolles se détache au sommet d'une pente et adossé au coteau. L'édifice surplombe la petite vallée.

En 1874, le domaine des Brétignolles s'étendait sur 126 hectares.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château construit en pierre de taille entre 1498 et 1501 par Jean Bernard, est de style gothique et n'a subit aucune modification majeure au cours des siècles.

La demeure en pierre de tuffeau est composé d'un logis central de plan rectangulaire et flanqué aux angles de quatre tours dissemblables: au nord-est une tour polygonale abritant l'escalier à vis, au nord-ouest une en fer à cheval, au sud-est une tour rectangulaire, au sud-ouest une tour circulaire[4]. L'ensemble se compose de deux étages et d'un comble

Durant la seconde guerre mondiale, le château fut occupé pendant 17 mois par un détachement allemand: le mobilier fut brisé et certaines salles du château servirent d'écuries aux chevaux. L'inquisition fut levée le 31 juillet 1941[14]

La chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle seigneuriale édifiée en 1507 par Antoine Bernard (ou Guy Bernard), chanoine et archiprêtre de Loches et seigneur des Brétignolles, de Vau et de Cheniers (près d'Azay le Rideau) est dédiée à Sainte Marie-Madeleine et Notre-Dame-de-Pitié.

À l'extérieur, elle est épaulée de contreforts et possède une façade haute à pignon aveugle et est percée à sa base d'une porte.

À l'intérieur, les deux travées voutées sur croisée d'ogives avec trois blasons désignent les Bernard avec quatre rocs d'échiquier et au centre une fleur de lys d'or ("Ecartelées au 1er et 4e d'argent à un roc d'échiquier de sable, et au 2e et 3e sable à un roc d'échiquier d'argent le tout chargé d'une fleur de lys d'or"), les armes de Guy Bernard (êveque et duc de Langres) et les armes de la France avec trois fleurs de lys.

La chapelle est mentionnée dans le "Registre de visites des chapelles domestiques du diocèse de Tours" en 1787 et le visiteur constate qu'elle est en bon état et qu'il y existe "un grand plan de Paris".


Les communs[modifier | modifier le code]

Au nord-est du château, les communs anciennement écuries ont été bâtis en 1732 et agrandis en 1830. L'édifice est formé par un corps de bâtiment avec deux ailes symétriques en retour d'équerre. La façade principale est symétrique avec deux grands portails et sept lucarnes aux frontons triangulaires et courbes.

Tour médiévale du 14e siècle dans le parc du château des Brétignolles. Probablement un vestige de rempart ou un poste de garde.

La tour médiévale[modifier | modifier le code]

La tour médiévale cylindrique en moellons, isolé dans le parc et à proximité de la chapelle est antérieure au château, et date du XIVème siècle. Il s'agit sans doute d'un vestige de l'enceinte fortifiée qui entourait le château[5]. Elle possède trois contreforts, quatre archères et une canonnière.

La tour a été transformée plus tard en colombier comme en atteste la présence de boulins dans la partie supérieure de l'édifice. Il y a environ 250 boulins pour représenter les 126 hectares de terres du domaine (vers 1874).

Les caves troglodytes[modifier | modifier le code]

Les nombreuses caves troglodytes sont creusées dans le rocher du coteau, derrière le château et avaient un rôle particulièrement important dans la vie du château. Parmi lesquelles la cave avec le four à pain de 3 mètres de diamètre, et de la buée, du pressoir vinicole "casse-cou", le chai, le nichoir à poules ou encore de la grange.

L'éolienne Bollée[modifier | modifier le code]

L'éolienne Bollée a été édifiée entre 1894 et 1902 derrière la chapelle et servait de pompage de l'eau.

Elle a été gravement endommagé lors d'une tempête en 2016.

La tourelle d'angle[modifier | modifier le code]

Au nord-est, sur le mur d'enceinte du parc du château, se dresse une élégante échauguette du 16è siècle[15].

La maison du gardien[modifier | modifier le code]

La maison du gardien a été bâtie en 1847-1848[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 15 septembre 1986
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail
  3. a et b « Château des Brétignolles », sur Ministère de la Culture
  4. a et b Lainé Martine, « Réf. Mérimée IA37000246 », sur Ministère de la Culture,
  5. a et b René Charles Guilbaud (Attaché de conservation), ANCHÉ - Château des Brétignolles
  6. Actes de Charles II le Chauve, t. II, no 239 (an 862)
  7. a b et c Société des amis du Vieux Chinon, « Les Brétignolles (Anché) », Société des amis du Vieux Chinon - Tome 3,‎
  8. inconnu, « Les Bernard en Touraine au XVe Siècle », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ inconnu
  9. Carré de Busserolle J. X., Armorial général de la Tourraine - Tome 1, 1884, réédition 1978, p. 132, 133
  10. Carré de Busserolle J-X, Armorial général de la Tourraine - tome II, 1884, réédition 1978, p. 761 - 763, 994
  11. Acte notarial de vente des terres des Brétignolles à Monsieur et Madame de Bernard le 22 octobre 1931 à Tours.
  12. Carré de Busserolle J-X, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine - Tome I, Société archéologique de Touraine, p. 408 - 409
  13. Montoux A., Vieux logis de Touraine - Tome III, , p. 17 - 23
  14. « 5ZA2 », sur archives.touraine.fr (consulté le 30 janvier 2020)
  15. R. Ranjard, La Touraine Archéologique: guide du touriste en Indre-et-Loire, Joseph Floch, p. 161