Château de la Motte-Daudier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Château de la Motte-Daudier est situé en Mayenne, à Niafles, à 2 000 m à l'Est du bourg. À côté du Château de la Hulinière, trop petit pour son importante famille, la construction d'un château est entreprise par Foulques de Quatrebarbes Blason famille fr Quatrebarbes.svg, et terminée en 1892 ; il porte le nom de jeune fille de son épouse Cécile Daudier.

Désignation[modifier | modifier le code]

  • La Heulinière, 1559 ;
  • La Mulinière, manoir[1] ;
  • La Heulinière[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En furent sieurs et y habitèrent :

  • Jean Hullin, mari de Jeanne de Mesmes, dont la fille, Madeleine Hullin, épouse en 1559 Jean de la Fléchère.
  • Noble homme Jean Hullin, mari de Marguerite Fardeau, procureur fiscal à Craon ; Gabrielle, sa fille, est baptisée à Craon, 1603.
  • Georges Hullin le jeune, 1656.

Ce fut la seule terre, dit René de Quatrebarbes, que la mauvaise administration de Joachim de la Chesnaie laissa à sa fille, Anne de la Chesnaie, mariée à René de Leviston Blason Lantivy-Leviston.svg[3], 1669.

Les Dlles Déborah et Jeanne de Leviston firent abjuration du protestantisme le 31 décembre 1685 et le 19 janvier 1686. Déborah de Leviston, mariée en 1694 à Charles-Gédéon de Ridouet, seigneur de Sancé, fait baptiser en 1701 Gédéon-PierreAmaury de Ridouet, son fils.

M. Minault de la Heslaudière est seigneur de la Hullinière en 1737.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte de Cassini.
  2. Cadastre et État-Major.
  3. Armes des Leviston : d'argent à 3 carreaux de gueules, 2 et 1
    Les Leviston sont une famille d'écuyers d'origine écossaise ou lorraine, qui devint propriétaire de la Hulinière par le mariage de Louis de Leviston, sieur du Coudray, avec Marie de la Chesnaye. En 1602, René de Leviston, mari de Suzanne de la Chevalerie, déclara, le 17 septembre 1668, « maintenir la qualité d'escuyer », réclamant un délai pour retirer ses titres que l'aîné de la famille possédait dans l'Orléanais, et justifia en 1669 posséder « titre de noblesse depuis l'année 1541 » et porter : d'argent à 3 carreaux de gueules, 2 et 1.

Source[modifier | modifier le code]

« Château de la Motte-Daudier », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)