Château de la Ferté de Saint-Ambreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de la Ferté et La Ferté (homonymie).

Château de la Ferté de Saint-Ambreuil
Image illustrative de l’article Château de la Ferté de Saint-Ambreuil
Château de la Ferté
Début construction 1682
Destination initiale Logis abbatial
Protection Logo monument historique Classé MH (1993) pour la chapelle, l'orangerie et les murs.
Site web abbayedelaferte.com
Coordonnées 46° 40′ 12″ nord, 4° 49′ 09″ est
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Saint-Ambreuil

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de la Ferté de Saint-Ambreuil

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Château de la Ferté de Saint-Ambreuil

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château de la Ferté de Saint-Ambreuil

Le château de la Ferté-Sur-Grosne est un château français situé sur la commune de Saint-Ambreuil en Saône-et-Loire, à proximité de la Grosne est une ancienne abbaye cistercienne.

La vocation initiale de cet édifice ait été de servir, avant la Révolution française, de logis abbatial de l’abbaye de La Ferté, sa destination depuis cette époque et la disparition des édifices religieux permettent de le compter désormais parmi les châteaux de la région.

Description[modifier | modifier le code]

La construction comprend un long bâtiment de plan rectangulaire, flanqué aux deux extrémités de sa façade ouest de deux pavillons un peu plus hauts. Au centre de cette façade, se détache un robuste avant-corps de trois travées. Le rez-de-chaussée et les chaînes d’angle, surmontées de vases d’ornements, sont en bossage en table. Des pilastres ioniques, dont les socles reposent sur une corniche déterminant devant chacune des fenêtres de l’étage un petit balcon à appui-corps en fer forgé, montent de part et d’autre de celles-ci et des tables avec gouttes qui les surmontent jusqu’à un épais entablement portant un grand fronton décoré d’un cartouche entouré d’enroulements et de feuillages.

Des jardins à l’anglaise furent aménagés à l’emplacement des bâtiments disparus. Le château est une propriété privée appartenant aux descendants du député Jean-Baptiste Humblot et fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : abbaye de La Ferté.
  • 1791 : l’ensemble est vendu à Jean-Marie et Joseph Passaut, de Sennecey-le-Grand, qui le revendent, trois jours plus tard, avec un substantiel bénéfice et en se réservant la moitié des matériaux provenant de la démolition de l’église et des bâtiments occupant deux des côtés du quadrilatère que cerne le cloître, à Jean-Baptiste Humblot, député de l’Assemblée nationale qui représente le tiers état de la sénéchaussée de Villefranche ; le bâtiment situé à l’ouest, à savoir le logis abbatial, est laissé à l’acquéreur
  • XXe siècle : propriété du baron A. Thenard, descendant du célèbre chimiste Louis Jacques Thénard qui posséda La Ferté par sa femme (le grand-père de son épouse, Jean-Baptiste Humblot, député du département de Rhône-et-Loire à la Constituante, avait acheté l'abbaye désaffectée en 1793, lors de sa vente en tant que bien national)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00113415, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Quand le chimiste Thénard rêvait de La Ferté », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 129 de mars 2002 (page 23).

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-L. Bazin, Notice historique sur l’abbaye de La Ferté-sur-Grosne, 1895.
  • Marcel Dazy, Un écrin agreste pour églises et châteaux : le val de Grosne, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 18 (juin 1973), pp. 3-8.

Lien externe[modifier | modifier le code]