Château de la Douve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de la Douve
Image illustrative de l’article Château de la Douve
Vue de la façade du château.
Nom local Château de la Turpinière
Architecte Auguste Bibard
Début construction 1871-1874
Propriétaire initial Henri d’Armaillé
Propriétaire actuel Christian Gjersøe
Site web http://www.myfrenchcastle.dk/
Coordonnées 47° 40′ 47″ nord, 0° 58′ 29″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Le Bourg-d'Iré

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de la Douve

Le château de la Douve est un château construit au XIXe siècle dans la commune du Bourg-d'Iré, en Maine-et-Loire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château a été construit sur une hauteur dominant la Verzée et le village du Bourg-d'Iré. Le château se trouve à une altitude de 46 mètres au-dessus du niveau de la mer, tandis que la Verzée se situe à une trentaine de mètres à cet endroit. Il se situe le long de la D181 menant à Segré.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château se situe dans un ancien fief relevant de la Roche d'Iré. C'est au départ une petite maison seigneuriale, avec une métairie. René Cormier l'acquiert le 2 juillet 1565[1]. Claude Cormier en est propriétaire en 1637, puis le domaine passe en 1672 en héritage à Françoise Cormier, veuve de Jacques Grandet, lieutenant de la Maréchaussée d'Anjou. En 1784, Marie Louis de Goureau de la Blanchardière, propriétaire du domaine, décède. Celui-ci va alors à Etiennette Catherine Françoise Goureau[2].

Au XIXe siècle, Ambroise Louis Henri de La Forest d'Armaillé[3] (1820-1892) en devient propriétaire, sa grand-mère étant Etiennette Catherine Françoise Goureau[2]. Il se marie le 8 mai 1866 à Gabrielle de Buisseret-Steebecque de Blarenghien[4]. C'est grâce à ce mariage et à l'argent de sa femme qu'il entreprend la construction du château de la Douve[5].

Henri d'Armaillé fait appel à l'architecte Auguste Bibard pour la construction du château vers 1871[6]-1874[2]. On y adjoint une chapelle vers 1880[6].

Au XXe siècle, le château est vendu et acquis avant la Seconde Guerre mondiale par la Compagnie des wagons-lits, qui décide de transformer le bâtiment en hôtel-restaurant et y accueillir des colonies de vacances[2]. Vendu, le château est aujourd'hui une propriété privée fermée au public, et est devenu un hôtel de luxe.

Architecture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)