Château de la Borie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de la Borie
Image illustrative de l’article Château de la Borie
Début construction XVIIe siècle
Propriétaire actuel Ardi Poels et Harry Struijker Boudier
Destination actuelle Lieu d'expositions
Protection Logo monument historique Classé MH
Logo monument historique Inscrit MH[1]
Site web http://www.artlaborie.com
Coordonnées 45° 46′ 54″ nord, 1° 16′ 09″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Limousin
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Commune Solignac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de la Borie
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Château de la Borie

Le château de la Borie (chasteu de la Bòria en occitan) est un château de Haute-Vienne, situé sur la commune de Solignac, à quelques kilomètres au sud de Limoges. Le château date du XVIIe siècle et a été inscrit aux Monuments historiques en 1984[1].

Le site acquiert une vocation culturelle au début du XXe siècle. Depuis septembre 2017, le château de la Borie abrite un galerie d'art contemporain. Réaménagés une première fois en 2013, les jardins du château répondent depuis 2017 au concept du « jardin en mouvement », développé par le paysagiste français Gilles Clément.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Centre culturel de rencontres[modifier | modifier le code]

Vue sur le jardin en chantier à l'hiver 2013.
Une des structures du jardin des sons.

Propriété de la Fondation La Borie-en-Limousin jusqu'en 2015, il accueille jusqu'à cette date le Centre culturel européen de rencontres de la Borie-en-Limousin, ainsi que le label Laborie qui y organisait des résidences de musiciens de jazz, des concerts, et des séances d'enregistrement. Il a également été le siège de l'Ensemble baroque de Limoges (EBL), jusqu'à sa disparition en 2013.

Un « jardin des sons » de sept hectares a été aménagé entre 2011 et 2013 sur le site du château. Conçu par Louis Dandrel, Pierre Lagedamon, Emma Blanc et Patrick Rimoux, il associe conception paysagère et ingénierie du son et de la lumière[2]. Inauguré en juin 2013[3], il est initialement ouvert au grand public et est animé d'une programmation musicale saisonnière.

Difficultés financières et vente[modifier | modifier le code]

En dépit d'une fréquentation jugée satisfaisante (22 000 entrées annuelles alors que la direction en espérait 14 000), la structure culturelle est en proie en 2014, sur fond de désaccords stratégiques, à d'importantes difficultés financières conduisant à la mise en place par l'État d'une mission d'expertise[4],[5], augurant une possible liquidation[6], finalement actée le [7].

Le domaine est ensuite mis en vente sur le site du groupe immobilier de luxe Mercure[8], avant que la justice choisisse finalement d'auditionner six repreneurs[9]. Le , le domaine est vendu à un couple de néerlandais, Harry Struijker-Boudier et Ardi Poels, qui entendent y développer un projet d'art contemporain[10],[11].

Le site annonce sa réouverture pour le , date du vernissage de la toute première exposition organisée par les nouveaux propriétaires, intitulée Un coup de dés n'abolira jamais le hasard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00100502, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Les jardins de la Borie
  3. Anne-Marie Muia, « Les Jardins de La Borie : entre folie et génie… », sur infomagazine.com, Info Magazine, (consulté le )
  4. « Les fameux jardins sonores, ouverts en juin 2013, n’ont jamais fonctionné correctement », Le Populaire du centre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Difficultés du domaine de La Borie : l'État s'en mêle », Le Populaire du centre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Laurent Bonilla, « La Borie : vers la liquidation », Le Populaire du centre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. France 3 Limousin - Liquidation de la Fondation La Borie en Limousin, 16 mars 2015.
  8. « Le domaine de la Borie en vente sur un site immobilier de prestige », sur lepopulaire.fr, (consulté le )
  9. Laurent Bonilla, « La Borie : quatre autres projets en lice, décision le 14 novembre », sur lepopulaire.fr, (consulté le )
  10. Laurent Bonilla, « La Borie : fin de l'épisode judiciaire, place aux repreneurs néerlandais », sur lepopulaire.fr, (consulté le )
  11. (en) (nl) « The Ridder. A House for Contemporary Art. », sur theridder.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]