Château de la Bâtie (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de la Bâtie.
Château de la Bâtie
Image illustrative de l'article Château de la Bâtie (Vienne)
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire actuel Personne privée
Destination actuelle Ruiné
Protection  Inscrit MH (1926)[1]
Coordonnées 45° 31′ 51″ nord, 4° 52′ 35″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Vienne

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Château de la Bâtie

Géolocalisation sur la carte : Vienne

(Voir situation sur carte : Vienne)
Château de la Bâtie

Le château de la Bâtie est un ancien château fort du XIIIe siècle dont les ruines se dressent sur la commune de Vienne dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monument historique par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de la Bâtie est situé dans le département français de l'Isère sur la commune de Vienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, les Romains avaient déjà fortifié le Mont-Salomon, et les restes du fort romain auraient été réutilisés durant le haut Moyen Âge. Mais c'est l'archevêque Jean de Bernin qui est considéré comme le constructeur de la Bâtie, vers 1225.

Le château de la Bâtie servit de lieu de résidence aux archevêques de Vienne jusqu'au milieu du XIVe siècle où, la paix revenue, ceux-ci dédaignèrent peu à peu cette résidence et négligèrent l'entretien de la forteresse qui tomba au simple rang de prison royale. Réaménagée, en partie, en 1450 par le dauphin Louis, ce fut François Ier qui, pour faire face à Charles Quint, fit reprendre les remparts de la ville et épaula la Bâtie par l'érection du « bastion » Saint-Anne en 1538. Très endommagé durant les guerres de religion ce château fut mis hors d'usage en même temps que celui de Pipet, en exécution d'un arrêt du conseil d'État du 26 janvier 1633, concernant la démolition des forts du Dauphiné sur ordre de Richelieu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de la Bâtie (restes) », notice no PA00117321, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]